samedi 17 juillet 2010

Taxi Driver

Affiche de Taxi Driver

Combien de thrillers psychologiques peuvent se vanter d'avoir eu un profond impact sur quelqu'un? Sûrement plusieurs. Mais combien peuvent dire qu'ils ont poussé quelqu'un à une tentative d'assassinat sur un président américain? Eh bien, je ne sais pas si c'est un point positif ou négatif, mais Taxi Driver correspond à la demande. D'autre part, réalisé par Martin Scorsese, mettant en vedette De Niro (à sa belle époque) dans le rôle d'un vétéran troublé de la guerre du Viêt Nam et une jeune Jodie Foster dans le rôle d'une prostituée de 12 ans, ce film manque à votre culture si vous ne l'avez déjà vu.

Le vrai intérêt du film, le fil conducteur je pourrais dire, c'est le personnage principal, Travis Bickle. (L'un des personnages les plus marquants du cinéma.) Il est très difficile à saisir, on ne peut pas vraiment le comprendre. On le voit mener une vie minable dans un quartier minable avec un travail (conducteur de taxis, comme le titre du film) qu'il prend la nuit uniquement pour gérer ses problèmes d'insomnie. Il raconte des menteries à son entourage leur disant qu'il mène une bonne vie, ce qui nous dit au moins deux choses sur lui : il ressent de l'empathie pour les autres (ne voulant pas les inquiéter) et il est renfermé sur lui-même ou qu'il pense pouvoir tout régler tout seul. Il devient quand même ami avec la jeune prostituée et il se fait aussi une copine.

Il est seul et dépressif, certes, mais avant tout c'est un gars qui a vécu des choses extrêmes et qui est maintenant appeler à réintégrer une société à laquelle il n'est plus conforme. Même s'il demanderait de l'aide, peut-être que personne ne pourrait l'aider et le comprendre vraiment. Il comprend si mal la vie normale qu'il amène sa nouvelle petite amie au cinéma voir un film d'éducation sexuelle. Ce n'était pas pour la provoquer non plus, pour lui on dirait que la soirée était supposée bien se passer. Bien sûr, elle prend ça plutôt mal et il n'arrive pas à se réconcilier avec elle.

C'est après cet événement que le film devient encore plus étrange et intense. Travis commence à se transformer mentalement et psychologiquement. Il transcendera les limites habituelles de la morale. Pour parler en langage rudimentaire, il devient un méchant qui pose des bons gestes et un gentil qui pose des mauvais gestes. Je pourrais décrire un peu plus les événements, mais je me vois forcé de rester vague pour ne pas gâcher l'intrigue. C'est comme s'il y avait des personnalités qui entraient en choc à l'intérieur de ce cher Travis et en même temps, c'est comme si l'homme qu'il était venait de disparaître. Tout ça pour vous dire que quand je pense à l'antihéros parfait, je pense soi à lui ou à quelqu'un comme Rorschach dans Watchmen. Ils sont tous deux des gens qui ont du vécu qui sort de l'ordinaire et qui n'ont plus cette illusion que nous appelons moralité pour les aveugler ou les arrêter. Rien de plus dangereux, mais rien de plus efficace non plus.

Sorti en 1976, c'était un film extrêmement provocateur (le sang dans certaines scènes a même dû être désaturé pour obtenir la côte R). Jodie Foster était vraiment une mineure à l'époque (14 ans en fait), alors vous comprendrez que son rôle était risqué aussi. Mais sérieusement le film est bien fait et rien n'est brusqué, surtout que sa durée est de près de 2 heures. Seule la fin peut vous laisser perplexe, c'est pourquoi certaines personnes l'ont réinterprétée autrement, à un deuxième niveau. Pour moi, bien franchement la fin est la fin et elle n'a pas besoin d'être autre chose pour fonctionner, même si elle m'a moi aussi un peu surpris. Comme toute chose dans ce film, elle a un but.

C'est aussi dans ce film qu'il y a la fameuse scène "You talkin' to me?" Je ne sais pas si vous avez déjà vu une parodie, vous savez un gars qui se parle tout seul devant un miroir pour essayer de voir s'il a l'air assez menaçant avec son arme à feu. En tout cas, je pense à un épisode de South Park et j'ai même déjà vu des lutteurs de la WWE reproduire cette scène, mais je suis étrange comme ça, que voulez-vous!

Alors non seulement c'est un film intéressant, dans le sens de plaisant à écouter, mais aussi extrêmement intelligent laissant place à interprétation et plusieurs réflexions. De plus, comme je l'ai dit, il devrait être évident qu'il est culturellement significatif avec ses scènes parodiées, son contenu controversé et son influence pour une tentative d'assassinat des plus sérieuses. Le film a plus de 30 ans, ça ne sert à rien de le laisser vieillir encore plus si vous ne l'avez pas vu et ce sera plus gratifiant que de voir un autre remake (ou pire, la suite d'un remake) produit par Hollywood comme il y en a tant ces jours-ci.

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.