mercredi 11 avril 2012

Journey

Bannière de Journey
Développé par : Thatgamecompany

Publié par : Sony

Sortie initiale : 13 mars 2012

Concepteur : Xinghan "Jenova" Chen

Plate-forme : PlayStation 3

Genre : Aventure

Prix : 14,99$

Journey, le jeu le plus rapidement vendu sur le Playstation Store. Et avec raison. Il fait partie des quelques jeux exclusifs au PS3 qui sont incontournables.

Un peu dans la même veine que Dear Esther ou même Flower, vous n'avez pas un grand choix d'actions : le gameplay est littéralement d'aller du départ à l'arrivé, de marcher jusqu'à la fin. Journey va tout de même un peu plus loin dans son gameplay : il y a plusieurs sections qui sont des puzzles en quelque sorte, dont la résolution vous permettra de continuer votre chemin. Ils sont très simples et semblables à Flower : vous devez activer tous les éléments d'une section pour déclencher une cinématique. Dans le début du jeu, ce sont des bouts de parchemin que vous restaurez avec votre voix.


Effectivement, votre personnage peut émettre des sons. En tenant le bouton enfoncé, vous projetez votre voix en un rayon autour de vous. C'est comme le bouton d'interaction, et ce pour tous les objets, ainsi que votre compagnon. En court de chemin, vous rencontrerez un autre personnage identique à vous. C'est un autre humain choisi au hasard. Aucun nom d'utilisateur n'est indiqué et aucune communication réelle n’est possible à part le bouton pour que votre personnage "chante". C'est simpliste, mais c'est le secret pour un coop parfait avec des inconnus. Impossible de se faire crier des insultes ou d'être mal à l'aise dû à une différence d'âge... et les personnages sont tellement mignons que ça n'inspire que du positif de toute façon.

Le lien avec cette personne est tissé progressivement en court de jeu. Elle vous aidera à sauter plus haut, mais aussi à survivre un peu plus tard. Vous aurez aussi l'impression d'avoir accompli quelque chose ensemble.

Impossible de décrire Journey sans utiliser le mot "expérience", puisque c'est ce que Journey est : une expérience inoubliable. Ce n'est pas un jeu qui se joue ou qui se regarde, c'est un jeu qui se vit. Certains moments pourtant très cinématiques n'auraient jamais autant de force dans un film, puisque vous êtes en contrôle de l'expérience. Le personnage, c'est vous. Et ce qui lui arrive est en quelque sorte de votre faute... Et le désir que le personnage a de compléter son odyssée est entièrement reflété par le vôtre, qui désirez finir le jeu, découvrir ce monde, ne jamais arrêter.

Sans vouloir aller trop loin, il y a un moment précis où vous aurez sûrement l'impression de tenir le personnage par la main et continuerez à tenir le joystick vers le haut même après que le jeu ne soit complété. C'est très particulier.

Journey mérite des félicitations supplémentaires pour être capable de nous communiquer autant sans aucun texte et parole. C'est une universalité qui transcende le langage. N'importe qui pourra être envouté par Journey et en comprendre son (ses) sens. Lorsqu'un média est capable de transmettre des émotions de cette façon, j'appelle cela de l'art. Et à tous ceux qui continuent de défendre le point que les jeux vidéo sont de l'art, voici un nouvel argument : Journey. S'opposer à ça serait bien difficile après l'avoir essayé.

Visuellement, c'est aussi un chef-d'œuvre. Il n'y a aucune interface durant le jeu et le style, les couleurs, c'est époustouflant : prenez une capture d'écran à n'importe quel moment et elle sera magnifique, je vous le garantis. Le personnage frêle et fragile dans ce grand espace, glissant sur une montagne de sable... Les visuels sont dignes d'un film Pixar. Notez que le jeu ne se déroule pas toujours dans le beige du désert, mais il passe par toute une palette de couleurs (le bleu de l'océan, le blanc de la neige, rose, vert...)

Capture d'écran de Journey

La musique orchestrale est toute aussi délicieuse. Elle ajoute un niveau d'émotion supplémentaire et cela en fait une expérience plus immersive.

Sur une note un peu plus distante, je ne sais pas si j'aimerais un autre jeu de ThatGameCompany, responsables de Journey. J'ai vraiment adoré ça, mais après 3 jeux faits par la même compagnie (incluant Flow et Flower), on commence à remarquer des grosses similitudes. Flower est structuré de la même façon que Journey. Les puzzles sont une série de fleurs qui doivent être activées, comme les banderoles dans Journey. Les deux jeux commencent calmement avec de la couleur et deviennent de plus en plus sombres. Ils sont de la même longueur (environ 2 heures). La fin de Flow et celle de Journey ont le même concept (je ne le dirai pas). Je dis cela dans le sens où un quatrième jeu de ThatGameCompany serait probablement une évolution de Journey, mais encore avec les mêmes éléments et son originalité en serait de plus en plus ternie.

Néanmoins, Journey est à jouer absolument. Je ne sais pas si plusieurs y joueront plus d'une fois ou si un unique playthrough est suffisant. Il vous durera environ 1h30 à 2 heures. Oui, il est 15$, mais je suis de l'opinion qu'un jeu suffisament original et mémorable peut valoir facilement ce prix, plus que par exemple un jeu qui se vendrait à 60$, une plus grosse production et plus long, mais qui serait répétitif. Dommage qu'il n'y a pas de démo dans un sens, puisque vous devez l'acheter presque les yeux fermés sans savoir si vous aimerez, mais d'un autre côté, c'est presque impossible de faire une démo pour ce jeu. Un petit 10 minutes ne suffirait pas à lui rendre justice. Si vous avez une PS3, essayez-vous, car à défaut de l'aimer autant que je le suggère, ce serait surprenant que vous ne trouviez pas l'expérience au moins différente et rafraîchissante

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.