samedi 7 janvier 2012

Mallrats

Affiche de Mallrats

Réalisé par : Kevin Smith

Produit par : Sean Daniel, James Jacks & Scott Mosier

Date de sortie : 20 octobre 1995

Durée : 94 minutes

Pays d'origine : États-Unis

Genre : Comédie indépendante

Mallrats est le deuxième film écrit et réalisé par Kevin Smith, avec la participation des studios cette fois, et quoique ce n'est pas une suite à son premier film, Clerks, il est situé dans le même univers et il y a des personnages qui reviennent, dont Jay & Silent Bob, dealers de drogue. Jay est vulgaire et parle constamment, Silent Bob est... silencieux. Même que si l'on porte attention à un détail mentionné dans les dialogues, un détail de peu d'importance, Mallrats se passe une journée avant Clerks.

Mais l'histoire de Mallrats n'est pas comme Clerks, il s'agit plutôt d'un genre de comédie romantique sans en être un. Le film a été mal reçu par les critiques professionnels à sa sortie, mais pour moi, c'est le film geek par excellence ou du moins il est là-haut.

OK, l'histoire de Mallrats est la suivante. T.S. veut marier la fille qu'il aime, Brandi. Un malentendu ruine la situation et elle le quitte. L'ami de T.S., Brodie, se fait aussi laisser là par sa copine, Rene, la même journée, car c'est un fainéant qui lit des comics et joue à des jeux vidéo (Sega Genesis à l'époque). T.S., et si tout va bien Brodie aussi, doivent tout tenter pour recapturer l'amour de leurs copines. Une bonne leçon sera apprise à la fin des événements, bla bla bla, bullshit traditionnelle pour ce genre de film. Peu après l'introduction, le film en entier se passe dans un centre d'achat où Jay, Silent Bob, et nos amoureux se retrouvent. Ils y passent leur temps en même temps qu'ils tentent à tout prix de prendre le contrôle sur le nouveau show de rencontres du père de Brandi planifié d'être filmé ce jour-là à l'intérieur du magasin. Brandi est supposée y participer.

Mallrats a définitivement moins quelque chose à dire ou dénoncer que Clerks, il se veut encore plus léger et absurde et les événements semblent trop arrangés avec le gars des vues si on veut. Mais le film n'est pas sans mérites. Ce qui démarque Mallrats si je le place dans la catégorie comédie romantique, c'est que c'est essentiellement une comédie dans un contexte "romantique" et non pas uns histoire d'amour à laquelle on a ajouté de l'humour. Je le trouve même un peu plus drôle que Clerks et je dis que c'est le film geek par excellence, car il est écrit par un geek pour quelqu'un comme moi en tout cas.

Effectivement, les dialogues de Smith sont toujours aussi longs et seulement un public en particulier pourra le comprendre, les geeks. Je ne sais pas si vous l'aimerez comme moi, mais vous le comprendrez si vous connaissez cette culture. Scott Pilgrim vs. the World a été un échec au box-office, probablement en bonne partie car ses personnages sont clairement influencés par la culture geek, et Mallrats aussi. Kevin Smith a déjà dit que l'audience test de Mallrats était au Comic Con où le film avait été applaudit, mais le résultat final a été de pauvres performances au box-office quand il est sorti pour un public général (ce qui a poussé Smith, plusieurs années plus tard, à lui-même distribuer son film Red State et mettre le focus uniquement sur audience limitée).

C'est que ses personnages ne sont pas vraiment directement des personnages de la culture geek comme dans Scott Pilgrim, mais plutôt ce sont des geeks qui parlent de culture geek. C'est probablement donc pire que Scott Pilgrim pour être attrayant pour un public général. Mais il semblerait que peu importe comment on le voit, que ce soit Smith qui propose un scénario rempli et comique centré sur cette culture ou Scott Pilgrim qui est une production de qualité sur le plan visuel et une réflexion du contenu de cette culture qui devrait plaire à plusieurs geeks, 15 années entre ces deux films n'ont pas été suffisantes pour que notre public grandisse suffisamment.

Je vous donne un exemple que vous ne comprendrez pas si vous n'avez aucune notion de la culture populaire, mais que vous apprécierez si vous faites partie du club. Par exemple, Silent Bob met à terre des gardes et il dit qu'il a fait le "Vulcan nerve pinch". Vous avez compris ou vous êtes complètement perdu en ce moment, c'est l'un ou l'autre forcément. Ceci dit, le film n'est pas juste composé de références, il argumente des points et fait des analyses, mais dans des discussions drôles juste pour nous.

Il y a aussi quelques autres blagues qui reviennent et qui sont des produits de leur époque, comme ces maudites images 3D qu'il faut se forcer les yeux pour voir et que je n'ai jamais réussi à voir personnellement (je ne parle pas de la 3D au cinéma, mais les images imprimées courantes il y a peut-être 10 ans). Il y a un personnage comme moi et il devient enragé, car tout le monde réussit à voir c'est quoi. Puis il y a un moment auquel tout fan de comics a déjà pensé, je parle de la rencontre entre Brodie et Stan Lee (dans un rôle court, mais beaucoup plus important que dans les films portant sur ses propres créations, ironiquement). Brodie a la chance de demander à la source ultime la question qui nous dérange tous : est-ce que Mister Fantastic peut étirer son engin? C'est extrêmement geeky comme film si vous n'aviez pas compris...

Personnellement, il entre dans la même tradition pour moi que les films de Kevin Smith habituellement. C'est-à-dire que pratiquement tout ce que ce gars fait est tout simplement divertissant pour moi et je passerais des heures à juste l'écouter parler dans ses podcasts. C'est fascinant pour moi. Il ne fait peut-être pas souvent du travail d'un génie absolu (jamais selon certains), mais c'est du bon divertissement d'un genre particulier qui n'est produit que par lui. Est-ce que c'est parce que je suis un fanboy aveugle qui est influencé par tout ce qu'il dit? Peut-être que oui ou peut-être que c'est juste parce que dans mes goûts qui sont programmés dans mon système, je suis fait pour aimer le genre de matériel qu'il propose. On ne peut être sûr de ça, mais si vous êtes un geek, pourquoi pas l'essayer et me dire ce que vous en avez pensé?

Les critiques négatives que j'ai lues avaient tendance à ne pas comprendre le film de toute manière, c'est correct ne pas comprendre un sujet ou même le comprendre et ne pas aimer ça. Mais j'ai quelque chose à dire contre Roger Ebert qui avoue ne pas faire partie du public cible geek et qui va jusqu'à le détester sans bonne raison, mais qui donne une bonne note de passage à Twilight parce que le film correspond bien au public cible même s'il n'est pas pour lui... Hypocrisie...

Mon opinion est toujours honnête, que j'aime ou pas quelque chose, et c'est la seule que je puisse donner à propos de n'importe quoi bien franchement (je ne ferai pas semblant de toujours m'ajuster alors que c'est impossible comme le démontre notre ami Ebert). Si vous aimez, super, si vous n'aimez pas, je ne dis pas que vous n'êtes pas un geek si c'est ainsi que vous vous décrivez.

C'est clair que vous n'enlevez rien à personne en n'aimant pas Mallrats si c'est votre cas (la raison pour laquelle il serait ridicule de critiquer Ebert pour ses goûts au lieu de son hypocrisie), mais je ne pense pas que vous serez en colère contre le film (par exemple, je n'étais pas en colère contre Scott Pilgrim, même si je ne l'ai pas particulièrement aimé ni détesté, et je ne dirais même pas avoir perdu mon temps non plus, car c'était une écoute essentielle pour moi et haute en couleurs).

4 étoiles sur 5

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.