lundi 8 juin 2009

Splatterhouse 2

Devant de la boîte de Splatterhouse 2La suite de Splatterhouse, un jeu d’arcade avec quelques ports, dont celui de TurboGrafx-16 qui a réussi à traverser la barrière japonaise. Bizarrement, la suite n’a jamais été un jeu d’arcade et elle est exclusive à la Genesis. En fait, ce n’est pas si étrange, puisque certains autres jeux d’arcade ont subi le même sort (Golden Axe, Rolling Thunder et autres).

Bien que j’ai eu assez de plaisir à jouer à cette série et cette suite pendant un moment, j’ai l’impression que j’aurais dû aimer cette entrée plus que ça n’a été le cas. Je veux dire que les développeurs ont été incapables de faire une vraie suite qui dépasse son prédécesseur, ce qui fait que la raison pour laquelle j’ai aimé y jouer est aussi son plus grand défaut, Splatterhouse 2 est exactement comme le premier jeu qui était déjà divertissant pour moi.

Pour ceux qui ne connaissent pas du tout la série, il s’agit de beat ‘em ups d’horreur (ce qui est assez rare quand même) avec beaucoup de gore, ceci et le thème horreur font que la série est un peu censurée durant le transfert hors du Japon (encore plus vrai pour le premier que pour le deuxième). Cette censure crée quelques inconsistances pour l’histoire du deuxième jeu qui font en sorte que plusieurs joueurs se poseront des questions en y jouant. Les détails sont plus justes en suivant premièrement la version arcade du premier jeu.

Dans le premier jeu, Rick et sa copine Jennifer entrent dans un manoir pour éviter un orage, mais malheureusement, ce manoir est rempli d’une présence démoniaque qui kidnappe Jennifer. Rick, inerte, se voit offrir une chance de la rattraper quand un masque, le Terror Mask, s’attache à lui pour lui donner une puissance suffisante pour tuer les monstres qui habitent le manoir. Plus tard dans le jeu, Rick doit tuer Jennifer, elle-même rendue un monstre. Le jeu finit alors que Rick s’enfuit du manoir en ruines et que le Terror Mask se détruit. On nous montre le masque reformé à la toute fin alors qu’il pousse un rire maléfique.

La suite se situe trois mois après cet incident, alors que Rick est la victime de plusieurs cauchemars, jusqu’à ce que le Terror Mask revienne le hanter en lui offrant de revenir au manoir, car Jennifer n’a pas à mourir. Il était plus clair dans la version japonaise que Rick ne revient pas directement au manoir, mais plutôt à une maison cachée située près du manoir en ruines, dans laquelle un portail vers le monde des morts lui permettra de récupérer sa copine. Il manque un méchant principal à la série, mais le jeu veut insinuer que le masque est la raison derrière les troubles de Rick. De toute manière, l’histoire n’est pas extra, comme dans presque tous les beat ‘em ups, et elle ne sera pas tenue en compte dans le score final. On peut quand même dire qu’elle est suffisante pour un scénario d’horreur et même que Rick est spécial, ayant l’apparence de Jason Voorhees de la série de films d'horreur Friday the 13th, mais voulant plutôt sauver une innocente et détruire les forces du mal.

Qu’est-ce que la suite apporte de différent alors? Des graphiques plus colorés et plus détaillés (légèrement moins détaillés que la version arcade du premier jeu), des animations avec encore plus de gore (l’un des points forts, LE POINT FORT de la série) et une trame sonore de qualité acoustique supérieure. Nous reviendrons un peu sur ces points plus tard, mais maintenant, parlons du gameplay.

Très, très simple. Vous pouvez sauter et donner un coup de poing (en fait, toujours le même coup de poing sans combo possible). Il existe des armes, mais aux rares endroits où vous les trouvez, les ennemis nécessitent 1 coup ou 2 pour vider leurs tripes sur le sol de toute manière (elles sont surtout là pour montrer des animations de mort différentes). Si vous sautez en attaquant, il y a un jump kick et il est aussi possible d’utiliser un coup de pied en glissade (qui répond bien 1 fois sur 2) ou de faire un coup de pied en se penchant, vous allez plus souvent utiliser le coup de poing direct que d'autre chose. Malgré ces limitations ou à cause de ces limitations, c’est un jeu légèrement difficile (pas insurmontable), encore plus que le premier, avec des niveaux généralement plus longs (pas le premier niveau, bien sûr). Le jeu en tant que tel n’est pas vraiment plus long, il contient moins d'une heure en contenu, mais vous aurez à vous habituer au début, vous en aurez donc pour plus d'une heure. C'est une mauvaise façon de rallonger le jeu et ça devient vite frustrant, mais au moins les mots de passe ne sont pas longs à entrer (il faut associer les bons mots déjà inclus pour créer une phrase qui est le mot de passe).

Tout comme dans le premier, si l’on perd toute notre énergie (5 originalement, 4 dans la suite) et donc une vie, il faut recommencer au début de la division du niveau où l’on se trouve (les divisions n'étaient pas toujours claires dans le premier) et si toutes les vies (3) sont perdues, il faut recommencer au début du niveau au complet. Comme je l'ai dit, il y a maintenant des mots de passe qui permettent de continuer à l'infini alors que l'original ne contenait que 5 possibilités de reprendre au même niveau. Le comportement des monstres est un peu plus erratique dans Splatterhouse 2, ceci vient expliquer pourquoi il demeure plus difficile (en mémorisant tout dans le premier, vous pouvez le finir à tout coup assuré). Je pourrais jurer qu’il y a certaines attaques qui sont carrément inévitables à certains endroits, tellement il y a de merdes qui remplissent l’écran. Cependant, je dois avouer que je pensais la même chose du boss final jusqu’à ce que je trouve par accident qu’il ne pouvait pas du tout m’attaquer à certains endroits.

Une chose qui était un peu plus utilisée dans le premier était des chemins alternatifs, certains plus faciles que d’autres ou proposant un défi différent pour se rendre au même point final. Il y avait aussi des trous qui étaient des pièges vers un chemin beaucoup plus difficile et frustrant et c’est la seule forme de chemin alternatif qui est restée dans la suite, même si c’est assez rare que cela arrive (quand ça arrive, la première idée qui vous vient en tête est de laisser Rick mourir et recommencer).

Sauf pour les petits changements, je peux vraiment garder ma description du gameplay telle quelle et elle correspond de façon exacte au premier jeu, sorti 3 ans auparavant sur arcade, mais aussi sur une console moins puissante comme la TurboGrafx-16, est-ce normal? Non! C'est un gameplay primitif qui était déjà dépassé au moment où le premier faisait son apparition. Regardons la vérité en face, la raison pour laquelle nous voulions jouer à Splatterhouse était pour son contenu très violent, gore et unique pour l'époque. Par contre, nous n'allions pas nous faire prendre une deuxième fois avec la suite identique (notez que je ne veux pas complètement dénigrer le premier, mais cette gimmick passait mieux la première fois en 1989 ici que la deuxième fois en 1992).

Les graphiques sont mieux par rapport à la première version sur console, mais les animations sont demeurées aussi ridicules que la première fois, c'est presqu'incroyable même à quel point elles peuvent être ridicules ou devrais-je dire absentes (sauf pour celles concernant les morts graphiques violentes). Les mouvements des personnages, surtout le coup de poing de Rick, sont très raides à un point où l’on peut s’en moquer.


Autrement, les graphiques rendent justice à un thème horreur et ils font bien le travail avec un bon design "artistique", si on veut. C'est quand même du contenu original (pas les classiques vampires et loup-garous). Vous comprendrez que quand je disais qu’ils étaient plus colorés, la palette est quand même sombre pour correspondre à l’atmosphère qu’ils veulent recréer ici.

Les effets sonores sont aussi mieux que la première fois, sauf si l’on compare à l’arcade. Cependant, j’aime mieux le son que Rick fait quand il est frappé ici que dans toutes les versions précédentes. Ça fait un peu plus horreur. Il y a un peu de place à amélioration, mais les sons sont en général assez bons pour la Genesis. Certains ne sonnent quand même pas comme ils le devraient...


Trêve de plaisanterie, certains autres effets sonores ne sonnent pas comme ils le devraient non plus, dans la version arcade du premier jeu aussi il y avait quelques lacunes, mais les poings semblaient avoir plus d'impact. Les quelques voix, comme le cri de Jennifer, sont très bien réussies par contre, considérant les limites de la console.

La trame sonore, comme je l’ai dit, est de qualité sonore supérieure à la version TurboGrafx-16 et peut-être semblable à l’arcade. Ce n’est pas tout, car la qualité des compositions en tant que tel, dans l’ensemble, est meilleure. Seul point négatif, il n’y a pas une musique vraiment qui m’accroche, elles fonctionnent bien durant le jeu, mais pas plus, alors que même si je n’aimais pas beaucoup les compositions du premier, les quelques thèmes mémorables étaient magnifiques, comme dans l'église.

En fin de compte, il y a des améliorations techniques, oui, mais un jeu est supposé évoluer en une si longue période, surtout une nouvelle entrée dans une franchise, sinon ce n’est que du contenu additionnel pour faire de l’argent. Vous savez quoi, malgré tout, il est possible d’y trouver plaisir, si vous êtes un fan de Splatterhouse ou de l’horreur en tant que tel, vous adorerez quand même cette suite juste pour son aspect gore. Le jeu est divertissant pour un bout, il faut juste ne pas s’attendre à quelque chose de révolutionnaire ou même bon (je sais, c'est bizarre à dire, mais c'est vrai).

De plus, n’allez pas vous le prendre sur eBay, il est considéré comme rare et il se vend à 30$, j’ai même vu 99$ dépendant de la condition. De nos jours, la seule condition qui me semble acceptable est de le prendre sur Virtual Console ou de l’émuler (ce qui revient franchement à des résultats semblables si vous voulez mon avis, en autant que vous possédiez un contrôleur acceptable sur votre PC).

Scores :

Graphiques : 75%
Les graphiques sont quand même assez biens. Le jeu gagne des points avec ses bonnes animations pour ce qui est du gore, l'attrait principal, et son bon respect de l'atmosphère horreur/dégueulasse, mais il en perd avec le restant des animations qui sont complètement ridicules

Sons : 75%
Comme je l'ai dit, une trame sonore de meilleure qualité et qui sonne mieux en général, aussi avec un respect du genre horreur, mais aucune composition ne sort de l'ordinaire cette fois-ci. Les effets sonores sont parfois biens, parfois ridicules

Jouabilité : 59%
On dirait un jeu très simple sur NES, mais pourtant c'est le deuxième d'une série qui a fait la transition sur Genesis (nous sommes supposés voir des jeux plus complexes que sur TurboGrafx-16 ou même que sur certaines arcades). Faire le coup de pied en glissade est très difficile et quand vous sautez et même en général, Rick semble peser une tonne et ses mouvements sont trop lourds/lents. Vous pourriez dire qu'avec son design il est supposé être lent, mais je vous répondrai que c'est probablement plus dû à de la mauvaise programmation ou une mauvaise idée. De plus, c'est un jeu répétitif, court, un peu frustrant, mais un peu divertissant, au moins, même si c'est limité comme plaisir

Rejouabilité : 0%
Finissez le jeu et vendez le sur eBay si vous avez une cartouche originale, vous vous ferez un peu d'argent. Regardons la vérité en face, vous ne rejouerez jamais à ce jeu, pas parce qu'il est nécessairement si pire que ça, il ne vous donne juste pas suffisamment d'intérêt à être rejoué

Bonus : 67%
Si vous êtes un fan de Splatterhouse, comme moi de façon modérée, vous aimerez jouer à ce jeu le temps de passer à travers. Disons que j'ai tenté tout mon possible pour lui donner un petit bonus ici de manière à ce que son score ne soit pas trop désastreux et qu'il reflète vraiment ce que je pense que le jeu mérite

Total : 61%
Voilà, même si j'ai eu du plaisir en partie à y jouer, ce n'est pas un bon jeu, même que je dois admettre que le premier n'est pas tellement un bon jeu si l'on prend tout en compte (quand même meilleur considérant qu'il est plus vieux et premier du style). En fait, vous y jouer parce que vous aimez le genre horreur et que le contenu gore vous attire. Surtout qu'à l'époque, c'était encore plus rare de voir un jeu de la sorte. C'est bizarre à évaluer comme jeu, parce que c'est un 61% que je lui donne, mais certaines personnes auront un peu de plaisir au moins à y jouer. Il faut quand même être capable de reconnaître que nous ne tenons pas un bon jeu entre nos mains et que son gameplay est EXTRÊMEMENT passé date. Une fois fini, même si vous aimez la série, vous oublierez vite

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.