mardi 12 avril 2011

Portal

Devant de la boîte de Portal (PC)

Désolé, je viens de me rendre compte d'un problème majeur sur notre site : nous faisons des suggestions de jeux et nous n'avons jamais parlé de Portal. Je vais tout de suite corriger la situation.

Portal. Un concept très simple aux possibilités infinies. Un fusil qui permet de faire apparaître deux portails, un orange et un bleu, sur les murs, planchers, plafonds, etc. (si on peut parler d'etc. ici). Si vous entrez dans le portail bleu, vous sortez par l'orange, et si vous entrez dans l'orange, vous sortez par le bleu, peu importe la distance entre les deux, la position ou l'angle. Simple.

Le jeu commence alors que vous êtes un sujet d'expérience dans un laboratoire d'Aperture Science. Un robot à l'intelligence artificielle développée, GLaDOS, vous guide à travers les différentes salles de test. Vous devez simplement vous rendre à la sortie en utilisant le fusil à portail. Il ne peut y avoir qu'un seul portail de chaque couleur à la fois.


En gros, c'est un jeu de puzzle à la première personne (FPP: First Person Puzzler!). Bien sûr, le tout se complique avec le temps : interrupteurs à activer, tourelles parlantes, boules d'énergie à faire atterrir sur une base, acide... Mais ce qui est bien, c'est que le concept du jeu ne change jamais. C'est seulement vous, avec votre fusil, qui devez trouver de nouvelles façons de vous rendre à vos objectifs. Le concept des portails est exploité à fond, au lieu d'avoir plusieurs gimmicks tout en ne restant qu'à la surface seulement, comme le feraient la plupart des jeux.

C'est mon type de jeu de casse-tête préféré, puisqu'il offre de la liberté au joueur sans le noyer dans les possibilités. Vous n'avez pas 10 armes aux pouvoirs différents, seulement le pouvoir de créer des portails. Le raisonnement est donc direct, il n'y a que vous et le casse-tête.

Ce jeu pourrait facilement être ennuyant s'il n'avait rien pour nous accrocher. Ce qui nous fait revenir encore et encore est son humour. GLaDOS est vraiment très drôle. Elle est sarcastique, cruelle, menteuse... Vraiment comique. Elle vous parle toujours lorsque vous êtes en mission. Même les tourelles parlent avec une voix robotisée qui sonne presque comme une chansonnette. Ils disent des phrases comme : "Could you come over here?", "Are you still there?", car elles veulent vous revoir pour vous tuer, et elles crient "Nooooo!" lorsqu'elles se font renverser... L'air de rien, l'humour du jeu nous met de bonne humeur, c'est donc beaucoup moins frustrant de recommencer des casse-têtes.

Capture d'écran de Portal
Le style et l'environnement sont très réussis. Les robots ont un "style Apple", blanc, brillant, minimal, de même que les salles qui sont épurées. Mais c'est dans la deuxième partie du jeu (le moment le plus excitant) que le tout devient vraiment intéressant.

***Spoiler Alert*** Vous essayerez de vous échapper. Vous passerez donc de l'autre côté du décor et vous promènerez dans les dessous d'Aperture. C'est sale, délabré et inquiétant. Le jeu a beau être linéaire, mais ce segment nous donne un sentiment d'exploration de l'inconnu totalement captivant. En plus d'une confrontation finale satisfaisante.

Un jeu important

Portal est un jeu d'une extrême importance pour l'industrie du jeu vidéo.
-Il prouve qu'il y a un public pour les jeux intelligents, il a été fortement populaire.
-Il utilise l'humour (qui était grandement disparu, j'ai l'impression, après les point-and-click LucasArts).
-Il démontre que les jeux de puzzle ne sont pas limités à des jeux casual à la Bejeweled : il est possible d'utiliser l'évolution des graphiques pour aussi évoluer les concepts.
-Il réussit à nous faire raisonner différemment, chose qu'aucun autre média ne peut faire aussi bien : vous êtes le personnage. Vous observez et réagissez.

À bien y penser, ce jeu est pratiquement la perfection en soi. Originalité, intelligence, humour, exploration...

La seule chose que les gens lui reprochent est d'être court, mais je crois que c'est le contraire qui aurait été un défaut. Il est d'une durée de 2 à 4 heures, mais chaque situation est différente. S'ils en avaient fait un jeu de 8 heures ou plus, il y aurait eu de la répétition et l'intérêt se serait perdu en cours de route. La fin aurait été un peu décevante pour un plus gros jeu, puisque l'on se serait attendu à quelque chose de plus spectaculaire, alors que celle-ci est parfaite pour un jeu court.

Notez que ce jeu était disponible à l'intérieur d'une compilation, il faut s'attendre à un jeu court, même chose pour la version téléchargeable. Pour 15$, le jeu vaut totalement son prix : originalité, humour, bonne histoire/concept, beaux graphiques... C'est d'ailleurs ici que Portal 2 devra faire ses preuves : il aura supposément une campagne à un joueur de 8 heures et une histoire différente en coopérative de 4 heures, pour un total de 12 heures si l'on combine. Il ajoutera quelques éléments à l'intérieur des niveaux (comme des liquides qui rendent le sol rebondissant ou glissant). Portal 2 est prévu pour le 19 avril et j'en bave déjà. (Je vous en reparle bientôt.)

Portal est disponible sur la compilation The Orange Box (incluant aussi Half Life 2 et ses épisodes ainsi que Team Fortress 2), sur PC, PS3 et Xbox. Il est aussi vendu séparément sur Steam et sur disque sur PC. La version Portal: Still Alive sur Xbox Live Arcade contient des niveaux supplémentaires qui sont aussi téléchargeables gratuitement pour PC ici.

Portal demotivational poster

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.