samedi 19 juillet 2014

Zoofest 2014, semaine 1

Nos mois de juillet sont maintenant réservés au Zoofest, depuis 3 ans. On ne fait QUE ça, et on ne le regrette pas une minute. C’est un festival à Montréal qui présente des spectacles d’humour français et anglais, du burlesque, cirque, musique, improvisation, bref, un véritable zoo d’artistes. Pour sa sixième édition, le Zoofest étend son territoire : 15 salles présentent 130 spectacles différents, dans un total impressionnant de 650 représentations, en seulement 3 semaines (10 juillet au 3 août 2014).

C’est la troisième année que nous profitons au maximum du Zoofest, et on doit dire qu’on est jamais déçu. D’ailleurs on se demande encore comment le festival peut être rentable, alors qu’on voit plus d’une trentaine de spectacles avec notre passe à seulement 40 $! En 3 ans, on a eu la chance d’assister à l’éclosion de nouveaux talents prometteurs, comme Adib Alkalidey, Yannick DeMartino, Mehdi Boussaidan, Jérémie Larouche et beaucoup, beaucoup d’autres.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle on préfère le Zoofest au festival Juste pour Rire : les humoristes sont jeunes et n’ont pas froid aux yeux, ce qui donne du contenu original, inattendu et jamais vu ailleurs. Pour eux, c’est aussi une occasion de prendre de l’expérience et de tester des gags. C’est donc un win/win pour tout le monde. Et avec un prix si bas, nous ne sommes pas du tout fâchés comme public si certains gags passent dans le beurre, on en a déjà pour notre argent. Le Zoofest n’est pas sans problème (assez de matériel pour écrire un article), mais une fois assis dans la salle, c’est un très bon investissement.

C’est donc la fin de la première semaine du Zoofest, nous avons donc compilé une liste de nos spectacles favoris. Nous ferons la même chose pour les deux prochaines semaines.

Fills Monkey : The Incredible Drum Show

Plus que de simples batteurs, les deux membres de Fills Monkey ne laissent pas la chance au public de les quitter des yeux. Sketchs humoristiques, numéros d’habileté, participation de la foule, spectacle visuel, et tout ceci avec une trame uniquement composée de percussion, jouée à la perfection. La musique en tant que tel aurait déjà été impressionnante à écouter sur un disque, mais d’avoir droit en plus à des exploits visuels de jonglerie, de lumière, de synchronicité ou simplement de vitesse d’exécution ahurissante, Fills Monkey : The Incredible Drum Show est un spectacle à ne pas manquer. On se sentait cheap d’avoir droit à un si bon spectacle avec notre passe Zoofest !


60 minutes avec Jérémie Larouche

En sortant de la salle après le premier spectacle solo de Jérémie Larouche, une personne dans la foule a dit : « Lui, on n’a pas fini de le voir ». C’est un excellent résumé de son spectacle. Jérémie Larouche est tellement plein d’énergie, qu’on entre dans sa bulle dès les premières minutes du spectacle. Un de ces numéros consiste en une liste de plaisanteries à faire à son entourage, parce comme il le dit dans son numéro (et le prouve avec son spectacle), son but dans la vie est simplement d’avoir du plaisir. Il est tannant, et c’est ce qui le rend si adorable. Presque aussi immature que ses enfants, ça lui donne plein d’anecdotes plus folles les unes que les autres. Il y a aussi un numéro sur la vasectomie. Au début, on se dit « ah, Martin Matte en a aussi parlé dans son dernier spectacle », mais on réalise rapidement que celui de Jérémie Larouche est 10 fois plus drôle...



Charles Beauchesne : Bienvenu dans mon cauchemar

Vêtu de son éternel chandail rayé noir et blanc nous donnant l’impression qu’il est un membre de la famille Adams, Charles Beauchesne nous a présenté sa première heure solo au Théatre Sainte-Catherine. Nous vivons dans un monde prévisible et contrôlé, ça fait du bien de voir un humoriste un peu blasé des banalités du quotidien qui attaque la foule à grand coup de surprise et de blagues tordues. Charles Beauchesne, c’est l’antithèse de André Sauvé. Aussi énergique et avec des blagues aussi méticuleusement écrites, mais avec un côté beaucoup plus croustillant et provocateur. Une heure, ce n’était pas assez. On veut voir plus de numéros de Charles Beauchesne, que ce soit au Zoofest l’an prochain ou dans son premier one man show!


0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.