mercredi 10 février 2010

In the Hunt

Capture d'écran de l'écran titre de In the HuntJe n'ai jamais été attiré par les shoot 'em ups. Pour moi, ils sont tous pareils. La plupart se déroulant dans l'espace (space shooter), n'ayant presqu'aucune logique dans l'environnement : une série de machines et fusils explosifs flottant un peu partout. Gradius, R-Type, Raiden, pour moi, c'est du pareil au même. Et voilà qu'arrive In the Hunt.

Non, il ne se passe pas dans l'espace. Vous êtes un sous-marin. Bon, ce n'est pas le premier à l'avoir fait. Il y a aussi Sqoon sur NES qui est un side-scrolling shooter dans lequel vous contrôlez un sous-marin, mais il n'est vraiment pas aussi spectaculaire que celui-ci.


Les décors colorés sont à couper le souffle. Vous savez, du beau 16 bits. Des graphiques 2D entièrement composés de "sprites". Les niveaux sont variés et intéressants : les glaciers du pôle Nord, une ville submergée, un port, sous un volcan, s'enfuir d'un monstre de roche d'une ancienne civilisation, pour finir avec une bataille épique contre un missile qui vous lance une quantité infinie de balles, mini-missiles et de sous-marins.

Capture d'écran de In the Hunt durant le jeu
Vous verrez sans doute une certaine ressemblance avec la série Metal Slug et c'est normal. C'est la même équipe originalement de chez Irem qui a développé les deux jeux. La jouabilité des deux jeux est aussi très semblable.

Avertissement, In the Hunt est très difficile... Ce n'est qu'après des dizaines de tentatives que vous réussirez à vous rendre au dernier niveau ou en utilisant une énorme quantité de crédits. N'étant pas aussi intense que les "bullet hells" (des shooters où l'écran est constamment rempli de balles à éviter), il y a quand même beaucoup d'action qui se passe à chaque écran. Surtout lors de la bataille finale.

Devant de la boîte de In the Hunt (Sega Saturn)In the Hunt est d'abord sorti en arcade, pour ensuite avoir une adaptation sur la Sega Saturn ainsi que sur la PlayStation. Il a aussi eu une suite en 3D sur la PlayStation 2, mais n'en parlons pas, voulez-vous?

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.