samedi 10 novembre 2012

Weeds

Photo promotionnelle de l'ensemble des acteurs réguliers de la première saison de Weeds
Créé par : Jenji Cohan

Première diffusion : 7 août 2005

Canal original : Showtime

Durée des épisodes : 30 minutes (avec publicités)

Pays d'origine : États-Unis

Genres : Comédie dramatique noire

Cette série télévisée, qui est admissiblement restée plusieurs années de trop à la télé, est néanmoins respectable pour son audace et comme semi-précurseur à Breaking Bad selon moi (je reviendrai là-dessus). Elle est audacieuse, car George W. Bush en était aux débuts de son deuxième terme en tant que président et les États-Unis ne pouvaient donc pas plus affirmer leur fièvre conservatrice pour ce moment. Cette série était assez tôt dans le mouvement américain dénonçant ce qui est devenu populaire à référer comme l'un des pires présidents et gouvernements de l'histoire du pays.

Pour ceux qui ne connaissent pas Weeds, c'est l'antithèse aux politiques que le peuple demandait pour une seconde fois. En ce sens, c'est bien plus qu'une émission ayant rapport avec le cannabis sous toutes ses formes... Mais c'est aussi ça, sous forme de sitcom à l'humour noir!

Bon, en résumé, Weeds est l'histoire de Nancy Botwin (Mary-Louise Parker), une femme dans la trentaine avancée ou début de quarantaine, qui avait une vie de famille confortable avec ses deux enfants, Shane (Alexander Gould) et Silas (Hunter Parrish), quand son mari, Judah (Jeffrey Dean Morgan), est mort soudainement d'une crise cardiaque. Pour maintenir le même niveau de vie tout en n'ayant pas bâti une carrière toutes ces années, elle se met à vendre de la marijuana du jour au lendemain. Et ainsi commencent les folles aventures des membres survivants de la famille Botwin, incluant le frère de Judah, Andy (Justin Kirk), qui se joint rapidement à eux pour rester sans but clair dans la vie ou dans sa visite.

Il y a d'autres favoris de la série, comme Doug Wilson (Kevin Nealon, que j'ai apprécié de son temps à Saturday Night Live), un comptable talentueux mais aussi de peu de morales qui est prêt à tout pour se faire de l'argent et qui démontre un profond amour du produit que Nancy vend. Il n'a rien de sérieux et devient par conséquent rapidement ami avec Andy.

Et il faut mentionner Celia Hodes, qui est l'amie de Nancy, mais aussi son opposée. Nancy aime ses enfants (quoiqu'elle est souvent absente) et elle a des valeurs morales plus libérales, alors que Celia est un personnage complètement détestable qui n'aime tout simplement pas sa fille et qui lui dit en pleine face. Elle démontre parfois des valeurs plus conservatrices, particulièrement dans son combat contre toutes les drogues, contre l'homosexualité que sa jeune fille semble développer et souhaitant un modèle féminin plus traditionnel pour sa fille qui a un peu de gras sur les os.

Autre point intéressant, quoique Nancy est pour la légalisation du pot (assez évident), que les français appellent "beuh" apparemment, elle n'a pas tendance à consommer son produit et quoique Celia montre un dégoût pour les gens qui consomment des drogues, elle est pratiquement alcoolique et parfois même saoule en public.

Vous aurez peut-être remarqué que pas mal tous les personnages ont des défauts de caractère importants. Weeds, c'est la série ultime où aucun personnage n'est un modèle et même la série ultime où on vous propose de suivre et on peut présumer s'attacher à des êtes humains souvent complètement exécrables, particulièrement Celia, mais aussi Doug Wilson qui est montré comme très égocentrique et peu ouvert.

Il y a même tellement de choses qui s'empilent dans le département des mauvaises décisions que fait Nancy qu'on a l'impression à un certain point qu'elle ne fait pas vraiment ça pour maintenir la vie de sa famille, ce qui devient vraiment très évident dans les 4 ou 5 dernières saisons sur un total de 8.

Même Andy, même s'il est souvent là pour s'occuper des enfants quand Nancy est absente, il n'a juste tout simplement pas de couilles. C'est un drôle de défaut à lui reprocher, mais c'est un trait constant chez lui pendant plusieurs saisons, trait qu'il remarque et décide de faire quelque chose pour finalement se prendre en main pour finalement toujours renoncer (même quand çe ne fait plus de sens), alors comprenez-moi que même si c'est petit comparativement aux autres, j'ai fini par lui reprocher presque autant que les pires.

Mais à défaut de vraiment être concerné par les personnages, ce sont leurs défauts qui nous font rire au départ, particulièrement Andy (qui a pratiquement toujours un sourire en coin dans sa performance), qui a juste des réactions de lavette face à des situations dangereuses ou qui, de par son manque de sérieux par rapport à la vie, ne devrait pas être un modèle quoiqu'il se voit contraint d'éduquer surtout le plus jeune de Nancy et de lui faire part de sa "sagesse". Par exemple, un incident assez tôt dans la série le force à avoir une discussion inconfortable avec Shane sur la masturbation. Il est souvent posé dans des situations inconfortables et la façon dont l'acteur joue le jeu me fait presque rire à tout coup.

Les personnages sont aussi une force dans un autre sens, c'est que Nancy Botwin est un fort personnage féminin, c'est la chef de la série et à part peut-être dans quelques saisons ayant rapport avec le Mexique, elle ne se laisse pas marcher dessus par les hommes sans nécessairement pouvoir être traitée de féministe radicale. C'est une femme qui a du leadership, c'est tout. La série a été créée par une femme et c'est rafraichissant de se dire que Nancy n'est pas que ce que les hommes pensent des femmes, surtout que malgré ses vêtements léger, elle n'a pas tendance à être trop exploitée pour son corps dans les premières saisons, même si cela aussi change un peu avec le temps, un petit peu. La conséquence négative est que c'est une série où les femmes sont d'action et où les hommes... sont des lavettes ou violents et ou imbéciles.

La série est aussi créée par une juive, du moins en origines ethniques (peut-être pas en croyances religieuses étant donné qu'il y a certains thèmes critiquant les croyances religieuses en général), donc Andy est juif et il y a plusieurs références culturelles ou points de l'histoire importants par rapport à ça, comme Andy qui étudie dans une école de rabbins pour le simple fait d'éviter d'être amené à la guerre, car la série est aussi antiguerre de par sa position libérale. Une position avec laquelle je suis d'accord, mais les critiques politiques que la série lancent manquent de subtilité et ce n'est généralement pas ce qui me fait rire.

Weeds, c'est plein de situations cocasses qui prennent un ton léger sur les situations dangereuses liées à la vente de marijuana et le territoire des gangs qui ont le contrôle dessus. La série est similaire à Breaking Bad donc, car les deux commencent avec un personnage jusqu'à présent vivant une vie de famille normale, mais qui fait face à une surprise de la vie et décide de changer de caractère du jour au lendemain. Les deux séries ont des situations cocasses, mais la différence est dans les réactions des personnages surtout. Dans Breaking Bad, le ton est le drame. Les situations peuvent nous faire sourire de temps à autre, mais les personnages y réagissent de façon réaliste ou ce que je suppose qui pourrait l'être dans ces situations que je n'ai jamais passé près de vivre.

Dans Weeds, ce sont des personnages de sitcom. Les deux séries sont braves et je n'ai pas dit à quel point Weeds affronte des sujets tabous, malgré le plus de sérieux dans Breaking Bad. Cette dernière est après tout un drame alors que Weeds remplit très bien son propre but d'être un sitcom ayant étrangement des idées hors des normes. Cependant, la qualité de Weeds se dégrade à un certain point... (Contrairement à Breaking Bad qui devient juste de mieux en mieux.)

Je disais que la série est restée trop longtemps à la télévision, c'est que par la nature du "travail" de Nancy, elle doit souvent se relocaliser. Du moins, cela devient fréquent quand la série, pour des raisons de budget ou d'acteurs secondaires qui ne peuvent pas revenir, décide de commencer cette gimmick dans la deuxième moitié. Je n'ai rien contre le changement, c'est même une qualité de la série d'essayer de souvent tout changer. Cependant, les personnages ne changent jamais, ils n'évoluent pas (sauf Shane, mais il stagne quand il devient trop vieux), premier défaut.

Deuxième défaut, la série arrive difficilement à me faire croire que tous les personnages importants se suivent constamment quand ils n'ont plus aucun lien en commun. Pourquoi Celia sortirait de la ville qui lui tient à cœur pour perdre la vie qu'elle connaissait et s'embarquer dans quelque chose qu'elle déteste? Pourquoi Doug Wilson suivrait le groupe à des frontières dont vous n'avez aucune idée (si vous n'avez pas écouté la série au complet)? Doug n'est qu'un ami du groupe, mais il a peu de rapport avec ce qu'ils se mettent à faire, il ne leur apporte rien après un moment venu assez tôt, c'est juste parce que l'acteur est Kevin Nealon et que c'est le funny guy de service, ce qui le rend utile dans un sitcom.

La qualité de la série peut donc être vue comme montant rapidement de la première saison jusqu'à la troisième ou quatrième saison, dur à dire, puis elle décline peu à peu et elle devient disons pas misérable, mais sans but après un certain point. Malgré ces détails, c'est une série que j'ai beaucoup aimée et que je recommande maintenant qu'elle est finie (plus tôt cette année), je voulais juste dire qu'elle est l'exemple parfait d'une série où un moment donné vous ferez : «Bon, j'ai compris le principe...» Et une série où plus vous l'écoutez, plus vous détestez les personnages, mais vraiment. La finale m'a même fait me sentir presque mal de les avoir suivis jusque-là (avec un message à moitié bon et à moitié douteux sans ne pouvoir vous le révéler).

Si vous avez retiré ce que vous vouliez de son but sitcom à son point où elle semble se dégrader pour vous, lâchez la série, tout simplement, au risque de démolir votre opinion des personnages qui est supposée ne pas commencer comme bonne de toute manière considérant leurs morales. (Dans Breaking Bad, qui a admissiblement un but différent du sitcom, notre opinion change graduellement sur les personnages quand ils finissent par aller trop loin, mais on comprend ce qui les a mené là, alors que dans Weeds, le point de non-retour d'un personnage nous fait encore plus réaliser qu'ils étaient des êtres humains détestables depuis le début et la série se débarrasse des personnages gentils, ne laissant aucune balance.)

Les bonnes saisons (en général, la première moitié de la série) :
4 étoiles sur 5

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.