jeudi 25 mars 2010

Battletoads

Capture d'écran de l'écran titre de Battletoads (NES)Ce jeu est une légende. Je ne parle pas d'une légende comme Mario, Sonic ou même La Légende de Zelda. Il est légendaire pour sa difficulté presqu'insurmontable. Je vous le dis, si ce n'était du fait que j'ai réussi à passer à travers les niveaux, rien que de les regarder, je dirais sans la moindre possibilité de doute en moi qu'il est impossible de finir le jeu. Heureusement, j'en sais plus.

Il se tient là-haut dans sa difficulté aux côtés d'autres titres comme Ninja Gaiden et Ghosts 'n Goblins (d'autres jeux que j'ai complétés et que je n'ai jamais eu le courage de rejouer). Il est peut-être même plus difficile, à vous de juger, mais s'il sortait sur Xbox 360, il n'y aurait aucun autre "achievement" que 1000 points donnés automatiquement à sa complétion. Le plus intéressant dans tout ça, c'est que c'est un bon jeu bien fait. Non sérieusement, c'est un jeu de qualité qui représente à lui seul l'essence même de ce qu'était cette époque, le 8 bits, la NES.

Premièrement, mention spéciale à la boîte du jeu qui est de très haute qualité dans sa conception. Certains jeux de NES ne comportaient qu'une capture d'écran du jeu ou du personnage principal (Super Mario Bros.), d'autres étaient tout simplement affreux vite faits (Anticipation) ou s'ils comportaient bel et bien un artwork travaillé, celui-ci n'avait pas nécessairement de sens par rapport au jeu (Mega Man). Celui de Battletoads a complètement rapport et il est de tellement haute qualité qu'on dirait qu'il est tiré tout droit d'un comic book. Mais attendez une minute, il y a un comic book Battletoads!

Comic book

Page du premier numéro du comic book BattletoadsÀ vrai dire, ce n'est pas un comic book traditionnel ni une série. Dans les numéros de mai et juin 1991 de Nintendo Power (sortie américaine de Battletoads en juin 1991), il y avait un court comic book divisé en 2 parties (le magasine contenait régulièrement des comics de la sorte, comme sur Mario, Zelda, etc.).

La première partie nous introduit les héros et leurs origines, la deuxième partie nous présente les différents niveaux avec leurs principaux obstacles. Vous pouvez lire le comic au complet ici (16 pages en anglais rapidement lues) et juger par vous-même.

L'histoire d'origine ressemble vraiment à quelque chose de concocté à la dernière minute par l'équipe américaine n'ayant aucun lien avec l'équipe japonaise ni d'ailleurs aucune idée de ce dont le jeu parle. Le problème dans tout cela, c'est que Battletoads n'est pas d'origine japonaise, c'est un jeu développé par Rare et un employé s'est chargé du comic. Une suite de Battletoads semble prendre en compte des éléments du comic, il peut donc être considéré plus ou moins officiel dans la continuité de la série. On y voit peut-être vraiment ce qui doit être les origines de nos héros et attention, c'est contraire à tout ce que vous pensiez en jouant.

Vous serez peut-être heureux d'apprendre que les origines des Battletoads devraient être familières à toute personne intéressée. Il s'agit de jeunes joueurs professionnels qui incarnent les Battletoads dans un jeu vidéo populaire. Celui qui a conçu le jeu doit modifier la difficulté, mais il découvre que les personnages ennemis sont bien réels et qu'en fait, son jeu serait une porte sur leur dimension. Les joueurs en question sont transportés dans l'univers en tant que Battletoads et ils doivent combattre les forces de la Dark Queen.

Dans la deuxième partie, le concepteur du jeu se moque des Battletoads qui sont bien maladroits dans les divers obstacles qui leurs sont présentés. Je pense sincèrement que ce comic n'est qu'une grosse farce que Rare nous fait en nous disant : «Regardez, on se moque de vous. Il y a une caméra cachée chez vous et on se marre à vous voir mourir encore et encore et encore...»

Ce n'est pas une œuvre de qualité, en fait ce n'est même pas une œuvre. Ce n'est qu'un outil de marketing, mais je ne pense pas que l'on devrait prendre ça comme étant plus en premier lieu. Ce qui peut paraître étrange, c'est que d'avoir joué et complété le jeu améliore l'expérience que vous pouvez retirer de sa lecture. Le devant de la boîte du jeu est mieux illustré que le comic, mais c'était à prévoir étant donné que plus de temps a probablement été donné pour la conception d'une seule image de qualité pour représenter le jeu qu'un court comic sans importance.

Maintenant, revenons à nos moutons ou plutôt nos amphibiens. Ne pas confondre avec des reptiles que nous connaissons sous le nom de Teenage Mutant Ninja Turtles, la série populaire de laquelle Battletoads voulait profiter, sans jamais atteindre une partie de la popularité de TMNT, évidemment. Les liens sont faciles à tracer, après tout TMNT a commencé dans un comic book pour rapidement devenir une série de dessins animés à succès. Mais Battletoads n'est qu'un jeu vidéo si on se fout du comic... Oh, attendez! On m'informe qu'il y aurait un seul épisode en dessin animé, le pilote, qui a été diffusé durant la période des fêtes de 1992, soit un peu plus d'un an après la sortie du jeu.

Dessin animé

Devant de la boîte de Battletoads sur VHSEh oui, c'est bien vrai, vous pouvez regarder la catastrophe ci-dessous (ou vous commander ça sur VHS, mais je ne recommande pas du tout ce choix). Cet épisode (je vous rappelle le seul) ne dure que 22 minutes, mais c'est bien assez. Ne regardez que si vous êtes un fan de Battletoads, sinon vous serez juste perdu (encore là, rien n'est garanti).

Je ne l'ai pas écouté en tant qu'enfant, donc je ne peux juger complètement du bon œil, mais je pense qu'il y avait déjà des séries de meilleure qualité à la télé, incluant justement TMNT. D'ailleurs, la série n'a pas été retenue après cet unique épisode, donc je crois avoir peut-être raison.

Cette fois, les Battletoads n'étaient que des nerds passionnés de jeux vidéo qui se sont faits donnés le pouvoir de transformation alors que la Dark Queen avait décidé d'envahir la Terre, ce suite à l'arrivée de la princesse en exil sur la planète.







Étrange à dire, mais plusieurs éléments du jeu se retrouvent dans l'émission, pourtant c'est un échec. C'est juste moins comique, je dirais même énervant avec leurs tentatives constantes d'introduire des catchphrases aux héros. De plus, le plus gros problème à long terme, c'est que la direction qu'ils prenaient semblait être que la majorité de la série se produise sur Terre. Je ne comprends jamais pourquoi ils font ça dans les adaptations comme He-Man et disons le film Super Mario Bros. (une autre dimension sur Terre qui a peu pas de ressemblances avec le jeu d'origine).

Est-ce pour nous donner un point de repère, des lieux réels à aimer et des personnages crédibles à qui s'attacher? Alors pourquoi sommes-nous en train de regarder une émission qui parle de crapauds anthropomorphes qui se battent contre une reine habillée en dominatrice provenant d'une autre galaxie avec une armée de cochons psychopathes à ses côtés? Peut-être qu'on aime la fiction, je ne suis pas certain, ce n'est qu'une observation vous savez...

J'ai mentionné que la Dark Queen était habillée en dominatrice et je pense qu'ils voulaient passer un message. Il faut être masochiste pour jouer au jeu jusqu'au bout. Alors parlons de l'attraction principale maintenant, Battletoads sur NES, car si les produits dérivés sont peu intéressants ou même atroces, le jeu ne l'est pas (sauf atrocement difficile).

Battletoads (NES)

Devant de la boîte de Battletoads (NES)Il s'agit d'un beat 'em up, mais contrairement à la plupart d'entre eux, il se rapproche beaucoup plus d'un platformer. À part les boss, une bonne partie des ennemis ne sont pas une menace ou alors ils vous tuent d'un ou deux coups (comme quand Mario est petit ou grand si on veut). Certains n'auront pas la chance de vous attaquer si vous ne les laisser pas (quelques exceptions, comme les différents poissons du niveau 9). Aussi, il n'y a pas toujours plein d'ennemis dans un niveau et il n'y a pas plusieurs "waves" d'ennemis qui arrivent avant de pouvoir progresser dans la plupart des cas.

Ceci dit, vous n'avez pas beaucoup d'énergie en partant, 6 carreaux. Les petits coups ne vous font pas souvent perdre un carreau, bien que ce soit possible à la longue, mais si un ennemi réussit son combo, alors vous perdez un carreau d'énergie à coup sûr. Même chose de votre côté, les petits coups ne feront pas partir l'énergie d'un ennemi (vous ne voyez même pas de barre d'énergie), seulement un combo qui se termine par un coup de pied, par exemple, vous débarrassera d'un ennemi sur l'écran. Il est possible de récupérer de l'énergie à quelques endroits ainsi que d'accumuler des vies avec les points et aussi en les trouvant. Il est loin d'y en avoir assez pour que vous puissiez finir le jeu à votre premier essai ou même dixième. OK, soyons réaliste, même centième.

Il y a quelques armes, comme la patte d'un robot et une épée au niveau 2. Elles ajoutent un peu de puissance à vos coups, mais elles sont loin d'être essentielles. Ce qui est essentiel, c'est de savoir faire un tackle en courant, c'est très important pour les boss et aussi pour la série Battletoads en général. Si vous le faites sur n'importe quel ennemi, il sera projeté ou du moins sonné pour un instant. C'est aussi une attaque qui peut tuer les ennemis réguliers après quelques coups, en tout cas beaucoup plus rapidement que de simplement les frapper. Je déteste normalement le fait que courir dans un jeu se fasse en pressant deux fois la même direction, mais les contrôles répondent exceptionnellement bien dans ce jeu je trouve (vous n'avez donc aucune excuse de dire que c'est le jeu qui est mal fait).

C'est un jeu basé sur un style rappelant instantanément les comic books (avec succès devrais-je dire, surtout vu les limitations du 8 bits), au niveau des graphiques et même des attaques. Un combo résulte normalement en la transformation d'une partie du corps de votre personnage, comme son poing qui devient extrêmement large ou alors c'est son pied qui devient une botte géante pour "botter les fesses" de son adversaire. Dans le niveau 2, se tenir sur le bord des murs durant la descente à la corde transformera votre corps au complet en un boulet qui peut tuer n'importe quel ennemi d'un seul coup.

Vous pouvez aussi sauter, une espèce de mélange entre un saut qui ne semble pas aller assez haut et un saut qui semble extrêmement léger comme si vous flottiez, alors ça se balance comme on dit.

Je dois dire félicitations au jeu, car il n'est pas difficile pour les mauvaises raisons, il a vraiment été construit intentionnellement pour être un sacré défi. Ou vous pourriez être quelqu'un qui dit que la quantité immense de mémorisation nécessaire pour passer à travers le jeu fait partie du défaut, ce qui n'est pas sans fondement, juste une différente perspective.

Aussi félicitations pour le véritable effort d'en faire plus qu'un autre beat 'em up en créant des niveaux bien distincts les uns des autres sur leur apparence, mais aussi la façon dont ils se déroulent.

Vous avez le premier niveau qui s'annonce trop facile alors que vous observez vos 3 vies de départ (ou 4 chances de mourir) et que vous n'en perdez peut-être pas une seule, du moins je n'en ai pas perdue une seule même la première fois que j'y ai joué, avec un peu de chance. Cela porte à confusion, après tout c'est un jeu reconnu presqu'uniquement pour sa difficulté légendaire. En plus, vous pouvez trouver des Warp Zones qui vous font sauter un niveau, à trois reprises si je ne m'abuse. Ce n'est pas d'une grande utilité nécessairement, car déjà au second niveau et les suivants, il se peut que vous épuisiez vos 3 continues au premier essai, surtout si vous jouez à 2 joueurs (pressez Start à n'importe quel moment sur un deuxième contrôleur).

Capture d'écran de Battletoads (NES) où l'on voit les deux personnages jouablesEn effet, jouer à 2 est presqu'impossible à Battletoads. En fait, c'est impossible si je me fie à ce que j'ai lu quelque part qu'au niveau 11, le deuxième joueur ne peut pas bouger (non, je n'ai jamais atteint ce niveau à 2 joueurs, il est presqu'impossible de le faire déjà à 1). La raison pour laquelle c'est difficile, c'est que vous pouvez vous frapper entre joueurs. Vous commencez un combo et puis l'autre se retrouve dans votre chemin pour encaisser un coup de poing géant sur la gueule. Lors de l'utilisation du boulet dans le niveau 2, vous vous projetez d'un mur à l'autre, alors vous avez de fortes chances de tuer instantanément votre ami. S'il perd toutes ses vies, le niveau recommence, sans vous guérir. C'est un jeu immonde à deux joueurs, pour vrai. Regardez la vidéo du Nerd, encore une fois, à ce sujet.



En tout cas, le niveau 2 est différent du premier puisqu'il s'agit de descendre le long d'un puits ou je ne sais pas trop quoi, alors que vous devez combattre les ennemis qui l'habitent. Vous descendez automatiquement agrippé à une corde et un corbeau peut la couper si vous le laissez faire. Quelques champs électriques et robots puissants sur la route pour votre plaisir!

Puis vient le niveau 3, qui commence plutôt bien. Vous enfoncez quelques ennemis dans le sol, littéralement, tout en sautant d'une "île" à l'autre jusqu'à ce que vous tombiez sur des véhicules. Bienvenue en Enfer! Réussir cette partie sera une combinaison de mémorisation et de timing. Il faut vous rappeler de la position des murs qui vont apparaître à toute allure à la droite de l'écran, dans la section la plus rapide, ils alternent entre haut et bas, mais pas dans une séquence parfaite. Vous avez à peine le temps de réfléchir en plus pour exécuter le mouvement. Mais vous savez quoi? Ça a seulement l'air d'être impossible, mais ça devient facile à exécuter avec la pratique. Vous serez très fier de vous après avoir fini ce jeu, c'est garanti. Il s'agit uniquement de savoir à l'avance ce qui s'en vient, alors tous les prophètes sont invités à prendre place aux commandes de Battletoads.

Le niveau 4 est long, il n'y a rien qui soit impossible, mais c'est un niveau de platformer glacé. Vous accumulerez probablement des dommages en cours de route vous faisant perdre une vie à un moment ou à un autre. Il y a aussi des pics à éviter, quelques endroits où il serait mieux de savoir à quoi s'attendre alors que vous tombez en chute libre vers des pics. Ceci dit, c'est un niveau intéressant dans un beat 'em up qui aurait pu être tout simplement comme Golden Axe ou Streets of Rage, de gauche à droite, éliminer tous les ennemis, du début à la fin.

Le niveau 5 revient un peu au modèle du niveau 3, mais sur une planche de surf et il faut éviter des tourbillons.

Le niveau 6 ne contient aucun ennemi, mais des pics un peu à toutes les hauteurs des écrans qui peuvent vous tuer instantanément. Des serpents géants sortent de trous sur le bord des murs et ils traversent les écrans pour terminer sur un autre trou, souvent au-dessus duquel il y a un autre trou d'où sort votre prochain conducteur (serpent). Encore une fois, beaucoup de mémorisation nécessaire, vous rappeler du chemin des serpents, à quel moment sauter, quand grimper le long de leur cou (?) pour éviter les pics, etc., mais c'est un réel défi. Ça a l'air extrêmement facile quand vous ne regardez qu'une vidéo, mais c'est aussi extrêmement difficile à exécuter sans erreur. Même s'il énerve plusieurs joueurs, c'est un niveau unique et des plus intéressants.



Le niveau 7 rappelle le niveau 3, encore sur un véhicule après un moment, sauf que votre zone de déplacement vertical prend tout l'écran cette fois. Mémorisation encore, mais je dois tout de même rappeler que ce n'est pas complètement comme si le jeu voulait que nous devenions des robots, il faut réussir à exécuter les mouvements et au risque de paraître ridicule, il faut une excellente maîtrise de soi pour y arriver. (La mémorisation est tellement extrémiste dans ce niveau qu'il faut commencer à bouger dans la bonne direction avant même d'avoir un seul indice visuel dans la section la plus rapide.)

Les niveaux 8 et 9 sont très longs (pour ce jeu et sa difficulté) et ce sont des niveaux plus de platforming encore une fois, mais contrairement au niveau 4, il y a des obstacles requérant de la mémorisation et du timing. Surtout au niveau 9, un véritable tour de force de tous les éléments qui composent le jeu.

Les niveaux 10 et 11 sont des courses bien différentes. Dans le niveau 10, un rat cherche à descendre plus vite que vous pour activer une bombe. Vous pouvez courir et lui rentrer dedans pour le projeter dans une direction contraire au chemin ouvert dans le plancher, mais ça ne durera pas longtemps. Il est de loin plus rapide que vous, cependant il ne suit pas un chemin optimal (il se rend constamment jusqu'au bord d'un mur avant de changer de direction). Il faut profiter de votre supériorité en temps qu'intelligence humaine comparée à l'intelligence artificielle pour conquérir le niveau. C'est spécial.

Si le niveau 9 était un tour de force, le niveau 11 est le véritable niveau où peu importe ce que vous avez vu jusqu'à présent, vous serez convaincu que le jeu est impossible. «Ils ont probablement fait une erreur en le développant, ils ne l'ont pas testé, la seule chose que je sais, c'est que le jeu triche et que personne ne peut le réussir.» C'est la véritable impression que l'on a alors que notre crapaud est sur un genre de vélo qui avance tout seul. Un cercle lumineux le poursuit pour une mort instantanée. Pour faire avancer le vélo plus rapidement, il faut peser sur la direction qui est inscrite sur le sol au moment où on le touche. Il arrive que vous soyez dans une zone où il faut instantanément changer entre gauche, haut, gauche, bas, gauche, bas, droite, etc., et ne prenez pas à la légère mes mots. Quand je dis qu'il faut peser sur la direction au moment où le vélo touche le sol, je veux dire AU MOMENT OÙ LE VÉLO TOUCHE LE SOL, car si l'on considère qu'il y a 60 images par seconde dans la sortie vidéo, vous auriez peut-être une marge d'erreur de 1 ou 2 images. Plus que ça, vous jouez avec le feu. Le cercle qui vous poursuit est plus rapide que vous et si vous traînez un peu de la patte, cela s'accumule pour le reste de la course. Il est très fréquent de peser la mauvaise direction pendant un peu moins d'une seconde et de se dire que ce n'est pas grave, pour se rendre compte que vers la fin, vous traînez trop de la patte et le cercle vous rattrape finalement.

Puis vient le niveau 12 qui n'est pas du tout impossible même s'il présente quelques défis. Il n'y a pas vraiment de mémorisation ou de test impossible de timing, un peu un test d'endurance vu sa longueur, mais rendu là vous devriez avoir survécu à 100 fois pire. Vous escaladez une tour et ce qu'il y a de spécial, surtout pour un jeu 8 bits, c'est que vous tournez autour de la tour pour trouver les plates-formes, avec un bel effet graphique qui vous donne véritablement l'impression que vous circulez autour d'un objet dans ce vieux jeu 2D. Ça me fait penser à Nebulus (aussi connu sous les noms de Castelian, Kyorochan Land, Subline et Tower Toppler) et c'est très bien. À quelques points, il y a des bâtons auxquels il faut s'agripper pour éviter que les nuages qui apparaissent vous soufflent hors de l'écran. Certains ennemis peuvent aussi vous tuer d'un coup, mais il faut un peu les laisser faire pour que cela se produise.

Vous affrontez finalement la Dark Queen qui a comme principale attaque de devenir une tornade pendant un moment. Vous la vaincrez sûrement, elle est moins difficile que d'autres boss dans le jeu qui vous courent après ou qui vous tirent dessus. Attention, car après l'avoir tuée, elle revient pour faire son speech de fin et en revenant, elle peut vous faire mal (vous tuer si vous n'avez plus d'énergie). Ce serait triste de perdre, rendu là, sur votre dernier souffle.

Niveau graphique, c'est un jeu sublime dans un style très comique. De plus, il y a de magnifiques décors et arrière-plans détaillés en plus d'utiliser la technique parallaxe, ce que l'on ne voit pas souvent sur NES. C'est aussi un jeu rapide, les choses peuvent bouger vraiment rapidement sans vraiment occasionner de problèmes de sprites qui disparaissent. C'est un véritable exploit graphique sur NES.

Au niveau de la musique et des effets sonores, c'est un beau mélange. Je n'irais pas jusqu'à dire que la trame sonore de Battletoads est ma préférée dans le monde du jeu vidéo, mais elle convient bien au jeu, elle est rythmée et ce sont des compositions originales.

Le jeu ne contient rien à débloquer ni de sauvegarde ou mots de passe, ce qui n'est pas nécessairement inhabituel sur NES ou même pour ce type de jeu. Je ne peux pas vous garantir qu'une fois complété, vous aurez le goût d'y jouer encore, mais c'est parce que vous aurez déjà pris ce qui peut sembler être des années de votre vie à passer à travers. Dans le pire des cas, ce peut littéralement être des années de votre vie. Si vous n'avez pas de temps à perdre à refaire la même affaire ou si vous n'aimez tout simplement pas les jeux trop difficiles, il ne vaut même pas la peine de s'y attarder.

Sinon, c'est un classique un peu moins mémorable que Super Mario Bros., mais tout de même un classique. Parmi les jeux extrêmement difficiles, c'est probablement mon préféré et je trouve dommage que la série soit apparemment morte (surtout que la difficulté, bien que toujours présente, s'était calmée dans les jeux plus récents de la série). Si seulement Battletoads existait en 16 bits, peut-être que des gamers un peu plus modernes (même si la 3D existe) seraient attirés à jeter un œil sur le jeu. Oh, mais il y a Battletoads sur Sega Genesis.

Battletoads (Sega Genesis)

En effet, plus tard, un port a été fait sur Genesis ainsi que Game Gear et Amiga, mais je n'ai joué qu'à la version Genesis. L'important, c'est que c'est une version 16 bits de Battletoads. Est-ce un port fidèle? Oui, dans la mesure où les niveaux sont les mêmes, aussi les ennemis et pas mal tout, mais il y a des modifications au gameplay ici et là. Tout de même un port fidèle pour transformer le jeu en 16 bits et réduire sa difficulté.

Capture d'écran de Battletoads (NES) au premier niveauCapture d'écran de Battletoads (Genesis) au premier niveau












La caméra est plus rapprochée dans certains niveaux, ce qui est plutôt problématique dans certains passages du niveau 4 où vous souhaiteriez voir ce qui vous attend plus haut alors qu'un bonhomme de neige vous lance des boules de neige. C'est équivalent à un jeu de console transporté sur une console portable dans des proportions différentes au niveau de l'écran, il y a des compromis qui doivent être faits, normalement ayant un impact sur le gameplay.

Comme je l'ai dit, la difficulté est inférieure, car vous obtenez plus souvent des vies supplémentaires. J'ai trouvé le niveau 10 (course contre le rat) plus difficile par contre, car c'était un peu plus serré on dirait et le rat ne répondait pas à mes coups, il poursuivait son chemin alors que je réalisais avoir perdu la chance de moi aussi juste suivre la route. C'était peut-être un bug de cette session de jeu en particulier ou juste que le jeu est fait comme ça, je n'en suis pas certain.

En gros, c'est un beau port je dirais, mais ce n'était pas essentiel. Je trouve la version NES un peu mieux réalisée et ce n'est pas comme si elle était affreuse à regarder. C'était l'un des plus beaux jeux de NES.

Cet article est limité par le fait que je n'ai pas joué aux versions Amiga et autres de Battletoads (certains ne trouveront pas nécessairement que c'est une limite, j'imagine qu'on peut s'en foutre), mais pas par l'absence de discussion sur les versions Game Boy et Arcade. Ne vous faites pas avoir par le même nom, ce sont des jeux bien différents qui ne font pas partie du but de cet article. Peut-être pour une autre fois?

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.