vendredi 18 octobre 2013

The Dirties

Affiche de The Dirties
Réalisé par : Matthew Johnson

Produit par : Matthew Johnson, Matthew Miller, Evan Morgan & Jared Raab

Date de sortie : Janvier 2013

Durée : 80 minutes

Pays d'origine : Canada

Genre : Faux documentaire indépendant, comédie & drame

J'ai entendu parler de ce film canadien indépendant lors d'un podcast récent de Kevin Smith, dans sa série SModcast, où il recevait le réalisateur de The Dirties, Matthew Johnson. La raison est évidente, le film est sorti sous la bannière "Kevin Smith Movie Club", une maison de distribution assez récente lancée par Kevin Smith spécifiquement pour les films indépendants, exactement ce que recherchait The Dirties en faisant apparition au festival Slamdance en janvier.

The Dirties est un film ambitieux qui mérite votre attention, mais pourquoi?


Je ne pourrais pas mieux le décrire aussi rapidement que selon la description (que je vous traduis) du site officiel : «Deux meilleurs amis filment une comédie où leurs personnages mènent une revanche contre les brutes de leur école. Seulement, l'un deux ne plaisante pas...»

Inspiré de faire un film par son amour du cinéma depuis son enfance (visible dans le film par les nombreuses affiches de films classiques tapissant les murs du personnage de Matt), Matthew Johnson a décidé de faire un film tout bonnement avec ses amis et en violant presque toutes les règles établies par l'école de cinéma où il étudiait lors de la production de The Dirties et où il étudie d'ailleurs toujours actuellement. Violer des règles telles qu'avoir un budget, prévoir les lieux et les temps où l'on tourne, avoir un script (c'est improvisé et naturel) ou même dire au gars à la caméra comment la prochaine scène va se dérouler pour qu'il suive bien les mouvements avec la caméra. Ceci veut dire qu'à quelques points quelque chose d'inattendu se produit (une chute en vélo par exemple) et la caméra doit réagir car elle ne faisait évidemment pas le focus sur le nouveau centre d'attention soudain, ce qui ajoute au réalisme de l'approche documentaire et non pas un film d'Hollywood planifié.

Ce manque total et voulu de planification ne veut pas dire que The Dirties est le projet scolaire typique (d'ailleurs, je crois qu'il n'était pas relié à aucun de ses cours). C'est un film bien fait avec un message très clair et un sujet très lourd qui veut dire quelque chose pour Matt. Il a visionné des vidéos montrant les jeunes tireurs de la fusillade de Columbine avant le jour fatal. Il a visionné ces vidéos à travers un documentaire qu'il dit très biaisé dans lequel on voyait les jeunes s'amuser et où le narrateur disait comment cela prouvait qu'ils étaient détraqués depuis longtemps.

Alors The Dirties prend l'approche d'un documentaire, mais sans narration et de façon linéaire. Le but est juste de s'introduire dans la vie de deux adolescents avant que l'on ne soit biaisé par le fait qu'ils sont des maniaques ou pas pour voir la vérité derrière les jeunes du film. Juste voir deux jeunes qui déconnent, qui s'amusent naïvement, qui ont une passion pour le cinéma et qui sont malheureusement la cible de brutes à leur école pour aucune bonne raison.

L'idée n'a rien d'original, mais l'approche du film fait toute la différence. C'est tellement fait pour nous faire reconnaître une naïveté authentique que j'imagine que nous avions tous en tant qu'adolescents. Une petite déconnexion de la réalité, un manque de sérieux et d'évaluation des impacts de ce qu'on planifie ou ce qu'on dit, mais rien de ça ne crie «potentiel tireur fou», c'est juste être adolescent. Sauf quand il est trop tard et qu'on ne remarque pas celui qui est juste 10% trop déconnecté de la réalité, probablement pas plus que ça.

Le mélange de tout ça avec l'approche du faux documentaire nous montrant d'abord ce qui semble être un making of d'un film ridicule où les personnages font une fusillade sur les méchants dans leur école, c'était probablement une meilleure idée que prévu. On ne sait plus faire trop la différence entre ce que les personnages pensent vraiment et ce qu'ils planifient faire ou pas. Ça nous met dans cette même déconnexion de la réalité qu'eux et aussi ça nous fait réaliser à quel point il est difficile de savoir quand agir ou même s'il faudrait agir si on était les amis et adultes entourant les jeunes, particulièrement Matt. L'autre idée brillante était peut-être de nous montrer justement comment Matt et son ami Owen, deux jeunes similaires en plusieurs points, évoluent pourtant différemment face à la situation.

J'ai juste trouvé bizarre qu'il n'y a pas d'explication poussée sur qui est cette troisième personne qui filme le tout et qui ne semble pas se poser de question. Au début peut-être pas, mais plus tard, il y aurait pu avoir une scène au moins où il laisse la caméra sur le sol et demande des explications ou encore qu'il continue à tenir la caméra et pose ses questions comme ça.

Mis à part de problèmes mineurs, The Dirties est un film très intéressant, un premier film réussi pour un jeune réalisateur sans expérience concrète qui vous fera peut-être repenser à ces jeunes qui vont trop loin. Pas une excuse pour leurs actes, pas une façon de vous faire pencher de leur côté, mais vous apporter un minimum de compréhension face à la situation et comment repérer les signes les plus insignifiants si vous êtes parent (ce que je ne suis pas).

4 étoiles sur 5

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.