mardi 1 juillet 2014

Her

C’est plutôt étrange, quand on y pense, que lorsque l’on pose une question un peu idiote à Siri sur iOS, qu’elle réponde parfois par une blague... Et si c’était possible d’avoir des conversations complètes avec Siri? Et si nous passions nos journées entières avec Siri, à quel point nous attacherions-nous à elle?

Her nous fait poser cette exacte question. C’est un nouveau film de Spike Jonze, que vous connaissiez peut-être pour l’étrange Being John Malkovich, Adaptation, ou Where the Wild Things Are.

Theodore Twombly, joué par Joaquin Phoenix, se procure un nouvel OS doté d’une intelligence artificielle qui évolue par elle-même. OS 1, prends le nom de Samantha, se met à discuter avec Theodore, qui sort tout juste d’un divorce. Elle est tellement adaptée à lui qu’elle semble le connaître par cœur. Rapidement, leur relation prend des proportions de plus en plus grandes. Est-ce que c’est sain d’avoir une relation amoureuse avec un ordinateur? Pourquoi?



Un film au rythme léger, on se laisse transporter par ces deux personnages, en se questionnant sur une multitude de questions morales. Le travail des acteurs est phénoménal, notamment Scarlett Johansson, qui joue l’intelligence artificielle Samantha, qui est totalement crédible, et on peut sentir ses émotions même sans voir son (inexistant) visage. Fait intéressant, l’actrice qui jouait originalement Samantha, Samantha Morton, assurait les dialogues en temps réel dans une cabine isolée, sur le plateau de tournage. Spike Jonze, le réalisateur, n’était par satisfait des résultats, c’est à ce moment qu’il a engagé Scarlett pour tout réenregistrer. Heureusement, le film ne laisse rien paraître, on a vraiment l’impression que les personnages ont une discussion spontanée.

En fait, c'est un peu la magie du film. Samantha a tellement l'air humaine, que vous aussi, auriez probablement tombé sous son charme. C'est à ce point crédible.

La réalisation, les lieux de tournages et les couleurs pastel omniprésentes font de Her un film magnifique à regarder. C’est lumineux, coloré, stylisé, c’est vraiment très beau. Pour donner à Los Angeles des airs futuristes, certaines scènes ont été filmées à Shanghai.

Quelques mois plus tard, on voit en salle la sortie du film Transcendance, qui se questionne aussi sur l’intelligence artificielle. Serait-ce une peur qui nous hante de plus en plus en tant que société beaucoup trop près de la technologie? Dans Her, même si « Samantha » a accès a tous les courriels, photos, bref, toute la VIE de Théodore, l’histoire aurait facilement prendre un revirement vers la paranoïa, vers le contrôle de l’information ou des intentions peut-être mauvaises de la compagnie qui a créé l’intelligence artificielle. Il n’en est rien. Le film essaie plutôt de nous faire questionner sur les relations interpersonnelles, l’amour, ou le manque de ceux-ci.

Avec une fin volontairement sans grosse révélation, Her est un film qui fait réfléchir. Dans une société de plus en plus individualiste, qu’avons-nous besoin pour nous rapprocher?

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.