mercredi 17 juillet 2013

My Name Is Earl

Écran titre de My Name Is Earl
Créé par : Greg Garcia

Première diffusion : 20 septembre 2005

Canal original : NBC

Durée des épisodes : 21 minutes

Pays d'origine : États-Unis

Genre : Comédie

Supposez que vous êtes un criminel de bas niveau qui cause du tort partout dans son entourage pour "faire sa vie" et que du jour au lendemain la vie vous envoie un message qui vous fait prendre conscience de la situation. C'est exactement ce qui est arrivé à Earl Hickey (Jason Lee) dans la série à saveur humoristique My Name Is Earl dont je vous parle aujourd'hui.

Plus précisément, Earl Hickey et son frère simple d'esprit Randy (Ethan Suplee) étaient reconnus comme les vauriens du coin. Un jour, Earl a gagné à la loterie pour finalement se faire renverser par une voiture alors qu'il célébrait au milieu de la route, perdant son billet (qu'il retrouve à la fin du premier épisode). En frôlant la mort et dans un état d'esprit probablement affaibli alors qu'il regardait la télévision à l'hôpital, un spécial sur le karma lui donne son tout premier système moral. Le système est très simple : faites des mauvaises choses et des mauvaises choses vous arrivent, faites des bonnes choses et des bonnes choses vous arrivent.

C'est ainsi qu'Earl se dresse une liste de toutes les mauvaises choses qu'il a faites durant sa vie entière, incluant brûler un camp durant sa jeunesse, avoir été un bully, avoir couché avec la femme de quelqu'un d'autre et de NOMBREUX vols et fraudes. Le but de la liste est d'être entièrement éliminée alors qu'Earl va progressivement faire une bonne action pour réparer un méfait passé, allant de tout simplement rendre la chose volée à la personne jusqu'à convaincre quelqu'un d'autre que la vie vaut la peine d'être vécue après qu'il soit au bout du rouleau à cause des conséquences des torts qu'Earl lui a causés.


My Name Is Earl est drôle, ce qui est bien puisque c'est une comédie. Ce à quoi vous ne vous attendriez pas nécessairement, c'est l'absurdité de la série et son non-conformisme. Ça ne serait pas comparable à une série comme Community, mais ce qui commence comme une simple quête pour régler les méfaits du passé perd totalement son focus plus la série avance pour donner droit à des épisodes filmés à la Cops (parce qu'Earl et Randy ont déjà été filmés dans le cadre de l'émission dans la réalité fictive de la série), une histoire complètement débile ayant rapport avec le programme de protection des témoins et maintes excuses pour ne pas avancer la liste. Quand je disais manque de focus, je voulais vraiment dire que c'est un côté négatif de la série, mais en même temps ça apporte assez de positif si vous êtes un fan d'épisodes moins standards (et j'en suis un).

L'absurdité de la série ne vient pas que dans les situations débiles, mais aussi dans les personnages. Premièrement, la série est surprenante dans sa mémoire. Je suis certain qu'il y a des problèmes de continuité et ce n'est pas de ça que je parle, mais je veux dire qu'un personnage dont on parle dans un épisode de la première saison et que l'on voit quelques secondes peut avoir son propre épisode complet dans une autre saison. Un détail qui semble "cartoony" par rapport au passé de quelqu'un peut devenir très important et intégral à la série plus tard. Quelque chose que je pensais être simplement une blague pas sérieuse s'avère plus tard être réel dans la série.

Il y a toutes sortes de personnages, comme une mexicaine illégalement arrivée aux États-Unis dont vous découvrirez le passé à travers les épisodes, le même peut être dit pour un gars qui a l'air souvent simple, mais qui cache une grande intelligence et un peu trop d'amour pour sa tortue (ne vous inquiétez pas, rien de sexuel gang de pervers).

My Name Is Earl est tout ce qui a l'air de plus simple et standard avec ses personnages de type white trash nous faisant penser à de l'humour de bas niveau, cachant une série humoristique complexe et absurde sur les bords. Je ne sais pas si c'est un facteur ayant mené à son arrêt soudain et inattendu après quatre saisons complètes. La série avait sûrement plus à dire, elle finit même sur un cliffhanger, mais elle n'a toujours pas eu de suite sous aucune forme. J'ai entendu que Jason Lee aimerait conclure avec un film, peut-être un futur projet Kickstarter. Vous pouvez tout de même écouter la série et avoir plusieurs heures de divertissement et d'amusement avec ce qu'elle contient sans trop vous soucier du manque de conclusion concrète pour être honnête, c'est juste légèrement chiant à la toute fin.

4 étoiles sur 5

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.