mardi 19 mars 2013

Chronicle

Affiche de Chronicle


Réalisé par : Josh Trank

Produit par : John Davis & Adam Schroeder

Date de sortie : 28 janvier 2012

Durée : 84 minutes

Pays d'origine : États-Unis

Genres : Science-fiction filmé à la première personne

Le genre des films à la première personne, vous savez quand un personnage suit le groupe avec une caméra, c'est à la fois quelque chose dont je suis un fan, mais aussi un genre que je trouve extrêmement limité. Faites une suite à l'un de ces films et ça ressemble encore plus à une copie conforme que si le film était d'un autre genre. Faites deux films avec le même thème qui sont filmés de la sorte et on dirait qu'il y a plus de chance que ça semble répétitif.

C'est pourquoi il faut trouver une façon de rendre ça intéressant et c'est pourquoi je suis sans aucun doute un grand fan des bons films dans la catégorie qui exploitent cette restriction à leur avantage. Le film d'aujourd'hui nous présente quelque chose de nouveau à partir du genre surexploité des super-héros (dont je dois admettre être aussi un fan) et des films à la première personne en faisant un mélange brillant des deux. Un mélange qui semble tout simplement impossible...

D'abord, vous pouvez cliquer ici pour voir la bande-annonce. Je vous avertis, elle est à la fois excellente (très intéressante et montée intelligemment), mais aussi trop révélatrice, ce pourquoi je ne l'ai pas mise directement sur la page. Chronicle demeure selon moi un très bon film même si vous savez jusqu'où il va aller, mais il y a sûrement un plaisir supplémentaire à aller chercher si on ne sait pas tout comme ça a été le cas pour moi.

Pour une version des faits qui révèle uniquement l'important pour vous accrocher et juste introduire le film, fiez-vous à moi. L'action de Chronicle se déroule autour de 3 finissants du secondaire, dont un garçon vivant un peu la misère avec un père qui le bat, une mère malade et un manque d'amis. Les deux autres sont plus du genre gars bien intégrés ou même populaires, l'un est cousin avec le malheureux. Le gars moins populaire dans cette situation décide de commencer à filmer son quotidien pour... La raison n'est pas claire, peut-être pour montrer les abus de son père? Peut-être à cause de cette caméra qu'il trimballe partout, il se fait appeler par un ami de son cousin pour filmer quelque chose qui sort de l'ordinaire. Un trou dans le sol, en pleine forêt, qui mène dans une caverne souterraine où le groupe découvre quelque chose de lumineux qui les transforme.

Après leur découverte, notre groupe se rend rapidement compte qu'ils ont le pouvoir d'influencer et de déplacer des objets à distance. Ils se rendent aussi compte qu'en utilisant leur pouvoir régulièrement, mais pas trop sinon ils saignent du nez, ils peuvent le développer pour déplacer des choses encore plus grosses. Et ils se trouvent même des nouvelles capacités en manipulant ce "champ de force" autrement que la fonction de base qu'ils trouvent au début, mais je ne veux pas vous révéler quelle est la nature de ces capacités. Tout ce que l'on sait assez tôt dans le film, c'est qu'ils ont la télékinésie et que leur force augmente rapidement.

C'est un peu une vision réaliste de ce genre de situation. Que feraient des jeunes comme eux s'ils trouvaient un pouvoir comme celui-ci par hasard. Un peu comme un enfant qui découvre son corps, le but direct ici n'est pas de déterminer si le pouvoir doit être utilisé pour le bien ou le mal, du moins pour une bonne partie du film, mais plutôt de juste explorer les limites du pouvoir et de s'amuser avec. Les événements mènent peut-être plus tard à des utilisations bonnes et moins bonnes du pouvoir, mais ce n'est qu'une conséquence de l'exploration.

Le film est excellent dans sa montée de la tension. Vous aurez rarement vu un film devenir de plus en plus excitant de minute en minute et continuer de le faire à un rythme si bien balancé et progressif jusqu'à son pic.

Le casting semble aussi être un bon choix pour le type de personnages que le film contient, que ce soit en apparence ou le jeu des acteurs en tant que tel.

Ce film est aussi super pour le genre des films à la première personne, car il exploite une idée que je ne me rappelle pas être typique du genre. Il abandonne une certaine crédibilité du contenu chronologique d'une seule caméra en se disant que s'il y a une caméra dans les environs (sécurité, cellulaire), il peut changer d'angle de vue d'une caméra à l'autre, ce qui devient particulièrement important vers la fin. Tous les films à la première personne n'ont pas besoin d'être à 100% crédible et c'est d'ailleurs rarement le cas. Et comme nos héros peuvent déplacer des objets, leur pouvoir entre en compte pour filmer leurs environs de façon plus mouvementée typique d'un film régulier, à quelques endroits, le tout étant explicable dans le contexte du film (évidemment que d'autres films à la première personne ne pourraient pas faire la même chose).

Si on devait parler des problèmes du film, on peut dire que les effets spéciaux ne semblent pas tous naturels, on voit assez facilement que c'est du CG. Mais c'était supposé être un petit film, un très petit film même, avec un maigre budget. Faire un film d'horreur sur un maigre budget qui semblait assez authentique, c'était possible encore mieux qu'avec le CG entre les mains du bon réalisateur à une autre époque. C'est une chose que je dois reprocher à cette technologie. Mais faire un film de super-héros au moins moyennement crédible était complètement impossible avant l'ère du CG et encore moins sur un budget limité. Le CG permet à plus de gens de mettre leurs idées au grand écran et, quoique ça peut mener à des abus, en théorie c'est super.

Un autre reproche que j'ai à faire, c'est que malgré tout ce que j'aime de l'utilisation des caméras dans le film et le fait que j'apprécie qu'il ne se prend pas trop la tête à demeurer crédible, ça devient ridicule quand un personnage a toujours par hasard la manie d'avoir une caméra à sa porte d'entrée et même un miroir spécifiquement placé pour qu'on voit aussi le visage de la personne qui a le dos à la caméra sans nécessiter le montage changement de plan d'un film régulier. Je ne suis pas stupide quand même et on ne parle pas d'une caméra comme sur un iPhone en plus, mais une vraie caméra portable.

Ce film se mérite facilement 4 étoiles sur 5 et en fait, il est une très forte recommandation. Il se chercherait plus de points s'il trouvait une façon plus habile de gérer ses contraintes, mais en même temps, vous n'avez pas à y penser deux fois si vous devez écouter ce film si vous êtes un fan de super-héros et de films de ce genre. Vous ne porterez peut-être même pas attention à la façon malhabile, plus ou moins moqueuse d'elle-même peut-être, que le film a d'expliquer pourquoi il y a toujours une caméra. Sérieusement, ces failles ne me dérangent pas vraiment à long terme si c'est pour pouvoir donner le résultat surprenant qu'est Chronicle.

Oh et ça a été écrit par Max Landis, le fils de John Landis (recherchez-le si vous ne connaissez pas le nom, vous avez sûrement vu au moins un de ses films). Et il y aura peut-être une suite, quoique le premier script de la suite, encore de Max Landis, n'a pas été apprécié du studio cette fois et rejeté pour l'instant. Et c'était le premier film du réalisateur Josh Trank, travail phénoménal, qui devrait réaliser le futur reboot de Fantastic Four, probablement appelé pour la cause grâce au succès inattendu et bien mérité de Chronicle.

4 étoiles sur 5

1 commentaire :

Solo the CyberpunK a dit...

J'ai écouté le film et j'ai bien aimé! C'est vrai que les effets CG parraîssent parfois, mais je vois ça comme une concentration du budget au bon endroit: la fin est vraiment bien faite.

L'histoire du type "superhéro réaliste" me fait penser à un roman graphique "A God Somewhere"
http://www.geekmodeblog.com/2011/03/god-somewhere.html

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.