jeudi 15 juillet 2010

Another World/Out of This World

Affiche de Another World

Simplement l'un des jeux les plus originaux et innovateurs jamais créés. Point à la ligne. Fin de la critique... Quoi? Vous voulez savoir de quoi il s'agit? OK d'abord...

Another World, connu en Amérique sous le nom Out of This World, fut développé par le concepteur français Éric Chahi en 1991. «Mais comment un jeu si vieux peut-il être comme tu nous l'as décrit?» Si c'est ce que vous vous dites, votre manque de foi me consterne. Mais même si vous êtes ainsi et que donc vous ne méritez pas d'en savoir plus, je vous dis qu'il existe une version mise à jour en HD jouable sur nos ordinateurs actuels. De plus il est disponible en ligne sous la forme d'un fichier pas trop lourd sur le site du développeur pour seulement 7 euros.

Le concept du jeu est que vous incarnez ce physicien qui rentre chez lui durant un orage électrique pour travailler sur son accélérateur de particules. Un accident se produit et il se trouve transporté dans un monde extra-terrestre hostile. Le but du jeu est de survivre à ce monde et d'essayer de s'en échapper si possible. Seulement, il faut savoir que vous ne savez rien de ce monde, tout peut donc être dangereux. Aucun tutoriel à votre disposition et pas vraiment d'indices pour vous débrouiller. En gros, vous êtes ce gars qui se retrouve soudainement en terrain inconnu et contrairement à James Bond qui infiltre une base ennemie sans s'égratigner, vous allez mourir, souvent.

Il est aussi intéressant de noter que le jeu combine des éléments de puzzle ou du moins il faut penser un peu à ce qui pourrait vous permettre de passer un certain bout (activer un bouton, faire tomber un lustre sur la tête d'un ennemi que vous ne voyez pas en utilisant son reflet, bloquer le chemin de l'eau avec un morceau de roche géant, etc.) avec des éléments de shooter. Vous avez un fusil laser à votre disposition et tout au long du jeu, il y aura de un à plusieurs extra-terrestres qui vous poursuivront, allant même jusqu'à une armée complète. Votre fusil peut aussi créer un écran de protection devant vous pendant un court instant, donc le but n'est pas toujours d'éliminer tout le monde, mais parfois juste de survivre. Un seul coup de feu vous désintègre, même chose pour les ennemis, et votre fusil aura besoin d'être rechargé dans des endroits précis si vous l'utilisez à sa puissance maximale à quelques occasions.


J'ai passé plusieurs années à comprendre comment passer à travers le jeu durant ma jeunesse, ce malgré les mots de passe assez fréquents (à chaque chose majeure d'accomplie ou à chaque nouvel environnement à peu près). Je ne vous cacherai pas qu'il y a des moments frustrants, mais pas vraiment à cause de mauvais contrôles ou de bugs dans le jeu. Les moments de frustration sont vraiment intentionnels dans la programmation du jeu alors que vous êtes en terrain inconnu. Le but est carrément de recommencer plusieurs fois un écran jusqu'à temps que l'on comprenne que oui il faut tuer ce bonhomme-là, puis ensuite passer par-là, sauter ici, activer ce bouton, attendre que cet autre bonhomme lance quelques explosifs, le tuer, passer par le trou qu'il a créé dans le plancher, etc., et chaque situation ou presque est différente.

J'ai dit «sauter ici», c'est que le jeu comprend aussi un élément de platforming. Vous pouvez courir, sauter et courir en sautant. Les mouvements de Lester, c'est le nom du personnage peu traditionnel (roux en passant), sont très fluides, un peu comme dans Prince of Persia (la série classique).

Les mouvements ont ce style fluide qui était particulièrement à l'époque, mais si quelque chose attire autant l'œil aujourd'hui qu'à l'époque, c'est l'art du jeu. Elle vieillit très bien, car elle est stylisée et on pourrait dire en cel-shading, du moins une vieille version de ce procédé. En fait, c'est un mélange entre des graphiques vectoriels et matriciels. Les personnages et les effets spéciaux ainsi que certains objets sont en vectoriel, alors que les environnements plus détaillés sont en matriciel. Ce sont ces décors qui paraissent sublimes dans la version HD, sinon le reste a toujours semblé très acceptable, même si on parle de la version SNES ou des premières versions sur des ordinateurs de l'époque (incluant DOS).

Extrêmement d'effort a été mis non seulement dans le style des graphiques reproduits à l'écran, mais dans l'idée que Lester se retrouve sur une planète complètement étrangère, hostile, froide. Un autre monde. Il est intéressant de voir des détails sur la société présentée dans le jeu aussi, avec niveaux tels que la prison, un palais et un terrain de gladiateur. J'aimais aussi particulièrement les façons variées dont Lester pouvait mourir.

Par exemple, une espèce de ver de terre qui a l'air ordinaire, mais qui peut vous tuer instantanément si vous vous approchez trop sans l'écraser. Une trappe de vapeur ou de gaz qui vous brûle (j'imagine). Des pics, comme dans tous les jeux vidéo de l'époque il me semble. Une bouche directement au sol qui vous dévore si vous pilez dedans. On nous montre l'animation en rapproché dans certaines de ces scènes pour augmenter l'impact. Tout ceci m'a laissé avec la profonde idée que rien n'allait m'aider dans cet environnement, carrément tout peut me tuer. Je n'étais même pas sûr dans le fond si la prochaine plante que j'allais vois n'allait pas s'avérer être une espèce extra-terrestre hostile qui lance de l'acide ou quelque chose dans le genre. Selon moi, effet réussit. Combien de fois jouez-vous à un jeu qui est supposé vous faire peur ou vous faire croire que vous êtes en danger sans que vous ne ressentiez aucune connexion à ce qui arrivait au personnage principal? Ce n'est pas le cas de Another World.

Je peux trouver quelques défauts à ce jeu sublime, car il faut être réaliste et admettre qu'il n'y a rien de parfait. Premièrement, quoique je ne sache pas si c'est un défaut, mais le public qui pourrait l'apprécier est très limité, peu importe à quel point je peux croire que ce jeu est excellent. Il est difficile et hostile autant au personnage qu'à vous. Aussi, parce que les graphiques sont stylisés, il faut s'y habituer et je sais que certaines personnes diront tout simplement que c'est ridiculement laid (les graphiques vectoriels). Je trouve que l'ambiance est parfaite et que le style est approprié, mais vous ne manquez pas nécessairement de culture si vous n'êtes pas d'accord avec moi, c'est une opinion.

Maintenant, pour un défaut légitime, le jeu est court, je veux dire extrêmement court. Vous ne me croyez pas? Je me suis enregistré en train d'y jouer, mon walkthrough complet étant disponible sur YouTube. Je n'ai inclus que la première vidéo de la liste, mais il y en a 3 en tout pour un grand total de... 20 minutes! OK, maintenant revenons à la réalité. Je SAIS comment passer à travers du jeu PAR COEUR. Je l'ai fini plus d'une fois et mon walkthrough est sans faute, c'est-à-dire que je n'y meurs même pas une fois. J'ai mis des années à le compléter à l'origine et outre le fait que j'étais jeune et ignorant, vous pourriez quand même mettre des semaines voir des mois à tout comprendre de votre propre chef avec un cerveau adulte développé. Je vous suggère d'ailleurs de ne pas regarder une vidéo de plus à propos de ce jeu, car ce n'est pas ça qui est intéressant si vous comptez l'essayer de par vous-même. Vous ne ferez que vous gâcher le plaisir de tout accomplir par soi-même pour se dire légitimement à la fin que vous avez complété le jeu par vos propres moyens. C'est presque comme un jeu d'aventure quand j'en parle ainsi.

Un autre défaut est la musique du jeu. Ce défaut change selon la version à laquelle vous jouez et selon vos goûts personnels. C'est normalement un jeu assez calme, utilisant uniquement les bruits ambiants pour que vous vous sentiez encore plus seul dans de monde inconnu (bien que je ne vous aie pas parlé d'un extra-terrestre qui vous aidera de temps à autre à travers le jeu). La version HD est ainsi et plusieurs des versions originales du jeu aussi. Ce sont surtout les versions 16 bits du jeu, sur SNES et Genesis, qui ont introduit des musiques à plusieurs endroits supplémentaires, comme lorsqu'une créature vous poursuit pour vous manger dans le premier niveau. Si vous avez besoin de plus de musique et ne croyez pas en le pouvoir des sons ambiants (je sais, les jeux traditionnels et les films américains nous ont habitué à des trames sonores épiques à tout bout de champ), vous devriez plutôt vous procurez ces versions, mais elles ne seront évidemment pas en HD.

En bout de ligne, une fois que vous aurez complété Another World, vous aurez vu ce qu'il y avait à voir. Ce n'est pas une mauvaise chose pour autant, car je vous garantis que ce jeu laissera une impression sur vous. Ce sera une expérience que vous apporterez avec vous. Si vous le complétez au complet par vous-même, ce sera d'autant plus une expérience gratifiante. Et pour finir, non vous n'avez jamais joué à rien de tel que Another World, un vrai jeu original, créatif et différent. (À moins que vous n'ayez joué à ses suites spirituelles n'ayant aucune connexion, comme Flashback ou Heart of Darkness. Ces jeux sont moins bons à mon avis, quoique potentiellement intéressants.) Maintenant, il y a une suite, mais gardons-ça pour un autre jour, c'est loin d'être une priorité. (Notez que la suite, Heart of the Alien, sortie uniquement sur Sega CD, inclut aussi Another World, ce qui en poussera sûrement certains à se procurer cette version.)

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.