mercredi 24 février 2010

The Misadventures of P.B. Winterbottom

Bannière de The Misadventures of P.B. Winterbottom

Un film muet, des clones, des tartes et du voyage dans le temps. Quel savoureux mélange. Il a récolté tous les prix pour une multitude de catégories dans les salons de jeu en 2008. IGN : Meilleur jeu de puzzle, succès pour l'innovation et meilleur design artistique. Gamespot : Meilleur platformer, top 10 du E3. Gagnant du Independant Game Festival et ça continue... C'est donc avec impatience que j'ai téléchargé ce jeu sur XBLA à sa sortie.

Bien que ça ne me tente pas vraiment, je n'ai pas d'autre choix que de le comparer à Braid. Difficile à éviter, puisqu'ils sont tous deux des jeux téléchargeables, puzzle/platformer, avec un certain contrôle du temps. La raison pour laquelle je ne souhaite pas les comparer est que je ne souhaite pas que P.B. Winterbottom ait l'air d'un clone de Braid. Ce n'est pas du tout le cas. Ils n'ont que quelques points en commun, tout comme n'importe quel jeu du même genre.

Vous jouez le rôle d'un personnage totalement égocentrique qui a une OBSESSION pour les tartes. Le but du jeu est de récolter toutes les tartes du niveau. Elles sont souvent inaccessibles. C'est à ce moment que l'on se sert des "pouvoirs" de M. Winterbottom. Quand on appuie sur RT, on enregistre les mouvements du personnage. Quand on lâche la touche, un clone est créé, refaisant le mouvement enregistré en boucle. On peut aussi donner un coup de pied aux clones (pour les faire voler vers des tartes) ou effacer le dernier à l'aide de Y. (Il y a une limite de clones à la fois par niveau). Il est aussi possible de planer à l'aide d'un parapluie en tenant A enfoncé.

Les pouvoirs restent toujours les mêmes du début à la fin, sauf que votre façon de les utiliser évoluera et il y aura quelques variantes vous empêchant, par exemple, d'enregistrer un clone autre que dans une certaine zone. Mais ce n'est pas dans les pouvoirs que le jeu varie. C'est chacun des puzzles qui sont travaillés de sorte à vous faire réfléchir d'une autre façon : il n'y en a pas deux qui ont la même façon de se résoudre. C'est dans ce genre de jeu de puzzle que l'on sent un véritable sentiment de fierté à la fin de chaque niveau, puisqu'ils demandent tous une réflexion particulière.

The Misadventures of P.B. Winterbottom n'est pas émotif (Braid), relaxant (Flower), ou rempli de suspense (Exit). Malgré cela, c'est le jeu ayant le plus de personnalité parmi ceux mentionnés. Le thème des films muets est appliqué à merveille, autant du côté des visuels que de l'histoire. Du point de vue artistique, il est vraiment unique. Il est évidement entièrement en noir et blanc (sauf les tartes et les clones qui sont bleutés), mais il n'en sort pas fade, plutôt flamboyant par sa différence.

Capture d'écran de The Misadventures of P.B. Winterbottom
2 petits points négatifs... Sa durée. Il a environ 50 niveaux, dont plusieurs se finissent en moins d'une minute (les plus ardus vous feront longtemps réfléchir par contre). Bien qu'il y ait 25 casse-têtes supplémentaires chronométrés, il reste très court. Autre point négatif : si vous êtes bloqué, vous l'êtes pour vrai. Vous n'avez pas le choix du niveau que vous voulez résoudre (contrairement à Braid, où vous pouviez simplement passer tout droit et y revenir plus tard). Ce ne sont pas des gros défauts, mais on ne peut pas vraiment les cacher.

Ce jeu coûte 10 dollars. Cette fois, j'ai un nouvel argument qui (espérons-le!) vous fera changer votre vision des prix des jeux téléchargeables, et j'ai nommé : le cinéma. Ce ne sont pas tout les films qui sont très bons et originaux. Si vous êtes prêt à débourser 10$ pour un film moyen d'une heure trente, vous devriez considérer le prix d'un jeu téléchargeable raisonnable pour beaucoup plus que 1H30 de divertissement, et interactif, que vous pourrez rejouer encore et encore. N'est-ce pas?

Je le dis encore une fois : ce jeu, tout comme Braid, Fez, Limbo et Echochrome, sont la raison même pour laquelle je vénère cette génération-ci de consoles de jeux (même PC grâce à Steam) : elle permet à des développeurs indépendants de distribuer leurs jeux uniques, sans quoi la vente de ces jeux auraient été impossible, car trop risquée.

1 commentaire :

Anonyme a dit...

Sais pas, moi j'aime mieu braid et echorome pis des gros jeux, j'connais pas Fedge. Winterbottom a perdu mon intérèt assez vite

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.