lundi 25 janvier 2010

Dexter

Photo promotionnelle de l'ensemble des acteurs réguliers de la première saison de Dexter

J'ai déjà parlé de Darkly Dreaming Dexter, un roman policier racontant la "vie courante" de Dexter Morgan, un expert en analyse de traces de sang qui travaille pour la police de Miami sur une enquête impliquant un tueur qui ne laisse aucun sang dans le corps de ses victimes.

Si vous connaissez le personnage (ce qui suit n'est pas un spoiler), vous savez qu'il cache des petits secrets. Il porte un masque, manière de parler, en société pour ne pas se faire reconnaître. Il ne ressent véritablement aucune émotion humaine, selon ce qu'il raconte, il se décrit lui-même comme étant un monstre hanté d'un passager noir. Cela entre en contraste avec sa capacité de raisonnement normalement infaillible. Il sait comment les tueurs réfléchissent, car il en est un lui-même!

Même chose que pour le livre sur lequel la série simplement nommée Dexter est basée, le personnage principal fait son innocent le jour, tout le monde l'adorent sans aucune raison particulière autre qu'il ne montre aucune animosité. Le soir, de temps à autre, c'est un tueur en série sans pitié. Je pense qu'en plusieurs points, et attention je ne dirais pas toujours cela, la série est meilleure que le livre d'origine.

Premièrement, le livre était audacieux en mettant comme héros un personnage qui n'est pas fait pour être aimé au départ, je dois l'avouer. Il ne peut pas être aimé, car c'est un tueur en série sanglant qui découpe ses victimes et les jette à l'eau dans de vulgaires sacs de vidanges, mais il est tout de même le héros de l'histoire, car les gens qu'il tue sont des tueurs tout comme lui. C'est parce qu'il suit le code de Harry (un code qu'il questionnera de plus en plus à travers les saisons), son père adoptif travaillant pour la police (Dexter a été trouvé dans un bain de sang, celui de sa mère, alors qu'il était jeune), qui a reconnu qu'au lieu de tenter de réparer un garçon qui ne pouvait pas être soigné, il fallait exploiter son "talent" pour le soi-disant bien. Je viens de féliciter le roman, mais la série est encore plus audacieuse selon moi, car en bout de ligne à travers les saisons, Dexter ne deviendra pas seulement le tueur qui fait en quelque sorte la bonne chose, mais le tueur pour qui vous allez compter (et je ne suis même pas en faveur de la peine de mort pourtant). Quand il se trouvera dans une mauvaise situation de danger physique ou dans le risque de se faire attraper, vous allez espérer que tout se passe pour le mieux. Croyez-moi, peut-être allez-vous tentez de chasser cette idée au début, mais tôt ou tard... À moins que je sois fou! Ouais, très possible malheureusement...

Il y a plusieurs raisons pour cette différence fondamentale entre le Dexter du livre et celui à la télé, qui n'est pas le même personnage à la fin. Ces raisons s'adonnent à aussi faire parties de ce qui fait de la série une meilleure œuvre générale que le roman policier Darkly Dreaming Dexter.

Premièrement, je veux juste vous montrer l'ouverture qui est tout simplement la routine de Dexter. Grand défaut, c'est vraiment trop long, mais j'adore cette ouverture plus que tout, ça me met dans le bon état pour commencer à écouter un épisode. J'adore aussi la subtilité et l'art, tout nous fait penser à du sang et à la boucherie d'un tueur même si ce n'est rien de violent ou même pas nécessairement directement du sang.


Premièrement, il y a les personnages secondaires qui nous permettent de voir Dexter s'exprimer (mais surtout connaître ses pensées sur ce qu'ils racontent, car il y a beaucoup de narration dans cette série, comme un livre en vrai). On peut voir qu'à part son passager qui s'empare de lui et contre lequel il ne peut rien, Dexter est tout simplement quelqu'un qui ne peut comprendre la société et sa routine supposément simple, comme «Salut, comment ça va?» Sur ce point, je peux le comprendre, je suis moi-même légèrement inconfortable en société. Dans ces situations, il n'est pas mal attentionné, il n'a juste pas cette fonction en lui de savoir comment fonctionner en société, sans pour autant vouloir tuer ses compagnons de travail, il est neutre et doit jouer la comédie.

Dans le livre, il ne respecte pas sa patronne, on pourrait aller jusqu'à dire qu'il la trouve stupide et que ça la rend détestable pour lui. Il se fout complètement de sa petite amie, c'est à peine si elle est mentionnée dans le livre, alors que dans l'émission, elle devient importante peu à peu. La relation "spéciale" entre les deux se voit tout de suite. J'ai bien aimé que les créateurs de la série n'aient pas traité l'amour comme une cure instantanée au monstre qu'est Dexter, ils montrent même qu'il ne sait pas quoi faire avec elle et qu'elle s'en rend compte. Ils ont été assez intelligents pour faire en sorte qu'elle ait aussi un traumatisme qui la rend méfiante à avoir des relations stables avec des hommes. Les deux sont brisés et malgré lui, Dexter apprendra à retrouver un peu d'humanité, même si ce n'est que brièvement avec une seule personne. Elle a aussi des enfants et c'est bien que Dexter aille la visiter chez elle, car comme dans le livre (même s'il ne le fait pas dans le livre), il respecte les enfants par-dessus tout et ne leur ferait jamais de mal. C'est une autre chose qui contribue à le rendre attachant visuellement plutôt que de juste faire comme dans le livre et de mentionner qu'il ne déteste pas les enfants.

Il est clair en fait dans l'émission, encore plus alors que les saisons avancent, que Dexter ne sait pas qu'il ressent des émotions, même si c'est le cas, vaguement, dans des moments très concentrés plutôt que tout le temps. L'acteur qui interprète le rôle de Dexter, Michael Hall (présentement atteint d'un lymphome de Hodgkin curable et en rémission grâce à son traitement, je lui souhaite un prompt rétablissement), est excellent pour démontrer la complexité du personnage. Ça prend quelqu'un qui a du talent à revendre pour rendre toute la subtilité d'être en train d'acter un personnage qui acte lui-même des fausses émotions et en plus, d'être crédible. Quand sa partie noire s'empare de lui, il devient vraiment un autre gars, pas reconnaissable, qui n'est plus neutre, mais bien un fou dangereux. Bref, dépendant de la victime et à quel point il est investi dans le meurtre, il peut vraiment faire peur. Petit défaut pas dû à l'acteur, mais au personnage, c'est que même s'il peut faire peur, on n'a pas l'impression qu'il correspond au profil typique d'un tueur en série dans ses agissements (sauf pour ses rituels, comme récolter une goutte de sang de ses victimes en les tailladant au visage d'un scalpel ou créer un environnement stérile pour ses scènes de crime, mais ça c'est plus pour ne pas se faire prendre par des résidus laissés derrière lui). La quatrième saison comportera un autre tueur qui lui, correspond définitivement au profil.

Mention spéciale à l'actrice qui interprète la sœur de Dexter et qui s'adonne à être sa femme dans la vraie vie. Jennifer Carpenter (que vous reconnaîtrez peut-être de The Exorcism of Emily Rose ou Quarantine, deux films que je n'ai pas vraiment aimés) joue le personnage de Deborah EXACTEMENT à 100% comme je pouvais me l'imaginer en lisant le livre. OK, j'étais peut-être un peu biaisé, ayant vu la série avant de le lire, mais dites-moi que le personnage qu'elle interprète n'est pas ceci : une policière manquant un peu de confiance en elle, hautement émotive, bruyante, vulgaire, qui se fait remarquer pour ces raisons. Elle est le contraste parfait à son frère Dexter, qu'elle aime par-dessus tout, sentiment réciproque de sa part dans la mesure du possible (n'oublions pas qu'il ne ressent pas vraiment les émotions aussi intensément qu'un autre). Dexter est sa seule famille depuis la mort de son père.

Les autres compagnons de travail de Dexter travaillent un peu contre lui, dans la mesure où ils pourraient trouver ses comportements étranges s'ils passaient par-dessus le fait qu'il semble inoffensif (il le semble vraiment). Ils sont un peu plus secondaires, mais c'est toujours drôle de voir Dexter être contraint à les suivre dans des événements sociaux auxquels il n'est pas intéressé à la base. Le seul problème dans la série, c'est quand ils deviennent trop importants, comme dans la quatrième saison, une histoire d'amour entre deux personnages du travail qui détourne de l'intérêt principal, Dexter. Il y a un des compagnons de travail de Dexter, le sergent Doakes, qui n'entre pas dans cette catégorie. Lui, il est vraiment sérieux (vous savez, le traditionnel personnage du noir sérieux, rien de raciste, c'est vrai que les films et séries américaines font ça).

Doakes est sérieux, talentueux dans son domaine et très dangereux, car il ne se laisse pas méprendre par l'apparence extérieure de Dexter, le gars de laboratoire qui est toujours à son affaire et qui ne dit jamais rien de déplacé. Il ne remarque que le fait que Dexter semble toujours savoir réfléchir comme un tueur en série sur une scène de crime. Chose à surveiller, les conflits qui découleront de ces deux personnages puissants.

Les personnages secondaires de meilleure qualité (surtout le fait qu'ils sont présents comparé à leur importance mineure dans le livre), tous avec une personnalité véritablement distincte, vraiment distincte, sont la raison principale pourquoi la série est meilleure et que Dexter y est plus attachant, mais il y a autre chose. Premièrement, Dexter est beaucoup plus consistent, car là où sa caractéristique d'homme de raison était la seule chose respectable dans le livre, elle était brisée par ce qui semblait presqu'être de la magie et du surnaturel avec des rêves divinatoires dans de longues scènes où il se pensait fou. D'autre part, c'est un personnage qui se remet en question de temps à autre quand il réfléchit à sa situation (dans le livre, autre défaut, il semblait vraiment trop sûr de lui quand il ne se pensait pas carrément fou).

Dans l'émission, il y a moins de longueurs, pas vraiment d'éléments surnaturels ou alors plus ambiguës sur le sujet, aucun moment où il se pense littéralement et sérieusement fou. Ce passage est plus traité dans la série comme un jeu provocateur qui se relance entre Dexter et le tueur qu'il doit trouver pour son travail. Aussi, au lieu d'accepter son état comme dans le livre (soyons clair, peu importe ce qui est dit dans le livre, c'est clair qu'il a accepté qu'il était un monstre à ce moment là), il est en combat constant dans l'émission. En gros, il est une victime, il est seul, c'est presque triste de le voir ainsi.

La dernière chose qui change tout pour le mieux est la fin de la première saison comparée à la fin du premier roman dans la série. Non, je ne vous les décrirai pas, mais le roman prend trop de risques qui font complètement changer le personnage et son environnement. La série télé réussit à nous proposer une finale choc qui ne fera toutefois pas tout changer. Au lieu de tout changer, elle reprend un élément qui commençait peu à peu à s'amplifier au cours de la saison pour nous indiquer que ce sera le point central de la prochaine. C'est bon, on nous annonce quand même une suite différente de ce qui a déjà été vu, sans changer les règles. Les personnages pourront donc continuer à être explorés, car ils sont assez complexes pour nécessiter plus d'une saison de développement. Je reste extrêmement vague, parce que premièrement je ne veux gâcher rien et les deux fins sont vraiment complètement différentes. Ce qui est bien d'ailleurs, c'est que la série prend un tournant vers des événements qui ne correspondent pas à la série de romans par la suite. Ce n'est pas quelque chose qui est toujours bien, mais les personnes qui s'occupent de la série semblent comprendre leurs personnages et ce qu'ils font avec, au moins autant que l'écrivain de Darkly Dreaming Dexter.

C'est donc tout ce dont une adaptation peut rêver, donner vie à l'original et l'améliorer. Finalement en faire sa propriété originale, chose contre laquelle je n'ai rien quand la qualité n'est pas perdue en cours de route.

Maintenant que j'ai fini de vous parler de Dexter en général et de la première saison, petit avertissement qui semble évident, ne pas écouter si vous êtes facilement choqué. Dexter est présenté sur HBO, une chaîne payante qui n'a donc pas à se soucier de plaire à des partenaires publicitaires. Dexter n'est donc pas fait pour les enfants ni pour écouter en famille pour relaxer ou avec grand-mère qui ne sait pas qu'un couteau, ça ne sert pas juste à cuisiner. Il y a du sang, on nous montre les gestes des meurtres, il n'y a pas de censure imposée. Les histoires ne sont pas toujours joyeuses non plus, des tueurs d'enfants, pédophiles, violeurs, etc., c'est sérieux. J'aime penser que ce n'est pas la seule chose qui attire mon attention sur la série, il n'y a pas tant d'action que ça, encore moins de comédie (un peu), c'est surtout un drame. Son contenu psychologique est l'attrait principal et Dexter est l'une des meilleures séries sur la télé américaine dans cette époque de "politiquement correct" absolu.

Les épisodes durent près d'une heure, leur durée peut varier légèrement, mais les saisons sont relativement courtes (12 épisodes) et vont donc directement au point. Les 2 premiers épisodes de chaque saison peuvent être un peu lent pour introduire le fil de l'histoire à venir, mais après la tension augmente assez rapidement. Maintenant, je vous parlerai des autres saisons, alors ne cliquez pas sur les sections ci-dessous si vous n'avez pas vu les saisons précédentes, du moins c'est ce que je suggère. Sachez au moins que je ne trouve aucune saison mauvaise, peut-être la troisième qui est moins bonne, mais jamais médiocre. Certaines saisons nous font ressentir des choses différentes et deviennent même meilleures que la première, par exemple.

Cliquez ici pour révéler des informations sur la direction générale de la deuxième saison (vous êtes averti!)Photo promotionnelle de l'ensemble des acteurs réguliers de la deuxième saison de DexterLa deuxième saison poursuit là où la première se terminait, alors que Doakes était devenu extrêmement méfiant des comportements inhabituels de Dexter. Cette saison introduit une relation plus profonde entre Dexter et sa petite amie, il veut enfin rendre ça sérieux. Pour ce faire, il devra affronter ses démons intérieurs du mieux qu'il peut, surtout que Doakes est constamment sur ses traces, alors il a de la misère à trouver du temps pour tuer. Beaucoup de risques cette saison, des détails incriminants surviendront mettant Dexter en danger extrême d'être pris à son jeu alors qu'une investigation du FBI est ouverte sur nul autre que Dexter (mais ils ne savent pas que c'est lui qu'ils recherchent). Celui-ci se retrouvera complètement impuissant à la situation, ne sachant plus quoi faire. Je trouve qu'autant le personnage ressent du stress comme jamais auparavant, la série réussit à faire passer l'émotion au spectateur d'une façon incroyable. Aussi, un nouveau personnage se joindra à l'émission, une femme comprenant mieux Dexter que sa copine le peut, ce qui est extrêmement louche, n'est-ce pas? À surveiller, une saison extrêmement intense, je crois rarement avoir vu autant d'intensité particulièrement entre les personnages de Doakes et Dexter.

Cliquez ici pour révéler des informations sur la direction générale de la troisième saison (vous êtes averti!)Photo de Jimmy Smits interprétant le rôle de Miguel PradoLa troisième saison est selon moi la plus faible jusqu'à maintenant et aussi la première saison sans la présence du sergent Doakes après sa mort déshonorable dans la saison précédente. Cette dernière raison n'est pas ce pourquoi la saison 3 est plus faible (car je pense que la saison 4 est excellente sans sa présence qui était quand même appréciée dans les deux premières saisons). Ceci dit, une mauvaise saison de Dexter, c'est au moins bon (jusqu'à ce que la série perde son intérêt, ce qui n'est pas le cas jusqu'à présent). Il n'y a pas vraiment de lien avec la saison précédente, c'est juste que Dexter tue quelqu'un qu'il n'aurait pas du tuer en début de saison, le frère d'un procureur. Contre toute attente, Dexter, via son jeu d'innocent, développe une complicité avec le procureur en question. D'autre part, sa petite amie l'informe qu'elle est enceinte et il doit faire le choix de reconnaître sa paternité ou pas. Un tueur en série peut-il élever sainement un enfant? Peut-il aussi entretenir une relation amicale avec le frère d'une de ses victimes? En passant, le procureur (que vous voyez à gauche) deviendra vraiment intime avec Dexter si vous voyez ce que je veux dire (NON! Pas ça! Arrêtez de penser croche!)

Cliquez ici pour révéler des informations sur la direction générale de la quatrième saison (vous êtes averti!)Photo de John Lithgow interprétant le rôle d'Arthur MitchellLa quatrième saison est géniale. Je ne pensais pas que je l'aimerais au début, j'avais peur qu'elle se lance dans le ridicule, ce qui était extrêmement probable avec le mariage entre Dexter et sa petite amie à la fin de la saison précédente et le bébé dont ils allaient s'occuper. On pourrait aussi penser que c'est un retour à la deuxième saison, quand Dexter n'était pas libre de faire tout ce qu'il fallait à cause de Doakes, maintenant à cause de ses devoirs familiaux, et il y a un peu de vrai là-dedans. Cependant, la différence fondamentale est d'observer les changements chez Dexter, qu'il réalise qu'il y a d'autre chose qui importe dans sa vie.

Par ailleurs, une enquête est ouverte sur un tueur hypothétique, le tueur de la trinité (que vous voyez à gauche, ne soyez pas inquiets, ce n'est pas un spoiler), qui tue toujours par groupe de 3 depuis des décennies s'il existe (la nature des meurtres rend le tout difficile à prouver). Une femme qui se rend au bout de son sang dans un bain, une autre femme qui est forcée à donner l'impression de se suicider du haut d'un édifice et un homme violemment tué avec un outil comme un marteau. C'est un tueur donc plus expérimenté que Dexter, plus cruel, extrêmement dangereux et doué (étant donné qu'après toutes ces années, la théorie d'un tel tueur n'est pas encore prise au sérieux). Dexter ambitionne sur un tel tueur, il veut être celui qui mettra fin à ses jours, mais il désire aussi apprendre de lui. Le tueur sera révélé aussi tôt que le premier épisode si je ne m'abuse, interprété par John Lithgow qui est crédible et qui dégage un charisme important à l'écran. Si j'avais à redouter de Dexter ou de lui, ce serait lui. Dexter découvrira un détail choquant sur ce tueur qui lui donnera le goût de l'apprivoiser et d'apprendre à le connaître avant de le tuer. Durant tout ce temps, nous pourrons assister à la véritable dégénérescence du tueur de la trinité, le monstre immonde qui se cache sous l'apparence d'un homme tout à fait normal et bon.

Quand je dis qu'il fait plus peur que Dexter, ce n'est pas uniquement parce qu'il tue violemment des innocents sans aucune pitié, mais parce qu'il semble vraiment touché mentalement, du genre que si on est à côté de lui, c'est un véritable pari de savoir s'il va vous tuer ou pas. Il n'a pas de pitié.

Défaut de la saison, certaines longueurs, surtout pour des personnages secondaires qui commencent à dépasser leur utilité. Il est bien de les voir interagir un peu avec Dexter, mais je ne veux pas une grosse histoire à suivre de leur côté. Aussi, la présence intensive d'Harry avec qui Dexter a des discussions intensives. Je sais qu'en gros, c'est comme s'il se critiquait lui-même, mais ça commence à ressembler comme si la série suggérerait que l'esprit de son père hantait Dexter, une série qui était rationnelle jusqu'alors. De toute façon, elle demeure rationnelle sur les autres points et il est possible de rationaliser celui-ci aussi. La femme de Dexter peut parfois être bien, parfois dérangeante, mais j'accepte cela comme faisant partie du scénario nous montrant la nouvelle vie de famille "normale" de Dexter et je ne blâme pas l'actrice en aucun point.

Tous les défauts perceptibles sont grandement surpassés par une finale superbe. Oui, elle faisait véritablement partie de l’une des mes théories sur comment la saison allait finir, mais ça me semblait quand même improbable. L’une de ces idées qu'on a et qu'on se dit : «Ouais, peut-être… Non, non, ça ne se peut pas, voyons donc. Mais on ne sait jamais… Non, ils ne feront pas ça!» Bien oui, ils l’ont fait! Je suis content de voir qu'une série prenne des risques comme ça, j'étais surpris pas parce que c'était impossible, mais parce que ça arrive si peu dans les séries américaines et les films de nos jours. J’ai hâte de voir la prochaine saison et ce que la fin implique pour Dexter, de gros changements à venir.

1 commentaire :

Solo the CyberpunK a dit...

J'ai finalement fini d'écouter les 4 saisons de Dexter, et je dois dire qu'elle est rapidement grimpé au sommet de mes télé-séries favorite.

Sa plus grande force, c'est d'équilibrer parfaitement les enquêtes, les problèmes des personnages secondaires et les 3 vies de Dexter (travail, famille, tueur). On est toujours attentif.

Je ne suis pas un expert en séries télé, mais je crois que de rester aussi bon après 4 saisons, c'est une chose rare.

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.