dimanche 23 octobre 2011

Deus Ex: Human Revolution

Devant de la boîte de Deus Ex: Human Revolution (360)

Développé par : Eidos

Publié par : Square Enix

Sortie initiale : 23 août 2011

Concepteurs : David Anfossi & Jean-Francois Dugas

Plates-formes : PC, PlayStation 3 & Xbox 360

Genres : Jeu de tir à la première personne/troisième personne, stealth, RPG

Prix : 59,99$

Deus Ex: Human Revolution, le troisième jeu dans la série (mais dont l'histoire vient avant le premier jeu), avait beaucoup à faire pour plaire aux admirateurs de la série. Plusieurs personnes considéraient le premier jeu comme un "intouchable classique" qui ne pourrait jamais être surpassé. Eidos Montréal a énormément travaillé sur ce troisième opus (premier jeu pour cette filiale) et a réussi l'impossible.

L'histoire : une attaque est survenue contre Sarif Industries. Adam Jensen (le protagoniste) se fait gravement blesser, tellement qu'il se fait greffer des membres artificiels et plusieurs augmentations électroniques. Ceux-ci sont un sujet controversé en 2027, puisqu'ils sont tellement avancés qu'ils sont plus performants que ceux de l'humain et certains se les font remplacer volontairement... En tant qu'humain augmenté, vous essayerez de trouver les raisons de l'attaque, ce qui vous embarquera dans la guerre des compagnies de haute technologie. Plusieurs rebondissements vous attendent...

Écoutez cette bande-annonce. Vous comprendrez que Human Revolution n'a pas besoin d'adaptation cinématographique. C'est déjà beaucoup plus que ça.

Un jeu plein de liberté

Le jeu contient quatre grands champs d'action, soit : "stealth", combat, hacking et social. C'est vous qui décidez, à tout moment, quel type d'action poser pour la situation qui se présente. À cause de ces choix, votre expérience de jeu sera largement différente d'un autre joueur.

Stealth : il est théoriquement possible de finir le jeu sans tuer une seule personne (à part les boss). Se faufiler dans les conduits d'aération (classique), utiliser une augmentation qui vous rend invisible, des dards tranquillisants, des attaques par derrière pour endormir l'ennemi... bref, être discret.

Combat : comme votre jeu de tir moderne préféré qui utilise un système de "cover". Tirez dans le tas : headshots et explosions sont au rendez-vous. Sachez que vous ne pouvez pas rester à découvert et que vos balles sont comptées. Tout de même : lance-roquette, grenades, mines, fusil laser...

Hacking : une porte est verrouillée? Piratez son terminal. Un robot de combat est présent? Pourquoi ne pas le tourner contre vos ennemis? Le piratage se fait via un "minijeu" de casse-tête où il faut prendre le contrôle de bases sur un diagramme, de sorte à faire un chemin jusqu'à la base ennemie. Il est possible de mettre les caméras de sécurité hors-service, d'ouvrir des coffres-forts et même de désactiver les alarmes de sécurité.

Capture d'écran de Deus Ex: Human Revolution dans laquelle on voit du hacking

Social : certaines conversations dans le jeu sont cruciales pour votre expérience. Elles changent le cours des évènements. Il s'agit toujours de convaincre quelqu'un, que ce soit de vous divulguer des informations ou de libérer un otage, chaque phrase compte.

Par exemple, vous devez dans une mission obtenir des informations d'un homme important. Il fait une conférence de presse dans un édifice hautement sécurisé. Vous pouvez convaincre les gardes de vous laisser passer (social), sinon vous faufiler sans bruit jusque dans la loge de l'homme en question (stealth), vous pouvez pirater les portes sécurisées pour vous faire un chemin jusqu'à la cible (hacking) ou bien entrer de force en tuant tout ce qui bouge (combat) ou encore mélanger un peu de tout ça jusqu'à un certain point. Quand on pense à la liberté dans les jeux vidéo, on pense souvent aux jeux de type sandbox comme GTA qui vous permet d'aller n'importe où. Mais la vraie liberté est de choisir nos actions, et dans ce cas, Deus Ex: Human Revolution est peut-être l'un des jeux qui donne le plus de liberté au joueur.

Parce que oui, vous avez des objectifs, mais s'il n'y en avait pas, l'histoire serait tout simplement absente ou une simple série de "sidequests". La linéarité dans les jeux est souvent nécessaire à la narration et goût personnel, mais j'aime mieux voir le jeu me transporter à différents endroits avec des objectifs précis que de me lâcher dans une ville où rien n'a l'air d'avoir de l'importance (L.A. Noire, GTA). Le jeu fonctionne par pièces, comme la plupart des jeux du même style, dans le sens où plusieurs ennemis sont présents dans une pièce, vous vous faites une stratégie et passez à l'action pour continuer à la prochaine pièce. C'est l'aspect répétitif, mais en même temps, chaque pièce est différente, avec un tas de variables, de cachettes et de façons de procéder.


L'intelligence artificielle est pas mal (cacher les cadavres pour éviter d'alerter les autres gardes), mais elle n'est pas infaillible : un conduit de ventilation et hop! Plus personne ne se souvient de vous.

Augmentations

La grande liberté du jeu vient aussi dans ses augmentations. En accumulant des points Praxis (qui viennent avec l'expérience), vous pouvez choisir une partie du corps à augmenter technologiquement. Invisibilité limitée, lever des objets plus lourds, sauter plus haut, atterrir en silence, défoncer les murs, résistance accrue aux dommages, sprint prolongé...

Plusieurs serviront pour le piratage, d'autres pour l'aspect stealth : c'est à vous de choisir selon votre style de jeu. Sachez qu'il est impossible de toutes les obtenir au cours du jeu. Vous devez donc choisir. Jamais dans un jeu je n'ai eu une décision aussi difficile que de choisir mon prochain upgrade dans celui-ci. Jamais. Il n'y a pas de "skill tree" : toutes les augmentations sont débloquées dès le début et elles coûtent sensiblement toutes le même coût. La liberté de choisir...

Capture d'écran de Deus Ex: Human Revolution dans laquelle on voit les augmentations

Même l'inventaire est intéressant : c'est une grille (comme dans le premier jeu de la série) que vous devez gérer dépendant de la grosseur de chaque objet. Avoir beaucoup d'armes laisse moins de place aux balles, un fusil plus puissant prend plus d'espace, etc., mais vous pouvez aussi augmenter vos armes, ajoutant par exemple un laser à votre machine gun.

Capture d'écran de Deus Ex: Human Revolution dans laquelle on voit l'interface de l'inventaire

Graphiques

Ai-je mentionné la beauté des graphiques? Comme je le dis toujours, ce n'est pas le nombre de polygones ou la qualité des textures qui comptent vraiment... Pour moi, c'est le style graphique. Heureusement, Deus Ex: Human Revolution contient les deux. Les décors sont très détaillés, variés et stylisés. J'ai probablement perdu 1 heure et même plus dans le jeu à simplement me perdre dans la beauté du monde de ce jeu. Quand vous infiltrez un bureau, vous pouvez voir une tonne d'objets déplacés, empilés sur le bureau : comme si quelqu'un était vraiment là il y a quelques minutes. Chaque pièce est criante de réalisme et de vérité. Vous avez peut-être remarqué cette teinte jaune et brunâtre sur les captures d'écran, mais le style ne s'arrête pas là. L'architecture et la décoration contiennent un style "renaissance" absolument splendide. On se croit dans une autre époque et la technologie est plutôt réaliste pour un 2027. Ce n'est pas trop loin de nous, mais en même temps, il y a une évolution.

Capture d'écran de Deus Ex: Human Revolution dans laquelle on voit le style graphique du jeu

Musique

La trame sonore electro-ambiante est extrêmement efficace et contribue grandement à ajouter à Human Revolution son ambiance "Blade Runnesque". Jamais trop intrusive, mais elle devient de plus en plus intense lors des périodes de stress (lorsque vous êtes en combat par exemple). Elle s'adapte à la situation : elle contient un total de 73 pistes toutes adaptées au lieu et au niveau de stress. Vous ne vous en souviendrez pas après avoir fini le jeu, mais vous aurez remarqué que la musique était bonne : toutes les qualités d'une bonne trame sonore.


Du cyberpunk pur

Je suis un fan du genre cyberpunk et je dois dire que j'ai été gâté par ce jeu. Deux villes s'ouvrent à vous entre les missions : soit Détroit et Hengsha, que vous pouvez explorer à votre guise. Elles sont petites, mais elles reproduisent parfaitement l'ambiance des villes que l'on retrouve par exemple dans Blade Runner ou dans Neuromancer. La technologie présente dans le jeu est fantastique. Que ce soit les véhicules stationnés sur la rue ou les systèmes informatiques, c'est totalement génial. Si vous êtes un fan de cyberpunk, le jeu vous fera exploser de joie.

Capture d'écran de Deus Ex: Human Revolution qui met l'emphase sur l'aspect cyberpunk du jeu

Notes supplémentaires

Je ne suis pas particulièrement un fan des jeux de stealth et je n'ai pas beaucoup d'expérience dans le genre. J'ai acheté ce jeu puisqu'il était écrit derrière la boîte que vous choisissez votre style de gameplay. Et en y jouant, j'ai ADORÉ l'aspect stealth. C'est qu'il est très bien fait : il passe du mode première personne à troisième personne lorsque vous vous cachez derrière un objet et c'est ultra efficace. J'ai trouvé le jeu un peu difficile (peut-être lié au fait que je ne suis pas un habitué des stealth), particulièrement les batailles contre les boss. En fin de niveau, l'équipement qu'il vous reste est souvent minimal, c'est parfois laborieux d'éliminer des ennemis aussi fort... Mais sachez qu'il est possible de sauvegarder n'importe quand (de vraies sauvegardes instantanées comme sur PC), ce qui permet d'essayer d'approcher les situations de différentes façons.

Quand j'ai fini le jeu, j'étais déçu. Non pas par l'histoire (qui a plusieurs fins), mais par le fait que j'aurais aimé continuer. Malgré la répétition, la difficulté, les chargements interminables et malgré les 30 heures de jeu qu'il m'a procurés. Je pense que ça veut tout dire.

Deus Ex: Human Revolution est un chef-d'œuvre, à tous les égards, très amusant et engageant, avec une tonne de contenu et un style bien à lui autant du côté gameplay que du côté graphique. C'est l'un de mes meilleurs jeux de l'année et je le recommande à tous.

1 commentaire :

Bob a dit...

Je suis preque garanti d'aimer ce jeu qui semble respecter tous les éléments de Deus Ex (dont je me suis découvert une passion tout récemment, je progresse dans l'histoire en ce moment) et qui ne peut que les moderniser en bien. Je suis aussi bien content que ce ne soit pas un reboot, donc qu'il ne considère pas l'existence de Deus Ex comme inutile de nos jours, car c'est tout de même un bon vieux jeu et je présume qu'il a ses points uniques, mais Human Revolution est probablement aussi une modernisation bienvenue que je devrais apprécier lorsque j'y serai rendu. J'aime bien l'histoire et le style cyberpunk.

Donc nouveau fan de la série qui s'amuse énormément avec le premier jeu pour l'instant et je joue en stealth en passant. Ce qui m'amène à te dire que je ne sais pas si tes difficultés ont été uniquement causées par ton manque d'expérience actuel dans le genre. L'intelligence artificielle du premier jeu est assez basse et je ne joue qu'à normal en plus que c'est loin d'être mon premier stealth, mais pourtant je ne cesse de recommencer plusieurs passages à répétition. Human Revolution a l'air de vraiment respecter tous les points de la série, probablement la difficulté aussi. Bah, un bon défi, dans un jeu rempli de contenu à la base et qui nous permet de sauvegarder n'importe quand, c'est définitivement mon genre ça!

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.