lundi 14 novembre 2011

Batman: Arkham City

Devant de la boîte de Batman: Arkham City (360)

Développé par : Rocksteady

Publié par : Warner Bros.

Sortie initiale : 17 octobre 2011 (PlayStation 3 & Xbox 360)
                      22 novembre 2011 (PC)


Plates-formes : PC, PlayStation 3 & Xbox 360

Genres : Action-aventure

Prix : 59,99$

C'était unanime : Batman: Arkham Asylum était le meilleur jeu Batman à ce jour et peut-être même le meilleur jeu de super-héros. Faire une suite à ce jeu semblait être la pire idée possible : rien ne pourrait l'accoter. Pourtant, Rocksteady a relevé le défi haut la main avec Arkham City. (Je fais le même genre d'intro que pour Deus Ex: Human Revolution... La morale? Rien n'est intouchable, il est toujours possible de faire une meilleure suite si on y met l'effort nécessaire.)

Après l'accident dans Arkham Asylum, le maire de Gotham décide de condamner une partie de la ville et construire un mur autour de façon à y mettre tous les criminels de Gotham. Une gigantesque prison surnommée Arkham City. Bonne ou mauvaise idée, Batman tentera d'arrêter les vilains qui essayeront de prendre le contrôle de la ville par des moyens... plutôt extrêmes.

D'abord, ceux qui ont aimé le premier jeu pourraient avoir peur en voyant les images de la ville; la force de Arkham Asylum était dans la limite d'espace. Les niveaux étaient composés de pièces où il fallait utiliser de la stratégie pour éliminer tous les ennemis sans se faire voir. Sachez que même s'il se déroule dans une ville entière, Arkham City n'est pas vraiment un "open world". Les missions se passent presque toujours à l'intérieur des édifices de la cité, qui ont la même consistance que ceux du premier jeu (détaillées, bien construites et stratégiques). La ville n'est que le passage entre les niveaux, comme celle dans Banjo-Kazooie: Nuts & Bolts ou le château dans Super Mario 64 (bon, j'avoue que les références sont un peu éloignées du sujet...). La ville est l'endroit où vous trouverez les sidequests et une partie des trophées du Riddler (400 en tout!) Elle est plus là pour vous mettre en contexte et rendre le tout plus immersif. Ça fonctionne à merveille.

(P.S. : Vous avez remarqué la qualité des bandes-annonces? La même qualité est appliquée au jeu.)

Cette critique pourrait être courte, puisque tout est identique à Arkham Asylum : système de combat, mode détective, contrôles, etc.. Si vous avez aimé le premier jeu, vous allez adorer celui-ci. Si vous n'aimiez pas la répétition dans le premier jeu au point de ne pas pouvoir y jouer, celui-ci ne vous fera pas changer d'avis. Je suis d'ailleurs content des deux ans qui séparent les deux jeux : les jouer un après l'autre serait une erreur. Ils sont trop semblables et vous seriez simplement blasé. Sinon, ça fait du bien de revenir à cette série pour l'ambiance, le système de combat ultra efficace et le simple plaisir d'incarner le chevalier noir.

Comme je disais dans la critique de Arkham Asyllum : le contrôle est parfait, l'ambiance est immersive, sombre et authentique, les performances vocales sont géniales, les gadgets de Batman sont super... Sérieusement, j'ai de la difficulté à trouver un défaut à ce jeu. Oui, il est répétitif, mais il équilibre parfaitement l'exploration, les casse-têtes, le combat et le scénario de sorte que vous ne vous ennuyez jamais. C'est un délice du début à la fin. Il peut parfois être difficile : il m'est souvent arrivé d'être obligé de recommencer des pièces. Bien que vous vous sentiez puissant dans la peau de Batman grâce à sa force et ses gadgets, vous sentez aussi que vous n'êtes qu'un humain et que vous pouvez mourir rapidement lorsque les ennemis ont des armes à feu. Encore une fois, l'équilibre est parfait.

Capture d'écran de Batman: Arkham City

Le scénario en soi est super. Il incorpore plusieurs vilains, mais ça ne semble jamais forcé. Mais surtout, il ose faire des choses que même le comic n'a pas osé faire.

En tant que fan de Batman, j'adorais les références cachées partout dans l'asile qui débloquaient la bio des vilains absents du jeu. Le premier ne contenait que le Joker, Harley Quinn, Scarecrow, Poison Ivy, Killer Croc et Bane (quand même pas mal, à bien y penser...) La fin laissait même entendre que le vilain du deuxième jeu serait Two-Face. On se demandait quel vilain serait présent dans la suite. Mais la question devient un peu incohérente : Arkham City les contient presque tous.


Je ne veux pas vous gâcher la surprise, disons seulement que plusieurs sont présents dans le scénario à un joueur, mais plusieurs autres dans les sidequests. D'ailleurs, il est rare que ça m'arrive, mais j'ai totalement adoré les sidequests dans ce jeu. Elles sont variées, originales et pleines de surprises. Par exemple : les téléphones de la ville sonnent parfois. C'est Zsasz qui vous appelle pour vous raconter son histoire... Pendant ses appels, vous tentez de localiser leur lieu d'origine pour pouvoir sauver les victimes que Zsasz détient prisonnier... Ce n'est pas seulement du "fan service". Chaque vilain est très bien représenté et ils sont assez fous pour vous faire sentir un peu inconfortable...


Arkham City a selon moi beaucoup de potentiel pour attirer de nouveau lecteurs à la série de comic books justement dû aux sidequests. Impossible de rester de glace devant la présentation tout à fait horrifiante d'un vilain en particulier (un certain Docteur Elliot pour les fans de Batman) ou celle d'un mystérieux observateur que vous rencontrerez au cours de vos promenades sur les toits. Il est fort possible que vous vouliez en savoir plus, vous ouvrant peut-être la porte aux comic books. Tout jeu de licence qui vous donne le goût de lire le matériel original réussit un exploit qui mérite d'être souligné.

Design de Robin dans Batman: Arkham City
Les personnages sont différents de ce qu'on peut voir dans l'univers DC. Ils sont tous une version plus sombre et réaliste, comme le fait Christopher Nolan dans ses films. Regardez seulement cette image de Robin tel qu'il apparaît dans Arkham City. Plus moderne, sombre et réaliste, ce qui se rapproche plus des comic books récents. Avec ces jeux et la trilogie de films de Nolan, Batman est rapidement devenu l'un des héros les plus respectés par le public puisqu'il a su évoluer tout en respectant son univers sombre et dérangeant. C'est une série mature qui ne se prend jamais trop au sérieux. Sérieusement, quel personnage est plus "badass" que Batman?

Comme vous le savez peut-être, il y avait une soi-disant controverse à la sortie du jeu concernant un code de téléchargement pour Catwoman disponible uniquement dans les nouvelles copies. Ayant joué aux chapitres de Catwoman, je peux vous confirmer que le tout est totalement optionnel, mais tout de même agréable. Si vous achetez le jeu préjoué, est-ce que ça vaut la peine de débourser le 10$ supplémentaire? Pas vraiment, voyez-le comme une récompense pour ceux qui ont fait l'effort d'acheter le jeu neuf et d'encourager la compagnie plutôt que le magasin qui se fait un profit énorme sur la vente de jeux préjoués (simple opinion). Je pourrais souligner que la tentative a pratiquement été complètement renversée par Gamestop, le plus grand magasin en termes de ventes de jeux préjoués, qui a décidé d'inclure le code dans les copies préjouées, alors...

Le tout consiste en 4 chapitres d'une vingtaine de minutes où vous contrôlez Catwoman. Vous jouerez au moins l'un de ces chapitres au tout début d'une nouvelle partie et un après le générique. Certains trophées du Riddler ne sont disponibles qu'avec Catwoman. CONSEIL IMPORTANT : dans le dernier chapitre de Catwoman, au moment où vous devez affronter Two-Face dans le musée, sachez que les ennemis RÉAPPARAISSENT à l'infini! J'ai essayé pendant plus d'une heure de compléter la pièce en éliminant les ennemis un par un, mais pour la seule fois du jeu, ils réapparaissent, un style moins fréquent de nos jours... Attirez-les vers un point et profitez-en pour attaquer Two-Face. Bienvenue, ça m'a fait plaisir.

Pour ce qui est de Robin et Nightwing, ils sont disponibles dans des DLC à 7$ chacun, mais ils ne sont que des défis, comme ceux que vous pouvez déjà faire avec Batman et Catwoman. À moins de vraiment aimer le mode "Challenge", je vous conseille de passer votre tour. Ce mode vous demande de rejouer des "pièces" du jeu (éliminer les ennemis en stealth ou en combat "Freeflow") en ajoutant des "Modifiers" qui sont des défis supplémentaires. (Éliminer un ennemi en utilisant une méthode précise, atteindre un nombre spécifique de combos, etc..) Personnellement, je ne vois aucun intérêt pour ce mode, mais il est là pour ceux qui aiment. (Hors sujet : je prédis un DLC qui allonge l'histoire avec un chapitre sur Black Mask. Voilà, c'est dit.)

Je finirai la critique en me refermant sur le type d'erreur que j'avais fait en premier lieu : je pense qu'une suite à Arkham City serait une mauvaise idée. Je crois encore qu'une suite à Arkham City serait une erreur qui ne pourrait finir qu'en déception. Le prochain ne pourrait se passer qu'à Gotham et une plus grande ville risquerait de rendre le jeu moins concentré sur le scénario et de nous faire prendre beaucoup de temps à nous déplacer... Par cette pensée, il semble que je n'ai pas compris la morale en début d'article... mais espérons juste que je me trompe encore une fois, pour le mieux...

2 comments :

Bob a dit...

J'avoue que c'est facile de manquer ça, la plupart du temps je faisais juste "Retry" aussitôt à travers le jeu, mais quand tu meurs dans la bataille contre Two-Face, on te donne l'indice de ne pas combattre les ennemis qui réapparaitront continuellement, mais plutôt de te concenter sur Two-Face. On dirait que les missions Catwoman ont été faites rapidement et peu pensées (peut-être à la dernière minute pour donner un surplus à la version neuve du jeu, donc en théorie rien de mauvais). Le problème est qu'elles brisent les normes du jeu, sans rien apporter de bien ou de rafraichissant et elles sont pratiquement absentes et courtes, mais quand elles sont là elles brisent le flot du jeu.

Si vous ne les avez pas, je dirais de les éviter à tout prix, que ce soit 10 ou 2$, mais de toute façon le jeu peut certainement valoir la peine d'être acheté neuf, alors vous les aurez gratuitement (encore là, à éviter). En fait, je vais être franc, j'ai trouvé que le jeu était très bien (juste une coche en dessous d'Arkham Asylum pour moi, mais c'est un goût personnel évidemment), mais Catwoman, si c'est un cadeau, ça en est un qui est empoisonné. (À chaque fois que ça changeait à elle, j'avais le goût de poursuivre l'histoire principale et d'être Batman plutôt que cette attraction ennuyante qui n'appartient pas au jeu.) Pas super affreux, mais ne fait que rabaisser le jeu (de peu, mais quand même) plutôt que le remonter pendant qu'on les joue. Elles sont malheureusement incluses dans le jeu sur PC par défaut autant que j'ai pu comprendre.

Michaël Groulx a dit...

Je viens de terminer le jeu et je dois dire que j'ai aimé, mais j'ai été déçu car le jeu est selon moi inférieur à son prédecesseur et je m'attendais à plus. Surtout de l'histoire qui ne faisait pas toujours du sens et pas toujours intéressante, mais surtout de la fin du jeu. J'ai bien aimé contrôlé Catwoman (peut-être parce que j'aime bien ce personnage à la base), et de pouvoir s'acrocher au plafond apportait une autre approche, mais je dois dire que les missions sont vraiment de base et je n'aurais pas aimé avoir payé pour ça.

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.