samedi 22 juin 2013

À l'intérieur

Affiche de À l'intérieur
Réalisé par : Alexandre Bustillo & Julien Maury

Produit par : Vérane Frédiani & Franck Ribière

Date de sortie : 24 mai 2007

Durée : 82 minutes

Pays d'origine : France

Genre : Film d'horreur indépendant

On dirait que c'est assez courant quand je tombe sur un film français dans les dernières années que ce soit un film d'horreur sanglant avec un tueur brutal qui harcèle une femme. Haute tension et Martyrs sont deux films comportant plus ou moins la même ambiance et formule.

Mais là où je connais plusieurs films américains ayant le même type d'horreur, un genre que j'aime bien de temps à autre, les films que je viens de mentionner, incluant celui d'aujourd'hui, ont tous un certain respect pour leur genre, en commençant par prendre des acteurs ou actrices qui savent donner des bonnes performances et un ton plus sérieux.


À l'intérieur commence alors qu'une femme enceinte et son mari se retrouvent dans une collision avec une autre voiture. Son mari décède sur le coup, mais la femme, Sarah (Alysson Paradis, la sœur de Vanessa Paradis, dans son premier rôle principal) ainsi que son bébé survivent plus ou moins intacts.

La nuit juste alors qu'elle s'apprête à accoucher le lendemain, une intruse (Béatrice Dalle) qui semble savoir qui est Sarah tente de s'infiltrer chez elle. Sarah appelle donc la police et tout semble OK, mais il s'avère que la femme en question s'est infiltrée chez Sarah et elle compte bien obtenir ce qu'elle désire : le bébé à l'intérieur de Sarah.

Le concept est vendu tel quel sur l'affiche : «Ouvre-moi ta porte... Que je t'ouvre le ventre.» Rien n'est particulièrement original ou subtil à propos du film, car comme je l'ai dit la différence est dans la qualité des performances et j'ajouterais qu'il n'y a pas de temps mort. Après l'introduction, les temps d'attente sont des moments de tension. Le film n'utilise pas trop la technique des films américains où le personnage marche un long couloir, ne voit pas le maniaque, puis soudain le personnage soulagé se retourne et un chat lui saute à la figure alors qu'un gros son se fait retentir. Et c'est même bizarre qu'il ne le fasse pas, parce qu'il y a un chat dans la maison, mais j'apprécie justement qu'il ne l'ait pas fait.

Il y a des moments de tension, sinon toujours un nouvel élément qui arrive pour faire avancer l'action. Le film ne s'éternise pas à 82 minutes, il y a toujours du mouvement. Si c'était un film psychologique, peut-être que ça aurait pu survivre comme étant tout simplement la victime qui se cache derrière une porte et qui a des conversations avec la maniaque qui tente de l'attraper de l'autre côté, mais c'est plus un slasher, tout simplement. Il y a même très peu de dialogues entre la victime et ladite maniaque.

Ce n'est pas un film artistique, quoique pour son genre, il est fait avec un certain art où du moins il suit les règles de l'art. En bout de ligne, comment je le décrirais tout bonnement à une connaissance, c'est un film avec une folle qui attaque une femme enceinte dans sa maison. C'est vraiment violent, vous allez voir plein de sang et c'est bien rythmé.

Il n'y a pas de genre de film pour lequel il est plus facile de savoir si quelque chose vous intéressera que ce genre-ci. Vous vous connaissez, alors si vous aimez ces types de films-là, en voilà un bon que je vous recommande.

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.