mercredi 23 janvier 2013

Bad Ass

Affiche de Bad Ass
Réalisé par : Craig Moss

Produit par : Ash R. Shah

Date de sortie : 13 avril 2012

Durée : 90 minutes

Pays d'origine : États-Unis

Genres : Film d'action indépendant

Danny "Machete" Trejo revient dans un rôle d'action où il incarne cette fois un homme âgé, vétéran du Vietnam, qui a de la misère à trouver sa place en société jusqu'à ce que les événements le poussent à agir et à prendre action en usant de ses talents de combat.

Inspiré par une vidéo virale sur YouTube (cliquez ici pour la voir) où un homme de 67 ans, sous l'effet de la rage et de la provocation, a fait saigner un homme visiblement plus jeune alors qu'il était filmé sur un cellulaire à l'intérieur d'un autobus.


Comme d'habitude, je dirais que ça importe peu qu'un film se dise basé sur des faits réels. Je ne suis pas ici pour juger la réalité en me basant sur un film qui n'est pas du tout un documentaire, je suis ici pour juger une œuvre de fiction, car la plus grosse menterie à laquelle il ne faut pas trop porter attention (au moins faire des recherches si vous voulez les faits) est exactement quand un film hollywoodien prétend dire la vérité.

Dans ce cas-ci, ce n'est qu'une inspiration, car l'événement est clos (et présenté d'une façon complètement différente dans le film, à part pour le lieu) et il n'aurait pas donné le matériel nécessaire pour autre chose qu'un très court métrage. Par exemple, on mélange un complot à tout ça, qui part avec une histoire de meurtre sur laquelle notre personnage principal décide de faire le travail que la police ne fera pas.

Les policiers sont d'ailleurs représentés comme incompétents et ne faisant rien. La vérité est probablement plus complexe et probablement environ à mi-chemin entre le policier inutile (ou corrompu) souvent plus typique d'un film moderne et le policier droit qui répond immédiatement à l'appel, plus typique d'un ancien film.

Mais ne demandez pas à ce film d'être complexe ou même ne serait-ce qu'un peu intelligent, car ce n'est pas le but qu'il s'est donné. Il n'est pas réalisé par quelqu'un de qui je m'attendrais à ça de toute manière (le réalisateur de The 41-Year-Old Virgin Who Knocked Up Sarah Marshall and Felt Superbad About It et 30 Nights of Paranormal Activity with the Devil Inside the Girl with the Dragon Tattoo).

C'est ce pourquoi je pourrais difficilement être surpris que ce soit un film avec très peu d'originalité et, définitivement une grave offense, pas si bien exécuté que ça. Il s'agit d'un de ces films où la star d'action est âgée et où l'on doit être impressionné à quel point il est badass malgré tout (d'où le titre). Le héros a toutes les bonnes valeurs et il utilise la violence malgré lui, les méchants sont méchants pour le bien de l'être. Les stéréotypes raciaux sont bien présents.

Mais je n'ai pas à me plaindre. J'ai parti ce film sur Netflix parce que je ne savais pas quoi faire à ce moment-là. Je n'avais pas le goût de jouer à un jeu et je n'avais pas le goût d'écouter un drame ou de me risquer à la section comédie de Netflix (où je dois parfois chercher longtemps à cause d'une sélection manquant les meilleurs titres en dehors de ceux que j'ai déjà vus). Bad Ass est étrangement dans cette section comédie (ce n'est même pas comme Machete où l'humour est une partie importante sous-entendue du film), mais je l'ai trouvé dans la section action, avec un titre et une image qui me disaient ce que j'allais obtenir et c'est ce que j'ai eu.

Si vous voulez écouter Bad Ass, c'est donc bon pour passer un peu le temps. C'est loin d'être une priorité. C'est loin d'être un grand film d'action. La raison même pour laquelle un film comme Terminator 2: Judgment Day serait facilement dans mon top 5 des meilleurs films d'action est complètement manquée par un film comme Bad Ass. On parle d'un scénario avec un peu plus de profondeur que "je dois taper sur la gueule des méchants", mais surtout le fait que le danger était extrêmement explicite dans T2. On sait que le héros peut perdre. J'irais même plus loin, on sait que le héros perdra inévitablement, question de temps, s'il entre dans une bataille régulière un contre un avec son adversaire.

Dans Bad Ass, Danny Trejo montre très peu de faiblesse. De plus, le film n'est pas compétent. Il y a utilisation très rare de ralentis, mais pas particulièrement toujours à des moments époustouflants. De plus, il y a quelques moments où la caméra perd son focus. Peut-être deux ou trois fois et la durée est courte, mais je vois rarement ça dans un film moderne filmé avec des caméras de qualité. Et pourquoi utiliser ce qui est clairement du sang ajouté en post-production quand quelqu'un reçoit un coup en pleine face? Ça n'existe plus aujourd'hui la technique très peu coûteuse et 100% réaliste de dire à l'acteur de garder du liquide rouge dans sa bouche et de le cracher alors qu'il tourne sa tête pour faire semblant d'avoir reçu le coup? (Probablement qu'ils ont oublié de faire ça justement et qu'en regardant les scènes au montage ils ont décidé d'ajouter le sang pour souligner les impacts. Ou je me trompe complètement et c'est réel malgré que ça a l'air complètement ajouté après les faits.)

La conclusion est que Bad Ass n'est pas un très bon film, mais facilement écoutable et approprié au contexte où on a du temps à tuer et qu'on se sent prêt pour voir cogner (je n'ai pas mentionné à quel point ce film ressemble à un jeu vidéo, avec Bad Ass qui entre dans un nouveau décor ou niveau et qui a immédiatement un nouveau boss à battre). Avec Netflix, un film comme celui-ci a tout à gagner grâce à la facilité d'accès et d'utilisation du service.

3 étoiles sur 5

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.