samedi 13 octobre 2012

Nightbreed

Affiche de The Stuff
Réalisé par : Clive Barker

Produit par : Gabriella Martinelli

Date de sortie : 16 février 1990

Durée : 102 minutes

Pays d'origine : États-Unis

Genres : Film d'horreur fantaisiste

Ça me surprend que Clive Barker n'a pas utilisé le nom Alan Smithee pour la sortie du film (nom utilisé jusqu'en 2000 lorsqu'un réalisateur souhaitait se distancer du résultat final) qu'il a adapté de son roman Cabal tellement son projet a apparemment été massacré par le studio 20th Century Fox. C'est peut-être pour ça que beaucoup de films d'horreur sont indépendants, car ils ne se mêlent pas bien aux studios destination grand public.

On aurait coupé près d'une heure de matériel comparativement au montage du réalisateur (qui n'est pas disponible actuellement ou peut-être jamais). Je ne peux qu'évaluer la version que j'ai vue, vous vous en douterez que c'est un film qui, pour les raisons mentionnées, divise un peu le public. Il aurait peut-être pu être plus, mais à son statut actuel, je trouve qu'il est parfait pour mon thème du mois, car c'est un bon film de monstres pour Halloween!

L'histoire du film est un étrange mélange qui ne fonctionne pas à 100%, car on sent véritablement l'absence de certaines scènes qui expliquent peut-être des détails importants, mais on sent surtout très facilement que les personnages sont brusquement dans un nouveau lieu sans que l'audience puisse savoir pourquoi ou comment ils sont arrivés là.

On dirait aussi qu'il y a comme deux histoires principales au film, connectées ensemble par une ficelle prête à se briser à tout moment tellement elle est tendue. Il y a une histoire de meurtres en série et une histoire de monstres cachés. Boone, le personnage principal, est ce qui connecte ces deux histoires, mais il est si peu présent comparativement au rôle qu'il devrait jouer... (Et quand il est là, il n'est pas trop extraordinaire non plus...)


Voyez-vous, Boone fait des cauchemars récurrents selon quoi il y a un lieu secret où se cache des monstres qui tuent des gens. Il les raconte à son psychologue qui lui montre que des gens se sont véritablement fait tués de la manière qu'il décrivait, nous laissant croire que Boone est juste fou. Mais il devient très rapidement évident que Boone est peut-être innocent et que le psychologue a quelque chose à cacher. Puis Boone découvre qu'il y existe vraiment ce lieu avec des monstres, mais qu'ils n'ont pas tué ces gens (tiens, le contraire de ce à quoi l'on s'attend, quoique ce n'est pas un spoiler et c'est révélé dans la bande-annonce). Boone s'allie à eux, ce qui les amène de fil en aiguille à une potentielle guerre avec la police.

C'est pas mal du n'importe quoi comme vous voyez. Selon moi, en bout de ligne c'est l'histoire de meurtres en séries qui semble de trop au film. Cependant, David Cronenberg (oui, le réalisateur de films comme The Fly (version de 1986) et Videodrome) joue le rôle du psychologue d'une manière assez intéressante et je ne souhaiterais pas enlever ça au film. C'est comme du acting paresseux et ultra calme, mais ça devient plus perturbant considérant certaines scènes. En tout cas, pour moi, car je sais que c'est bizarre de souligner en bien du acting "paresseux".

La qualité du film n'est pas tant que ça dans son scénario (ni ce que j'appellerais un film de qualité de toute manière), mais dans son design et ses effets spéciaux sublimes et réalistes sans l'aide d'un ordinateur (au moins pour la majorité, sinon l'ensemble). Il y a plusieurs monstres au design soigneusement choisi, certains qui perturbent, sans compter le masque du tueur en série qui est tellement simple et à la fois effrayant et mémorable. Je sais qu'il s'agit de Clive Barker ici, alors je ne veux pas dire que le design est comparable à Hellraiser et à quel point certains des cénobites (les "monstres" dans Hellraiser) peuvent devenir tordus dans cette série, mais Nightbreed est tout de même bien et il a une quantité massive de monstres à sa portée.

Je n'aimerais tout de même pas ce film si ce n'était qu'il a un rythme acceptable pour nous mener à une guerre de 20 minutes qui n'est pas la plus grande guerre jamais filmée, mais où le design des monstres et des décors entre en compte pour donner une petite vision d'enfer parfaite pour avoir un peu de divertissement cette Halloween. C'est donc suggéré. La seule chose qui aurait pu être améliorée, c'est montrer encore plus de pouvoirs différents chez les monstres et un peu mieux expliquer la mythologie du film. La mythologie laisse un peu de mystère, c'est bien, mais on voit définitivement qu'ils gardaient l'important pour la suite, ce qui n'arrivera pas si je suis réaliste... (La quantité de films d'horreur qui ont des suites pourtant, je ne comprends pas...)

Et je vous parle de ce film car il y a un mouvement de renaissance qui date de cette année même. Un montage qui n'est pas exactement celui du réalisateur à ce que je comprends, mais qui contient PLUSIEURS des scènes perdues, a été créé à partir d'une copie VHS spéciale et de la sortie DVD existante. Le mouvement s'appelle Occupy Midian.

Je ne crois pas que vous pourrez y participer (c'est plus un truc américain), mais juste pour vous dire que le mouvement porte fruit. Fox a accepté apparemment de faire une sortie Blu-ray de ce montage (je n'ai aucune idée de la qualité visuelle qu'il aurait) en autant que la compagnie n'a pas à débourser d'argent (genre la mentalité Kickstarter appliquée à un studio riche, ce qui fait juste paraître la compagnie riche encore plus corrompue, mais bon...) Chaque représentation du montage que le mouvement fait rapporte de l'argent pour le projet et ainsi peut-être aurons-nous une vision plus près de celle de Clive Barker sous peu.

3,5 étoiles sur 5

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.