jeudi 24 novembre 2011

Battlestar Galactica

Devant de la boîte de Battlestar Galactica (Blu-ray)
Créé par : Glen Larson

Première diffusion : 8 décembre 2003 (minisérie pilote)
                             28 octobre 2004 (série)


Canal original : Syfy

Durée des épisodes : 180 minutes (minisérie pilote)
                             44 minutes (série)


Pays d'origine : États-Unis

Genres : Science-fiction

La première erreur que vous pouvez faire, c'est de croire que Battlestar Galactica est une autre série de science-fiction générique à la Stargate, Star Trek. La deuxième erreur que vous pouvez faire, c'est de sous-estimer la science-fiction sous forme de série télé. Et l'erreur ultime que vous pouvez faire, c'est de ne jamais essayer Battlestar Galactica.

Battlestar Galactica était originalement une série télévisée en 1978. Cette version de 2004 se passe plusieurs années plus tard et il n'est pas nécessaire d'avoir vu l'ancienne. C'est un "reboot", mais aussi une suite dans la continuité officielle.

Attention, l'ordre d'écoute de la série peut être un problème :
- La minisérie est en gros le premier épisode de la série.
- Les saisons 2,5 et 4,5 que l'on peut voir selon la distribution que l'on prend (moi en Blu-ray) sont en fait la deuxième partie de leur saison respective.
- Razor est un téléfilm qui s'écoute après la saison 3 (même si c'est un flashback de la saison 2).
- The Plan vient à la toute fin, mais ce n'est qu'un récapitulatif qui répond à quelques questions et pas vraiment nécessaire.


La minisérie est en fait l'épisode pilote, mais peut être considérée comme une minisérie à part entière, avec tout ce qu'il faut pour en faire une œuvre complète, comme un film qui aura des suites. C'est d'ailleurs comme ça que je l'ai vue : un film. La qualité des effets spéciaux, la réalisation, le scénario : c'est digne d'un film. J'ai tout de suite accroché aux nombreux personnages, à cet univers et à la crédibilité de la série. Et cette qualité est conservée tout au long de la série.

Dans Battlestar Galactica, il n'y a pas de créatures extra-terrestres. Il n'y a que les humains provenant de plusieurs planètes, contre les robots qu'ils ont créés : les Cylons. Bien sûr, il y a des vaisseaux et tout, mais pas de téléporteur et autres technologies impossibles (du moins, elles manquent totalement de crédibilité dans Star Trek par exemple). Ça garde un côté plus crédible (tout comme dans Firefly) qui nous rapproche des personnages de la série.

Message à tous : écoutez la minisérie. Voyez-la comme un film. Si vous n'aimez pas, vous aurez eu droit à une histoire tout de même complète et si vous avez aimé, vous allez adorer le reste. Vous n'avez rien à perdre.

La série explore entre autres la question suivante : «Si un robot est identique à l'humain et a des sentiments, qu'est-ce qui nous différencie d'eux?» Cette question fut évidemment explorée dans le classique Blade Runner. J'ai aussi déjà parlé de Pluto (un manga), que je disais qu'il réussissait mieux que Blade Runner à élaborer sur cette question, mais je dois maintenant me rectifier. C'est Battlestar Galactica qui gagne selon moi.

Bon, je dois l'avouer, je ne suis pas un fan du format "série télé". Seulement quelques-unes réussissent à garder mon intérêt. Il y a deux types de séries :
- Celles au scénario qui dure seulement un épisode.
- Celles qui racontent une grande histoire au fil des saisons.
Ce que je reproche au premier type, c'est de tomber dans une routine qui finit par être prévisible (exemple : le monstre de la semaine). Aussi, ce type d'émission manque souvent de quoi me donner hâte au prochain. Dans le deuxième type, c'est que l'histoire est parfois planifiée sur trop de saisons et lorsque la série est annulée ou que des acteurs ou scripteurs quittent le projet, ça devient le bordel. Ceux-ci sont reconnaissables par un manque d'évènements importants durant plusieurs épisodes : les scripteurs pensent au futur de la série, mais pas au présent.

Mais dans Battlestar : aucun de ces problèmes! La série penche plus du côté d'une longue histoire développée, mais ses épisodes sont tous décrits par un évènement particulier. Ce sont des séries comme ceci que j'adore : ils n'étirent pas la sauce, tout en ayant une plus grande histoire à me raconter qui me tient accroché. D'ailleurs, la série contient 4 saisons. Pas 18, seulement 4. Il n'y a donc jamais de moment vide, toujours une progression.

J'essaie d'éviter les termes "meilleure série" ou "préféré", parce que je n'ai évidemment pas vu TOUTES les séries télévisées, mais d'un autre côté je suis capable de reconnaître celles qui sont de qualité. Ma préférée, c'est Lost. Jamais dans ma vie je n'ai eu aussi hâte à quelque chose que de voir chacun des épisodes des dernières saisons. Lost finissait toujours sur un "punch final" totalement fou. Chaque épisode, la mâchoire nous décrochait. Le problème était que la réponse aux questions soulevées par les fins surprenantes prenait plusieurs épisodes (voir saisons) à être résolue. Les punchs de Battlestar sont en général présentés avant le générique de début et sont réglés durant l'épisode. Bien sûr, il y en a quelques-uns en fin d'émission et de saison, mais la série s'occupe de régler les petits mystères rapidement, ne laissant place qu'à quelques grosses questions qui peuvent être réglées rapidement si la série est annulée. Ils réussissent tout de même à garder notre intérêt, puisqu'il y a toujours quelque chose d'intéressant qui se passe dans le vaisseau.

Pensez-y : la majeure partie de l'émission se passe dans le vaisseau et le scénario des épisodes tourne autour de la relation entre les personnages. Pour qu'il soit toujours intéressant à la 4e saison, c'est que la série est très bien écrite et que les personnages sont vraiment attachants.

Photo promotionnelle de Battlestar Galactica

J'oserais même dire que dans sa catégorie (science-fiction, vaisseaux, espace, etc.), je le mettrais au-dessus de Star Wars! La raison : au lieu de créer un univers trop étendu et de ne jamais élaborer sur un sujet, Battlestar se concentre sur peu, mais l'exploite à fond. Tout comme ses effets spéciaux : rien de trop flamboyant, mais on y croit. Cette série a mon respect pour avoir réussi à faire une aussi bonne qualité visuelle en gérant bien son budget. On y voit souvent les mêmes décors, mais les batailles dans l'espace et les plans à l'extérieur du vaisseau font parfaitement le travail pour rendre le tout réaliste et crédible.

Pour les personnages, je tiens à lever mon chapeau à Edward James Olmos, pour avoir fait de William Adama la figure d'autorité la plus crédible qu'il m'est donné de voir. Si ce personnage existait dans la vraie vie, il n'y aurait personne d'autre au monde que je respecterais plus. Quand Adama est fâché contre vous, vous allez vous cacher et vous vous excusez à genou. Pourtant, ce personnage est totalement attachant et on l'adore, puisqu'on comprend qu'il veut le bien de tous. C'est comme un père pour l'équipage tout entier. Donc, chapeau.

Je pourrais aussi vous mentionner une suite de personnages qui sont très très bien joués par leur acteur et dont la voix particulière a su être respectée et différenciée au travers des 4 saisons, tout en évoluant chacuns à leurs manières. Je pense entre autres à président Roslin, Apollo, Gaius, Sharon, Chief Tyrol, à Number Six et aux autres Cylon... Et bien sûr Kara Thrace, la charmante rebelle qui saura gagner votre cœur. Il est rare que je sois autant attaché à des personnages d'une série, mais Battlestar Galactica, c'est une série à personnages, pas que des batailles spatiales.

C'est vrai, il y a même des épisodes qui ne contiennent aucune scène dans l'espace. Il en a même qui ne sont qu'une simple bataille politique, comme des élections. Et à chaque fois, l'épisode finissait et je me disais toujours la même chose : «Wow. Je n'arrive pas à croire que j'ai été aussi captivé par de la politique fictive.»

J'ai eu des larmes aux yeux à plusieurs reprises et pas dans les finales de saisons... Certains épisodes sont carrément inoubliables, je pense à Unfinished Business, dans lequel un match de boxe est organisé dans le vaisseau pour aider les membres de l'équipage à se divertir et surtout, se défouler... Pendant cet épisode, on assiste à une multitude de flashbacks des membres de l'équipage. Le développement de personnages et la réalisation est phénoménale dans cet épisode. Écoutez la version étendue présente sur le Blu-ray et vous aurez compris que c'est non seulement une excellente série de science-fiction, mais un excellent drame.

Vous avez remarqué? Cet article ne contient presque pas de détails sur le scénario. Il ne se résume qu'à une seule phrase: «50 298 humains essaient de combattre pour la survie de leur espèce.» C'est une aventure touchante, complexe et pleine de surprises.


Battlestar Galactica est disponible en Blu-ray, chaque saison séparément, mais étant donné les deux téléfilms, les saisons en deux parties et la minisérie, je vous conseille le coffret contenant l'intégrale. Il est compact et il contient toute la série (sauf la vieille de 1978) et est classée en ordre. (Razor est inclu dans la saison 4.) Il se vend à 209,99$ sur Amazon en Blu-ray, beaucoup moins cher que de les acheter séparément. Je conseille vraiment celui-ci, puisque certains coffrets précédents avaient des problèmes d'emballage : tout était mélangé.

Je ne pourrai jamais écrire l'hommage que cette série mérite. Elle a fait évoluer les standards pour les sériés télévisées. À Battlestar Galactica, une des meilleures série de science-fiction jamais raconté.

1 commentaire :

Bob a dit...

J'écoute personnellement volontiers n'importe quelle série qu'on me présente, car je suis un gros (ouais) fan du genre et que j'ai toujours l'impression de ne pas en avoir assez vu (ce qui est actuellement vrai en plus). Donc j'écoute même celles du type "monstre de la semaine", qui sont généralement les pires selon mon expérience, quoique si je met House dans cette catégorie, celle-là je l'aime vraiment.

Mais je serais d'accord que le style de Battlestar est le mieux, même si je n'ai pas terminé la série et je ne sais pas qu'est-ce que j'attends (personnellement je l'aime même mieux que Lost qui est une série qui m'a plutôt souvent déçue bien que je l'ai assez aimée).

Je ne sais pas si tu serais d'accord que c'est un peu le style que Dexter emploie si on y pense (on sait qu'il y a une thématique à la saison et un objectif différent à chaque semaine) ou à la limite, pour rester dans la même catégorie, l'une de mes séries préférées, Doctor Who (la science-fiction en série télé, je considère mieux qu'en film comme Star Wars). Je sais, genre 30 saisons, mais on n'étire pas la sauce si on les prend séparément (considérant que le show ne fait pas une erreur à la Lost qui serait fatale ici, chaque saison n'est pas prérequise). Chaque épisode est complètement différent, mais il y a un but qui se développe aussi à travers une saison.

Anyway, j'apportais Dexter pour te dire que Edward James Olmos (moi aussi je considère Adama comme un personnage extrêmement mémorable) est le criminel recherché dans la saison actuelle de Dexter! (Pas un spoiler, son personnage est introduit comme tel.) Il est, crois-le ou non, une figure d'autorité, quoique c'est à petite échelle.

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.