lundi 16 juillet 2012

Dead Like Me + Life After Death

Bannière de Dead Like Me
Créé par : Bryan Fuller

Première diffusion : 27 juin 2003

Canal original : Showtime

Durée des épisodes : 74 minutes (pilote)
                             40-50 minutes (série)


Pays d'origine : Canada & États-Unis

Genres : Comédie dramatique surnaturelle

Je remarque une certaine logique dans quelques-unes de mes séries préférées... Elles tournent autour de la mort. Il y a Dexter, où on suit littéralement la vie d'un tueur en série qui a donc la tâche d'envoyer des gens à leur mort, puis il y a Six Feet Under, dont l'intrigue se déroule autour d'un salon funéraire et de la famille qui le dirige. Certes, on pourrait dire que ces séries parlent autant de la vie que de la mort, peut-être même plus de la vie, à leur façon.

Aujourd'hui, pour donner encore plus de variété au sujet de la mort (ou de la vie), je vous fais part d'une autre série qui nous parle de la vie tout en se concentrant sur un sujet morbide. C'est la vie telle que perçue par des gens qui sont déjà morts, mais qui continuent de vivre, en quelque sorte... Il s'agit de la populaire série sur Showtime mettant en vedette des faucheuses d'âmes.

Un peu comme si la série n'était pas satisfaite de son approche déjà un peu, disons unique, elle n'accepte pas non plus l'image traditionnelle de la faucheuse et préfère inventer une mythologie conçue spécialement pour l'émission (avec un clin d'œil au cliché que l'on pense que ça va être, durant l'intro et dans les images promotionnelles). J'avoue aussi qu'ils n'avaient pas le choix de faire plus que le simple concept vieux comme la lune de la faucheuse, car après avoir pris notre âme, que fait-elle? Difficile de faire une série à chaque semaine avec si peu.

C'est pourquoi dans Dead Like Me, on se concentre sur les aventures de Georgia "George" Lass (Ellen Muth), une jeune femme de 18 ans, sans but précis dans la vie, qui meurt dans un accident absurde à sa première journée de travail après que sa mère ait insisté pour qu'elle se trouve un emploi.

George a été touchée par un agent de la mort (une faucheuse) à l'apparence tout à fait normale, lui retirant inconsciemment son âme un peu avant son accident, service qui est rendu à toute personne sous le point de subir un accident atroce histoire qu'il n'y ait pas de souffrance ressentie. Mais il se trouve que c'était la dernière journée pour cette faucheuse, car il avait atteint son quota et pouvait maintenant aller à l'autre vie, peu importe ce qu'elle peut être (on dit que c'est un endroit qui correspond à la personne qui est morte, sans notion réelle de paradis ou de dieu, les faucheuses admettent elles-mêmes ne pas le savoir; c'est intelligent et ça évite des débats parmi les différentes croyances des gens).

Seulement, il se trouve que quand une faucheuse a atteint son quota inconnu, la dernière personne touchée devient à son tour une faucheuse au lieu d'aller directement à sa vie après la mort sous la forme de fantôme. Georgia devra à son tour apprendre les règles à respecter, collectionner les âmes des gens sur le point de mourir par accident, meurtre ou suicide, et les guider vers leur "paradis" unique, en attendant le sien. Elle devra s'ajuster à son nouveau cercle social et sa nouvelle vie remplie de responsabilités, l'ironie étant qu'elle n'a jamais vraiment vécu, qu'elle n'a jamais été très sociale et qu'elle a toujours évité les responsabilités.

J'ai adoré cette série qui a des moments forts et moins forts, mais qui est habituellement intéressante et originale. Le ton est toujours très léger, par la musique joyeuse, les comportements exagérés des personnages excentriques ou des comportements si restreints d'un personnage comme Rube, le chef des faucheuses qui leur assigne leurs "clients". Comme pour la plupart des choses qui mélangent drame et comédie, il y a des scènes qui prennent un ton sérieux temporairement de temps à autre, mais on nous laisse toujours sur un ton léger.

Les personnalités des faucheuses en vedette passent du leader sage au gars qui cherche juste à avoir du plaisir et à consommer des drogues entre deux clients.

Je sais que c'est bizarre de parler de "clients" pour les gens qui vont mourir, mais ça fait partie de la mythologie de la série. Les faucheuses étaient des humains et ils sont toujours des êtres en chair et en os qui ont des besoins et qui sont vus des autres humains. Ils doivent se trouver un emploi normal (ou voler et commettre des crimes dans le cas de Mason) pour avoir les moyens de continuer à vivre. OK, ils sont différents, car ils sont immortels et ils guérissent de tout rapidement, mais pour rendre leur temps restant agréable, il est préférable d'avoir un peu de monnaie.

Je disais "clients" pour les gens sur le point de mourir, car en gros, je l'ai dit, c'est un service. La série utilise le concept de destin écrit. Tout le monde a une heure et un lieu pour mourir. Nos faucheuses doivent se présenter à temps sur les lieux, déterminer qui subira l'accident en scrutant les dangers potentiels dans l'environnement et aller les toucher pendant quelques secondes, sinon leur âme sera retirable plus tard, mais ils auront subi des souffrances physiques et probablement psychologiques. C'est souvent traité comme une véritable chasse et plus difficile qu'on ne pourrait le penser.

La série s'amuse à expliquer sa mythologie à travers les épisodes comme : peut-on empêcher une mort, peut-on créer une mort qui n'aurait pas dû avoir lieu, qu'arrive-t-il dans de telles situations, etc., et on nous présente de petits démons (invisibles aux humains normaux) qui sont responsables de TOUS les accidents (j'aurais aimé qu'il y ait des accidents qui soient de véritables accidents des fois, par contre).

J'avoue qu'il peut y avoir un manque de consistance par moments, surtout entre les premiers épisodes et ce que ça devient. Par exemple, les gens sont surpris de mourir au début, mais plus tard ils le savent aussitôt que leur corps rend l'âme. Parfois, les faucheuses guident la personne vers son "paradis" et parfois elles se sauvent sans conséquence. Je me questionne peut-être trop, mais je ne vois pas pourquoi je ne le ferais pas quand la série peut être considérée de qualité et pas rien qu'un simple divertissement banal. Ceci dit, la mythologie demeure intéressante et avait le potentiel de se développer longtemps.

La mythologie continuait à se développer, vraiment petit à petit, mais toujours, quand la série a été annulée après deux saisons et un total de 29 épisodes. Il y a eu des petits moments longs vers le début de la seconde saison selon moi, mais j'ai remarqué un réel désir de répondre à des questions qui flottaient sûrement dans la tête de plusieurs fans. Et pour quelqu'un comme moi, qui ne pouvait cesser d'avoir un million de questions dans ma tête étant donné que c'est un concept si farfelu, illogique et inventé de toutes pièces, j'ai évidemment eu des moments de frustration, mais sincèrement il y a plusieurs épisodes de suite, surtout au début et après ça ralentit, où on explique une tonne de ces questions. La quantité de "what ifs" auxquels on répond me donne parfois l'impression que des fans ont écrit quelques épisodes.

L'une des premières réponses, clairement une nécessité pour la série, est de nous expliquer que Georgia et toutes les faucheuses ont une apparence différente aux yeux des humains, pour éviter que la famille de Georgia ne la reconnaisse, par exemple. Oui, ces derniers continuent d'avoir des développements à travers les saisons, un peu pour nous montrer les effets de l'absence de Georgia sur sa famille, mais aussi comment la vie continue avec ou sans nous, comment que les choses n'étaient pas comme on le pensait. Aussi nous montrer qu'à un moment donné il faut lâcher prise.

L'emploi de Georgia, qui est très présent aussi dans la série, est clairement une façon de nous montrer la jeune femme qui devient un adulte et doit s'adapter à la société en se battant pour conserver son individualité. C'est probablement l'une des séries qui nous parle le plus de la vie en faisant semblant de nous parler de la mort (et ce n'est pas dire que c'est toujours fait subtilement, il y a de la narration à travers les épisodes et on nous le suggère souvent).

Affiche de Dead Like Me: Life After Death
Après l'annulation de la série, on a attendu 5 ans pour obtenir un film en sortie DVD et TV. Le film se situe justement 5 ans plus tard, probablement pour expliquer pourquoi la sœur de Georgia n'est clairement plus une petite fille, le départ de certains acteurs et aussi parce que le but était de relancer la série potentiellement, alors on a besoin de changements, sinon pourquoi aurait-elle été annulée en première place?

Je me suis quasiment senti sale en l'écoutant, comme si j'avais couché avec une étrangère. OK, je sais, la perception de notre société est qu'un homme aimerait coucher avec une étrangère, n'importe quand. Évoluez et acceptez ma métaphore ou imaginez-vous que je suis une femme si ça peut vous aider à la faire passer.

C'est que les changements sont brusques; la même atmosphère n'est pas retrouvée et ça semble être exactement le but, mais d'un autre côté, c'est comme démarrer une relation avec quelqu'un qui va beaucoup trop vite. Au lieu de continuer à développer ce avec quoi on m'avait laissé, tout me paraît étranger, malgré la présence de Georgia et de la plupart de ses amis de l'époque, sauf Rube, un personnage extrêmement important qui se retrouve enlevé de l'équation juste comme ça. Je sais que la série nous enseigne que parfois on ne peut pas dire au revoir, mais c'est fou comment tous les changements sont transparents dans leur intention, c'est cheap. Aussi, l'une des faucheuses n'est plus la même actrice, mais toujours le même personnage, ce qui est toujours difficile à faire avaler aux fans d'une série télévisée ou de films. (En passant, pourquoi elle et pas Rube? Pas que ça aurait été bon, mais la question demeure.)

À la fin, on analyse le tout et on se rend compte que le film a plus été un "set-up" mal exécuté pour faire partir les vieux éléments de l'ancienne série qui n'auraient pas pu revenir pour l'émission régulière 5 ans plus tard, surtout à cause des acteurs/actrices et de leur disponibilité. Ce n'est pas comme un long épisode supplémentaire à la série donc, mais juste un "patch" préparatif à la continuation de la série, et ça paraît.

Ce n'est pas le pire film au monde, un fan le comprendra et aimera sincèrement des bouts (et en détestera plusieurs), mais il ne peut en aucun cas s'adresser à quelqu'un qui n'est pas un fan, il est vraiment moins bon que le pilote qui établissait tout gracieusement au début de la série (sérieusement l'un des meilleurs "premier épisode" qu'une série pourrait souhaiter) et tant qu'à ne s'adresser qu'aux fans, pourquoi les trahïr? Tant qu'à faire ce genre de travail plus ou moins satisfaisant, la série aurait dû reposer en paix.

Jusqu'à présent, la série n'est pas revenue en ondes ou sous une autre forme que la télévision. Je crois que c'est fini pour Dead Like Me, du moins pour n'importe quoi qui pourrait ressembler directement à ce qu'on a connu, surtout qu'Ellen Muth ne pourra pas passer pour une immortelle de 18 ans très longtemps (elle a 31 ans à l'écriture de cet article). Cela ne veut pas dire que vous ne passerez pas de bon temps avec la série telle qu'elle est. Je la recommande à n'importe qui à la recherche de quelque chose d'original et de qualité sur le sujet fascinant qu'est la vie et la mort.

4 étoiles sur 5

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.