samedi 28 avril 2012

Gamer

Affiche de Gamer
Réalisé par : Neveldine/Taylor

Produit par : Gary Lucchesi, Tom Rosenberg, Skip Williamson & Richard Wright

Date de sortie : 3 septembre 2009

Durée : 95 minutes

Pays d'origine : États-Unis

Genre : Science-fiction, thriller & indie

"Gamer: The Movie - The Game"? Ça serait trop cool que ce jeu existe, si ce n'est que pour son titre. Mais le jeu existe déjà, en quelque sorte (détails dans la critique), et fait un bien meilleur travail que le film dont je m'apprête à vous parler en termes de divertissement.

Gamer n'est pas un documentaire profond sur ce que c'est d'être un joueur. Ce n'est pas non plus une célébration des jeux vidéo dans un film d'un genre quelconque. C'est plutôt un film d'action dans un futur dystopique où le réalisme des jeux vidéo a atteint son maximum : le contrôle à distance de véritables êtres humains dans un contexte donné. Si le contexte est la guerre, ils meurent pour vrai et vous n'avez qu'une seule vie en tant que joueur qui a payé pour accéder au service, mais la réelle victime est... la victime qui cesse de vivre pour vrai.

Bon, pour que ce soit plus moral (j'imagine) et que la société accepte que des gens puissent se faire tuer, on nous indique que le jeu dans le contexte de guerre est en fait un concours où des prisonniers en attente d'exécution ont décidé de prendre une chance. Si le gamer qui les contrôle réussit à les faire survivre durant 30 matchs, ils seront libres. Pour l'autre jeu réel que l'on voit, qui est un peu comme Second Life ou PlayStation Home (donc un jeu qui représente une vie sociale), les gens qui sont portés plus souvent qu'autre chose à des actes sexuels par les gamers qui les contrôle sont des volontaires payés.

L'histoire du film est celle de Kable (Gerard Butler), un prisonnier qui participe au jeu de guerre et qui est contrôlé par un gamer talentueux qui l'a presque amené à sa liberté alors que le film commence. Sa motivation pour sortir? Retrouver sa femme et sa fille. On nous présente aussi, via des entrevues, le créateur de ces jeux, Ken Castle (Michael Hall), qui est un personnage excentrique ne voyant rien de mal aux services qu'il propose. De plus, il n'est pas entièrement honnête et cela devient le focus de l'histoire plus tard.

Je déteste ce film! J'avais entendu dire qu'il n'était pas très bon, mais je l'ai écouté quand même parce que c'est un film d'action et je m'attendais juste à de la bonne action avec un scénario un peu ridicule et sans message profond quand on l'examine (comme un Rambo ou l'un de mes préférés, Rocky IV). Je n'ai même pas eu de la bonne action. Juste quelques gens qui se tirent dessus, quelques têtes qui explosent, mais aucune tension.

Le jeu il existe déjà. C'est n'importe quel FPS de guerre, comme Call of Duty ou Battlefield ou peu importe. En tant que joueur qui prend part à la guerre, j'aurais senti cette tension à la base même si le jeu n'employait pas les techniques les plus à jour d'Hollywood pour me les faire ressentir. Ce film, il ne tente même pas de le faire.

Capture d'écran de John Leguizamo dans Gamer
Bonjour, je m'appelle John Leguizamo. Ma carrière consiste à apparaître brièvement dans plusieurs films médiocres. Oh, et j'étais Luigi.

Les personnages? Il y a John Leguizamo à un moment donné. Son personnage est John Leguizamo, mais en prisonnier, qui se fait tuer peu après avoir été présenté. Gerard Butler n'est pas intéressant dans son rôle et super générique avec peu d'émotions (ce qui n'est pas très différent d'un Rambo après le premier film de la série, je l'admets, mais au moins l'action était bonne). Le gamer qui le contrôle est présenté comme pas vraiment méchant, mais un peu douchebag. Je ne me rappelle pas d'une ligne de la part de la femme de Kable. Il y a un mouvement de résistance dans le film qui est, en bout de ligne, peu présent, et qui ne présente aucune idée originale ou point avec lequel vous auriez de la misère à être en accord. Même dans les jeux je peux penser à une meilleure résistance, comme celle de Skyrim. Par exemple, le mouvement de résistance de Skyrim, quoique démontrant une attitude raciste évidente, a un point défendable contre l'empire, et ce dernier, dans sa direction opposée, désire le bien de tous (personne n'est méchant à 100% donc).

Je vais vous proposer une idée plus choquante que la résistance dans le film. Je crois qu'ils attaquent une cible presque innocente, Ken Castle. Il est clairement le méchant du film et je dirais qu'il a tort de faire de l'argent avec un service comme celui-ci, mais écoutez-le film deux secondes et vous verrez que la société présentée dans le film est juste tout croche et pas meilleure que lui; plus là-dessus sous peu.

Donc, la raison principale pour laquelle je n'aime ce film en tant que divertissement est, à la base, que c'est un film d'action générique qui n'arrive même pas à avoir tant d'action intéressante que ça. Mais il arrive à susciter une haine réelle chez moi parce qu'il essaie, mais alors là tellement, d'avoir un message profond. Et il échoue complètement. (Je dis qu'il suscite la haine, mais c'est plus si je l'analyse, car en bout de ligne, quelqu'un peut me dire en pleine face que les gamers sont des crétins, je m'en fous pas mal et je retourne à mon jeu vous savez. Et être un gamer n'est même pas la moitié de ce que j'aime quand on considère que j'aime également environ autant les films et même quelques autre trucs pour me compléter.)

Il présente les gamers comme des dégénérés obsédés soit par le sexe ou la violence. Mais en fait, il critique la société au grand complet, car les services offerts par Ken Castle, en dehors d'une petite résistance, sont adorés des gens et semblent être visionnés même par les spectateurs qui ne jouent pas. Je crois que la société, dans notre monde réel, est remplie d'imbéciles, oui. Je crois que l'humain a une certaine tendance vers la violence, oui. Mais jamais au point que le film le démontre. Il est juste faux de dire que nous avons tous un désir de tuer. Ou est-ce juste moi qui n'a pas vraiment le goût d'aller tuer mon voisin? Je pense qu'il y a quelques individus qui ont quelque chose de dérangé et qui aiment tuer, des psychopathes (comme dans Batman), et c'est plutôt rare en pourcentage mondial. La plupart des autres gens ne tueront jamais et il y a une autre portion qui tueront, mais seulement sous des conditions particulières qui ne se présenteront peut-être jamais.

Le film oublie qu'un jeu est divertissant, peu importe combien de milliers de personnes à la seconde je pourrais tuer, uniquement parce que c'est fictif. À partir du moment où je sais que mon bonhomme tue des humains pour vrai, j'y penserai beaucoup plus longtemps avant d'appuyer sur le bouton (en fait, je n'appuierai jamais). Si c'est fictif, je ne vois pas le mal à faire même la chose la plus atroce, comme torturer une mère de famille, si ça peut me donner des points de style supplémentaires qui me permettront d'augmenter plus rapidement de niveau ou même si c'est juste parce que je trouve ça drôle comme possibilité. (J'ai fait exprès de prendre un exemple affreux pour illustrer la différence entre fiction et réalité.)

Comment suis-je supposé croire que la société de notre réalité future laisserait passer ça et aimerait ça sans avoir cette vision tordue de ce que l'on est? Je suis plus porté à croire le futur de Idiocracy où les gens ne comprennent pas trop le monde qui les entoure, car les idiots sont devenus la majorité, puisqu'ils ont tendance à se reproduire plus vite que les gens qui étudient (aussi en partie parce que justement, ils ne sont pas éduqués sur la protection).

Je ne crois donc pas au message du film et je le trouve plutôt dégoûtant et hypocrite. Posez-vous une question : quelle est la raison d'aller voir un film d'action comme Gamer? Voir des gens se faire tirer dessus. Il fait de l'argent avec cette prémisse et il nous juge par après.

Aucun plaisir à écouter ça, malgré le plaisir que j'ai eu à écouter Crank des mêmes réalisateurs. C'est un film d'action nul, car il ne comporte aucune tension dans ses scènes d'action. Il n'a pas les personnages comme méthode de secours secondaire pour sauver les scènes d'action en me faisant peur qu'un tel ou un tel meurt. À défaut d'être un film d'action bon sans histoire profonde, il a bel et bien une histoire, mais elle ne fait qu'ajouter à l'insulte. Il n'est pas absent d'idées intéressantes, mais PAS UNE SEULE entièrement originale, ce qui n'est pas un crime absolu, mais aussi pas une seule bien exécutée. À éviter à tout prix si vous vous respectez en tant que joueur si vous en êtes un, mais surtout en tant qu'être humain. (Le personnage de Ken Castle, par contre, à défaut de bien correspondre à l'ambiance générale du film, est d'un excentrisme intéressant qui m'aurait fait désiré que le film soit plus à propos de lui, sur un ton complètement différent et moins jugeur.)

Capture d'écran de Michael Hall dans Gamer
D'accord, pas son rôle le plus gracieux, mais définitivement intéressant.

(Oh, et le film ne fait pas trop de sens par-dessus tout si vous voulez bien me croire après tout ça. Il n'explique jamais à 100% comment le joueur contrôle le "personnage". Oui, à distance via des nanobots, j'accepte, mais est-ce que le joueur court sur place pour faire courir le "bonhomme"? Une fois, on nous montre que Kable est esclave total, mais à part de ça, on le montre plutôt comme bougeant à sa façon et on évite de montrer les joueurs en plein écran si possible. C'est donc difficile à dire.)

1,5 étoiles sur 5

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.