lundi 15 juillet 2013

Juno Reactor - The Golden Sun of the Great East

Lorsqu'un groupe est toujours actif après plus de 20 ans, il n'est pas rare que les fans soient déçus des albums plus récents. C'est souvent parce que l'artiste a changé sont style au cours des années, ou qu'il est devenu trop "mainstream" (volontairement rendre son matériel plus accessible grand public, perte de personnalité). Mais ce n'est pas toujours le cas!

Juno Reactor existe depuis maintenant 23 ans (1990), et malgré cela, je suis totalement épaté par leur tout nouvel album, The Golden Sun of the Great East. Leur univers particulier est non seulement intact, mais plus riche que jamais.



(Écoutez l'album complet ci-dessus!)
J'irais même jusqu'à dire que cet album regroupe tout ce qu'il y avait de meilleur dans chacun de leur album culte. On y retrouve les chorales de Labyrinth, les percussions tribales de Bible of Dreams, les guitares acoustiques folles de Shango. C'est encore plus étonnant lorsqu'on sait que c'est en fait un collectif d'artiste venant de partout dans le monde et changeant parfois d'album en album. Le "mastermind" derrière ce projet est Ben Watkins, qui est là depuis le début.

Juno Reactor, c'est le mélange de musique électronique aux basses grinçantes, de techno accrocheuse, de musique ambiante enveloppante, de la guitare électrique du rock, du côté anarchiste de la musique industrielle, et de chorales à la sonorité orchestrale. C'est un mélange d'époque, de l'organique et du métallique, de style et d'ethnie en faisant une musique sans âge et sans frontière.

Le groupe sort plus que jamais son côté cinématique, avec des bruits d'ambiance qui nous font sentir au milieu d'une terre étrangère (c'est un des éléments que j'aime le plus de Dismantled, un groupe cyberpunk/industriel que j'adore). On se ferme les yeux , et il ne faut pas moins pour que Juno Reactor nous fasse vivre un voyage incroyable. Une voiture qui démarre, un klaxon, pas de gens sous la pluie, une cloche... et on est ailleurs. La première piste, Final Frontier (aussi sorti en single), est un 10 minutes de rébellion et de mélancolie illustrant un univers sombre et dystopique. Une de leurs meilleures chansons à ce jour. Si vous êtes quelqu'un avec beaucoup d'imagination et qui est prêt à se perdre dans une atmosphère musicale, Juno Reactor vous offre la meilleure évasion.

Les pistes sont longues, mais rassurez-vous, elles évoluent constamment, utilisant une palette de son gigantesque à savourer. On parle de "valeur de rejouabilité" pour les jeux vidéos, mais pour les albums de Juno Reactor, c'est carrément la même chose: chaque album est tellement élaboré et dense qu'on ne se tanne tout simplement jamais. J'écoute l'album Beyond the Infinite régulièrement, depuis bientôt 10 ans! Comme du Daft Punk, c'est toujours aussi frais!

Juno Reactor me laisse sans voix, comme toujours.

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.