samedi 9 janvier 2010

Drag Me to Hell

Affiche de Drag Me to Hell

Si vous êtes un fan de films d’horreur et que vous n’avez pas encore vu Drag Me to Hell, je peux vous garantir que vous manquez présentement quelque chose que vous aimeriez. C’est un film de Sam Raimi, qui avant d’avoir réalisé Spider-Man, réalisait la série de films d’horreur connue sous le nom de Evil Dead. Je dois pointer que Evil Dead et Drag Me to Hell n’ont rien à voir dans leur style (ne soyez donc pas découragé si vous n’aimez pas Evil Dead, ce qui est assez rare je dois avouer), bien qu’il soit question d’esprits maléfiques dans chacun des films.

Je vais aller plus loin que ça en disant que mon texte d’introduction en vous disant que même si vous n’êtes pas fan des films d’horreur en général, dépendant de vos raisons, vous avez quand même une chance d’aimer Drag Me to Hell tout autant (spécifiquement si votre problème est que ces films sont normalement de basse qualité cinématographique).

Alors le film nous raconte l’histoire de Christine Brown (la ravissante Alison Lohman de... en tout cas, je l’ai déjà vue ailleurs et elle offre une bonne performance ici), une jeune femme pour qui la vie bat son plein. Elle a un copain (le gars qui fait Mac dans les pubs "Hello! I'm a Mac. And I'm a PC.") qui l’aime beaucoup et un poste important pour lequel elle est candidate devrait se déboucher sous peu à son emploi à la banque. En même temps que tout va bien, la menace de tout gâcher en un clin d’œil pèse lourd sur elle. Elle entend une conversation entre sa belle-mère et son copain qui lui fait réaliser qu’elle n’est peut-être pas assez bien pour eux. Aussi, un autre employé à la banque s’avère très "licheux" envers son patron comme on le dit si bien au Québec.

Capture d'écran du film Drag Me to Hell dans laquelle nous voyons la vieille gitane qui supplie Christine de l'aider à la banqueQuand une vieille gitane (extrêmement dégueulasse dois-je dire, dans le style d’humour noir que l’on attribue à monsieur Raimi) demande un délai supplémentaire sur son hypothèque, Christine fait le choix de ne pas lui accorder histoire de prouver à son patron qu’elle mérite le poste qui lui permettra aussi de paraître mieux aux yeux de ses beaux-parents. C’est ce point tournant qui fait bousculer sa vie, car la gitane l'attaque et lui lance une malédiction qui dicte que Christine ira brûler en Enfer d’ici trois jours. Entre-temps, des événements étranges se produisent pour Christine (uniquement pour elle en passant) qui tente par tous les moyens de contrer son destin à l’aide d’un voyant.

On dirait un simple scénario de film d’horreur, mais c’est peut-être ce qui est si bien avec ce film, sa simplicité. C’est comme un bon vieux film d’horreur fait pour s’amuser avec le bénéfice d’être bien écrit, bien acté et avec un visuel sans failles. J'ai beaucoup aimé le concept d'une vieille dame qui paraît sans défense et innocente au début, qui se transforme soudain en véritable bête. Malgré tout ce qui peut se passer dans le film avec la menace de l'Enfer pesant sur Christine, c'est cette vieille gitane qui demeure l'antagoniste principale, même après... Eh bien, vous verrez!

Capture d'écran du film Drag Me to Hell dans laquelle nous voyons la vieille gitane en train d'attaquer Christine dans sa voiture
Ceci dit, il y a du déjà vu, comme je l'ai dit le scénario semble lui-même assez simple. Des moments tels que le sceptique qui ne s’adonne pas à regarder au bon endroit quand quelque chose arrive sont communs, ainsi que la tactique pour effrayer qui est la même que dans tout film de ce genre qui se respecte, un son bruyant très soudain suivant une scène où la tension montait peu à peu. Le genre n’est peut-être pas réinventé avec ce film, mais il est exécuté avec brio. Autant les techniques employées peuvent être décrites comme surutilisées depuis plusieurs années, que dire de plus que «ça fonctionne». Et attention, il y a des films dans lesquels ça ne fonctionne pas, mais celui-ci sait exactement quand nous faire sursauter.

Je répète donc que c'est un film extrêmement plaisant à suivre au niveau du scénario, du jeu des acteurs, de sa cinématographie, de ses moments de frayeur, le sentiment de dégoût et/ou d'inconfortablement comique de certaines scènes (je n’en dis pas plus là-dessus, c’est fantastique, prenez mon mot). Pour cette dernière raison, c'est encore plus amusant d'écouter le film à deux ou en groupe. De toute façon, le film n'est pas fait spécifiquement pour être écouté dans le noir quand vous êtes seul.

Pour ceux qui sont à la recherche d’un peu plus de pensées, le scénario est tout de même assez bien écrit pour faire remuer vos méninges si vous le voulez. Est-ce que Christine a bien fait de jouer en sa faveur aux dépens de la pauvre vieille madame? D’un autre côté il faut payer son hypothèque un jour ou l’autre. Est-ce que notre gitane avait le droit (ou du moins moralement parlant) de se venger de la sorte? Est-ce que Christine mérite véritablement l’Enfer pour son geste? La chose la plus marquante peut être perçue à un moment où je crois que le film tente véritablement de dire : «Si un tel endroit existe, est-ce qu’une seule personne sur la planète peut véritablement mériter de brûler éternellement en Enfer?» N’oublions pas que l’éternité se termine dans... JAMAIS!!!

Mot de la fin : écoutez le film, vous passerez un excellent moment. Cœurs sensibles s’abstenir.

2 comments :

Michaël Groulx a dit...

Je suis daccord avec toi sur la qualité du scénario et sa présentation, surtout sur sa réussite à me faire sursauter plusieurs fois et me faire fermer les yeux tellement la scène était dégoutante. Cependant, le jeu des acteurs n'est pas super et la fin pas très impressionante. Je le suggère quand même, mais ne l'aurais pas mis Choix du Geek.

Bob a dit...

J'ai légèrement hésité à le mettre Choix du geek, car oui le jeu des acteurs n'est pas nécessairement du niveau dramatique parfois atteint dans les bonnes productions et le film m'a même semblé facile par bouts (nous faire sursauter par des jump scare), mais je me suis dit que c'était quand même plus élevé que ce à quoi je m'attendais normalement pour son genre, d'où le Choix du geek.

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.