dimanche 20 novembre 2011

Deux Ex

Devant de la boîte de Deus Ex (PC)

Développé par : ION Storm

Publié par : Eidos

Sortie initiale : 26 juin 2000 (PC)
                      25 mars 2002 (PlayStation 2)


Concepteur : Harvey Smith

Plates-formes : PC & PlayStation 2

Genres : Jeu de tir à la première personne, stealth, RPG

Prix : $9,99 USD sur Steam

Nous avons déjà une critique faite par Solo du tout dernier Deus Ex, le troisième dans la série nommé Deus Ex: Human Revolution, qui est en fait chronologiquement situé avant l'histoire de Deus Ex. Je suis en accord avec tout ce que Solo a dit dans son article, excepté que je suis un peu plus un habitué des jeux de style stealth que lui et là même moi avec cette connaissance (si c'en est une), je dirais que c'est tout simplement un jeu qui remplit aussi bien qu'il le devrait sa tâche d'intégrer cet aspect à ce qui est à la base un FPS. Non, ce n'est pas un jeu qui a exactement 100% des fonctions stealth d'un jeu comme Metal Gear Solid par exemple, mais sûrement un bon 80-85%, tout en intégrant d'autres styles en plus. Je vais un peu modeler la structure de ma critique de l'original ici selon celle qu'on a du plus récent et même copier ce qui s'applique parfaitement, mais avant une plus grosse clarification sur mon opinion de Human Revolution.

J'ai tellement aimé Human Revolution en fait que c'est clairement mon préféré de la série et l'un de mes jeux préférés de 2011, voir des 5 dernières années. Cependant, il n'a pratiquement rien inventé, mais rien (ce qui n'est pas tant une critique qu'une remarque). Il a traité de choses qui existaient déjà presque toutes dans Deus Ex, y compris plusieurs éléments de l'histoire, sans en être une copie conforme. Mais en gros, faire une critique de Human Revolution, c'est parler d'une version modernisée de Deus Ex sur le plan technique et qui n'a pas du tout manqué aux autres aspects et effectivement perfectionné ceux-ci. Mon but ici ne sera donc pas de dire en quoi Deus Ex, l'original, est supérieur (car certains anciens jeux battent des jeux modernes, mais je ne le crois pas pour cette situation), mais plutôt en quoi il est différent et s'il vaut la peine et même sous quelles circonstances il la vaut.

Deus Ex était l'une des idées les plus révolutionnaires à sa sortie et ce n'est pas exagérer que de le décrire ainsi. Un jeu qui tente et réussit à être bien plus qu'un FPS en mettant une emphase sur l'histoire en plus de franchir la barrière des genres.

L'histoire : en 2052, une pandémie affecte plusieurs membres de la population des États-Unis, mais aussi peu à peu du monde. La compagnie VersaLife est la seule qui détient un antidote, mais il est disponible en quantité extrêmement limitée et généralement donc réservé aux membres vitaux de la société. Des groupes terroristes disant vouloir le bien du peuple se forment et causent le carnage dans cette société déjà ravagée par un écart de plus en plus énorme entre les riches compagnies et gouvernements, qui deviennent des monopoles, et les pauvres. JC Denton (le protagoniste), un humain augmenté par la nanotechnologie (la toute dernière façon de mettre à jour l'évolution humaine et créant une friction entre ceux-ci et les humains augmentés par la robotique maintenant en quelque sorte obsolètes) et travaillant pour une unité anti-terroriste, devra essayer de trouver les intentions réelles des attaquants, ce qui vous embarquera dans des théories de conspiration de toutes sortes. Plusieurs rebondissements vous attendent...

Petite note : on dirait que les gros jeux de stealth militaires ont tendance à toujours contenir des théories de conspiration comme histoire de fond. Pas que c'est mauvais, j'aime ça, mais c'est un peu le cliché du genre, comme sauver une princesse ou un royaume dans un platformer et être un groupe de très jeunes adultes qui finira par découvrir un secret qui le poussera à devoir sauver le monde d'une créature gigantesque ou d'un dieu qui veut dominer ou éliminer le peuple de la terre entière dans un JRPG.


Un jeu plein de liberté (et de difficultés...)

Le jeu contient quatre grands champs d'action, soit : stealth, combat, hacking et social. C'est vous qui décidez, à tout moment, quel type d'action poser pour la situation qui se présente. À cause de ces choix, votre expérience de jeu sera largement différente d'un autre joueur.

Stealth : il est possible de finir le jeu sans tuer une seule personne, quoique si vous voulez éviter de tuer les boss, ce sera en exploitant des bogues du jeu et l'histoire fera comme s'ils étaient morts quand même. Il y a quand même une chose super intelligente que l'on ne retrouve pas dans Human Revolution, où les boss ont été critiqués pour leur difficulté "brisant" le jeu pour des gens qui jouaient en stealth (ce qui a été une petite problématique pour moi pour ce jeu d'ailleurs, petite). Dans Deus Ex, les boss ne sont pas vraiment mieux (remarquez qu'il est 11 ans plus primitif tout de même), mais cette chose intelligente et qui est une chose qui est d'ailleurs peu conventionnelle pour tout jeu vidéo : vous pouvez fouiller dans des fichiers et des ordinateurs et potentiellement trouver une phrase qui tue instantanément les boss, qui sont des cyborgs avec un dispositif de sécurité visant à pouvoir les autodétruire. Le jeu n'est donc pas "brisé" de ce côté-là.

Tout comme dans Human Revolution, vous pouvez vous faufiler dans les conduits d'aération, ce qui est plutôt un classique des jeux de stealth. Vous pouvez aussi utiliser une augmentation qui vous rend invisible, des dards tranquillisants et quelques armes qui ne tuent pas, mais le jeu fait son âge et nulle part ne retrouve-t-on le moyen de frapper l'ennemi par derrière et l'éliminer tranquillement par surprise de cette façon. Certains éléments de cover et de capacités d'attaques à mains nues comme on les avaient vus dans Metal Gear Solid, sorti environ 2 ans plus tôt (même le premier Metal Gear sur MSX sorti le 7 juillet 1987 pour être exact), sont de réels manques à ce jeu qui font que peu importe l'époque où vous y auriez joué (et je veux dire par là que je ne suis pas seulement influencé par des développements récents), passer à travers le jeu entièrement en stealth ou en vous forçant de ne pas tuer une seule âme n'est pas très réaliste, surtout plus tard où les ennemies réguliers deviennent sévèrement augmentés.

Combat : j'ai déjà dit qu'il manquait le système de cover de plus en plus fréquent depuis la popularité récente des Gears of War et autres, mais aussi apparaissant dans d'autres jeux auparavant, y compris sous forme primitive dans Metal Gear de 1987. C'est un point essentiel qui manque à un jeu qui met une emphase sur un aspect stealth, même s'il est un FPS à la base. Aussitôt qu'ils ont eu l'idée d'intégrer du stealth, ils auraient dû prendre cette décision.

Et les armes deviennent rapidement médiocres si vous n'utilisez pas vos points de talents pour augmenter vos capacités dans les différents types d'armes, en plus de bien gérer vos capacités de hacking et de protection (le tout étant séparé des réelles habiletés procurées par vos augmentations activées manuellement). Vous pouvez jouer au jeu en stealth, mais la vérité selon moi est qu'il faut faire une extrême bonne gestion de vos mises à jour pour laisser une ouverture au combat qui est pratiquement inévitable plus loin. C'est clairement un jeu de PC complexe et difficile avec beaucoup de gestion et pas du tout user friendly. Si vous faites une bonne gestion, tirez dans le tas : headshots et explosions sont au rendez-vous.

Sachez que vous pouvez rester à découvert quelques secondes, mais vous encaisserez relativement rapidement des dommages, dépendant aussi de si vous portez un gilet pare-balles et si vous utilisez une habileté pour votre protection. Si vous êtes trop distrait et que vous encaissez des dommages, seuls des kits pour vous soigner ou une habileté pour vous guérir pourront vous ramener à la normale (incluant des dommages à diverses parties du corps pouvant même aller jusqu'à vous forcer à ramper). Par contre, il y a aussi des robots pour soigner votre vie et d'autres pour vous recharger vos habiletés, mais c'est quand même un jeu très difficile, beaucoup plus difficile même que Human Revolution ayant joué aux deux jeux à la difficulté normale pour faire cette comparaison. Et vos balles sont comptées (là-dessus, peut-être un peu moins que Human Revolution, quoique je n'avais jamais besoin de balles dans celui-là en dehors des boss). Tout de même : lance-roquette, grenades, mines, fusils de haut calibre...

Hacking : une porte est verrouillée? Piratez son terminal. Un robot de combat est présent? Pourquoi ne pas le tourner contre vos ennemis? Le piratage se fait selon du temps et les terminaux piratés ne peuvent être utilisés que pendant un période fixe avant de déclencher une alarme. Il est possible de mettre les caméras de sécurité hors-service par divers moyens en plus de pirater des terminaux, comme les détruire ou lancer une grenade EMP ou encore pirater directement les caméras, d'ouvrir des coffres-forts et même de désactiver les alarmes de sécurité. Le hacking en tant que tel n'est pas intéressant à faire, mais le défi du temps limité dans certaines situations apporte une dynamique complètement différente si vous êtes habitué à Human Revolution.

C'est plus un goût qu'autre chose qui déterminera si vous aimez plus un modèle que l'autre là-dessus. Je préfère personnellement Human Revolution là-dessus, mais de peu. Uniquement parce que l'interactivité du hacking était plus... interactive! (Pour le hacking en tant que tel, car une fois que l'appareil est hacké, l'interface pour désactiver des caméras et autres est similaire dans les deux jeux et c'est là que j'aime le stress du temps limité de l'original.) Le premier Deus Ex nous offre généralement beaucoup plus de possibilités en ce qui est possible de contrôler, portes à ouvrir, codes à déchiffrer, caméras et robots à contrôler (il y a d'ailleurs bien plus de robots dans celui-ci).

Capture d'écran de Deus Ex dans laquelle on voit du hacking

Social : certaines conversations dans le jeu sont cruciales pour votre expérience. Elles changent le cours des évènements. Cependant, il n'y a pas autant d'emphase psychologique que dans Human Revolution, dans le sens de convaincre des gens sous la pression pour arriver à les faire parler (un peu comme dans 24: The Game, mais en mieux faits dans HR). Les choix ici sont généralement plus d'accepter d'aider quelqu'un ou pas, mais oui, même quand il s'agit de personnages plus secondaires, ils peuvent avoir un impact beaucoup plus tard dans le jeu et certains autres n'ont aucun impact.

Un exemple de comment le tout fonctionne : vous devez, dans la première mission, vous infiltrer dans une base dominée par des terroristes où il y a la statue de la liberté et éliminer le leader d'une façon ou d'une autre pour ramener la paix dans la région. Vous pouvez obtenir des informations supplémentaires pour un accès facile à la base avec code d'accès (social), sinon vous faufiler sans bruit via plusieurs conduits d'aération et coins de mur ou encore soulever des objets lourds grâce à une habileté à débloquer pour vous créer des plates-formes en douce (stealth), vous pouvez pirater les portes sécurisées et désactiver les caméras et robots pour vous faire un chemin jusqu'à la cible avec moins de danger de détection (hacking) ou bien entrer de force en tuant tout ce qui bouge (combat) ou encore mélanger un peu de tout ça jusqu'à un certain point.

Quand on pense à la liberté dans les jeux vidéo, on pense souvent aux jeux de type sandbox comme GTA qui vous permet d'aller n'importe où. Mais la vraie liberté est de choisir nos actions, et dans ce cas, Deus Ex est peut-être l'un des jeux qui donne le plus de liberté au joueur. À ça j'ajouterais les Mass Effect de ce monde et jeux du même genre.

Le jeu fonctionne par pièces, comme la plupart des jeux du même style, dans le sens où plusieurs ennemis sont présents dans une pièce, vous vous faites une stratégie et passez à l'action pour continuer à la prochaine pièce. C'est l'aspect répétitif, mais en même temps, chaque pièce est différente, avec un tas de variables, de cachettes et de façons de procéder. Évidemment, le jeu est un peu plus primitif que Human Revolution dans son stealth et d'autant plus difficile, il peut donc être plus frustrant et loin de la perfection, mais en tant que joueur averti de la situation, vous pouvez avoir du fun avec le jeu comme j'en ai eu. Il demande énormément de patience et de travail, mais en bout de ligne livre une satisfaction garantie!


L'intelligence artificielle est plutôt normale pour son époque, mais oublions même son âge, elle ressemble à tous les jeux de stealth en général parmi tous ceux que j'ai vus à ce jour (cacher les cadavres pour éviter d'alerter les autres gardes), c'est-à-dire qu'elle n'est pas infaillible et que les ennemis vous oublient après un certain temps ou qu'ils ne cherchent pas nécessairement dans les endroits où je me serais logiquement caché (quoiqu'un Metal Gear Solid à la difficulté la plus élevée vous laisse de moins de moins de cachettes!)

Augmentations

La grande liberté du jeu vient aussi dans ses augmentations. En accumulant des points de talent (qui viennent en complétant des objectifs et en explorant), vous pouvez choisir des talents techniques à augmenter. Ce ne sont pas des habiletés, mais juste une façon d'augmenter vos capacités à remplir les diverses techniques de bases, que ce soit d'infliger plus de dommage ou de pirater plus de terminaux plus rapidement.

Capture d'écran de Deus Ex dans laquelle on voit les talents
Non, vous n'arriverez pas à tout upgrader au maximum à la fin du jeu, loin de là. Il faut vraiment très bien choisir ou vous pouvez briser votre expérience.

Il y a aussi les habiletés, qui sont débloquées en trouvant des cannettes spéciales à quelques endroits dans le jeu, vous forçant à explorer davantage de votre côté (c'est même presque forcé, sinon vous risquez de trouver le jeu difficile assez vite). Je suis certain qu'au 3/4 du jeu, vous les aurez toutes d'une manière ou d'une autre, sauf qu'il y a un choix encore plus engageant que dans Human Revolution à faire (c'est peut-être trop de choix difficiles d'ailleurs) : vous devez choisir généralement entre une habileté plus combative ou plus stealth pour une partie du corps et une fois cela fait, l'autre ne sera jamais plus disponible pour cette partie. Invisibilité limitée, lever des objets plus lourds, sauter plus haut, courir en silence, régénération, résistance accrue aux dommages, respirer plus longtemps sous l'eau...

Capture d'écran de Deus Ex dans laquelle on voit les augmentations

Même l'inventaire est intéressant, mais combien limité. C'est une grille que vous devez gérer dépendant de la grosseur de chaque objet. Avoir beaucoup d'armes laisse moins de place aux balles, un fusil plus puissant prend plus d'espace, etc., mais vous pouvez aussi augmenter vos armes, ajoutant par exemple un laser à votre gun. Il manque la gestion automatique où, dans Human Revolution, le jeu peut redispositionner vos objets automatiquement pour faire entrer une nouvelle arme par exemple si le nombre de cases vides est suffisant. Mais ceci est clairement une fonction récente qu'il serait illogique de critiquer au premier jeu de la série, mais vous êtes averti! (En gros, petit inconvénient.) J'ai tout de même dit que c'était limité, je m'attendais à ce qu'il y ait un upgrade pour son sac à dos ou peu importe où il conserve les trucs sur lui, mais non. Et ça, ce n'est pas à cause de Human Revolution que je pense ainsi, même Resident Evil le fait à un point et ça aurait été sacrément utile ici! Le jeu est déjà assez difficile!

Capture d'écran de Deus Ex dans laquelle on voit l'interface de l'inventaire

Graphiques

J'ai quelques reproches graphiquement à faire au jeu. Si vous me connaissez, vous savez que je joue à plein de vieux jeux et je m'en fous que ça soit laid de nos jours. Ce n'est pas ça le problème et les graphiques de ce jeu n'étaient pas même les plus beaux même à son époque (l'engin était un peu daté), mais ils passaient bien. Le problème est que ça se passe toujours la nuit et seulement à l'intérieur des bases est-ce que j'ai eu l'impression de pouvoir y voir quoi que ce soit et encore là, ça dépend des bases. C'est peut-être le plus grand reproche que j'ai à faire au jeu. C'est vraiment sombre et on vous donne d'ailleurs par défaut la capacité de pouvoir activer une lumière, ce qui risque d'alerter un ennemi à votre présence. Je comprends que le jeu voulait se passer durant la nuit et c'est correct (probablement pour intégrer le genre stealth et faire en sorte qu'il y ait des ombres où se cacher), mais de la façon que c'est fait, ça enlève à l'expérience considérablement selon moi. Utiliser la lumière constamment, ce n'est pas Silent Hill ou même un survival horror merde!

Cependant, du style le jeu en a et tout comme Solo le dit dans sa critique, c'est ce qui compte le plus pour moi aussi. C'est exactement la raison pourquoi j'aime les graphiques d'un Batman: Arkham Asylum, d'un BioShock ou pour y aller avec du plus vieux, je peux tolérer ceux de Final Fantasy VII uniquement pour cette raison et je trouve que ce que Deus Ex essayait de nous communiquer par rapport à son monde est très réussi (mais ne vous attendez pas à une ambiance avec du post-processing et des filtres). C'est un endroit où il ne fait pas bon vivre, où la pauvreté sort littéralement de l'écran quand on est en dehors des bases militaires et gouvernementales. C'est déprimant et c'est voulu ainsi, c'est même logique que le monde soit rendu ainsi avec le contrôle et les choses qui se passent en secret que vous découvrirez à travers le jeu.

Il y a plusieurs itinérants crottés autours de barils avec du feu pour se réchauffer. Les quelques humains augmentés, en dehors de JC, le sont par la robotique et on voit jusqu'où ce que cette technologie a été (faisant son apparition dans Human Revolution maintenant). Leurs visages sont à moitié robotisés et à moitié humains.

Capture d'écran de Deus Ex qui met l'emphase sur l'aspect cyberpunk du jeu

Jamais l'on ne pourra dire qu'il surpasse Human Revolution graphiquement, on le sait et c'est juste logique (quoiqu'il ne faille jamais oublier qu'un beau jeu comme Final Fantasy XIII par exemple, peut manquer tellement de style qu'il ne fait pas sa marque comparé à pratiquement tous ses prédécesseurs technologiques), mais il laisse quelque chose que je pourrais facilement attribuer à ce jeu dans ma mémoire. Maintenant, si seulement c'était moins sombre. Augmentez la luminosité du jeu, voir le délaver, si c'est trop encombrant.

Musique

Je n'ai pas de connaissances musicales comme Solo pour pouvoir même vous dire si la trame sonore entrerait dans le genre électro. Je suis ignorant pour ce qui est des termes techniques de la musique et j'en écoute peu, je sais juste si j'aime une trame sonore ou si je n'aime pas ça et j'en ai entendu une tonne à travers les années. S'il y a une chose que j'ai remarqué avec les nouveaux jeux, c'est souvent que c'est plus ambiant, avec quelques exceptions. C'est le cas pour Human Revolution qui, comme Solo le dit, remplit bien sa tâche. En fait, je n'hésiterais pas à dire que la trame sonore de Human Revolution remplit parfaitement sa tâche comme elle le devrait pour le style qui a été tenté et j'aime.

Dans le cas de Deus Ex, la musique prend toute la place, c'est l'autre style moins subtil et quand on fait ça ce doit encore plus être approprié, voir mémorable. Ce que j'en pense : c'est très réussi et je trouve que la musique, même si pour la plupart des pièces je ne les aurais pas dans ma playlist, est composée de très bons thèmes adaptés aux endroits du jeu où on les entend. C'est une trame sonore qui n'a pas le son traditionnel d'un jeu vidéo et qui a sa propre touche. Et pour ce qui est du thème principal, je ne semble pas être le seul qui le trouve excellent étant donné qu'il fait une brève apparition sous la forme d'un sifflement dans une ruelle de Human Revolution, mais aussi en intégrale après les credits de la fin. Pour être honnête, il est entré dans mon top des thèmes mémorables de l'histoire du jeu vidéo parmi les autres classiques et il ne ressemble à rien d'autre. Je dirais, sans trop de connaissances techniques, qu'il a probablement cette touche électro.


Deus Ex, est-ce pour vous?

Plus difficile à répondre qu'il le semble. Ça dépend uniquement de vous et il y a quelques références à ce jeu dans Human Revolution, mais il est loin d'être essentiel d'y avoir joué pour pouvoir jouer à la toute dernière entrée de la série (sauf si vous êtes un maniaque de ne pas manquer un bout de l'histoire comme moi!) Vous avez vu à travers la critique qu'essentiellement, Deus Ex est exactement tout ce qu'est Human Revolution, mais pour son époque et vice versa. Juste penser à ça ainsi nous fait réaliser à quel point Deus Ex est révolutionnaire, mais c'est un peu vieux et ça paraît (quoique j'ai pointé des vieux jeux qui faisaient exactement les quelques points manquants à Deus Ex à l'époque, alors pas tellement une question d'âge et d'impossibilité technique que l'idée de certaines de ces fonctions n'était pas assez courante à l'époque peut-être). Il y a des éléments plus complexes qui en font un jeu plus complet sur certains aspects (comme l'étendue des choses sur lesquelles on peut faire du hacking), mais moins sur des éléments qui peuvent être essentiels pour le confort de certains joueurs.

C'est vraiment difficile et un peu trop complexe par bouts, je suis le premier à l'admettre, alors que Human Revolution a presque toute cette complexité dans un format plus agréable. Mais Deus Ex est vraiment un bon jeu, qui ne ressemble pas visuellement ni dans son histoire exactement à celle de Human Revolution. Je ne dirais donc pas qu'il est uniquement à voir parce qu'il est révolutionnaire, mais parce qu'il est honnêtement bon, mais vous savez quel genre de joueur vous êtes et si vous avez une bonne patience. Seulement dans ce cas est-ce que je dirais que Deus Ex est un incontournable... Donc il l'est pour moi!

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.