samedi 3 octobre 2009

Surrogates (film et roman graphique)

Affiche du film SurrogatesIl est évident que ce film n'a pas été apprécié par les critiques. Les films de science-fiction ne le sont jamais.

Dans cette critique, je m'adresse donc surtout aux amateurs de science-fiction : ce n'est pas un film avec énormément d'action, ni de violence. Il est, comme tous les films de son genre, d'abord basé sur un message qui est exprimé par un concept. Ensuite vient l'histoire et après l'action. Cet ordre d'importance peut paraître ridicule, mais avec des films comme Transformers ou G.I. Joe, demandez-vous quel est le meilleur ordre d'importance : pensez-vous vraiment que l'action doit toujours venir avant le message?

Le concept

D'abord, un simple avertissement pour tous les francophones ici et là. Le titre original de ce film est Surrogates, qui se traduit normalement par substituts. Dû à un manque de jugement des responsables de la version française, le titre français est Clones. Ça ne correspond pas du tout au film. Voici le concept. La technologie a continué d'évoluer, d'abord en créant des membres artificiels, ensuite en créant des robots pour la guerre, jusqu'à l'aboutissement final : des robots identiques aux êtres humains, contrôlables à partir de chez soi. Au lieu d'aller au travail, assoyez-vous confortablement dans votre chaise, branchez-vous et ça y est, vous contrôlez le robot. Les gens ne sortent plus de chez eux, ils n'entrent jamais en contact direct. Tout est fait en travers de ces "avatars".


C'est différent des autres œuvres que l'on a vues du même genre. Celles-ci vont toujours dans deux autres directions.

Première : les robots ne sont pas contrôlés, ils ont une conscience et agissent par eux-mêmes.
Deuxième : les remplaçants des humains ne sont que d'autres humains "organiques" qui ne font que jouer leur rôle (souvent sans en être conscients).

C'est pourquoi j'ai trouvé Surrogates intéressant : parce qu'il choisit une nouvelle direction. Dans les premières minutes du film, j'étais certain que ça allait être l'histoire habituelle : les robots se rebellent et se dissocient de leur contrôleur pour devenir autonomes. Ce n'est pas du tout ça.

L'histoire

Ce n'est pas le point fort du film, mais elle saura vous divertir pendant sa courte heure et demie. Quelqu'un attaque les "substituts" avec une arme spéciale qui tue aussi les humains qui les contrôlent. Bruce Willis joue le rôle d'un policier qui travaille sur le cas et qui sera mêlé dans une histoire qui le fera voir le monde qui l'entoure d'un autre œil. Simple, mais efficace. Certaines parties sont un peu monotones.

Le message

Une critique sur notre société actuelle dans laquelle les gens ont peur de montrer leur propre visage. Les robots sont toujours des tops modèles, tandis que l'humain qui le contrôle est loin d'être parfait dans la plupart des cas. Une sorte d'attaque sur le culte de la beauté. Le fait que les humains soient dépendants des machines et ne sauraient pas se débrouiller sans elle, c'est aussi un autre questionnement sur les bienfaits de la technologie.

Je suis sûrement le seul que ça a dérangé dans le cinéma : les plans de caméra sont toujours croches. À environ 30 degrés, surtout dans les gros plans. Remarquez dans le trailer.

Le roman graphique

Devant du roman graphique The SurrogatesC'est avec grande surprise que j'ai appris après avoir vu le film que le scénario était tiré d'un roman graphique. Intéressé, j'ai tout de suite commencé à le lire pour me rendre compte que pour une fois, l'adaptation dépassait l'original.

D'abord le contexte. Le film nous montre l'évolution de la technologie dès le début et il nous fait comprendre le concept des substituts en quelques minutes. Le roman graphique quant à lui, prend un numéro complet avant que l'on ne saisisse le tout : le contexte est présent sous forme de texte à la fin de chaque chapitre. Personnellement, je crois qu'un média avec des visuels devrait s'en servir au maximum. "Show, don't tell." Les textes sont bons pour nous donner des détails, mais en fin de compte, tout aurait pu être simplement résumé au tout début, puisque l'univers de Surrogates n'est pas assez complexe pour avoir besoin de tant de description.

Les robots ne sont pas vraiment différentiables par rapport aux humains, ce qui nous force à nous demander, qui en est un et qui ne l'est pas. De ce fait, la relation entre l'agent Greer (Bruce Willis) et sa femme est beaucoup plus puissante dans le film, puisque l'on voit clairement qu'il parle à une machine, tandis qu'il aimerait pouvoir entrer en contact avec sa femme en chair et en os. Dans la version imprimée, le visuel ne renforce pas autant ces scènes que peut le faire le film.

Page du roman graphique The SurrogatesJe ne suis pas un amateur du style de dessin utilisé dans The Surrogates. Sketchy, couleurs qui dépassent les limites, pas vraiment de détails. À une case particulière, je me suis demandé si elle avait vraiment été terminée (voyez la deuxième case de la page à droite).

Côté scénario, il est évident que des différences majeures s'y retrouvent. Le roman graphique est beaucoup plus sombre. Il finit sur une note plutôt négative, tandis que c'est le contraire pour son adaptation. En fait, ils sont totalement à l'opposé : s'il y avait une suite pour chacun, elles n'auraient pas d'autre choix que d'aller dans deux directions différentes.

Conclusion

Je trouve sincèrement que le scénario est mieux ficelé dans le film. Le roman graphique est quand même bon, mais je trouve que c'est difficile de s'attacher à quoi que ce soit directement à cause du style graphique utilisé. Ceci dit, le film et le roman graphique apportent tous deux de nouvelles idées qu'ils utilisent d'une bonne façon.

Le film n'est pas le meilleur film de l'année, mais c'est un des bons films que j'ai vus cet été. Il vous divertira sans vous ennuyer, mais il ne restera pas marqué dans votre mémoire. En tant que fan de science-fiction, je vous le recommande comme location.

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.