lundi 5 juillet 2010

Troll 2/Goblin

Devant de la boîte de Troll 2Je ne veux pas avoir l'air du gars qui parle juste de mauvais films, après Zardoz (il y a un bon moment), The Room (que je trouve vraiment drôle) et The Number 23 (moi, je le trouve mauvais en tout cas), mais un de plus ne fera pas de tort. Je promets de passer à mieux la prochaine fois, mais pour l'instant parlons de Troll 2.

En fait, le nom original du film est Goblin et c'est ainsi qu'il s'appelle dans certaines régions de l'Europe à ce que j'ai entendu. Seulement, il se trouve qu'en Amérique un film nommé Troll était déjà sorti et les films partagent des thèmes assez similaires que les créateurs de Goblin ont décidé de passer leur film comme une suite à ce film établi en l'appelant Troll 2, ce qui est devenu son nom plus connu. Le seul problème étant évidemment que les monstres sont des gobelins et non pas des trolls, j'imagine que vous aviez compris. C'est déjà un indice de la qualité de votre film quand vous décidez que pour qu'il soit plus populaire de le faire passer comme une suite à un film tel que Troll. Je crois qu'exactement comme pour The Room, Troll 2 est définitivement un film si mauvais qu'il en est bon.

C'est un film d'horreur avec une prémisse qui m'intéresse et que je trouve vraiment horrifiante quand on y pense (une fois passé le ridicule). Une famille déménage dans un petit village qui devrait être tranquille. Le petit garçon de la famille a des visions de son grand-père décédé qui lui parle de gobelins et de comment ils tuent des gens et qu'ils veulent avoir sa famille. Le bout que je trouve intéressant est le suivant, c'est la façon dont les gobelins nous tuent.

Il se trouve que ces créatures n'aiment pas la viande, car ils sont en parfaite communion avec la nature. Ils ne mangent que des humains après que leur sang et organes soient transformés en matière végétale, ce qu'ils font en leur faisant manger de la nourriture spéciale en déguisement.

Personnellement, je trouve que c'est horrifiant de penser que quelque chose d'essentiel à notre survie, comme la nourriture, puisse nous tuer, ce qui est d'ailleurs le cas lorsque certains virus ou poisons s'y trouvent mélangés. Que l'on se transforme en un autre type de matière complètement alors qu'on est encore en vie, après quoi des créatures hideuses dévorent notre corps inutile, c'est fascinant et encore plus terrible. Je ne sais pas, peut-être que j'ai une attirance irrationnelle pour ce genre de chose...

Cependant, sur tous les autres niveaux le film échoue. Les acteurs sont incroyablement mauvais, pires que dans The Room en quelque sorte, car au moins dans ce film-là, ils essayaient d'acter alors qu'ici on voit clairement qu'ils ne font que répéter leurs textes. Les dialogues en tant que tels sont vraiment étranges de temps à autre, comme quand la mère du petit gars entend parler des gobelins, elle ne le croit pas vraiment, puis quand elle voit son mari, elle lui demande: "Who are the goblins?" ("Qui sont les gobelins?") Quelle mère saine d'esprit demanderait une question de la sorte à son mari?

Il y a aussi cette fameuse scène...


Le jeu des acteurs est donc très mauvais et exagéré, mariage parfait avec le dialogue qui peut être décrit de la sorte. Comme vous pouvez le voir dans la vidéo, les créatures portent des masques ridicules et personne n'aurait peur de ces nains sans défense. Aussi, vous pouvez voir que le film sait comment prolonger une scène. Cependant je trouve que toute la scène est fascinante, horrifiante et drôle. Il n'y a pas beaucoup d'effets spéciaux, je dirais que la transformation en plante est quand même assez bonne, elle fait la job comme on dit, même si la transition d'humain à plante est juste qu'elle se débat dans du liquide vert jusqu'à ce qu'on ne soit plus certain de quoi est quoi.

Le film n'a aucune consistance. Cette fille se transforme lentement en plante, mais presqu'aussitôt qu'elle boit une potion. Un autre gars se transforme en arbre et n'est pas dévoré. Un autre se sent mal et transpire vert (j'imagine que l'eau dans son corps se remplace par de la chlorophylle), mais aucune transformation soudaine en plante comme la fille. Les gobelins peuvent se transformer en humains apparemment, mais on n'a pas vraiment de détails là-dessus et bien sûr on ne voit jamais la transition devant nos yeux. Les détails sur qui est vraiment cette femme étrange que vous avez pu voir dans la vidéo "Oh my God!" sont minimaux. On ne sait même pas pourquoi le grand-père en connaît autant sur les gobelins et plus important, pourquoi il peut apparaître de temps à autre, pas tout le temps, même se matérialiser à un point. (Le plus drôle, c'est qu'à un moment il apparaît dans la mauvaise pièce de la nouvelle maison, parce qu'il n'y est pas encore habitué, et fait peur à la sœur du petit garçon.) Il faut aussi savoir que les moyens des méchants de transformer quelqu'un sont plutôt limités (ils passent même un moment à entourer nos protagonistes sans pouvoir passer à l'attaque à un moment donné), car une fois découverts, ils ne peuvent forcer personne à manger leur nourriture magique, ce serait difficile.

Vous n'écoutez pas Troll 2 pour obtenir des réponses ou pour voir des performances accrochantes qui vous permettrons de vous abandonner complètement dans l'univers du film, c'est certain. Le plaisir est plus de laisser se reposer la partie logique de votre cerveau, écouter un film d'horreur différent, observer le ridicule de la situation, rire des jeux des acteurs et du dialogue, se laisser surprendre par le concept d'un corps qui se transforme en plante (oui, mon intérêt principal je ne sais pourquoi), essayer d'anticiper la fin si c'est votre première écoute. C'est surtout d'avoir du fun simple devant le film en se laissant conduire par son ridicule.

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.