dimanche 14 avril 2013

BattleBlock Theater

BattleBlock Theater est le nouveau jeu de "The Behemoth", la compagnie derrière Alien Hominid, mais surtout, Castle Crashers. Alors que ce dernier était un grand retour du genre beat-em-Up étant donné son succès, l'équipe s'attaque au genre 'plateformer".

L'humour qui était présent dans Castle Crashers l'est aussi ici. Un bateau échoue sur une île, où un théâtre contrôlé par des chats utilisent des prisonniers pour les divertir, les faisant traverser des parcours à obstacles mortels sur une scène. Votre ami, Hatty Hattington, est possédé par un chapeau haute-forme diabolique, qui le met en charge (contre son gré), du théâtre. C'est avec l'intention de le libérer que vous tenterez de survivre à plus d'une centaine de niveaux.

Si on prend n'importe quelle plateformer et qu'on le réduit à la plus simple expression, ce n'est qu'un parcours à obstacles, utilisant différentes sortent de mécanismes pour vous rendre la tâche difficile. Les niveaux de BattleBlock Theater sont formés à partir d'une grille, ou des blocs y sont posés (une trentaine de sortes différentes?). Les blocs qui ont une propriété différente ont un look spécifique à eux. Une fois qu'on les croise une fois, on sait ensuite les reconnaître et planifier son parcours en conséquence. De nouveaux blocs sont introduits à mesure que le jeu avance, finissant par couvrir tout ce qu'on peut rencontrer dans un jeu de plateforme standard.


Même si le concept semble limité à la base, vous réaliserez que même après avoir joué à plus d'une centaine de niveaux, vous serez surpris par l'originalité de l'utilisation des blocs dans plusieurs niveaux. C'est toujours différent. (Pensons aussi à Trackmania, qui fonctionne sous le même principe).

BattleBlock est constitué de niveaux d'une courte durée, contenant une multitude de checkpoint, pas de limite de vies. Le but est de se rendre à la sortie, qui se débloquera uniquement lorsque vous aurez collecté un minimum de 3 diamants, sur les 7 présents dans chaque niveau. Les diamants servent aussi à libérer (acheter) d'autres prisonniers. Vous pouvez choisir parmi plus de 250 personnages jouables (seulement le visage change). Dans chaque niveau, on y retrouve aussi une balle de laine: 5 balles de laine vous donnent accès à une nouvelle arme (13 en tout).

Le mode scénario est composé de 8 "mondes" avec 9 niveaux standard, une finale (constitué de deux niveaux chronométrés un à la suite de l'autre), et 3 niveaux "encores" qui sont aussi limités dans le temps. Un total de 112 niveaux qui viennent avec le jeu. Le mode Arena propose des matchs multijoueurs (ou contre l'ordinateur), dans 8 modes différents. king of the hill, deathmatch, course, basketball... Il y en a pour tout les goûts.

C'est déjà beaucoup, mais en plus, il vient avec un éditeur et la possibilité de télécharger des niveaux d'utilisateurs, ajoutant une quantité infinie de contenu. Il est un des plus simples et efficaces que j'ai vu. C'est simplement dû au fait que le jeu est basé entièrement sur des blocs. Il est donc facile de créer un niveau, vous sélectionnez un bloc, et vous le placez. C'est aussi simple que ça. Il y a peut-être plus de possibilités du côté créatif dans LittleBig Planet, mais le temps nécessaire à la création d'un niveau dans ce dernier en a découragé plus d'un.

Le seul reproche que j'ai à faire (comme pour tous les jeux qui permettent de créer ces propres niveaux), c'est que ceux créés par les utilisateurs ont tendance à être d'une difficulté inhumaine. On se demande s'ils font un concours du niveau le plus impossible... Parce que même si ton niveau est techniquement terminal, ça ne veut pas dire que les gens auront du plaisir à mourir des centaines de fois... Le problème ne serait pas présent si les niveaux étaient classés par difficulté, mais ce n'est pas le cas.

Par contre, le fait de pouvoir créer des niveaux pour les différents modes multijoueurs est vraiment super.

Je parlais de difficulté, et je dois avouer que le huitième monde du mode scénario est une vraie torture. Étant donné qu'on ne voit pas la carte au complet, c'est parfois difficile de savoir par où aller, ou comment résoudre un puzzle. Je n'ai jamais trouvé que le mélange "puzzle" et "timing" était une bonne idée: et encore moins lorsque le temps est limité. Et quand on y ajoute des blocs glissants, des ennemis imprévisibles et des passages ultras précis, j'ai de la difficulté à avoir du plaisir... Peut-être que je suis simplement mauvais, mais regardons simplement le vidéo ci-dessous, et vous comprendrez que la mort est parfois très difficile à éviter!


Pour le scénario, je dois d'abord saluer la performance de narration de Stamper (sound designer pour Newgrounds). C'est lui qui ajoute de la vie et de la personnalité dans les cinématiques, et dans les niveaux en tant que tels, puisqu'il agît comme commentateur. Même après plusieurs heures de jeu, il peut encore vous faire rire avec un nouveau commentaire. (S'il vous achale, vous pouvez sélectionner la fréquence de ses commentaires, ou les enlever complètement). Les cinématiques sont hilarantes, sous forme de "théatre de marionnette".


(Eh oui, encore un jeu indépendant. La raison pour laquelle ils sont de plus en plus importants, c'est que ce sont eux qui garde des genres en vie. Plateformer (Super Meat Boy, Spelunky, Fez), Beat-em-up (Castle Crashers, Double Dragon Neon), Metroidvania (Insanely Twisted Shadow Planet, Guacamelee, Dust: An Elysian Tail), point-and-click (Machinarium, Gemini Rue, la série Blackwell)... Ces temps-ci, les jeux AAA tournent beaucoup autour des termes "FPS", "third-person action", "open world", "post-apocalyptique", "zombies", "online compétitif", à part quelques rares exceptions (Rayman Origins, Nintendo). Les jeux indies n'ont pas peur de rester fidèles à des genres de jeu qui existent depuis longtemps, sans avoir peur d'être considéré dépassé. Un peu comme au cinéma, les superproductions dans le monde des jeux vidéo ont tendance à croire que tout le monde veut toujours des histoires sombres et dramatiques. Certaines de ces superproductions seront évidemment les jeux de l'année. Mais quand même, prenons The Last of Us qui a l'air d'un très bon jeu, ça reste un jeu post-apocalyptique de tir à la troisième personne, sombre, avec des zombies. Les jeux indies sont là pour vous donner des options, comme essayer de combler des lacunes actuelles de genres dans l'industrie du jeu, quand vous en avez besoin. Avouez que retourner à un monde humoristique et coloré, ça ne fait pas de tort.)

Voilà, c'est BattleBlock Theater, un jeu de plateforme excellent et drôle, avec une énorme quantité de contenu, et aux modes multijoueurs qui vous occuperont pendant très longtemps! Présentement exclusif sur XBLA pour 1200 points. (Si vous avez une sauvegarde de Alien Hominid et/ou Castle Crashers, vous débloquez des bonus!)

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.