dimanche 17 novembre 2013

Le jeu de la mort (documentaire)

Capture d'écran promotionnelle de Le jeu de la mort

Réalisé par : Thomas Bornot, Gilles Amado, Alain-Michel Blanc & Jean-Léon Beauvois

Produit par : Christophe Nick

Date de sortie : 17 mars 2010

Durée : 95 minutes

Pays d'origine : France

Genre : Documentaire indépendant

En ce lendemain de la conférence de Sony, l'événement PlayStation, je peux vous assurer que le jeu de la mort n'est pas ce qui a été annoncé. Ce serait plutôt un documentaire produit pour la télé qui a pour but de reproduire une expérience de Milgram dans un contexte adapté pour le format de la télévision et ainsi nous prouver à quel point la télévision est dangereuse.

D'abord, qu'est-ce que l'expérience de Milgram? Il s'agit d'une expérience menée dans les années 60, fortement inspirée des années de l'Allemagne Nazi, dont le but était de comprendre les effets de l'autorité sur un humain qui suit des ordres. Est-ce que les soldats étaient moralement d'accord avec ce qui se passait ou est-ce que le désir de répondre à l'autorité était plus fort que leurs convictions morales. L'étude d'origine a prouvé ou du moins fortement suggéré que dans plus de 60% des cas, un être humain continuera à faire un geste qu'il considérerait normalement abject jusqu'au bout si l'autorité lui fait croire à la nécessité de son geste.

Je ne vous décrirai pas l'expérience de Milgram si vous ne la connaissez pas, c'est assez fascinant et c'est décrit dans le documentaire étant donné qu'ils essaient de la reproduire. Leur but spécifique est de critiquer le spectacle que la télévision fait de la violence en nous montrant des preuves au début comme quoi la télé exploite parfois la torture réelle. Le documentaire souhaite à critiquer particulièrement la téléréalité et nous montrer les dangers d'une télé qui s'approche de plus en plus de nous montrer un jeu télévisé avec le risque réel de provoquer la mort, puisque les gens considéreraient apparemment la télévision comme une force d'autorité aussi légitime qu'une autre, si l'expérience donne les mêmes résultats que celle de Milgram.

Le documentaire est définitivement intéressant en premier lieu pour entendre parler de cette expérience, mais en second lieu par ce que ça implique. C'est vraiment quelque chose qui fait réfléchir.

Le documentaire n'est pas non plus sans faille. Critiquer la télévision qui devient de plus en plus violente en nous montrant une émission de télévision dont le but est de profiter de la violence, c'est un peu ironique. Mais je comprends le principe de combattre le feu par le feu dans certaines situations où il faut faire passer un message important. Là où est mon problème, c'est que les exemples montrés au début comme quoi la télévision peut nous faire accepter des choses violentes, ça nous montre des individus qui savaient dans quoi ils s'embarquaient et étaient à 100% volontaire, alors que la situation expérimentée dans le jeu de la mort nous montre que le candidat ne serait plus volontaire à un certain moment et il est forcé d'être puni.

Je ne sais pas non plus pourquoi le documentaire se force à critiquer la téléréalité et ses dangers, car la réalité derrière la téléréalité, c'est qu'il y a peu de réalité. Ça en fait des répétitions du mot réalité pour décrire quelque chose qui est fictif, non? Mais c'est vrai que ce type d'émission contient à coup sûr des segments arrangés, pour produire du spectacle. La seule différence avec une autre émission, c'est qu'ils n'engagent pas des acteurs professionnels et qu'il y a des scènes qui ne sont pas écrites d'avance, mais il y a une équipe de production autour de tout ça quand même. Donc je ne crois pas que la télévision soit dangereuse dans le même sens que le documentaire souhaite l'impliquer. C'est d'ailleurs un défaut : la narration saute souvent vite aux conclusions.

Ceci dit, c'est une expérience valable qui surprend. Ce n'est pas parce qu'il y a exagération d'un côté que ça rend invalide ce qu'on y voit. Il y a quelque chose à apprendre, un avertissement à en tirer et surtout, beaucoup d'inquiétude à avoir face aux humains et aux figures d'autorité.

Est-ce que j'aurais été jusqu'au bout (supposant que je ne suis pas trop gêné pour participer à une émission de télévision)? Hmm, peut-être... Même une bonne personne se trouve toujours une excuse (bullshit à ceux qui expliquent avoir été jusqu'au bout parce qu'ils n'y croyaient pas). Voilà ce qui m'inquiète.

4 étoiles sur 5
Le mot de Solo
Il est maintenant disponible sur Netflix, je ne sais pas s'il l'était lorsque Bob a écrit son article. J'ai aussi trouvé le documentaire très intéressant. Je crois tout de même qu'il ne tire pas de conclusion, mais qu'il nous démontre surtout une infime partie de commencement de début de problème. Disons qu'un deuxième documentaire sur l'effet de l'autorité sur les comportements des sujets dans une multitude de contextes (travail, guerre, prison, etc.) serait vraiment très intéressant. Le jeu de la mort en parle un peu, mais justement trop peu. Comme le dit Bob, la faute est mise sur la télévision, ce qui n'est pas entièrement faux, mais la peur de faire face à l'autorité est selon moi le vrai problème et la véritable conclusion du test. 

Le test est quand même une excellente façon de voir comment les gens réagissent lorsqu'ils affrontent une autorité qui déjoue leur sens morale, et lorsqu'ils passent à la télévision...

Mon conseil après avoir écouté ce documentaire, c'est d'écouter le court-métrage de 2005 Mort à l'écran (français, lui aussi), illustrant à merveille ce que la télé-réalité est en vérité: un spectacle ridicule ou toute humanité est perdu. Les humains aiment regarder les malheurs des autres et les voir souffrir, ça fait partie de notre nature. C'est ce qui est vraiment triste. À vrai dire, j'ai été (un peu trop) touché par la première candidate dans Le Jeu de la Mort qui refusa d'exécuter les ordres. Ce moment était la lueur d'espoir, un geste de compassion sincère que l'on voit rarement.

Pour en revenir à Mort à l'écran, c'est une parodie de télé-réalité où un condamné à mort est installé sur une chaise électrique devant public, et ce public, ainsi que les téléspectateurs à la maison peuvent soit le sauver, soit l'exécuter. C'est une exagération à l'extrême, mais le message passe très très bien. (Oui, l'animateur télé est Lambert Wilson, le Merovingien dans Matrix Reloaded!)

Par chance, il est justement entièrement disponible sur YouTube! Vous pouvez donc l'écouter ci-dessous!

2 comments :

Solo the CyberpunK a dit...

J'ai ajouté une section "le mot de Solo", d'une façon totalement désinvolte, et republié l'article...

Bob a dit...

Et une addition intéressante dois-je ajouter. Un film de fiction est notre seule façon de bien représenter une supposition et à quoi ça pourrait ressembler, à défaut de pouvoir le faire dans la vraie vie (et honnêtement, j'espère qu'on n'arrive jamais au scénario que tu décris dans Mort à l'écran, mais des fois on a l'air proche).

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.