vendredi 30 novembre 2012

Brawl Brothers

Devant de la boîte de Brawl Brothers (Super Nintendo)
Développé & publié par : Jaleco

Sortie initiale : 22 décembre 1992

Plate-forme : Super Nintendo (disponible sur Wii Virtual Console)

Genre : Beat 'em up

Prix : 9$ à 15$ sur Amazon
        800 points Nintendo (8$) sur Wii Virtual Console

Je me rappelle avoir souvent loué des jeux d'action, des platformers et des beat 'em ups, comme celui-ci, à l'époque de la SNES (généralement loués, car je les finissais souvent et j'achetais ceux que j'aimais et que je ne trouvais pas impossibles, mais qui étaient trop longs pour finir durant une location). Pour moi, incarner un personnage puissant et frapper d'autres bonhommes qui sont "les méchants" (on ne sait pas trop pourquoi), c'était ce que je cherchais dans un jeu vidéo. Pour être franc, même si l'activité a évolué, n'est-ce pas souvent ce que l'on recherche dans un jeu vidéo encore aujourd'hui (derrière tous les embellissements HD, les trames sonores orchestrales et les cutscenes élaborées)?

Donc, Brawl Brothers, est-ce bon? La question première dans vos têtes est sûrement encore plus : Brawl Brothers? C'est pas un Super Smash ça?


C'est le genre de jeu où vous regardez la vidéo et vous savez c'est quoi, rien de plus, rien de moins. Il faut savoir que Brawl Brothers est intelligemment noté comme une suite à Rival Turf partout dans le monde, avec une mention spéciale sur la boîte en Europe et le titre original des deux jeux au Japon faisant partie de la série Rushing Beat. Partout dans le monde sauf ici, en Amérique du Nord, où il n'y a pas de telle mention.

Il faut avoir joué aux deux jeux par hasard et se rendre compte que les deux comportent la caractéristique particulière d'un "Angry Mode", mais encore là, ils n'ont aucun lien au niveau de l'histoire, car l'équipe de localisation de la version anglaise a tout simplement enlevé des segments de l'histoire et a remplacé complètement ce qui restait par du bla bla qui ne veut rien dire (je sais que le premier jeu de la série parlait de drogues, les jeux japonais ayant commencé aussi tôt qu'au temps de nos bonnes vieilles consoles à traiter de sujets matures en plus des sujets habituels et bizarres; malheureusement la drogue étant l'un des nombreux sujets toujours censurés par la politique de Nintendo d'Amérique à l'époque quand ces jeux sortaient du Japon).

Fait intéressant, la version américaine de Brawl Brothers est possiblement la seule cartouche de Super Nintendo qui contient la version japonaise du jeu sur la même cartouche, accessible via un code de triche. La vraie version japonaise avec des modifications au gameplay, pas juste la traduction du texte de notre version. Autre fait intéressant, la caractéristique principale de la série, le "Angry Mode", n'est pas activée par défaut dans les options de la version anglaise car l'équipe de localisation s'est trompée et elle l'a mis par défaut à Off, ainsi que la difficulté par défaut à Hard. Libre à vous d'accéder au menu d'option et de régler ceci.

Il serait étrange de laisser Angry Mode à Off même si vous voulez volontairement finir le jeu à une difficulté élevée, car Angry Mode, même s'il rend le jeu plus facile (à peine), comme je l'ai dit c'est la caractéristique propre à la série, pas quelque chose à désactiver. Il s'agit d'un petit boost qui fait que lorsque vous approchez la mort, votre personnage devient temporairement invincible et de force surhumaine (vous pouvez le voir devenir orange).

OK, l'autre caractéristique particulière au jeu est peut-être qu'il peut plaire aux fans de lutte, étant donné que le jeu se joue beaucoup en s'approchant des ennemis pour faire deux ou trois mouvements où vous les tenez et performez une prise digne de la WWE (mais ce n'est pas vraiment le seul beat 'em up à offrir cette possibilité, même pour l'époque).

Les autres aspects du jeu en font un beat 'em up tout ce qu'il y a de plus générique avec une base similaire à Final Fight. Générique n'empêche pas qu'il est parfaitement fonctionnel. Il y a quelques armes, pas trop souvent. Une certaine variété à vos mouvements, mais à la quantité d'ennemis et à la longueur énorme (pour ce que c'est) des quelques niveaux, ça se répète très rapidement, malgré la sélection de cinq personnages (leurs mouvements sont similaires, mais il y a une différence de portée et de rapidité).

Le plus grand amusement à tirer du jeu est le fait que vous pouvez y jouer à deux joueurs en coop (sinon, vous sélectionnez toujours deux personnages avant le niveau, même tout seul, car le second personnage remplacera celui qui est défait au combat). Ce sera plus rapidement complété et vous n'y jouerez plus. C'était ce qui caractérisait une parfaite location, pas un jeu extraordinaire, mais amusant sur le coup et on n'en parle plus. Manque de variété, les paysages n'ont rien de mémorable, très peu d'interaction avec l'environnement.

Un bon jeu à essayer sur émulateur aujourd'hui ou Virtual Console si vous y tenez vraiment beaucoup, mais à 800 points ou environ 8$, il vaut mieux la peine de conserver cet argent pour quelque chose de plus cher et plus complet ou simplement y ajouter quelques dollars si vous voulez un jeu immédiatement et se prendre un bon jeu sur Xbox Live Arcade (ou autre plate-forme similaire de votre choix) qui vous manque. Ce qui est dommage, c'est qu'il n'y a pas la suite sur Virtual Console, The Peace Keepers, qui était un jeu similaire, mais plus complet et plus varié. Celui-là aurait été pratiquement un bon conseil pour le bon public au même prix.

Vous pouvez aussi voir ma session de jeu au complet dans la vidéo ci-dessous si vous le désirez (ma vidéo plus haut du premier niveau est une division de ma plus longue vidéo ci-dessous).


3 étoiles sur 5

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.