mercredi 4 juillet 2012

Bedlam (série télévisée)

Écran titre de Bedlam (série télévisée)
Créé par : David Allison, Neil Jones & Chris Parker

Première diffusion : 7 février 2011

Canal original : Sky Living

Durée des épisodes : 45 minutes

Pays d'origine : Royaume-Uni

Genres : Drame surnaturel

Je me suis récemment mis à jour dans toutes les séries que j'écoute activement (beaucoup) et pour passer le temps entre deux épisodes, je me suis lancé sur une autre potentielle série dans ma liste de "séries à essayer". Celle-ci était Bedlam, venue tout droit du Royaume-Uni, et je n'avais aucune idée de quoi ça allait être à part que ça impliquerait des fantômes et un asile psychiatrique transformé en bloc-appartements. Qu'en ai-je pensé?

Eh bien, c'est décent en tous points. Et par-là, je veux dire que ce n'est pas extraordinaire ni super bon, mais ce n'est pas mauvais, c'est parfaitement écoutable et ce n'est pas si mal si vous aimez le genre surnaturel. Ça fait exactement le travail pour lequel j'ai commencé la série : combler un vide entre les temps d'attente des autres séries qui sont en pause pour l'été.


Dans la série, Jed est un enfant adopté, maintenant adulte, qui a le pouvoir par proximité de voir les fantômes qui hantent un lieu et comment ils sont morts. Il court à la rescousse de sa cousine Kate après avoir reçu un message mystérieux comme quoi elle est en danger et il y aurait raison : elle habite et dirige le complexe Bedlam, autrefois un asile psychiatrique appartenant à sa famille, fermé pour abus de patients, transformé en bloc-appartements. De mauvais esprits rôdent dans un tel endroit, du moins dans une série ayant des fantômes.

À chaque épisode, Jed découvre un nouveau cas alors que des choses étranges se produisent dans un nouvel appartement de Bedlam. Jed doit toujours tenter de découvrir qui est le fantôme, comment il est devenu un fantôme et pourquoi il hante toujours les lieux, grâce à des flashbacks rapides. La vie des locataires en dépend. Ce qui rend la tâche plus difficile, c'est qu'il ne peut pas vraiment se faire comprendre par la plupart des gens et il doit y aller plus discrètement.

Vous voyez, rien de nouveau, scénario décent et c'est divertissant si vous aimez le genre. Si vous n'avez jamais tendance à accrocher aux séries surnaturelles ou aux films d'horreur, celle-ci ne va pas du tout vous changer, puisqu'elle ne fait rien de plus.

Il y a des choses qui ne sont juste pas logiques et je ne parle même pas des choses surnaturelles. À chaque semaine (temps d'attente à la télé, évidemment c'est peut-être un mois ou deux dans l'émission), Jed ou ses colocataires, incluant sa cousine, se mettent à socialiser instantanément avec le ou la locataire qui aura des ennuis. Et ce n'est pas par la forme d'un avertissement comme Jed en avait reçu pour sa cousine dans le premier épisode, c'est juste par les forces du hasard.

C'est l'exemple parfait d'une série qui ne se force pas pour créer un environnement et des relations auxquelles on peut croire, mais qui tente tout simplement de faire avancer son scénario jusqu'au prochain point de la façon la plus directe possible. Je pense aussi au hasard que l'un des colocataires de Jed ait perdu un frère dans un événement traumatisant et qu'il soit aussi ouvert à la possibilité que les fantômes existent, donnant la parfaite occasion à Jed de lui prouver que ce qu'il dit est vrai dans le premier épisode et faisant de lui un allié facile pour les épisodes suivants.

Ce n'est pas dire qu'il n'y a pas de mystères dans la série et je crois que c'est ça le plus grand fun. On ne sait pas si le père de Kate, aussi dirigeant du complexe, est un "méchant" comme son père l'était en abusant les patients. Il y a des gens qui disparaissent et il pourrait en être le responsable. Jed commence à apprendre que son adoption n'était pas comme il le pensait. Plein de petits détails laissés au mystère.

Et puis vient la deuxième saison où on laisse tout ça tomber pour aller dans une autre direction, ayant toujours rapport avec les fantômes de Bedlam par contre, mais je veux dire qu'on recommence le développement des personnages à zéro, en laissant croire qu'il y aura des réponses plus tard. Dommage...

Mais comme je l'ai dit, c'est décent et bon pour ceux qui aiment ça. Ne l'ajoutez pas à votre liste de séries que vous devez écouter prochainement ou sinon mourir (j'espère que vous n'avez pas une telle liste en passant), mais seulement si vous avez écouté tout ce que vous vouliez et que vous ne savez plus quoi faire un jour. C'est tellement facile dans un moment d'ennui de tomber là-dessus avec Netflix, où la série est disponible en anglais au Canada au moment où j'écris l'article.

3 étoiles sur 5

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.