dimanche 11 juillet 2010

Split/Second vs. Blur

Devant de la boîte de Split/SecondDevant de la boîte de Blur


Split/Second et Blur sont en guerre. Il est clair qu'ils se font de la compétition l'un envers l'autre : deux jeux de course/combat sortis à une semaine d'intervalle, sur les mêmes plates-formes, avec des menus semblables et un concept semblable. Lequel choisir? Il serait facile d'en éliminer un s'il était réellement inférieur, mais même sur Metacritic, les deux jeux avaient tous les deux un score de 82 une semaine après leur sortie!

Je n'ai donc pas d'autre choix que de les comparer point par point. Notez que ce sont deux excellents jeux qui valent la peine.

Résumé :
Split/Second vous met dans un show de téléréalité où vous devez survivre à des courses explosives où le décor peut être utilisé comme arme par les concurrents. Une fois que votre barre de pouvoir est remplie (en faisant des drifts, drafts ou sauts), vous pouvez déclencher un piège pour éliminer les concurrents, par exemple faire exploser une station d'essence, s'écraser un avion ou faire dérailler un train.


Blur, c'est Project Gotham Racing, mais avec des armes à la WipEout. La conduite est autant de mise que les armes sur des circuits aux multiples routes. 20 véhicules sont sur la piste qui se remplit peu à peu de mines et de trous noirs.


Interface :
Split/Second se démarque par son interface minimale en course qui se limite à votre position, le nombre de tours et votre barre de pouvoir. C'est vraiment agréable d'être débarrassé de toutes les informations superflues qui réduisent notre champ de vision dans les autres jeux de course. Il n'y a pas de carte : pas nécessaire, le circuit peut changer à tout moment et les pistes ne sont pas assez complexes pour se perdre. Il n'y a pas d'indicateur de vitesse : vous roulez toujours le plus vite que vous pouvez.

Blur a une interface complète, mais elle est réellement nécessaire. Le miroir par exemple est essentiel puisque vous devez viser les ennemis derrière lorsque vous lancez des mines ou des "Bolts". Il y a aussi une barre d'énergie que vous devez toujours regarder pour savoir s'il est nécessaire ou utile de se réparer plutôt que de prendre une arme.

Graphiquement :
Les explosions constantes dans Split/Second sont impressionnantes et certain pièges sont à couper le souffle. Le reste est, il faut le dire, plutôt standard. Ce n'est pas grave du tout, mais le jeu manque peut-être un peu de personnalité côté visuel. Le concept de la téléréalité est génial, mais il n'est pas exploité à fond. Il faut quand même dire que chaque chapitre commence avec un faux début d'émission et que la fin de l'épisode nous affiche toujours "next time on Split/Second". C'est très bien.

Blur met plus d'attention sur les voitures et les décors qui sont bien construits et réalistes. Les armes qui ressemblent à des trous noirs sont assez originales pour offrir un style unique au jeu. En regardant la boîte, je me suis dit que le jeu aurait été encore plus attrayant s'il avait utilisé des couleurs plus vives pour les véhicules et les armes. Ça l'est un peu, les couleurs néon nous rappellent un autre jeu de Bizarre Creations, Geometry Wars. Blur est beaucoup plus varié et attrayant côté décor que Split/Second où tout semble souvent pareil et dans les mêmes tons de couleurs.

Difficulté et progression :
Split/Second nous présente un équilibre presque parfait. Même si ça devient plus difficile plus on avance, l'avantage de connaître l'emplacement des pièges vous donnera l'avantage nécessaire pour prendre le dessus sans vous faire avoir. Peu importe votre position, vous obtiendrez toujours des crédits à la fin d'une course et ceux-ci vous permettront de débloquer d'autres événements. Vous avancez donc continuellement dans la progression du jeu, sans être obligé d'arriver toujours en première place.

Blur est plus difficile. L'avantage c’est qu'il sépare le déblocage de véhicules à celui d'événements. En course, vous accumulez des fans en attaquant les autres joueurs ou par les drifts, sauts, etc., et ces fans sont comme des points d'expérience. À chaque fois que vous montez de niveau, de nouvelles voitures sont disponibles. Pour les événements, ils sont débloqués par les "Lights". Vous en gagnez 3 pour une médaille de bronze, 4 pour argent et 5 pour la première place. Chaque piste a aussi un nombre de fans prédéterminé à atteindre, qui vous donne un "Light" une fois réussi. Finalement, une dernière est obtenue en passant les 12 checkpoints sur le circuit (appelés "Fan Runs"). On sent donc toujours une progression en jouant et il y a toujours une consolation à la fin d'une course même ratée : un petit lot de fans qui s'ajoutent à votre expérience. Notez que même si le jeu est difficile, vous avez la possibilité de modifier sa difficulté.

Les armes :
Dans Split/Second, c'est presqu'une libération de ne plus avoir à ramasser des bonus. Ça rend le tout plus fluide. Le fait que vous devez remplir votre jauge de pouvoir amène un autre aspect au jeu : vous devez choisir si vous faites un dérapage sur le virage pour la remplir, ce qui vous ralentira, ou si vous tentez de gagner de la vitesse. Les armes qui sont des pièges activables partout sur la piste sont nombreuses et quand même assez variées. C'est un avantage et un désavantage à la fois d'être toujours placé au même endroit. Comme je disais, c'est bien pour développer des stratégies, mais ça élimine l'effet de surprise et de suspense après de nombreuses heures de jeux. Si vous finissez le jeu en mode un joueur, vous aurez largement fait le tour de tout ce qu'il y a à voir.

Blur contredit ce que je disais plus haut. Prendre les bonus sur la piste est aussi agréable. Alors que dans Mario Kart et WipEout les bonus sont distribués d'une façon aléatoire, ce n'est pas le cas ici. Ils sont toujours au même endroit et grâce à leur couleur, vous les distinguerez facilement de loin. C'est donc à vous de choisir si vous voulez un boost, réparer votre véhicule, des mines, un trou noir à tête chercheuse, un fusil ("Bolts"), un champ de force puissant qui repoussera vos adversaires ou un bouclier. L'aspect stratégie instantanée est donc aussi présent que dans Split/Second, mais d'une façon totalement différente. Les bonus disparaissent brièvement après les avoir pris, mais seulement qu'une seconde, ce qui est beaucoup moins frustrant que dans Mario Kart où le joueur derrière n'a jamais la chance d'en attraper un.

La conduite :
Nous ne pourrions pas avoir une situation plus blanc et noir. C'est arcade dans Split/Second et plutôt réaliste dans Blur. Voyez-le comme ceci : Split/Second est comme Burnout alors que Blur est comme Project Gotham. Le jeu que vous choisirez dépendra uniquement de vos préférences, mais je crois sincèrement que le plaisir d'un jeu de course est aussi d'apprivoiser son contrôle. Les drifts de Split/Second sont facilement contrôlables, alors que c'est plutôt difficile dans Blur. Les deux ont un contrôle solide qui répond bien, ils ne sont tout simplement pas du même style. Mais comme je l'ai dit plus haut, l'important pour gagner sont les pièges dans Split/Second, alors que c'est la conduite dans Blur. Encore une fois, c'est à vous de choisir selon vos préférences.

Les modes :
Split/Second a des modes de jeu totalement fous. Il a bien sûr les standards : course, élimination et tournoi (si est une simple course, mais dont le résultat décidera de votre place sur le podium de la grande finale). Il a un "Speed Run" qui consiste à faire le meilleur temps de tour possible sur un circuit, comme dans les autres jeux. Mais la différence c'est que dans ce tour, tous les pièges s'activent! Il est appelé le mode "Detonator" et c'est époustouflant. Il y a aussi "Air Strike" où vous devez éviter les missiles lancés par un hélicoptère (n'est-ce pas extraordinaire?) et un autre où vous devez éviter les barils explosifs lâchés par des camions!

Blur c'est presque la même chose : course standard, course contre la montre ("Checkpoint") et course un contre un. Dans "Destruction", vous devez éliminer des adversaires uniquement avec des "Bolts", mais qui apparaissent sans arrêt (comme les "Road Rage" de Burnout).

Le multijoueur :
Split/Second ne diffère pas beaucoup si vous jouez en ligne ou contre un ordinateur. Les mêmes modes sont disponibles. Dans Blur, c'est totalement différent. 20 humains sur la piste surpassent largement l'intelligence artificielle du jeu. Le mode "Destruction" est infiniment plus plaisant contre des humains qui peuvent réagir à vos coups, avoir plus de tactique.

Le verdict :
Je ne peux tout simplement pas vous dire lequel qui vaut plus la peine, ce sont deux excellents jeux de course qui méritent votre attention et je trouve que c'est dommage que les deux soient sortis en même temps, parce qu'ils se feront du tort tous les deux. Ils se complètent en quelque sorte et ce qui est moins bon dans l'un est excellent dans l'autre.

Dépendant de votre style préféré, je vous conseille d'en choisir un à acheter immédiatement et l'autre lorsqu'il sera un peu moins cher (j'ai payé 64,99$ pour Blur, merde). Mais ne les oubliez pas, vous manqueriez les meilleurs jeux de course de l'année.

1 commentaire :

Anonyme a dit...

serieux je pence que je vait prendre blur !!!!

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.