mardi 27 avril 2010

La série Matrice

Affiche de The MatrixUn classique. L'histoire : Neo, un pirate informatique, mène une vie normale, mais trop normale. Il est prisonnier d'un système, d'un travail, c'est un employé de bureau parmi tant d'autres. Il se fait recruter par Morpheus et son équipe qui lui font découvrir la vérité : le monde dans lequel il vit est une simulation créée par des machines. Celles-ci contrôlent maintenant la planète et se servent des humains branchés sur la simulation (la matrice) comme source d'énergie.

En salle, le film fut un succès, malgré son contenu peu orthodoxe. C'est qu'à la première écoute, on voit un film d'action spectaculaire. Les effets spéciaux sont mémorables, en particulier le célèbre "bullet time". Ce n'est qu'à la deuxième écoute que l'on voit l'aspect plus philosophique du film.

Capture d'écran du film The MatrixDans l'une des premières scènes, dans laquelle Neo reçoit un visiteur, il sort un disque piraté d'un livre. Ce livre est Simulacres et Simulation du célèbre philosophe français Jean Baudrillard. Cet essai philosophique explique en quoi nous vivons dans un monde factice où la vérité se cache derrière des symboles qui prennent la place du concept qu'ils représentent. Un simulacre, c'est une réalité qui existe pour cacher le fait qu'il n'y en a pas. Prenons par exemple : Macintosh. Si je vous dis Macintosh, vous pensez instantanément à l’ordinateur Mac. Un symbole (nom de compagnie) a pris la place de sa référence (la sorte de pomme, McIntosh). Comme les remakes de films qui enfouissent dans l'oubli leurs inspirations. Plus loin dans le film, Morpheus dit à Neo : «Bienvenue dans le désert du réel.», expression venant du livre de Jean Baudrillard nous confirmant que l'apparition du livre n'est pas une coïncidence, mais qu'il y a bel et bien un lien à faire. Notre monde est une simulation, tellement exagérée, super réaliste, qu'il en est un simulacre de lui même.

Qu'il soit comparé à l'Allégorie de la caverne de Platon, à Méditations métaphysiques de Descartes, au bouddhisme, à la Bible... tout le monde a son interprétation. Ce n'est pas que le film est trop vague, c'est qu'il a été inspiré d'une multitude d'œuvres de tous les domaines, en nous laissant des indices pour que nous les associions. C'est ce qui fait de La Matrice une série incontournable : sa symbolique, sa philosophie.

Je le vois personnellement comme une métaphore du capitalisme et de notre société de consommation : nous sommes tous branchés à ce système, un faux paradis matérialiste qui se nourrit de notre énergie en contrôlant le monde en silence. Références dans le film : le steak de Cypher et la phrase "There is no spoon.", du fait que le matériel n'existe pas sans le système. Un simple signe de la tête de Morpheus à un mendiant en se rendant chez l'Oracle dans le premier film pourrait signifier un lien entre les habitants de Zion et les mendiants qui ont tout deux refusé de rester branchés sur ce système...

Mais La Matrice ne représente pas un système, comme le capitalisme, plutôt tous les systèmes. Dans le film, Morpheus dit à Neo : «La matrice est universelle. Elle est omniprésente. Elle est avec nous ici, en ce moment même. Tu la vois chaque fois que tu regardes par la fenêtre ou lorsque tu allumes la télévision. Tu ressens sa présence quand tu pars au travail, quand tu vas à l’église, ou quand tu paies tes factures. Elle est le monde, qu’on superpose à ton regard pour t’empêcher de voir la vérité.» En lisant entre les lignes, on entend Morpheus dire : «La matrice est universelle, ce sont les médias, le capitalisme, la religion, la politique. Elle est le monde, qu’on superpose à ton regard pour t’empêcher de voir la vérité.» C'est pour cette exacte raison que cette série est ma préférée jusqu'à maintenant. Elle est universelle, tellement qu'elle peut presque devenir une philosophie de vie : chercher à se libérer des systèmes qui nous tiennent prisonniers de notre monde et reconnaître les agents (les gens qui distribuent la propagande, qui peuvent être n'importe qui) qui ne font que protéger les systèmes.

Côté sci-fi, La Matrice a été fortement influencée par Neuromancer et ça se voit. Juste les personnages de Morpheus et Trinity, qui sont clairement des copies d'Armitage et Mona. La Matrice réussit mieux (d'après moi) à nous faire comprendre son univers que Neuromancer. Premièrement dû au fait qu'il est plus moderne (donc réaliste) dans sa technologie, mais surtout pour le concept de la matrice elle-même. Alors qu'elle n'est qu'un monde virtuel de forme abstraite dans Neuromancer, le monde virtuel de La Matrice nous est beaucoup plus familier : c'est notre monde réel en 1999. Il est visuellement facile de distinguer les deux : dans la matrice, une forte teinte verte est utilisée, tandis qu'elle est bleue pour le monde réel. Il y a aussi le concept de "se connecter" à la matrice, jamais clair à 100% dans Neuromancer. Dans The Matrix, c'est très simple. Un gros câble directement branché dans une entrée artificielle à la tête, le tout contrôlé par un opérateur.

Affiche de The Matrix ReloadedReloaded et Revolutions

Je sais que plusieurs considèrent les deux suites comme des flops total, mais je ne suis pas du tout d'accord. Il faut regarder sous la surface pour réaliser que ces deux films sont aussi profonds que le premier. Posez-vous la question, lorsque Neo est dans la pièce remplie d'écrans avec l'architecte, ce que l'on apprend dans cette conversation. Les décisions prises sont-elles les bonnes? Qui agit de la bonne façon aux choix proposés? Qui impose ces choix? Quel est le but des antagonistes (programmes) qui peuplent le monde de La Matrice? Ce film peut vous faire réfléchir longtemps si vous vous y mettez...

En plus, certaines scènes sont vraiment spectaculaires, notamment la poursuite sur l'autoroute ou la bataille contre une multitude d'agents. Personne ne peut vraiment se plaindre que c'est exagéré ou non réaliste : ce n'est justement pas le monde réel!

Il est vrai que l'aspect plus mystérieux du monde réel dans le film original était génial, laissant place à l'imagination. Bien sûr, après les suites où tout a été montré et que tout a été dit, il ne reste plus rien à s'accrocher. Lorsqu'on voit la fin de la série, on pourrait facilement la mettre de côté et passer à autre chose.

Devant de la boîte de The AnimatrixThe Animatrix

Ce qui aide à nous ramener et à nous garder en haleine, c'est The Animatrix. 9 courts métrages animés qui étendent l'univers de la série. L'un d'eux nous détaille la série d'événements ayant causé le futur tel qu'on le voit dans les films. Un autre fait le pont entre le deuxième et troisième film en nous racontant ce qui est arrivé au vaisseau l'Osiris. Tous les autres n'ont presqu'aucun lien avec les personnages des films, seulement avec la matrice en tant que telle. Puisque chacun est dessiné par un différent artiste, l'expérience générale est flamboyante et très artistique.




Devant du comic book The Matrix Comics: Volume 2The Matrix Comics

Dans le même principe que The Animatrix : une multitude d'histoires par différents scénaristes et artistes nous replongent dans cet univers. Plusieurs grands noms y participent : Geof Darrow, Neil Gaiman, Dave Gibbons, Tim Sale, etc.. J'adore le fait que ce comic book n'est pas seulement une adaptation des films.

Est-il cyberpunk?

Visuel cyberpunk : 5/5. Lunettes miroir, manteaux de cuir, futur post-apocalyptique ressemblant à un gros dépotoir de déchets électroniques...
Scénario cyberpunk : 5/5. Les machines qui prennent le contrôle, un monde virtuel.
Musique cyberpunk : 5/5. Du métal et de l'électronique, le mélange parfait pour ce genre. La musique est faite en partie par Junkie XL et Juno Reactor, dont je vous parlerai plus tard.

The Matrix est au cinéma ce qu'est Neuromancer à la littérature : le modèle même de la culture cyberpunk.

2 comments :

Anonyme a dit...

il serait bon de fouiller le sujet de la matrice
je ne suis pas un info chevrone mais il m arrive souvent de me sentir dans un autre environnement meme etant reveille,,, je ne bois pratiquement pas et ne fume pas autres chose que des cigarettes legales,,, jai souvent limpression de conaitre des lieux que je nai jamis vus,,qd jy arrive pour la premiere fois

Anonyme a dit...

bonne annalyse il est rare de trouver des personnes qui comprennent un film dans sa partie philosophique, mais pour moi la matrice n a de but que la survie de l espece humaine, je m explique je suis d accord pour parler d un film parabole de nos societe. Bon c est pas claire, je vous donne un exemple il y a une scene ou un traite de neo
qui va donner rendez vous a des agents pour donner la position de neo et ses acolites voila la scene se passe ds un resto le traite est la il mange un morceau de steak et il dit< je sais que se putain de steak n existe pas, mais il est vraiment bon)vous avez a quoi vous devrier penser? au beta carotene qui permet en gros de donner le gout qu on veut a se qu ont veut en gros tu peux manger de la merde en pensant que tu mange un steack a mes ami bonne entendeur et reveiller vous car la matrice est a notre service a vous d en faire de la merde ou de l or merci et enrevoir

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.