mercredi 16 novembre 2011

Masters of Horror & Fear Itself

Fond d'écran de Masters of Horror

Écran titre de Fear Itself

Masters of Horror

Créé par : Mick Garris

Première diffusion : 28 octobre 2005

Canal original : Showtime

Durée des épisodes : ≈ 50-60 minutes

Pays d'origine : États-Unis

Genres : Compilation de courts métrages d'horreur
Fear Itself

Créé par : Mick Garris

Première diffusion : 5 juin 2008

Canal original : NBC

Durée des épisodes : ≈ 42 minutes

Pays d'origine : États-Unis

Genres : Compilation de courts métrages d'horreur

Si j'avais à vous suggérer une série d'horreur plus satisfaisante, surtout pour un plus grand public, j'y irais avec les développements récents de l'excellent The Walking Dead, dont nous vous avons déjà parlé et qui en est à sa deuxième saison actuellement. Sinon, mon attention a récemment été portée sur American Horror Story qui n'a pas beaucoup plus d'un mois à l'écriture de cet article et que je trouve très prometteur.

Si vous êtes un ou une véritable fan du genre horreur au point que vous reconnaissez les différents styles des différents maîtres de l'horreur, alors les deux séries que je vous propose aujourd'hui, qui en sont en fait une (je vous expliquerai), pourraient piquer votre curiosité, même si dans leur ensemble elles ne sont pas aussi bonnes selon moi que les deux séries que j'ai mentionnées dans le premier paragraphe.

Alors Masters of Horror c'est quoi? Eh bien, ce n'est pas une série avec une histoire à développement sur plusieurs épisodes, mais ce n'est pas une série où nos personnages réguliers ont à affronter le monstre de la semaine non plus, quoiqu'il y a bel et bien et un monstre de la semaine si on veut. C'est tout simplement, comme son nom l'indique, une série mettant en vedette les talents créatifs de l'un des divers soi-disant maîtres de l'horreur, un autre à chaque semaine, dans une histoire en faisant un film d'un peu moins d'une heure conçu pour la télévision. Aucun épisode n'a de lien avec un épisode précédent.

Par exemple, le premier épisode est celui où une femme qui avait un mari abusif qui l'a forcée à s'entraîner contre les prédateurs se retrouve pourchassée par un prédateur déformé justement durant la nuit sur la route. Un épisode réalisé par Don Coscarelli que vous connaissez peut-être pour nous avoir apporté la série de films d'horreur Phantasm. Le deuxième épisode nous raconte l'histoire d'un étudiant du collège qui se loue une chambre et découvre qu'un rat et une sorcière ont des plans diaboliques et tentent de posséder les différents occupants de cette chambre à travers les années pour poser des gestes diaboliques. Un épisode signé Stuart Gordon de Re-Animator, dont je vous ai récemment parlé.

Au court de la première saison, vous aurez droit aux talents créatifs de Don Coscarelli, Stuart Gordon, Tobe Hooper, Dario Argento, Mick Garris, Joe Dante, John Landis, John Carpenter, William Malone, Lucky McKee, Larry Cohen, John McNaughton et Takashi Miike (dans un épisode vraiment étrange et troublant). Si vous n'avez pas reconnu plusieurs de ces noms, ce n'est peut-être pas votre style et je doute que la série soit d'un grand intérêt pour vous. C'est vraiment de voir qu'est-ce que vos maîtres de l'horreur préférés vont vous concocter cette semaine.

Il y a bien sûr des noms que je n'ai pas mentionnés, surtout à l'écriture, comme le fait que l'épisode de Stuart Gordon est en fait basé sur une histoire d'un classique maître de l'horreur, H. P. Lovecraft (Gordon a adapté plusieurs de ses histoires), et que celui de John McNaughton est basé sur une histoire de Clive Barker. Aussi, des acteurs connus pour ce genre apparaîtront souvent dans des rôles de support, comme Robert Englund et Udo Kier.

Chaque épisode mise sur un style différent attribuable au réalisateur. Certains vont plus pour le mystère, d'autres pour le sang ou pour nous choquer, certains veulent nous troubler ou nous faire réfléchir et certains sont plus légers, allant presqu'à vous faire rire (je pense à Deer Woman de la première saison). Il y a même des différences dans la palette de couleurs et le style d'effets spéciaux, certains misant sur du CG, d'autres sur du "réel" (la plupart, c'est du "réel"). Il y a quelque chose de négatif à dire maintenant et c'est ce pourquoi la série n'est pas aussi recommandable à tout public que je le voudrais, c'est que j'ai trouvé que certains réalisateurs ne sont peut-être pas habitués au genre et format télévision, mais plus habitués de faire des longs métrages. Et par là, je ne pense pas seulement à Takashi Miike qui n'avait peut-être aucune idée que sur la télévision américaine, son épisode n'allait jamais passer (il n'est disponible que sur disque, ce qui coupe la première saison à 12 épisodes au lieu de 13). Ça, c'est de la faute de la télévision qui sent le besoin de n'offenser personne.

C'est juste que chaque épisode passe ou casse et c'est un contraste énorme. C'est peut-être aussi causé par le style entièrement différent de chaque épisode qui, s'il est fait par un maître de l'horreur qui n'est pas pour vous, sera ennuyant. Ceci dit, Tobe Hooper, que je connais de Texas Chainsaw Massacre et Poltergeist et que je respecte, m'a donné l'épisode Dance of the Dead qui était un ramassis de morceaux d'histoire qui ne collaient pas ensemble et qui me laissaient dans une confusion totale me portant à l'ennui, malgré la présence du talentueux Robert Englund. J'ai vraiment eu l'impression qu'il n'a pas réussi à communiquer le message dans le format épisodique et le temps restreint. Mais je sais qu'il y a des gens qui aiment chaque épisode que je n'aime pas et vice versa, donc c'est difficile à dire, mais c'est ce que cette série provoque.

En moyenne, il y a un peu plus de la moitié des épisodes des deux saisons que j'ai trouvé intéressants et divertissants, quelques rares épisodes que j'ai trouvés excellents et un peu moins de la moitié des épisodes qui n'étaient vraiment pas pour moi. Je dis donc que si vous êtes un fan de plusieurs des réalisateurs mentionnés, c'est à aller voir juste pour satisfaire votre curiosité; ce ne sera peut-être pas votre série préférée de tous les temps, mais vous devriez tout de même aimer. Et il est important de dire que j'ai trouvé que la deuxième saison s'est un peu améliorée comparativement à la première, peut-être plus dans mon style, je ne sais pas. Si j'avais autre chose à dire, c'est que l'intro est plus dans le style horreur que la plupart des épisodes! Mais le genre horreur me fait rarement vraiment peur de toute manière, je suis généralement plus là pour le mystère et le suspense (et le gore parfois) personnellement.

Après deux saisons, le réseau d'origine (Showtime) a abandonné le programme, que ce soit par manque d'intérêt ou peut-être parce que le concept veut dire que plusieurs épisodes doivent être inspectés à la loupe pour décider ce qui passera à la télévision et ce qui n'y passera pas. Mick Garris a donc transporté sa série sur NBC, la baisant au format du environ 42 minutes, comme plusieurs séries actuelles, et changeant le titre, mais retenant le même concept qui est tout simplement de faire appel à différents maîtres de l'horreur pour apporter un épisode différent à chaque semaine. Il n'y a eu qu'une saison de 13 épisodes, après quoi la série a été annulée. Et c'est tout ce qu'il y a pour Masters of Horror et Fear Itself.

Étrangement, j'ai trouvé que le format encore plus restreint de Fear Itself a mieux donné à la série. Je n'ai pas vraiment aimé le premier épisode, The Sacrifice, qui n'était tout simplement pas intéressant pour moi, mais le ratio des épisodes que j'ai aimés comparativement à ceux que je n'ai pas aimés s'est amélioré. J'ai trouvé que plus d'épisodes se sont concentrés sur le mystère et le suspense et ça a piqué ma curiosité, j'ai été intéressé au développement de plusieurs histoires. On dirait que la limite de temps a donné un rythme à la série aussi. Ce n'est pas pareil pour toutes les séries, car des fois j'écoute un épisode de Dexter de plus de 50 minutes et quand il finit j'en veux juste encore plus, mais en tout cas je dis qu'ici ça a amélioré les choses d'en couper un peu plus.

Je souhaite juste mentionner que j'ai découvert avec le dernier épisode, The Circle, que Alan Wake est peut-être encore moins original qu'on le pensait. Épisode sorti le 2 juillet 2009 alors que Alan Wake est sorti juste un peu moins d'un an plus tard le 14 mai 2010 et leurs histoires sont trop similaires. Vous allez peut-être me dire que l'histoire de Alan Wake a pris plus d'un an à développer et qu'elle a donc probablement été pensée même plus d'un an avant la sortie de The Circle à la télévision, mais The Circle est basé sur une histoire du même nom, écrite par Lewis Shiner et publiée aussi tôt qu'en 1982!

Prenez note que je ne modifierai rien à cette courte description pour mieux la faire correspondre à Alan Wake, je vous décris l'histoire exactement comme elle est dans The Circle : un écrivain vit dans une cabine isolée avec sa femme pour retrouver son esprit créatif qu'il a récemment perdu. Sa femme invite ses éditeurs à la maison. Puis des choses étranges commencent à se produire alors qu'un de ses livres prend vie. Un livre où il parlait de l'obscurité qui prenait vie et qui possédait les humains pour les transformer en zombies de l'obscurité en quelque sorte, que l'on doit combattre à l'aide d'une lampe de poche. Le but de l'écrivain, pour se sortir de ce cauchemar, sera de réécrire la fin de l'histoire.

Je peux voir quelques éléments complètement différents (comme l'invitation des éditeurs), mais si vous ne voyez pas les bouts vraiment trop similaires pour croire à une coïncidence, vous êtes aveugle! Moi je vais le dire, l'histoire de Alan Wake a probablement été plagiée, volée et on acclame le jeu pour son originalité. Peut-être que je me trompe, mais pas assez de gens en ont parlé. Je ne suis pas au courant d'un procès quelconque. S'il y a bien une controverse que j'aimerais partir dans le monde du jeu vidéo, c'est celle-là, mais bon...

Alors c'est tout pour cette ou ces séries qui pourraient vous intéresser, au moins jetez y un œil. La série a ouvert la voie à Masters of Science Fiction, je crois que vous comprenez le concept. Cela a donné une saison de 6 épisodes dont les 2 derniers n'ont pas joué sur la télé américaine originalement, mais sur la télé canadienne plutôt. J'ai aussi entendu parler d'un potentiel Masters of Italian Horror, car je suis d'accord que l'horreur italienne est un genre à lui seul, dont le célèbre Dario Argento nous a fait des épisodes que j'ai adorés pour Masters of Horror d'ailleurs. Cela fait plusieurs années et je crois qu'au lieu d'une série on a parlé de 4 courts métrages faits par des gens célèbres du genre. Je ne sais pas du tout si ça a abouti, car c'est un genre pour un groupe particulier de fans et par le fait même plus difficile à trouver rapidement sur Internet. Si vous savez quelque chose que je ne sais pas, dites-le. D'ici là, à la prochaine! (Ouin, c'est bizarre terminer un article écrit de cette façon.)

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.