mercredi 1 avril 2009

Burnout Paradise

Devant de la boîte de Burnout Paradise (Xbox 360)Lorsqu'Electronic Arts avait annoncé que le prochain Burnout allait se jouer dans une ville ouverte, sans aucune barrière, tous les fans de la série ont figé, en se demandant si la compagnie avait appris des erreurs du passé. Need for Speed: Underground 2 avait été le premier à le faire, en apportant tous les points négatifs qui viennent avec. Le concept habituel proposant des courses très rapides sur des circuits fermés, l’idée d’un changement de direction allait-elle nuire à la série?








Une ville libre
Ça change tout. Au lieu d’avoir des circuits avec une seule route, on est lâché dans la ville où chaque rue est accessible, même en pleine course. C’est bien, parce que ça nous permet de créer nos propres courses en multijoueur en assignant un point de départ et d’arrivée, et parce que ça rend possible les Stunt Run, Marked Man, et ça ajoute une dimension aux Road Rage. Par contre, ça amène des côtés négatifs considérables. Les événements sont distribués sur chacun des coins de rue, comme sur la carte ci-dessous. Un total de 120 événements différents. Vous pouvez cliquer sur la carte pour la voir de plus près.

Carte de la ville de Burnout Paradise
Le problème est que l’on ne peut pas démarrer l’événement voulu n’importe où. On est obligé de se rendre au coin précis et d’appuyer sur L et R en même temps. Ça fait beaucoup de voyagement... J’en reparlerai plus tard. En plus, la redondance des points de départ et d’arrivée est l’équivalent des circuits fixes que l’on avait dans les autres jeux de la série. Où est l’amélioration de ce côté? Il faut aussi trouver les événements (en passant sur l’intersection) pour qu’ils soient affichés sur la carte. (!?)

Multijoueur
Mais la ville libre a aussi ses avantages, un mode multijoueur extraordinaire. Oubliez le menu Lobby à la recherche de courses disponibles. Le Lobby, c’est la ville. Vous restez sur la carte, et les gens apparaissent un peu partout. L’administrateur de la partie peut démarrer des événements (course, Road Rage, etc.) ou des challenges, exemple : "le premier qui fait 2 Barrel Rolls!". Le premier qui réussit le challenge gagne des points qui s’accumulent et déterminent la position des joueurs dans la partie. Certains challenges requièrent d’être à un endroit précis, ce qui rassemble les joueurs. Il n’y a pas de coupure/chargement/menu. Votre voiture roule, et un message apparaît pour vous indiquer qu’un challenge a été lancé. Il y en a à 2, 3, 4, 5 joueurs, ou plus. Pour les événements comme les courses, il y a évidemment un arrêt, où les gens choisissent leur véhicule, pour ensuite être transportés au point de départ. Tout est très "smooth". Il n’y a pas d’attente en temps que tel, si on attend que quelqu’un démarre un événement, on peut se promener librement quand même en profitant du temps pour chercher les Billboards (120 panneaux à détruire), les Smash (400 barrières à défoncer qui nous ouvrent les raccourcis) et 40 sauts uniques (qu’il est bien de connaître pour les Stunt Run).

Vous devez commencer à croire que c'est vraiment l'expérience ultime de course en ligne! Eh bien... Non! Mais quelle serait donc la seule chose qui puisse gâcher l'expérience? Les gens, bien sûr. Pour faire des challenges ou des courses, Stunt Run, Road Rage, etc., il faut qu'ils soient démarrés par l'administrateur de la partie, ce qui n'est pas un problème. MAIS PERSONNE NE LE FAIT! On se retrouve à se promener dans la ville, se foncer dedans, et c'est tout! Comment trouver cela encore amusant après plusieurs heures? Et quand je crée une partie, personne ne veut la joindre, parce qu'il n'y a qu'un joueur. Je suis donc obligé de joindre une partie où il ne se passe absolument rien! Autant ne pas jouer en ligne du tout!

Showtime et Road Rules
Il y a d’autre contenu dans le jeu : chaque rue a un temps à battre, il faut la parcourir d’un bout à l’autre le plus vite possible. Chaque rue a aussi un montant en argent à battre, on démarre le mode Showtime en appuyant sur LB et RB (Xbox 360), et la voiture se met à faire des tonneaux. Le réalisme du jeu (s’il y en a, au départ) s’arrête ici. Le but est de provoquer des accidents en touchant les véhicules sur notre chemin. C’est bien, mais ce n’est pas aussi amusant que le mode Crash qui était dans 3 des titres précédents.


Stunt Run
Un nouveau mode est le Stunt Run, qui consiste à faire un nombre cible de points en enchaînant les cascades pendant un temps limite. Les panneaux, sauts, Barrel Rolls, temps dans les airs, vous donnent un multiplicateur de +1 à chaque fois. Il faut donc presque connaître la carte par cœur pour savoir où sont les endroits idéaux pour faire un maximum de points. C’est de loin le mode le plus difficile du jeu, car dès qu’un accident survient, les multiplicateurs calculent le score, et tout recommence à zéro. Il s’agit vraiment de faire un parcours parfait. Voici un exemple parfait :


Graphiques
Les graphiques sont excellents, évidemment, mais je veux attirer votre attention sur un aspect précis, Paradise City, la ville du jeu, qui est bien conçue. Les édifices qui la forment sont tous différents, et on peut se retrouver facilement après quelques heures de jeu, grâce aux points sur la carte qui servent de départ et destination pour les événements, comme le stade des Wildcats (qui est en bas à gauche de la carte), et l’observatoire (en haut à gauche), qui nous aide à savoir dans quelle direction nous diriger. Le nom des rues est indiqué en haut de l’écran, il clignote lorsqu’il faut tourner, mais on n'a pas toujours le temps de réagir avant d’être rendu à l’intersection.

On peut passer dans les Paintshops pour faire peinturer notre voiture (comme dans GTA). Cette nouvelle couleur est ensuite disponible au Junkyard lorsque l'on choisit notre véhicule. Il y a un très grand nombre de couleurs pour chaque véhicule, et même plusieurs finis : métallique, brillant, mat, et des spéciaux à débloquer, comme le fini or (en obtenant la licence élite), ou le fini platine (en complétant le jeu à 101%. Attendez, 101%?)

Musique
Les trames sonores des anciens jeux touchaient un peu à tout, tandis que celle-ci gravite autour du rock. Et parfois vieux rock. (L’ouragan Guitar Hero fait encore des victimes.) Elle manque un peu de variété et de pièces qui sortent de l’ordinaire. Dans Revenge, j’adorais la trame sonore : Billy Talent, Andy Hunter, Junkie XL, We Are Scientists, Yellowcard, MxPx, OK Go... J’avoue que cette fois-ci, j’utilise ma Xbox pour faire jouer ma propre musique.

La première fois que l’on démarre le jeu, on trouve la chanson de Guns N' Roses amusante. C’est Paradise City, bien de circonstance. La deuxième fois que l’on démarre le jeu, on se rend compte que cette chanson joue automatiquement À CHAQUE FOIS que le jeu commence. Après la dixième fois, on court dans les options la changer.

Il y a un gros chargement au début, qui dure environ 1 à 2 minutes, mais aucun au courant de la partie, même en démarrant un événement, ou en se mettant en ligne. C’est très bien, et le premier gros chargement est justifié, tenant en compte la grandeur de la ville. On ne voit jamais des édifices apparaître tout à coup, comme c'est souvent le cas dans les Grand Theft Auto. Sur Xbox 360, c’est encore plus rapide si vous installez le jeu sur votre disque dur.

60 heures
Quand j’ai fini tous les événements possibles, j’étais rendu à 60 heures de jeu. Peut-on en conclure que ce jeu nous procure automatiquement 60 heures de plaisir? Pas du tout.
  1. D'abord, il faut se rendre à l’événement en question sur la carte. Mettons nous en situation. Vous êtes à la fin du jeu et vous voulez faire la dernière course qu’il vous reste. Cette course dure 2 minutes. Le temps de vous rendre à cette course peut prendre 2 minutes (total : 2 minutes). Ensuite, la course elle-même prend 2 minutes (total : 4 minutes). Malheureusement, vous n’avez pas réussi. Vous devez retourner à l’intersection, et ce sera aussi long que la course elle-même, puisque c’est le même trajet à l’inverse (total : 6 minutes). On refait la course (total : 8 minutes, dont 4 minutes à se rendre, et 4 minutes à faire la course). C’est donc un 50% de plaisir. Mon 60 heures se trouve être un 30 heures de plaisir pour 30 heures de perte de temps.
  2. Une autre source de perte de temps sont les Burning Routes, qui sont des courses solo chronométrées, parfois très difficiles (donc à recommencer plusieurs fois), mais ce n’est pas là mon point. C’est qu’il faut avoir la bonne voiture pour pouvoir les faire. Au lieu d’automatiquement changer notre voiture au début de la course, il faut d’abord se rendre au Junkyard pour changer notre véhicule. Ensuite, retourner sur l’intersection pour faire le Burning Route. Sauf que la voiture que l’on a utilisée n’est peut-être pas un modèle que l’on aime. Résultat : une autre visite au Junkyard. C’est aussi valide pour toutes les fois que l’on veut changer de véhicule, on doit faire un détour parfois considérable (plusieurs minutes), alors qu’un simple menu aurait fait le travail.
  3. La campagne. Plusieurs courses mènent à la campagne, un coin vide ou les événements sont éloignés les uns des autres. La plupart du temps, on a juste le goût de retourner en ville. Encore du temps perdu pour se rendre d’une place à l’autre.
  4. Les pancartes à détruire (120), les clôtures à défoncer (400) et les grands sauts à trouver (40). C’est amusant, mais ce n'est pas le but principal du jeu. Pendant qu’on se promène d’une course à l’autre et que l’on voit l'un de ces éléments, on a le goût de le compléter, ce qui nous dérive du but principal. Je vous dirais que j’ai passé plusieurs heures à chercher ces points, que l’on doit déduire de mon total d'heures de jeu (c'est-à-dire, le jeu principal).
  5. Tous les garages, Junkyards, Paintshops, stations d'essence, doivent être trouvés pour apparaître sur la carte. Avant la mise à jour (explication plus loin), ils étaient difficiles à trouver puisque les couleurs étaient ternes, et il fallait être attentif pour ne pas passer devant à 200 km/h sans s'arrêter. À un certain point, il faut partir à la recherche de ces endroits, surtout dans les Road Rage, parce qu’on n'a vraiment pas le temps de chercher un garage en regardant autour de nous. Il doit être sur la carte.
  6. Justement, la carte. Il faut souvent y revenir, même pendant la course... On y reste parfois quelque temps pour comprendre le trajet que l’on doit suivre, surtout quand la ville ne nous est pas encore familière.
  7. Lorsque l’on a un accident, la vue change pour nous montrer au ralenti notre voiture se plier à la force de l’impact. C’est nécessaire dans les courses pour ne pas nous faire revenir tout de suite en jeu sans punition, mais lorsque l'on se promène dans la ville en perdant notre temps dans l'un des cas mentionnés ci-haut, on devrait vraiment pouvoir revenir instantanément en appuyant sur un bouton!


En résumé, si l’on divise mes heures de jeu :
  • 20 heures pour me rendre aux événements
  • 2 heures pour me rendre au Junkyard pour changer ma voiture
  • 2 heures pour revenir de la campagne
  • 2 heures perdues à foncer dans les clôtures et les pancartes
  • 1 heure de recherche pour trouver les Junkyards, garages, etc.
  • 3 heures de challenges en ligne
  • 1 heure de consultation de la carte
  • 1 heure à regarder bêtement ma voiture subir des dommages


Il reste 28 heures de jeu à proprement parler. C’est quand même assez pour un jeu de course, mais je pointe ici les nombreuses heures perdues. La solution était pourtant très simple, si les événements avaient été accessibles directement en cliquant sur la carte, si un menu nous avait permis de changer de voiture instantanément, et si l’option de recommencer la course avait été disponible dès le début, le nombre d’heures sauvé aurait été très important.

Un patch gratuit était disponible, un an après la sortie du jeu, la mise à jour Burnout 1.7. Cette mise à jour change l’expérience de jeu en enlevant les effets ternes du post-processing, ce qui rend le jeu étrangement plus réaliste, et qui facilite la recherche des points d’intérêt. Elle ajoute (enfin!) la possibilité de recommencer une course! Mais un an après la sortie du jeu, c’est beaucoup trop tard, car les fans de Burnout qui ont acheté ce jeu ont eu le temps de le finir en perdant des heures inutiles... Cette fonction aurait dû être présente depuis le début, ou au moins à la première mise à jour quelques mois plus tard. C’est inacceptable.

Extensions
Pour se rattraper sur les défauts du jeu, plusieurs mises à jour avec plus de contenu sont sorties, ou sortiront bientôt, voici une description pour chacune d'elles :

Bogart (gratuit)
C’est principalement un patch pour corriger les bogues et glitchs qui n’avaient pas été réglés avant la sortie du jeu.

Cagney (gratuit)
-3 nouveaux modes de jeu en ligne : Stunt Run, Marked Man et Road Rage
-70 nouveaux challenges qui sont chronométrés
-Option permettant de faire jouer sa propre musique sur PS3 (elle était déjà présente sur 360)

Davis (gratuit)
Capture d'écran de Burnout Paradise-L’ajout de motos!!! 4 motos sont disponibles
-70 nouveaux événements pour les motos seulement
-Cycle jour/nuit personnalisable

Trophées PS3 (gratuit)
-80 trophées, la plupart étant les mêmes que les achievements sur 360

Burnout 1.7 (gratuit, 873 Mo!)
-L’option de recommencer la course (enfin!)
-Navigateur intégré permettant d’acheter des extensions ou voitures directement dans le jeu
-Changement au contrôle des voitures pour le rendre plus aisé aux nouveaux joueurs
-Fini le post-processing!

Party Pack (10$)
-Mode Party pour jouer jusqu’à 8 joueurs tour à tour (Hot Seat)

Big Surf Island (à venir)
-Une nouvelle île à visiter, basée sur les cascades
-Le Dust Storm Buggy, une voiture idéale pour les Stunt Run

Cops and Robbers (à venir)
-Tout ce que l’on sait de cette extension, c’est qu’elle ajoutera la police à la ville, ce qui sous-entend des nouveaux modes et voitures. Peut-être un peu à la Need for Speed, où il faut souvent échapper à la police.

Les packs de voitures (prix individuel, ou en bundle)
-Voiture légendaire : Ecto-1 de Ghost Busters, KITT de Knight Rider, The General Lee de Dukes of Hazzard et DeLorean de Back to the Future
-Voitures jouets : des reproductions de véhicules existant, mais en beaucoup plus petit
-Boost Specials : Voitures comportant un boost unique qui peut se bloquer automatiquement ou changer de mode

Ça fait énormément de contenu qui sortait à une intervalle d’environ 3 mois. J’avais acheté le jeu à sa sortie, joué pendant quelques mois, et... pouf! Une nouvelle extension. À chaque fois que je laissais le jeu de côté, il avait de quoi me faire revenir. Maintenant, j’ai fini tous les événements, mais je sais que du nouveau contenu sortira bientôt. Je joue donc à ce jeu à intervalle régulier depuis plus d’un an... Combien de jeux ont réussi à vous garder aussi longtemps? Je trouve que mon 60 dollars initial a été très bien investi, et ça ne me dérange pas de payer pour plus de contenu. J’ai tellement joué à ce jeu que j’ai l’impression que c’est moi qui leur doit de l’argent!

On se dit : «Wow! Ils font vraiment un effort pour continuer à développer le jeu! Une nouvelle île!» Je veux juste vous montrer l’envers de la médaille... Et si la nouvelle île, Big Surf Island, faisait originalement partie du jeu, mais qu’ils ont décidé de la retirer et de la mettre payante? La perspective change, n’est-ce pas?


Une autre "extension" me rend très perplexe. Je ne sais pas quoi penser. C’est le pack "Économiseur de temps". Vous payez 5$, et toutes les voitures du jeu sont débloquées. D’un côté, je vois une compagnie qui vend un code de triche, et qui se fera sûrement des dizaines de milliers de dollars extrêmement facilement, et de l’autre, des joueurs paresseux qui payeront pour se gâcher le plaisir de débloquer des nouveaux véhicules. Pourquoi? Évidemment, cette fonction est pour le jeu en ligne, pour ne pas avoir à passer des heures en solo, mais est-ce justifié? Même en ayant tous les véhicules possibles, sans l’expérience des nombreuses heures de jeu, ce n’est pas possible de devenir bon en téléchargeant un patch. Je me dis que c’est un moyen juste de se faire de l’argent sur le dos des joueurs, c’est à vous de ne pas l’acheter pour profiter du jeu, aussi long qu’il puisse être.

Sur PS3, on peut télécharger le jeu complet avec ses mises à jour pour seulement 30$! Déjà qu’il valait la peine à 60$!

Scores :

Graphiques : 90%
Les graphiques sont superbes, et la mise à jour 1.7, qui enlève le post-processing, rend l’expérience visuelle encore plus agréable. Les bâtiments sont tous différents, on se sent dans une vraie ville. L’interface est très design, et elle continue de s’améliorer à chaque mise à jour

Sons : 56%
Si seulement la musique avait été aussi variée que dans Burnout Revenge... Chaque voiture a sa propre sonorité, ce qui est très bien

Jouabilité : 82%
La ville libre amène plusieurs aspects négatifs, mais autant de positifs. Plus de sortes d’événement sont disponibles, mais le mode Crash nous manque beaucoup... Le contrôle est fidèle à la série, très arcade


Rejouabilité : 75%
C’est à vous de décider. Vous pouvez dire que 28 heures utiles dans 60 heures de jeu est petit, ou vous dire que 30 heures de jeu pour un jeu de course est excellent. J’ajoute des points pour le contenu qui continue de s’ajouter, comme les événements des motos, les nouveaux challenges et un mode en ligne très complet, bien fait

Bonus : 100%
Avec autant de contenu gratuit, on ne se sent pas mal de payer pour les prochains add-ons. Ce jeu ne vieillit pas, il est de plus en plus nouveau!

Total : 80%
Burnout Paradise est un excellent jeu de course, malgré ses nombreux défauts. Il offre l’expérience de jeu la plus complète possible par rapport aux autres jeux du même genre. C’est, encore une fois, un "must", mais attention! Pour les fanatiques de course style arcade. Les amateurs de simulation seront vexés de voir les voitures voler dans toutes les directions.

Il est sorti sur PC, PS3 et Xbox 360. Ultimement, je vous conseille la version téléchargeable sur PS3 à 30$ qui vaut beaucoup plus que ce prix. Deuxième choix, la version 360 pour la possibilité de l’installer sur le disque dur, ce qui réduit les chargements, mais surtout pour Xbox Live, qui offre toujours le summum des expériences multijoueurs (micro, caméra, système d’amis).

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.