dimanche 10 juin 2012

Private Parts (1997)

Affiche de Private Parts (1997)

Réalisé par : Betty Thomas

Produit par : Ivan Reitman

Date de sortie : 7 mars 1997

Durée : 109 minutes

Pays d'origine : États-Unis

Genre : Comédie biographique

Bien que le titre puisse vous faire penser à un film porno (Private Parts = Parties intimes), il s'agit en fait de l'adaptation de l'autobiographie d'Howard Stern, écrite par Howard Stern, personnalité de la radio américaine. Le film met en vedette Howard Stern dans le rôle d'Howard Stern. Il s'agit donc de quelqu'un qui comprend extrêmement bien son sujet.

Non, mais trêves de plaisanteries, si vous ne connaissez pas Howard Stern, ce n'est pas grave, vous l'apprendrez; moi je le connaissais. Mais un avertissement, ce gars a un humour très expérimental et vulgaire, il n'a juste aucune limite. C'est une bonne partie du sujet du film et la comédie qui en ressort. Par conséquent, si vous êtes choqué par cela ou que vous savez ne pas apprécier, écouter ce film sera fort probablement pénible. Cependant, il y a un élément important dans ce film, une critique de l'industrie de la radio que l'on peut en ressortir, qui fait qu'il est juste de plus en plus actuel au lieu de devenir de plus en plus vieux. En 1997, on ne voyait pas aussi clairement les conséquences de ce qu'il démontrait qu'aujourd'hui, dans un monde de technologies à accès libre.

Vulgaire à quel point? Eh bien, voici un extrait du film, un jeu auquel Howard joue, rempli de mots vulgaires. C'est un jeu qu'il fait dans le film juste pour pousser son patron à bout et lui dire qu'il n'a pas à lui répondre. (Je ne sais pas comment le segment se déroule en français, mais le film doit être difficile à traduire sans perdre un élément de la comédie.)


Mais on abandonne la vulgarité pendant un moment en nous montrant un jeune Howard qui rêve de devenir DJ à la radio, mais qui ne peut pas faire jouer ses propres musiques à cause que ce n'est pas ce qui attire les côtes d'écoute. Il passe de station en station et son rêve est brisé. On voit le drame d'un homme marié qui doit faire vivre sa famille (son couple est l'un des éléments qui évolue à travers le film). C'est à cause de tout ça qu'il finit par se dire qu'il en a assez de se plier aux décisions des stations et que son émission sera à propos de ce qu'il veut : parler de TOUT (incluant la longueur de son pénis). Il brise des règles, quelque chose d'aussi strict que de ne pas être supposé avoir de discussion avec sa lectrice de nouvelles, car les autres ne le font pas. Il brise tellement de règles qu'ils n'ont qu'à le renvoyer s'ils ne sont pas satisfaits. Mais peuvent-ils se permettre de renvoyer l'homme le plus vendeur de la radio?

Le film nous présente le monde de la radio comme une place régie par des vieilles idées qui n'ont jamais évoluées, et on parle depuis les touts débuts. Rien de nouveau n'est essayé, car on ne change pas une recette qui fonctionne ou plutôt qui fonctionnait. Il ne faut pas choquer personne, car cela veut dire qu'on élimine une partie du public. Mais ils oublient qu'essayer de satisfaire tout le monde est une très mauvaise idée en pratique qui est impossible en partant. En essayant de satisfaire tout le monde, on présente un produit générique qui ne vient chercher personne en particulier. C'est l'état politiquement correct du monde actuel et si c'était vrai qu'on n'avait rien que ça, je n'aurais pas de plaisir, mais la vérité est que ce film était autrefois impossible à montrer à la télévision dans son état naturel, ce n'est qu'en 2008 que ça a été fait pour la première fois. Donc notre monde n'est pas nécessairement plus politiquement correct qu'il ne l'était et la meilleure nouvelle : on a trouvé une solution très moderne aux restrictions que l'on voudrait bien nous imposer, dont je peux voir des débuts dans ce film et dans Howard Stern.

Pourquoi ce film est-il si actuel aujourd'hui? Eh bien, c'est l'arrivée des podcasts, plus aucune limite, une solution humaine à un problème humain. Ils n'existaient pas à l'époque du film, mais Howard Stern représente exactement l'idée d'un podcast. Il s'est mis tout bonnement à faire une émission comme il le voulait, sans suivre de règle, pareil comme s'il n'avait pas de producteur et comme s'il n'avait pas de public à respecter. Le résultat est qu'un podcast unique ne répond pas aux besoins de tout le monde, mais il y a sûrement un podcast pour tous les goûts. Les gens veulent des opinions et ils peuvent chercher ce qu'ils désirent et ne pas écouter ce qu'ils ne veulent pas écouter. Le modèle de la radio avec des stations traditionnelles fixes avec des émissions à un temps prévu sera ainsi éventuellement complètement dépassé (je ne suis pas un simpliste optimiste qui pense que ce sera aussi tôt que dans 5 ans, mais tôt ou tard), tel que pratiquement prévu par ce film et Howard.

Il est clair que j'ai plus aimé ce film que ce pourrait être le cas pour vous, car l'humour expérimental d'Howard Stern s'adresse en bonne partie à moi (il n'y a que quelques bouts qui ne fonctionnent pas) et malgré tout ce que j'aime d'un humour plus intelligent, je suis aussi un fan d'humour vulgaire de temps en temps dans le bon contexte. Mais si vous aimez moins ce film pour cette raison, je pense que vous serez d'accord que le message est tout de même bien présent.

4 étoiles sur 5

1 commentaire :

Anonyme a dit...

gang de sale on veut ltelecharger criss

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.