mercredi 23 septembre 2009

Fuel

Devant de la boîte de Fuel (Xbox 360)Fuel, disponible sur 360, PS3 et PC. Les jeux de course ont toujours été populaires. Récemment, une tonne de jeux se déroulant dans un univers post-apocalyptique sont sur le marché, presque tous populaires. Les jeux avec des environnements immenses, comme GTA, Burnout Paradise et Fallout 3 sont toujours un succès. Les jeux de course off-road, avec plusieurs types de véhicules, comme Motorstorm, sont un hit ces dernières années.

Fuel est un jeu de course off-road se déroulant dans un environnement post-apocalyptique, le plus grand environnement ayant été construit pour un jeu vidéo. C'est donc un succès assuré, n'est-ce pas?

N'est-ce pas?...




Faux. Fuel a été écorché par les critiques. Pourquoi? À la place des gens chez Asobo Studio, je me poserais aussi la question.

Critique : les gens trouvent que c'est long de se rendre aux endroits voulus sur la carte.
Correction : tous les événements sont accessibles par les menus. En plus, des points sur la carte (les héliports, parce que c'est un hélicoptère qui vous transporte aux différents endroits) nous permettent de nous transporter plus près de notre objectif.

Vous savez ce qui m'a fait chier? C'est dans Burnout Paradise, où il n'y a AUCUN moyen de se rendre à l'événement sans traverser la ville au grand complet. Dans Need for Speed: Underground 2, les gens bavaient à l'idée d'une ville complète où il était possible de se promener librement. Résultat : il fallait se rendre à chaque endroit avec son véhicule! En quoi Fuel est différent? Il nous permet de ne pas perdre notre temps!

Critique : les gens trouvent que l'environnement est grand, mais trop vide (désert, plaines, forêts, montagnes). Ils disent que tout cela est ennuyant.
Correction : Vous vous souvenez de GTA San Andreas? Quand vous étiez À PIED dans la section montagneuse, parce que votre véhicule s'était mis à prendre feu, parce que vous vous étiez heurté à un arbre? Quelles étaient vos options à ce moment? Dans Fuel, encore une fois, vous pouvez vous transporter comme vous le voulez.

Le moment où vous devez absolument rouler pendant de longs moments dans les grandes étendues de Fuel, c'est lorsque vous cherchez les choses à débloquer. Il y a des peintures pour les véhicules et des Vista Points (points d'observations) : ils deviennent comme des héliports, car dès que vous les avez touchés, vous pouvez vous y téléporter par le menu. Ceux-ci sont OPTIONNELS. C'est par choix que vous vous lancez dans la nature.

Certaines voitures, les Doppler Trucks, vous indiquent la location de tous les points d'un type d'événements de la région lorsque vous les frappez. Il y a aussi des barils d'essence (l'essence est la monnaie du jeu), éparpillés partout sur la carte. Si vous tenez à tous les trouver, je vous rappellerai gentiment que la carte mesure 14 400 KILOMÈTRES CARRÉS.

Donc si vous ne faites que les courses en les sélectionnant à partir du menu, vous n'aurez aucun problème. Par contre, si vous désirez explorer le magnifique univers de Fuel, il est évident que ça ne vous avancera pas dans la progression du jeu, mais bon Dieu que c'est génial. En moto, sur le bord de la plage, dans un coucher de soleil...

En parlant de ça, le temps change continuellement, passant du jour à la nuit (mais pas en temps réel). La nuit, ce n'est pas génial puisque l'on n'y voit absolument rien en off-road, mais les barils sont plus visibles que durant le jour. Un plus pour un moins. La météo est aussi importante dans le jeu. Je ne parle pas de simples nuages. Je parle de tornades, de forte pluie, de neige, de tempêtes de sable.


Le résultat est impressionnant. C'est sûr qu'à côté du monde de Fuel, Paradise City (de Burnout Paradise) a l'air d'une ville vivante (hé regarde! Une voiture!) Mais c'est logique, le monde de Fuel vient tout juste de survivre à une catastrophe majeure (jamais clarifiée par contre). Il est donc normal qu'il soit désert. Tout ce que l'on voit sont des ossements d'animaux, des villes détruites, des fermes abandonnées... Ce sont les décors naturels les plus beaux que j'ai vus dans un jeu de course (prouvez-moi le contraire).

D'autres gens vous diront qu'ils préfèrent Motorstorm, mais je défends Fuel. Les véhicules sont tous de même type en course, donc plus égaux. Je préfère un grand monde vide où l'on peut créer ses circuits, plutôt qu'une dizaine de circuits fixes! Bien sûr, la musique d'ambiance de Fuel n'est pas très bonne, mais elle est beaucoup moins énervante que la trame sonore de vieux rock de Motorstorm. (Depuis Guitar Hero, il n'y a que ça partout, du vieux rock. Faites-en du nouveau!...!!)

À propos des courses, parce que c'est ça le but, des courses... C'est efficace, contrôlable, avec du challenge. C'est l'essentiel, non?

Les temps de chargement sont moyennement longs, 20 à 30 secondes, vers la course, en sortant de la course, en changeant d'endroit sur la carte... Ce n'est pas énorme, mais ils sont là. Conseil numéro 1 : si vous êtes sur 360, installez le jeu sur votre disque dur, vous sauverez du temps. Conseil numéro 2 : ne passez pas d'une région à l'autre sans arrêt. Conseil numéro 3 : cherchez le Doppler Truck vert et avec lui, trouvez tous les Vista Points. Ils deviendront des respawn points, ce qui facilitera la recherche des peintures, Mavericks (qui débloquent des véhicules) et autres.

Il faut tout de même se dire que pour un environnement aussi grand, c'est normal qu'il y ait des temps de chargement considérables. Par contre, lorsque l'on finit une course, ils auraient pu nous donner directement l'accès à la carte. Au lieu de ça, on a le choix entre 3 chargements : celui pour refaire la course, celui pour revenir sur la carte en free ride et celui pour revenir à l'héliport. Pas complètement ingénieux.

Scores :

Graphiques : 60%
Même en étant infiniment grand, l'environnement de Fuel est toujours impressionnant. Si l'on prend une capture d'écran n'importe où dans le jeu, on se rend compte que les textures ne sont jamais en basse résolution, on ne peut pas non plus distinguer de motifs de textures qui se répètent. Là où le jeu perd ses points, c'est son style : il est inexistant. Les effets météorologiques sont géniaux, mais pas assez pour que ce soit un point qui définit Fuel. Ni les menus, ni les personnages, ni l'environnement ne montrent rien d'original, si ce n'est que de son "réalisme" pour la nature

Sons : 50%
Les effets sonores sont bons (quoi faire de plus que des sons de moteur dans un jeu de course comme celui-là?) Par contre, la musique est mauvaise. Pas mauvaise dans le sens où elle nous tape sur les nerfs, mais dans le sens où il n'y en a pas! C'est encore plus discret que de la musique d'ambiance. Demandez à quelqu'un qui a joué à Fuel pendant 70 heures de vous faire la musique et je parie qu'il aura de la difficulté à s'en souvenir!

Jouabilité : 88%
Veuillez noter que ce jeu entre dans la catégorie arcade et non simulation, ce qui justifie ses contrôles simples, mais efficaces, et ses dérapages contrôlés, CONTRÔLÉS. (Clin d'œil à Forza, DiRT et Grid.) La grande variété de circuits, le changement d'environnements (montagne, désert, forêt, plaine, plage, neige) et de véhicules (quad, moto, camion, buggy) en font une expérience différente à chaque fois. Les chargements sont un peu dérangeants, mais rappelez-vous qu'ils sont vraiment nécessaires. Encore une fois, un autre rappel que tous les événements sont accessibles à partir des menus (pas de dizaines de minutes à rouler pour les atteindre)

Rejouabilité : 75%
En fait, j'ai triché. Le jeu n'a aucune rejouabilité. Une fois que vous avez tout complété, il ne reste plus rien du tout. Mais puisque tout compléter peut prendre jusqu'à 80 heures, je dirais que sa valeur en heures de jeu surpasse au moins du double celle de ses compétiteurs. C'est donc assez bien pour cette catégorie "rejouabilité" qui veut en fait dire «vous en aurez pour votre argent»

Bonus : 66%
Pour avoir fait un jeu magnifique et plaisant, je lève mon chapeau à Asobo Studio, qui n'aura malheureusement pas su attirer l'attention du grand public

Total : 70%
Personnellement, je vous conseille Fuel au lieu de Motorstorm. Bien qu'il contienne des défauts, ceux-ci sont oubliables (faites jouer votre propre musique puis oubliez le manque de style). Donc passez par-dessus ses défauts mineurs et vous aurez devant vous le jeu de course off-road par excellence. Pensez aux 12 circuits offerts par Motorstorm versus un environnement infini. Pensez à des tonnes d'objets collectionnables versus rien. Pensez à un univers à explorer versus des menus carrément vides... Voilà pourquoi je vous conseille Fuel, le choix original, plutôt que Motorstorm, le choix populaire

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.