mercredi 7 août 2013

Damsel in Distress: Tropes vs Women in Video Games

Damsel in Distress: Tropes vs Women in Video Games est une série de 3 vidéos soulignant l'utilisation du cliché de la demoiselle en détresse dans les jeux vidéos, en discutant de son impact sur les joueurs. La série a été créée par Anita Sarkeesian, sur son canal YouTube "feministfrequency".

Anita dresse une longue liste des jeux qui utilisent la demoiselle en détresse. Ce qu'elle reproche à ce cliché:
-La femme est montré comme faible et incapable de se défendre
-L'homme s'est fait enlevé SA princesse, il la considère comme sa possession
-La femme est montrée comme un objet
-La femme du héros se fait souvent tuer brutalement (violence contre les femmes)



Et quelques autres variations sur le même thème. Elle nous montre aussi que le cliché est présent encore aujourd'hui, et surtout dans les jeux qui misent sur la nostalgie (les jeux style rétro qui l'emploi). La série a eu un gros impact sur le web, recevant une tonne de critique et de discussion sur le sujet.



Et elle a raison. Ce cliché est beaucoup trop utilisé et met toujours la femme dans une position inférieure.

Les vidéos ont fait réagir beaucoup de gens, moi y compris. Je n'ai pas le même point de vue qu'Anita. Bien sûr, la violence envers les femmes n'as pas sa place dans le monde du jeu vidéo (ni n'importe où ailleurs), mais est-ce qu'il faudrait nécessairement éliminer la présence de jolie demoiselle?

On voit aussitôt que la série parle du point de vue d'une extrémiste aveuglé par ces principes: puisqu'il y a probablement autant de jeux qui permettent de jouer avec un personnage féminin.



C'est dans le troisième vidéo que j'ai pété les plombs. Lorsque Anita parle contre les jeux indie (une corde sensible?), elle mentionne Spelunky. Elle souligne le fait que l'on peut changer la demoiselle en détresse contre un homme ou un chien! De mon point de vue, c'est un point positif: ça permet d'éliminer le problème, si vous trouviez que la demoiselle insultante. Mais pas Anita. Elle dit que le fait de remplacer la femme par un chien démontre à quel point la femme est vue comme un objet. Elle dit même que le graphique de la femme renforce les stéréotypes à propos des femmes, alors que celui de l'homme ne renforce AUCUN stéréotype par rapport aux hommes! Regardez ci-dessous: est-ce que le graphique est insultant pour la femme? Et celui de l'homme dans ce cas?

Si les jeux vidéos font des femmes des êtres faibles, qu'en est-il des hommes? Si on voudrait contre-argumenter Anita, on pourrait facilement faire une série de vidéos qui parle du surplus de virilité présent chez les personnages masculins, RENFORÇANT les stéréotypes voulant qu'un homme doive être fort et musclé, et de n'avoir aucun sentiment (y compris être capable de tuer des milliers de gens sans regret). Ça me dérange à chaque fois que j'entends des femmes se plaindre que les personnages féminins sont irréalistes, alors que les personnages masculins juste à côté d'eux sont tous des Incroyable Hulk, mais ça, ça ne les dérange pas!! (Pensons aux jeux de combats) Laissons-nous le droit d'imaginer des modèles idéal, c'est une fantaisie. C'est l'habillement, l'histoire et les actions du personnage qui détermineront si c'est sexiste.

La vérité, c'est que les jeux vidéos sont des fantaisies qui nous aident à nous évader, à vivre des aventures et à accomplir des choses impossibles dans la vraie vie. C'est la même chose pour les films ou même les romans: on s'imagine jouer le rôle de quelqu'un d'idéal, de meilleur que nous et on se sent bien. Indiana Jones ou Nathan Drake, James Bond ou Solid Snake, ce sont des héros, des idéaux. Les jeux vidéos, à leur début, ont comme public cible les jeunes garçons. C'est donc évident que l'idée de contrôler un personnage masculin qui lui permet de gagner l'admiration d'un personnage féminin est non seulement logique, mais ce qui faisait vendre des copies.

De nos jours, c'est vrai que ce n'est plus le cas. De plus en plus de femmes jouent, et ça doit être pris en considération. Pas nécessairement en créant uniquement des héroïnes qui sont la vedette du jeu, mais en offrant le choix, lorsque c'est possible. Mais ce n'est pas toujours possible. Dans ce cas, prendre conscience du public féminin et réfléchir au rôle des femmes dans l'histoire.

Pour ce qui est du cliché de la demoiselle en détresse, je crois qu'on devrait l'éviter le plus souvent possible. Pas seulement pour les raisons qu'Anita mentionne dans son vidéo, mais plutôt dû au nombre de jeux qui l'utilise! C'est une excuse beaucoup trop facile, trop de jeux l'emploient pour justifier le gameplay (de l'homme frustré qui tue tout sur son passage). Je veux voir des histoires plus originales, Prenons Bioshock Infinite par exemple. Oui, il faut délivrer Elizabeth de sa tour, mais ce n'est pas parce qu'elle est faible (elle est plus puissante que DeWitt quand on y pense). Elizabeth a un rôle qui ne diminue pas la femme, c'est un exemple parfait de la BONNE utilisation du cliché.

Quant au fait de blâmer Nintendo pour le rôle constant de Peach, Anita semble certaine que Nintendo s'accharne à donner un rôle réducteur à la femme. Quant à moi, c'est beaucoup plus une question de PARESSE. Nintendo est maintenant reconnu pour ne jamais faire évoluer ses concepts, et toujours garder les MÊMES formules années après années. Même chose pour l'utilisation de la demoiselle en détresse dans tout plein d'autre jeu, comme tout ceux qui copiait Mario, qui avait une princesse uniquement pour se reprocher le plus du jeu à succès. Pour les jeux d'aujourd'hui, c'est souvent de la PARESSE, d'éviter de chercher une raison originale pour que le personnage parte en guerre.

Par conséquent, même si je ne suis pas entièrement d'accord avec Anita, le simple fait qu'elle mette en lumière ce cliché fera peut-être réfléchir les développeurs, et sensibilisé les joueurs pour qu'il DEMANDENT un changement dans les scénarios.

Croyez-le ou non, le projet d'Anita a été démarré sur Kickstarter. Elle demandait 6,000$, et a reçu 158,922$, pour filmer une douzaine de vidéos. C'est à croire que les gens voulaient vraiment que quelqu'un explore le sujet. Même si je ne suis pas entièrement d'accord avec l'opinion présente dans la série Tropes vs Women, j'applaudis Anita Sarkeesian pour avoir au moins démarré une discussion (même si elle a bloqué les commentaires sur chacun de ses vidéos).

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.