mardi 13 novembre 2012

Mirror's Edge

J'ai joué à Mirror's Edge à sa sortie, en 2008 (il y a 4 ans!). C'est en regardant la galerie impressionnante de capture d'écran de style "photographie" de PixieGirl4 sur Flikr que j'ai eu le goût d'en reparler (ce sont quelques unes de ceux-ci dans cet articles). En passant, allez voir sa galerie de photo hyper artistique provenant de plein de jeu différent, elle est vraiment talentueuse. Dans le même registre, il y a aussi le site Dead End Thrills, qui produits d'excellentes captures de jeu à des résolutions jusqu'à 2560 X 1440. Ces photos font de superbes fonds d'écran! Anyway...

<iframe width="853" height="480" src="http://www.youtube.com/embed/2N1TJP1cxmo" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

C'est avec ces photos que je me suis souvenu des décors flamboyants de Mirror's Edge. C'est l'un des rares jeux qui est à la hauteur de ses "concept art". Les sections de niveaux ont une thématique de couleur, passant du bleu, au vert au jaune en quelques minutes, avec de la saturation à épuiser votre téléviseur. C'est magnifique à regarder, vous vous surprendrez peut-être à arrêter quelques secondes pour admirer le paysage.

Le gameplay de Mirror's Edge est basé sur le "parcours", le sport extrême qui consiste à aller du point A au point B le plus rapidement possible. Sur les toits, dans le métro, dans les égouts, dans des édifices à bureaux... Votre personnage ne le fait pas pour le plaisir par contre. C'est son emploi. Dans un monde au régime totalitaire où l'information est contrôlée par les médias et le gouvernement, vous agissez en tant que "runner" qui livre de l'information importante. Vous vous trouverez souvent à être poursuivie, et vous devez courir sans regarder en arrière, créant les scènes de poursuite les plus excitantes (selon moi) de l'histoire du jeu vidéo. On saute d'une fenêtre pour glisser sur un toit, on saute entre deux métros en marche, évite un hélicoptère qui laisse les murs couverts de balle juste derrière nous...


Est-ce que j'ai mentionné que le jeu est à la PREMIÈRE PERSONNE? Oui, comme un FPS, vous voyez les mains de votre personnage quand vous courrez, et la caméra fait un 360 degrés vertical lorsque vous faites une roulade. Ce n'est pas ce qui est de plus pratique, mais c'est ce fait de ce jeu une expérience inoubliable. C'est comme si vous seriez vous même à la place de "Faith", le personnage principal. Les sauts sont spectaculaires et stressants de ce point de vue et ça ajoute à l'adrénaline déjà présente à cause du sentiment d'urgence qui est souvent présent.

Le jeu a été ignoré dû en grande partie à ces défauts. Le principal est la mécanique de tir. Vous pouvez voler les fusils de l'ennemi en esquivant son attaque. Le contrôle et la visée rendent les armes désagréables, en plus du fait qu'elles attirent automatiquement l'attention, très mauvais dans les sections qui demandent d'être discrèt. Le point à retenir, c'est qu'il est possible de finir le jeu sans utiliser une seule balle, et que ce n'est pas fait pour être un FPS. Bien que ce point devrait absolument être amélioré dans une suite, ce n'est pas quelque chose qui devrait vous empêcher d'apprécier l'expérience.

L'histoire est un peu simple et les cinématiques en "animées" (qui ressemblent à du flash) ne sont pas extraordinaires, mais ils ont l'avantage de ne pas prendre toute la place et ne vous font pas perdre votre temps. Les lieux ne semblent pas être des excuses pour faire avancer l'histoire, contrairement à plusieurs jeux... Certains niveaux sont pénibles puisqu'ils demandent de la précision, ce qui n'est pas toujours évident à la première personne. D'autres vous demande de la planification, comme lorsque vous pénétrez dans une pièce, les mains vides, contre 10 ennemis armés qui font feu en votre direction. Vous devez alors réussir un exploit digne de Trinity dans "The Matrix" et faire un parcours parfait, désarmant et frappant les ennemis un après l'autre, entre des rebonds sur les murs et l'escalade du décor. Ce n'est pas un problème, puisque les checkpoints sont très fréquents, et il n'y a pas de pénalité pour mourir.

Il est linéaire, mais c'est le genre de jeu qui nécessite de la linéarité pour assurer un level design intéressant et soigné. Il y a tout de même des raccourcis et des sacs cachés à trouver, pour ceux qui aiment l'exploration. Pour ceux qui veulent de la rejouabilité, le mode principal du jeu serait le mode "Time Trial". Quand on y pense, c'est le "vrai" mode du jeu: c'est ça le Parcours. C'est de faire un parcours parfait. Des petites sections de niveaux avec des temps à battre pourront vous occuper longtemps, puisqu'ils sont vraiment difficiles. Si vous êtes plus du style à suivre le scénario du jeu, sachez que vous mettrez 7 à 9 heures pour finir le jeu. Ce n'est pas long, mais c'est parfait comme cela. Si vous voulez plus de parcours, il y a un pack de DLC "Pure Time Trial" qui ajoute des circuits difficiles.

Je suis plus du genre à apprécier un jeu qui FAIT L'EFFORT pour amener quelque chose de nouveau, mais qui a de petits défauts, qu'un bon jeu qui n'as pas évolué depuis des années ou qui essaie de faire comme tout le monde (exemple Paper Mario: Sticker Stars, vs New Super Mario Bros 2...). Alors j'admire Mirror's Edge pour son propre style graphique et son gameplay différent de tout le reste, dans ce monde ou les suites et les "modes" deviennent de plus en plus courantes, et que les nouvelles franchises font souvent face à un échec, dû à un manque de réception de la part du public. J'espère de tout coeur voir une suite à ce jeu, avec un tout petit peu plus de liberté, une correction au niveau du contrôle des armes, et un peu plus de variété dans les missions.

Mirror's Edge est peut-être un jeu qui est passé sous le radar, mais il vaut la peine d'être joué. D'autant plus qu'il ne coûte presque plus rien aujourd'hui (15-20$). Faites-vous un cadeau et jouez à quelque chose de différent, pour une fois...

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.