jeudi 2 février 2012

Chasing Amy

Affiche de Chasing Amy
Réalisé par : Kevin Smith

Produit par : Scott Mosier

Date de sortie : 23 janvier 1997

Durée : 113 minutes

Pays d'origine : États-Unis

Genre : Comédie romantique indépendante

Kevin Smith présentait des débuts prometteurs avec Clerks. Puis vint Mallrats, qui sut certainement plaire à un public limité de geeks (incluant moi), mais qui fut détesté des critiques, faisant passer Smith de cinéaste indépendant avec un message, à une marionnette des studios (selon certaines critiques). Alors personne ne savait quel côté de Smith sortirait avec son prochain film, Chasing Amy. Je vais vous le décrire et je n'inclurai pas la bande-annonce, car je la déteste, tout simplement...

Le film commence en terrains familiers, après tout il se situe encore dans ce genre d'univers que la plupart des films de Smith partagent, le View Askewniverse. (Ce que cela veut dire, c'est que certains personnages reviennent, dans ce cas-ci une apparition par le duo de dealers de drogues comiques Jay & Silent Bob; mais attention car des acteurs reviennent sans jouer les mêmes personnages.) Ce terrain familier est tout simplement l'aspect geek, trouvé cette fois-ci dans le fait que tous les personnages principaux sont des écrivains/dessinateurs de comics et on les retrouve au début dans une convention de comics d'ailleurs.

Il y a une certaine dose de blagues geeks, tel qu'un argument entre un hétérosexuel et un homosexuel, sur la sexualité d'Archie. J'ai beau être un fan de ce matériel, j'ai eu des craintes en commençant à écouter ce film. Ce n'est pas que ça ne fonctionne pas, mais la formule devient vieille et commence à avoir l'air forcée à ce point, après 2 films du même réalisateur fondés sur la même affaire. Heureusement que pour faire changement, ce film n'est pas ça du tout. Quelques minutes sont ainsi, mais autrement il devient une comédie plus basée sur des situations drôles que sur les discussions de culture populaire habituelles, et le film fait une transition progressive vers un véritable drame romantique. Je ne parle pas d'une comédie romantique, je parle véritablement d'un film qui commence en comédie, même pour être plus précis "comédie geek de Smith", et se transforme peu à peu, mais complètement, vers une comédie romantique. Puis dans sa seconde moitié (ou peut-être troisième tiers), il devient littéralement un drame romantique, pas une comédie du tout.

Quand je le dis ainsi, ça paraît peu conventionnel et d'ailleurs les critiques ont adoré ce film. Il a même gagné des prix indépendants et a permis de lancer la carrière de Ben Affleck. Moi, je dirais que ce film est excellent, mais dans un style beaucoup plus conventionnel que les autres films de Smith. Il est excellent pas parce qu'il est super différent des conventions comme les critiques le prétendent habituellement, mais parce qu'il présente une bonne dramatique avec des bonnes performances de la part de ses acteurs (et je ne dirais pas ça de la plupart des rôles dans lesquels j'ai vu Ben Affleck en passant, réel compliment pour ce film).

L'histoire du film est la suivante (c'est quoi ces noms) : Holden McNeil (Ben Affleck) et son ami Banky Edwards (Jason Lee) travaillent sur le comic Bluntman and Chronic, basé sur le duo de Jay (Jason Mewes) & Silent Bob (Kevin Smith), que nous avons vu dans les deux films précédents de Smith, dans des rôles secondaires. (Écrire un comic sur Jay & Silent Bob, si vous vivez dans le même univers qu'eux, me semble étrange, mais bon...) À une convention de comics, Holden rencontre une écrivaine de comics, la charmante Alyssa Jones (Joey Lauren Adams), et c'est le coup de foudre pour lui.

Banky, qui sera un contraste à la personnalité de Holden, est parfois vulgaire, il est énervé et il fait savoir à son ami qu'il n'est pas content de la relation qu'il désire avoir avec Alyssa. Heureusement pour Banky et malheureusement pour Holden, Alyssa, qui devient son amie, est révélée comme étant une lesbienne. Nous savons que le tagline de Superman était "You'll Believe a Man Can Fly!", mais celui de Chasing Amy aurait dû être "You'll Believe Affleck Can Turn a Lesbian Straight!".

Smith a d'ailleurs eu quelques problèmes avec les organisations qui protègent les droits homosexuels aux États-Unis, le critiquant pour cette vision stéréotypée que tout ce dont une lesbienne a besoin pour devenir hétéro est d'une "bonne queue entre les jambes". Non seulement Smith déclare que ce n'était pas son intention (et je le crois là-dessus, car il ne semble avoir aucun jugement sur les gais et lesbiennes à travers ses discussions et il a un frère et un ami gai qu'il ne rejette pas du tout), mais il y a aussi des événements dans le film qui nous laissent croire qu'Alyssa est ouverte sexuellement et la réalité est tout simplement que la sexualité humaine n'est pas en noir et blanc pour la plupart des gens (voir échelle de Kinsey).

Au début, leur relation amicale va bien et elle évolue avec des défis : ce à quoi vous devriez vous attendre de tout film romantique et c'est justement là que je trouve le film conventionnel. (L'un des seuls aspects non conventionnel étant sa transition d'un genre à un autre.) Mais le sujet particulier de Chasing Amy n'est pas abordé souvent sérieusement dans les films. Par exemple, c'est plus le genre de chose que l'on pourrait voir dans American Pie, où le gars doit coucher avec une fille, se rend compte qu'elle est lesbienne et à la fin il réussit une expérience sexuelle à 3 avec la copine de la fille qu'il a chassé tout le long du film. Dans Chasing Amy, le sujet est respecté et traité sur le bon ton, avec la dramatique humaine, les défis que quelqu'un pourrait rencontrer dans cette situation et les éléments qui peuvent ruiner une telle relation, jusqu'à une bonne leçon transmise en bout de ligne.

Ce film est excellent, les performances sont vraiment bonnes et il peut même être interprété autrement, avec Banky, l'ami de la jeunesse de Holden, qui nuit à son progrès dans sa vie personnelle. J'ai trouvé aussi que Smith, qui écrit souvent des dialogues moins naturels, mais plus riches, a fait du bon travail à faire un drame humain plus réaliste dans ce film. Ou peut-être que ce sont vraiment juste les performances qui sont bonnes et qui réussissent à faire passer mieux le dialogue. La scène où Alyssa est en colère contre Holden dans un parking à cause de ce qu'il pense d'elle à ce moment est tout simplement fantastique. Joey Lauren Adams crie son dialogue de la même façon qu'un humain à la fois triste et colérique, d'une façon choquante de réalité et qui surprend. On en voit plus l'acteur derrière ces lignes, mais la personne qui a ces émotions.

Je suis donc en accord avec les critiques en général sur la qualité du film. Et Smith a peut-être été gentil en tentant d'absorber ses fans dans les premières minutes et leur faire accepter ce que le film deviendrait par la suite. La tâche n'était pas facile, mais il nous fait subir cette transition lentement pour diminuer le choc. Le matériel est juste si différent de ses jokes vulgaires geeks habituelles. C'est un film qui devient très sérieux, alors si vous n'aimez pas ce genre de drame de relations, je ne sais pas si je le recommanderais, quoiqu'il est très certainement excellent dans sa catégorie où il y a si souvent du matériel stupide sans mérite (les comédies romantiques je veux dire). Mais en tout cas, j'espère avoir été assez clair pour vous informer sur le film pour que vous décidiez s'il vous attirerait peut-être selon vos goûts personnels.

4 étoiles sur 5

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.