mercredi 16 juin 2010

The Lost Room

Devant de la boîte de The Lost Room

Je me suis fait conseiller The Lost Room en une seule phrase. C'était : «The Lost Room : meilleur que Lost.» Étant un grand fan de Lost, je n'ai pu m'empêcher de sauter sur cette mini série avec des attentes très élevées. J'ai découvert quelque chose qui su même dépasser mes attentes.

Je garderai le résumé du scénario volontairement vague, question de ne pas trop vous en dévoiler : c'est tellement plaisant à découvrir. Il y a une clé. Elle ouvrira n'importe quelle porte avec une serrure, mais ne vous mènera pas dans la pièce que vous avez ouvert, plutôt dans une chambre de motel, toujours la même, qui ne semble pas exister dans le même espace-temps que le reste. Cette chambre contenait jadis une multitude d'objets, tous ayant des caractéristiques différentes dans le monde en dehors de la pièce. Les objets ne fonctionnent pas à l'intérieur et si on les dépose, ils se replacent à leur endroit d'origine après fermeture et réouverture de la porte. Tout autre objet disparaît, c'est comme si la chambre se remettait à zéro. Où est ce motel? Pourquoi ces caractéristiques? Que font les autres objets?


La série maîtrise avec brio l'art du surnaturel. Même s'il se passe des choses totalement folles, on se sent dans notre monde à nous et tout le reste est crédible et réaliste dans l'univers de la mini série. C'est dû à l'excellent jeu des acteurs, au texte bien écrit et à l’environnement. Ces derniers ne nous apparaissent pas comme des décors, mais comme une vraie ville dans un état plutôt moche et on y croit.

Il y a des films d'une heure et demie qui ont de la difficulté à garder notre intérêt. The Lost Room : 4 heures et demie sans que vous soyez capable de détourner le regard. C'est tout un exploit. Il n'y a pas un seul moment complètement inutile, chaque scène fait avancer les choses ou développe les personnages le plus rapidement possible. C'est l'avantage des mini séries : courtes et directement au point. Même les cliffhangers à la fin des épisodes ne semblent pas forcés.

Le scénario progresse à une vitesse fulgurante, finissant par introduire plus de concepts et de personnages intéressants qu'une série de plusieurs saisons. Tout est complexe, mais c'est tellement fluide que l'on comprend tout instantanément. Vous serez étonné à la fin du premier épisode du nombre de choses qui se sont passées dans celui-ci. Pour ma part, c'est quand j'ai essayé d'expliquer le scénario à quelqu'un que je me suis rendu compte que c'était vraiment TRÈS complexe... Mais rassurez-vous, vous ne serez pas perdu et même si le surnaturel n'est pas votre tasse de thé, la série vous conquerra.

La fin de The Lost Room est laissée volontairement vague, mais avec assez d'explication pour que vous en sortiez satisfait je crois. La série vous fera réfléchir d'une façon dont seule la science-fiction peut le faire.

The Lost Room est une écoute obligatoire : une des meilleures séries télé de tous les temps, définitivement l'une des meilleures mini séries. Elle est captivante, originale, bien écrite, bien jouée, bien réalisée.

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.