dimanche 17 janvier 2010

Le petit guide pratique du monopole médiatique

Image représentant les médiasVous voulez contrôler la planète? Ce n'est pas si facile. Fixez-vous un objectif plus raisonnable. Un pays? Un état? Une province. Ensuite, votre pouvoir s'étendra de lui-même.

Commencez par la radio. Tous les gens en voiture écoutent la radio le matin : c'est gratuit et divertissant. Dites souvent le nom de votre compagnie à la radio de sorte que les gens finissent par connaître le nom et le respecter. Pour accrocher les gens, il faut aller chercher leur côté patriotique. Choisissez un slogan comme "la radio des gens d'ici" pour créer un faux sentiment d'appartenance. Faites jouer beaucoup de musique de chez eux, pour qu'ils croient qu'elle s'adresse vraiment à eux. Choisissez des animateurs que les gens de l'endroit visé adorent. Prenez quelqu'un de sympathique et drôle. Exemple : un humoriste. Allez chercher les auditeurs des autres chaînes en démolissant la concurrence, en faisant juste un peu plus qu'eux. 30 minutes de musique ininterrompue? Faites 45 minutes de demandes spéciales ininterrompues.

Une fois que vous aurez conquis le cœur des gens avec votre station de radio, il faut que vous passiez à la prochaine étape : la télévision. Passez beaucoup de films au début et des traductions de séries américaines. Mais le point important : démarrez une téléréalité. Choisissez méticuleusement vos participants pour être certain qu'il y aura de la chicane et votre public en redemandera. À la limite, payez-les en dessous de la table pour qu'ils jouent la comédie, question d'en mettre plein la vue aux téléspectateurs. Sur le lot de participants, le public s'attachera à l'un d'eux. Instaurez un système d'élimination chaque semaine. Le vote devra être payant : c'est un point crucial. S'il y a 4 millions de téléspectateurs qui votent pour 1 dollar cinquante par semaine et que l'émission dure disons 16 semaines, vous vous ferez quand même près de 100 millions de dollars! Il est aussi important d'en parler à votre station de radio comme si c'était l'événement de l'heure, question de faire croire à l'audience qu'ils DOIVENT absolument l'écouter. Les gens de bureau en discuteront durant leur diner et devant la machine à café : faisant eux-mêmes la promotion de la chose.

Une fois que vous aurez fait assez d'argent avec vos deux autres médias, il est temps d'investir. Tout le monde lit le journal. Si en plus il est gratuit, ils se l'arracheront.

Ce qui est bien avec les journaux, c'est qu'ils ne coûtent pas si cher. Vous n'avez qu'à mettre beaucoup de publicité. Le profit ne viendra pas du journal en temps que tel, mais de vos autres médias : utiliser le journal pour en faire de la promotion. N'oubliez pas que tout ceci s'échelonne sur plusieurs années, question de gagner la confiance des gens.

Si vous voulez vraiment faire le plus de profit possible, éliminez vos dépendances envers d'autres compagnies, comme par exemple, votre imprimeur. Ouvrez votre propre imprimerie. Vous économiserez et en plus vous aurez le matériel à votre main.

Avec votre imprimerie, vous pourrez imprimer votre propre journal payant. Faites un sondage de la population et demandez-leur ce qu'ils voudraient. Suivez aveuglément leur proposition, vous changerez une fois qu'ils seront dépendants.

Maintenant que vous êtes équipé, démarrez votre ultime projet : une téléréalité où les participants deviendront les prochaines stars de la chanson. Tout le monde veut être connu et ce n'est pas trop difficile de chanter (bien ou mal). Alors, lorsque vous annoncerez les auditions pour votre future émission, tenez-vous prêt. Des milliers de gens venus de partout tenteront d'atteindre leur moment de gloire. Vous trouverez sans l'ombre d'un doute des individus avec du vrai talent qui seront exploitables. Parlez sans arrêt de votre nouveau projet dans vos journaux et chaînes télé, pour qu'encore une fois, la population retienne son souffle jusqu'à la première. Le bouche-à-oreille vous garantira des millions de téléspectateurs. Profitez-en pour vous associer à des grosses compagnies pour leurs publicités; ils pourront même vous aider en offrant leur service ou matériel durant l'émission. Assurez-vous d'étirer chaque émission le plus longtemps possible : vos commanditaires en seront plus payants. Encore une fois, instaurez un système de vote payant : votre émission sera gratuite à produire et vous donnera du profit en plus! Utilisez des classiques traditionnels de la province que vous essayez de conquérir, le sentiment d'appartenance est important pour garder son public.

Avant le dernier épisode de la téléréalité pour vos stars, ouvrez ou achetez une maison de disques. Même s'il n'y a qu'un gagnant à votre émission, vous pourrez produire des disques pour presque tous les artistes qui ont participés.

Tant qu'à y être, ouvrez donc votre propre chaîne de magasins, dans laquelle vous pourrez vendre vos disques, journaux et romans (que vous pourrez commencer à produire dans votre imprimerie). Faites la publicité dans vos médias et vendez vos disques exclusivement dans vos magasins. Ça attirera les clients.

Petit truc, un disque d'or et platine ne représente pas vraiment le nombre de disques vendu, mais bien "produits". Effectivement, produisez une tonne d'albums que vous garderez en stock dans vos magasins. De cette façon, faites croire au public, par vos journaux, radios et chaines de télé que vos artistes ont eu un disque d'or. Les gens se diront : «Tout le monde a acheté cet album, il doit être bon!»

N'oubliez pas de faire un DVD de la tournée de vos stars! Vous pourrez les mettre en location dans vos clubs vidéo que vous aurez préalablement ouverts partout dans la province, en achetant les petits "vidéos du coin". 1 dollar de moins que la concurrence et c'est gagné! Si ça ne fonctionne pas, offrez un exemplaire du journal d'aujourd'hui gratuit au client et c'est dans la poche.

Vous pouvez aussi offrir un service de câblodistribution, en offrant du contenu exclusif de vos émissions populaires. On encore Internet (il pourrait utiliser le même câblage que la télé, ça sauverait des coûts). Le plus payant, c'est lorsque vous offrez en plus un service de téléphonie, composant un trio de services indispensables auxquels le client restera accroché pendant de nombreuses années.

Répétez les étapes ci-haut mentionnées pendant quelques années et vous aurez assez d'argent pour acheter d'autres compagnies qui généreront du profit à votre place. Il est maintenant temps d'ajouter "World" à la fin du nom de votre compagnie, en commençant à produire pour l'étranger. Avec votre portefeuille et votre bagage de projets, vous n'aurez aucune difficulté à vous implanter dans d'autres villes et à répéter le processus avec quelques variations nécessaires.

Voilà! Multimilliardaire, propriétaire de plusieurs compagnies, vous avez le monopole des médias et vous tenez la population par le bout du nez.

P.S. :

Logo de Quebecor MediaVous l'aurez compris, cet article est en fait une critique de la compagnie Québécoise Quebecor Media. Ils détiennent effectivement tout ce qui est en gras dans l'article : radio, journaux, chaînes de télé, etc., et les gens achètent leurs journaux, le 24 heures et/ou Journal de Montréal, dans lesquels on fait la promotion d'une émission, Star Académie, dont le disque est en vente chez Archambault Musique. Tout cet argent va à une seule et unique compagnie, alors que des plus petites compagnies se tuent à essayer de se faire voir.

Ils sont extrêmement dangereux, mais le problème, c'est que personne ne s'en aperçoit. C'est évident qu'ils ne font pas QUE du mal, mais c'est le monopole qui est un problème. Le fait de ne voir qu'un seul aspect, une seule opinion, peut mener à des choses épouvantables.

Le meilleur exemple, c'est la grippe A (H1N1). Que s'est-il vraiment passé? Les journalistes sont sans cesse à la recherche de nouvelles scandaleuses et catastrophiques pour faire la une des journaux. S'il n'y a qu'une seule nouvelle, ils l'amplifieront pour être capables de combler les trous dans leurs colonnes ou dans leurs bulletins de nouvelles. Tous les médias Quebecor ont les mêmes nouvelles. C'est en entendant à la radio le matin, dans le journal le midi et à la télé le soir parler de la grippe que les gens ont commencé à être inquiets. Ensuite, les nouvelles portaient sur la réaction des gens face au virus, etc., et il n'y avait pas d'autres nouvelles aussi sensationnelles, alors ils ont étiré la sauce, rendant la chose de plus en plus dramatique. Résultat : 3 mois plus tard, on apprend que 200 millions de dollars ont été dépensés pour les vaccins et qu'il n'y a eu que 82 morts au Québec. 82 n'est pas énorme, si l'on considère que 1000 à 1500 personnes meurent chaque année de la grippe saisonnière au Québec. Source (désolé, ma source provient de LCN, chaîne spécialisée de Quebecor Media, sur le site Canoë, propriété de Quebecor media. Mais ai-je vraiment le choix?)

Ce n'est pas tant la grippe en temps que tel qui dérange, mais la constatation que l'on fait du contrôle des médias. La population devient leur marionnette. L'année où les médias ont décidé de parler des accommodements raisonnables, tout ce qu'on voyait aux nouvelles, c'était des gens venus d'ailleurs qui refusaient de s'intégrer à notre culture, on ne nous montrait pas ceux qui s'intégraient bien. Les reportages étaient faits pour nous frustrer. Les médias ont RECRÉÉ le phénomène du racisme à ce moment pour une population qui était relativement assez tolérante au départ.

Imaginez jusqu'où ça pourrait aller si les médias continuaient d'exagérer!

Cet article n'est qu'une opinion, qui ne sera pas unanime, je le sais, c'est simplement pour expliquer mon point de vue. Soyez libre de commenter. Je serais curieux de savoir si c'est tout aussi pire dans des pays autres que le Canada.


Ça me fait vraiment *****
(les articles - par ordre alphabétique)
AppleDémocratieInternetPapier hygiéniquePETA • Le petit guide pratique du monopole médiatique • Post-processingTransports en communViolence dans les jeux vidéo

Hors-séries
(les articles - par ordre alphabétique)
Anti-hype : Halo: ReachBlack Eyed Peas – Boom Boom PowExpelled: No Intelligence Allowed a.k.a. la loi de GodwinJesus CampRéflexion sur Machete ou le genre simulation Grindhouse
Voir aussi
Freezepop - Future Future Future Perfect

2 comments :

Michaël Groulx a dit...

Je ne commenterai pas directement par rapport à ton opinion car j'en partage certaines parties et d'autres moins, mais je crois que tu t'es trompé dans tes résonnements de revenues des émissions de TV réalités.
D'abors, 1,50$ * 4 000 000 de téléspectateurs * 16 semaines = 96 000 000 et donc très loin de 1 milliards et ce si chaque téléspectateurs votent, ce qui me surprendrais beaucoup.

Et finalement, ton résonnement sur le fait qu'il est pratiquement gratuit de produire son émission de télé-réalité devrait selon moi se traduire par le fait que l'émissions engendre des profis(le but premier peu importe l'émission), chose qui n'est jamais assuré, mais facile à obtenir selon moi.

Tinky a dit...

Quebcor brigue-t-elle la présidence de la Fédération Canadienne ? Dans ce cas-là, son cas sera similaire à celui de Berlusconi en Italie... ne manque plus que quelques magouilles avec les gens du milieu, et le Canada ressemblera à l'Italie !!! Ben avec ça, vous n'êtes pas rendus, les gars !
Tinky, effarée.

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.