mardi 26 juin 2012

Hard Candy

Affiche de Private Parts (1997)
Réalisé par : David Slade

Produit par : Michael Caldwell, David Higgins & Richard Hutton

Date de sortie : Janvier 2005

Durée : 104 minutes

Pays d'origine : États-Unis

Genre : Thriller indépendant

Hard Candy est un film vers lequel je voulais à tout prix vous diriger, car il mérite fortement d'être vu même si vous n'en avez sûrement pas entendu parler (petite production indépendante) et qu'il risque de vous laisser complètement mélangé face à ce que vous avez ressenti (en partie intentionnellement, mais aussi peut-être à cause de lacunes de réalisation). Pourquoi mérite-t-il d'être vu? Eh bien, il traite d'un sujet délicat en lui apportant une approche originale qui va probablement captiver votre attention et qui va à coup sûr vous faire réagir.

Ce sujet est la pédophilie. Cette phrase des plus simples a probablement déjà suscité une réaction chez vous. Je l'avais dit, c'est un sujet délicat. Et peu importe votre position face à ce sujet... Mais qu'est-ce que je dis? Il n'y a qu'une bonne position à avoir et c'est d'être contre qu'un adulte ait des relations sexuelles avec quelqu'un qui n'est pas consentent et encore pire, même pas capable de savoir ce que cela implique.

L'approche originale de Hard Candy, ça en est probablement une qui vous a déjà passé par la tête, mais qui n'est pas habituellement exploitée au cinéma, parce qu'elle rend le sujet encore plus délicat. Et si la pire personne dans la pièce n'était pas le soi-disant prédateur, mais la soi-disant victime?

C'est en effet ce qui se passe dans Hard Candy alors qu'on nous présente la jeune Hayley (Ellen Page), 14 ans, et Jeff (Patrick Wilson a.k.a. Nite Owl "II" de Watchmen), un photographe de 32 ans, qui se flirtent dans une conversation en ligne alors qu'ils se préparent à leur première rencontre. Mais après un moment de calme où on nous présente Jeff comme un gars sans malice qui a peut-être une attirance malsaine pour la jeune Hayley, mais qui ne présente pas nécessairement le désir de coucher avec elle à son âge (ou qui le cache), celle-ci prend les choses en main et révèle qu'elle le suivait depuis longtemps. Jeff se prépare à passer la pire journée de sa vie...


Si la bande-annonce suscite un intérêt chez vous, arrêtez de lire et écoutez ce film. Elle fait un travail excellent à ne pas trop vous révéler de points importants tout en vous faisant exactement comprendre ce que sera le film.

Ce qui rend l'approche encore plus originale que de simplement avoir la potentielle victime se venger pour les crimes du prédateur, c'est qu'on n'est pas certain qu'il est un prédateur en fait. Les performances sont bonnes pour ce que les personnages sont supposés être et il s'avère que Jeff défend fort bien son point. De plus, ce n'est pas comme s'il avait amené une fillette de 8 ans chez lui, même s'il n'est pas totalement hors de la zone à risque avec Hayley à 14 ans, mais encore là, il est dit dans le film qu'elle agit et paraît plus vieille (ce qui est bien aussi pour expliquer pourquoi Ellen Page n'a pas l'air d'avoir 14 ans et qu'elle acte comme une adulte). Et il avait sincèrement repoussé ses avances avant qu'elle ne l'attaque.

La notion de meurtre est très vite introduite, ainsi que d'autres indices qui vont contre Jeff, mais il défend aussi ces points et le film introduit de plus en plus de choses qui nous font croire qu'Hayley a bien planifié son crime et se prépare à commettre un meurtre atroce par erreur ou parce qu'elle aime ça. On ne sait plus pour qui compter vraiment. Le film cherche à nous choquer, mais intelligemment, pas comme un Human Centipede et certainement pas par la vulgarité, ce qui n'aurait pas été efficace ici.

Le film a la brillante approche de contenir à peu près juste un grand lieu : l'intérieur de l'appartement de Jeff, et de ne contenir pratiquement aucun autre personnage à part de Jeff qui est pris au piège entre les mains d'Hayley. Il n'y a pas besoin de se passer 50 choses différentes pour que la menace devienne de plus en plus réelle, c'est surtout fait à travers les dialogues et la situation qui devient de plus en plus inconfortable. Les menaces d'Hayley vous feront bouger sur votre chaise ou divan.

C'est donc un film à voir absolument, je dirais même que c'est plus un film à voir qu'à apprécier. C'est qu'il aurait pu être un peu mieux fait étant le premier film du réalisateur David Slade qui n'avait auparavant fait que des vidéos pour des chansons et qui a fait par la suite uniquement des films de vampires à ce jour (dont The Twilight Saga: Eclipse, ce qui me fait réaliser que Hard Candy aurait pu être une catastrophe). Cela n'empêche pas que c'est une écoute importante et j'ai assez bien aimé ça, mis à part quelques confusions qui n'étaient sûrement pas intentionnelles.

Est-ce que vous vous l'aimerez? Ce n'est même pas ça l'important, il faut tout de même le voir, car c'est l'un des films qui est fait pour provoquer une forte réaction chez vous. Mon avis est que le public général n'appréciera pas qu'une œuvre puisse leur faire avoir des sentiments mélangés à propos d'un sujet dont on souhaite à peine discuter, mais d'autres pourront apprécier qu'un film les fasse réagir si violemment (et non, il ne contient à aucun point un message controversé disant que la pédophilie, même avec des filles de 14 ans matures, est correcte, ce n'est pas le but du film et je suis sûr que vous en êtes soulagé!)

3,5 étoiles sur 5

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.