jeudi 9 août 2012

Pushing Daisies

Logo de Pushing Daisies
Créé par : Bryan Fuller

Première diffusion : 3 octobre 2007

Canal original : ABC

Durée des épisodes : 42 minutes

Pays d'origine : États-Unis

Genres : Comédie dramatique surnaturelle

Une autre série de Bryan Fuller. Je vous ai récemment parlé de Dead Like Me, une excellente série avec un point de vue original sur la mort, qui a malheureusement été annulée après deux saisons, alors que la série continuait d'explorer son univers.

Pushing Daisies est, un peu comme Dead Like Me, une série parlant de mort et qui a encore moins eu le temps de prendre son envol que Dead Like Me malgré un même nombre de saisons (la première saison s'est passée en plein durant la grève des écrivains en Amérique). Dommage, car cette série était un véritable conte merveilleux épisodique.


Il y a plusieurs raisons pour comparer cette série à un conte merveilleux plus que n'importe quelle autre série que j'ai vue, même celles qui incluent véritablement des fées et des magiciens comme Merlin.

Le premier élément nécessaire à notre conte merveilleux est évidemment la magie. On y suit les aventures de Ned (Lee Pace), un pâtissier se spécialisant dans les tartes qui a découvert alors qu'il était encore enfant qu'il pouvait redonner la vie à toute chose qui a autrefois été vivante. Il fait la découverte au moment où, en jouant dehors avec son chien adoré, celui-ci se fait frapper à pleine vitesse par un véhicule. Il va toucher à son cadavre et le chien se remet immédiatement à bouger comme s'il était en pleine forme.

La même journée, un malheur se produit et Ned découvre les limites de ses pouvoirs. Il peut ramener quelqu'un à la vie seulement une minute ou une forme de vie équivalente choisie apparemment au hasard aux alentours perd la sienne. Ceci dit, une fois cela arrivé, la personne ou l'animal ressuscité peut vivre apparemment éternellement au même âge, sauf si un accident lui arrive, ce qui peut causer la mort à nouveau. Il est aussi apparent que les victimes d'accidents sévères que Ned touche demeurent défigurées. De toute façon, Ned a pour règle de ne jamais ressusciter personne plus d'une minute à cause des conséquences et il se sert de son pouvoir pour aider un détective privé (qui est au courant de tout), Emerson Cod (Chi McBride), dans ses enquêtes sur des cas de meurtre.

Tout cela change alors que Ned découvre que son amour d'enfance qu'il avait perdu de vue, Charlotte "Chuck" Charles (Anna Friel), se fait assassiner. Il viole la règle ce jour-là et la laisse vivre. À partir de ce moment, elle fera partie du trio d'inspecteurs qui enquêteront sur un nouveau cas à chaque semaine, tout en travaillant au restaurant de Ned (mis à part d'Emerson Cod). Ce qui complique les choses est le dernier détail du pouvoir de Ned : aucun contact de peau avec un ressuscité ou celui-ci meurt de nouveau immédiatement, pour toujours.

C'est un concept au moins semi-intéressant à voir se développer durant quelques épisodes (notez qu'il n'y a aucun réel intérêt à répondre comment le côté magique fonctionne, c'est de la magie et cette série est définitivement à écouter en appréciant plutôt qu'en se questionnant, ce qu'elle a arrivé à me faire comprendre assez vite même à moi), ça a son côté romantique du conte, il y a un narrateur qui ajoute quelques états d'esprit aux personnages et qui débute toujours un épisode en ouvrant sur un nouveau chapitre de la vie d'un de nos personnages alors qu'il était enfant, des passages sans dialogues entre les personnages pour renforcer le fait que c'est une histoire qui nous est racontée.

C'est une série dans le genre comédie dramatique, mais sérieusement, le ton de la série est joyeux, tout simplement. Les acteurs sont parfaits pour leur rôle, les personnages dégagent la joie (ou dans le cas d'Emerson Cod, il est grognon) et ils sont excentriques, y compris Ned qui a tendance à être plus renfermé en évitant le toucher (on comprend pourquoi) et particulièrement les tantes de Chuck, dont l'une porte un patch sur un œil. Ces mêmes tantes ont aussi de la difficulté à sortir à l'extérieur et paraissent juste étranges.

Les scénarios et les dialogues sont farfelus et ça contient des exagérations comme on les lirait dans un texte qui ne se prend pas au sérieux. Je parle d'un homme qui base sa vie sur une admiration des odeurs synthétiques des parfums et de son adversaire qui vit dans les égouts car il base sa vie sur une admiration des odeurs naturelles... C'est dans un épisode, c'est complètement ridicule et on ne l'accepterait pas si la série n'avait pas une présentation particulière.

Photo promotionnelle de l'ensemble des acteurs régulier de Pushing Daisies

C'est le plus grand succès de la série et je pense que les fans seront d'accord, son look visuel unique. Ça me fait pratiquement penser à un dessin animé pour enfants en version réelle. Un peu par les environnements spéciaux, comme de larges terrains remplis de pissenlits ou le restaurant de Ned avec une grosse tarte comme toit. Mais c'est surtout par un contraste énorme des couleurs. Tout est éclatant. Le but de la série visuellement était d'avoir l'air d'un storyboard qui a pris vie et c'est complètement réussi.

Cependant, il y a souvent des longueurs et un manque de but à suivre, c'est comme un peu toujours la même chose, ce que l'on commençait à corriger dans la seconde saison (la seule saison complète) alors qu'on a dit aux créateurs de la série qu'elle ne reviendrait pas. La seule solution en dernière minute a été de résoudre plusieurs éléments dans les dernières minutes de la série, presque à la manière d'un conte qui dit : «Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants.» Un peu plus précis et adapté au contexte de la série sur les points qu'il restait à résoudre, mais similaire. Et il y a des éléments d'histoire auxquels j'ai pensé après le dernier épisode dont on ne sait toujours pas le résultat.

Dommage, mais que voulez-vous? Si vous désirez voir ce qui n'était peut-être pas la meilleure série (moins de potentiel que Dead Like Me par comparaison directe), mais définitivement légère et amusante, ainsi qu'un véritable accomplissement visuel moderne (l'une des bonnes utilisations des améliorations par ordinateur et je ne fais définitivement pas référence aux affreuses créatures en 3D qui apparaissent dans quelques épisodes), vous aurez à vous contenter de cette série pas complètement achevée.

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.