dimanche 11 octobre 2009

Vampire's Kiss

Affiche de Vampire's KissVampire’s Kiss, aussi connu sous le nom de "ce film dans lequel Nicolas Cage mange une blatte". Eh oui, ce n’est pas un effet, c’est une vraie de vraie, et la scène a requis deux prises, donc... À la base, c’est le film de vampire le moins traditionnel de tous les temps, ce n’est même pas vraiment un film de vampire.

C’est un film extrêmement difficile à classer et même à évaluer pour plusieurs raisons. Le titre nous annonce bien sûr quelque chose ayant à voir avec les vampires et il y a du vrai là-dedans, mais la description que je vais vous donner ressemble plus à celle d'un film psychologique.

Vampire’s Kiss, c’est l’histoire de Peter Loew (Nicolas Cage), un agent littéraire en moyens. Le jour, c’est un homme d’affaire sans cœur traditionnel, comme on en voit dans plusieurs films. Le soir, il visite des clubs pour se faire une conquête d’un soir, voilà sa routine. Le rêve de certains et le malheur de d’autres, ne jugeons pas cet aspect de sa vie. Ce qui arrive, c’est que le personnage devient littéralement de plus en plus étrange, même carrément fou. Pour simuler cet aspect psychologique, le film ne nous permet jamais de clairement distinguer ce qui est réel et ce qui ne l’est pas, du moins jusqu’à un certain point dans le film. Sa folie commence quand l’une de ses conquêtes le mord avec ce qui semble être des crocs comme un vampire. Après un concours de circonstances, il réfléchit à ce moment et en arrive à la conclusion illogique qu’il est maintenant un vampire. Au fur et à mesure que le film avance, il sombre de plus en plus dans cette conviction, devenant de plus en plus agressif envers sa secrétaire et commençant à craindre la lumière ou à se comporter comme un vampire.

Après cette description étrange, me croiriez-vous si je vous disais que le film est en partie une comédie? C’est un exemple flagrant d’humour noir, certes, mais c’est quand même de l’humour. Ce qui aide à rendre le tout comique, c’est la performance extravagante de Nicolas Cage dans le rôle du personnage, sa façon de parler (il a même créé un faux accent « riche » pour le rôle), de dire ses lignes, de bouger et même son jeu facial, ses mouvements, le tout devenant aussi de pire en pire selon l'état mental du personnage. Sa secrétaire est bien sûr effrayée, ne réalisant pas ce qui se passe, et bien franchement ce personnage m’aurait fait aussi peur à sa place.

C’est donc un rôle auquel l’on croit, même s’il joue parfois dans le ridicule, ce qui est intentionnel je crois pour créer l’aspect comique. Pourquoi je ne serais pas certain que c’est intentionnellement une comédie? Eh bien, ce n’est pas complètement clair avec cette description, surtout que le film traite de la folie, la vraie folie, pas la simple imbécilité. En plus, il y a des scènes qui ne font typiquement pas rire personne dans aucune situation, comme le meurtre et le viol.

En gros, c’est un film avec une identité assez floue et il prend assez de temps avant de faire son point (laissez-lui au moins 30 minutes, période de temps que j'avoue ne pas toujours accorder moi-même à un film). Même si vous lui donnez une chance, il est possible que vous le détestiez ou que vous l’aimiez (sans exclure l’indifférence), mais il est certain que vous le trouviez étrange. Je l’ai apprécié (sans dire que c'est le meilleur film de tous les temps), si ce n’est que parce qu’il a fait complètement le contraire que ce à quoi je m’attendais (un autre film de vampires) et pour la performance très particulière de Nicolas Cage avant qu’il ne devienne si ordinaire (avant Ghost Rider ou même son oscar).

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.