lundi 21 septembre 2009

Darkly Dreaming Dexter

Devant du roman Darkly Dreaming Dexter

Darkly Dreaming Dexter est un roman policier dans lequel l'intrigue est située autour d'un tueur qui vide le sang de ses victimes, des prostituées, avant de les couper en plusieurs morceaux emballés à la vue de tous, présentés en tant qu'œuvre d'art tordue envers les officiers qui mènent l'enquête, dont Dexter Morgan, un expert en analyse de traces de sang.

L'histoire est principalement celle de Dexter, même s'il est peu utile pour une enquête sur un crime qui ne contient pas de sang, ce qui est dommage, puisque la façon dont les crimes sont commis l'obsède (l'une des contradictions du personnage est qu'il n'aime pas ce fluide que l'on appelle "sang", il admire donc la technique du tueur).

Je dois l'avouer, il est un peu comme moi, pas pour le sang, mais pour des aspects de sa personnalité. Il tente tant bien que mal de se fondre à la société même s'il est différent, ne comprenant pas toutes les habitudes des gens et devant les simuler (dans son cas, il doit simuler l'entière gamme des émotions humaines, n'ayant pas d'âme selon ses dires, bien que certains de ses choix laissent croire autrement malgré lui). Il utilise une fausse image extérieure qui le met le plus possible à son avantage dans toutes les situations (qui ne fait pas ça, dans le fond). Il n'est pas superstitieux, faisant complètement appel à la raison, la seule chose en laquelle il peut avoir confiance. Il faut dire qu'il a aussi ses différences, comme le fait qu'il est un sociopathe à tendances meurtrières...

En effet, victime d'un événement particulièrement traumatique durant son enfance, il fut adopté par Harry Morgan, un policier honnête qui se rendit compte assez vite de la différence de Dexter et de l'impossibilité de le changer. Au lieu de le faire enfermer toute sa vie ou de lui imposer des traitements inefficaces, Harry a enseigné à Dexter à canaliser sa rage dès sa tendre enfance pour qu'il élimine des gens exactement comme lui le moment venu, des tueurs en série, quand le passager noir s'empare du contrôle de son corps (il n'embarque pas dans le cliché du tueur qui entend des voix, c'est plus une impulsion qui le possède complètement).

Il lui a enseigné un code qu'il devait suivre pour s'assurer que ses victimes méritaient leur sort et pour s'assurer qu'il ne se fasse pas prendre dans l'acte (un rituel visant à ne pas laisser de traces, surtout ce maudit sang), d'autant plus que sa demi-sœur s'est engagée dans le même poste de police pour lequel Dexter travaille, à Miami, suivant les traces de son père.

Dexter a une copine, Rita, dont il se fout carrément (même la sexualité ne l'intéresse pas), mais il s'en sert comme couverture extérieure pour avoir l'air de mener une vie normale comme tout autre être humain qui se respecte. Il adore aussi les enfants de celle-ci, parce qu'autant il ne ressent rien pour aucun être humain, il ne pourrait jamais faire de mal à un enfant.

En gros, c'est l'essentiel du personnage. Pour ceux qui connaissent la série télévisée Dexter, elle est bien évidemment basée sur ce premier roman de la série Dexter et elle comporte plusieurs ressemblances, mais aussi plusieurs différences. (Il y a des détails précis que je ne peux révéler sur l'intrigue et la façon dont elle progresse dans les deux cas, même le moindrement, car il y a des différences monumentales à ce sujet entre les deux et parler du milieu de l'une révèle une partie de la fin de l'autre.)

Il faut savoir que Darkly Dreaming Dexter ressemble beaucoup à ce que vous pourriez penser d'un roman policier dans votre tête. C'est une enquête policière, à quelques moments vous vous douterez de l'identité du tueur, mais vous ne l'apprendrez qu'à la toute fin sur une finale-choc. La différence de ce roman par rapport à d'autres ne vient pas tant de son histoire générale que du personnage principal, qui lui est différent de pas mal tout ce que vous avez pu rencontrer, fonctionnant différemment de l'humain traditionnel et même du tueur en série traditionnel (sauf que sa façon de commettre ses crimes devient un peu clichée, agressive, pour les fans de la série télévisée, oui c'est une différence).

Les personnages secondaires sont véritablement des personnages "secondaires" dans ce roman. À part de sa sœur, Deborah, une policière de bas niveau qui souhaite monter en grade grâce à cette enquête avec l'aide de Dexter qui est reconnu pour avoir une étrange capacité à savoir comment les tueurs réfléchissent (évidemment). Elle a un caractère un peu chiant (seul mot que j'ai trouvé), elle est vulgaire, mais son personnage est fait comme ça, même chose dans l'adaptation télé qui lui est très fidèle en passant. Les autres personnes qui travaillent avec Dexter, et ceci va paraître étrange aux fans de l'adaptation télé, sont peu présents et ils ne laissent aucune impression. Même Harry a un rôle omniprésent plus important qu'eux via son code. Rita a un rôle très peu important et Dexter aimerait vraiment s'en passer, ce qu'il fait presque. La patronne de Dexter est la seule autre qui a un rôle plus important environ aussi fréquent que Deborah, sinon plus. C'est la détective Laguerta, la dirigeante d'une enquête que Dexter souhaite résoudre lui-même, ce qui est aidé du fait qu'elle est extrêmement stupide selon les dires de Dexter (il déteste vraiment certains gens dans le roman), et c'est confirmé de façon beaucoup plus évidente que ce ne peut l'être dans l'adaptation télé avec ses lignes de dialogue qui m'ont immédiatement fait détester le personnage (je ne sais même pas comment elle est devenue détective, elle ne pose pas les questions évidentes). Le sergent Doakes, celui qui a des soupçons fondés sur Dexter à cause de sa capacité à penser comme un tueur en série, a un rôle peu présent, il influence plutôt Laguerta au lieu de parler à Dexter par lui-même.

Les personnages et leur importance ou leurs agissements vont très bien avec la tournure des événements, peu importe comment ils sont, il y a une raison qui n'est pas évidente au début, mais nous voyons que l'auteur n'avait pas l'intention de ne faire qu'un seul roman rendu à la fin, il préparait le terrain pour des suites qui s'annoncent prometteuses (et elles sont déjà sorties, avec au moins une autre de planifiée, mais je ne les ai pas encore lues. Les saisons de la série télévisée ne sont pas basées sur les suites, elles sont originales.)

Les personnages présentés dans la série télévisée Dexter, bien qu'ils soient les mêmes, sont plus efficaces selon moi, mais ils n'auraient pas pu fonctionner dans le roman.

Une chose que j'ai moins appréciée du livre, c'est sa tendance à trop nous embarquer dans des longues scènes durant les scènes où Dexter commet son crime ou encore quand il pense avoir perdu la raison. Ce n'était pas nécessaire d'être aussi long pendant ces passages, de toute façon, le roman en entier est narré par lui avec ses propres commentaires, parfois amusants ou déconcertants, nous montrant toute la complexité du personnage. Quand il croit avoir perdu la raison, on a compris après quelques paragraphes, mais sûrement pas seulement après 3 pages ou plus.

Une autre chose que je déteste des passages où il se croit fou, autre que c'est un personnage entièrement basé sur la maîtrise du réel (de toute façon, voir un tel personnage véritablement perdre la raison est intéressant), c'est qu'il le croit en prédisant irrationnellement les prochains actes du tueur, prédictions qui s'avèrent véridiques sans explication plausible à la fin. Il y a un semblant d'explication, mais c'est impossible que ça se passe ainsi dans la vraie vie (et la série télévisée conserve un peu une prédiction, mais plus comme une intuition, sans que cela ne devienne complètement impossible).

C'est quand même original un livre écrit du point de vue d'un personnage qui n'est pas fait du tout pour être aimé (contrairement à la série télévisée qui conserve le personnage, mais qui réussit étrangement à nous le faire apprécier jusqu'à ce que l'on compte pour lui) surtout que c'est pas mal le seul personnage assez développé dans le roman.

En gros, j'ai commencé le livre avec beaucoup d'enthousiasme, ayant vu la série à la télé, et c'est peut-être ce qui m'a un peu gâché le milieu du roman, alors qu'il ne faisait pas ce que je voulais qu'il fasse. Aussi, je ne suis pas du genre à apprécier les scènes qui se prolongent indéfiniment sans raison dans les romans, quelque chose qui était fréquent au milieu du roman. Je dois dire que ce livre a quand même assez de mérite pour son personnage et surtout quand son histoire a commencé à prendre de plus en plus de tournants différents à ce que je savais de ce que j'avais vu à la télé pour déboucher sur quelque chose de complètement différent et inattendu.

Les derniers chapitres me rendaient vraiment nerveux à savoir ce qui allait se passer, si tout allait bien tourner pour Dexter (sans toutefois éprouver la même empathie contradictoire que je réserve pour le personnage à la télé).

Mon commentaire final est que je ne peux suggérer Dexter à tous (notez que ce n'est pas négatif), que ce soit le roman ou l'adaptation télévisée, car ce n'est pas fait pour tous, mais ceux qui sont attirés par le concept seront probablement fascinés. La série télévisée peut être suivie par un plus large publique, toujours un publique réservé qui est ouvert à beaucoup de choses, mais plus large, alors que le livre vaut vraiment plus la peine pour les amateurs du genre policier (mais j'ai quand même aimé et je ne suis pas un grand lecteur de romans policiers). Ceux-ci trouveront son approche unique et intéressante, pas juste du réchauffé.

Ceux qui ont regardé la série télévisée trouveront peut-être qu'ils ont fait évoluer le personnage et l'histoire dans l'adaptation, qu'ils ont généralement apporté de meilleures idées, il ne faut pas oublier que le roman comporte aussi ses idées uniques qui n'ont pas été transférées. Comme malgré la tendance de la série télévisée à être suffisamment narrée par Dexter (toujours pas un point négatif), le roman nous fait voir un peu plus de sa pensée et à quel point les situations sociales les plus évidentes deviennent un cauchemar cryptique pour lui. (Je me suis reconnu là-dedans, ce qui est probablement pathétique à vos yeux...)

Même si vous trouvez la série télévisée meilleure, ce qui est vraiment probable, c'était probablement plus facile de la faire ainsi en ayant déjà un concept de base qui n'était pas si mal et c'est un must pour les amateurs du genre.

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.