lundi 23 février 2009

The Sword

Devant du roman graphique The Sword: Volume Fire (Volume 1)

Après avoir lu Girls, j'ai appris que les Luna Brothers avaient fait une autre série et que le premier trade paperback était disponible. J'ai couru au magasin de comics pour l'acheter. Le soir même, j'ai lu le volume d'un coup, sans m'arrêter. Je viens de faire exactement la même chose avec le deuxième volume. The Sword est tout simplement génial.

The Sword raconte l'histoire d'une jeune fille artiste, Dara Brighton qui, après un accident, a perdu l'usage de ses jambes. Un jour, trois individus entrent chez elle et réclament une épée. Ils prétendent connaître le père de Dara depuis longtemps. Celui-ci déniant l'existence de l'épée, les trois individus, qui ont le contrôle sur l'eau, sur le feu et sur l'air, massacrent la famille de Dara, la laissant pour morte. Elle découvre par pur hasard la fameuse épée, qui lui donne des pouvoirs spéciaux. La série entière consiste à suivre Dara dans sa vengeance contre ceux qui ont tué sa famille, armée de l'épée "magique".

Les scènes d'action sont spectaculaires. Je pense qu'ils ont comprit qu'un roman graphique a la possibilité de tout faire graphiquement, pas besoin de budget d'effets spéciaux... Ce que je veux dire, c'est qu'on a parfois l'impression que certain titres se limitent visuellement pour aucune raison quand tout est permis et possible à dessiner... (Y: The Last Man).

Le côté mystérieux de l'histoire nous tient en halène jusqu'au bout, le passé de l'épée et des gens qui gravitent autour nous est dévoilé peu à peu d'une façon que j'ai bien appréciée.

Les personnages, tout comme dans Girls, sont très attachants. Ils restent toujours terre-à-terre et donc, ils pensent de la même façon que des gens ordinaire. Ils ont peur, ils sont tristes, heureux : très bien développés, ils sont humains.

Le thème de la vengeance m'a fait penser à Kill Bill, pour plusieurs raisons : une femme qui désire tuer un à un les gens qui ont ruiné sa vie avec l'aide d'une épée... Mais le scénario est beaucoup plus puissant que le film de Tarantino, en ajoutant une grosse dose de fantaisie et de surnaturel. Parlant de Kill Bill, The Sword est aussi "gore" que ce film, aussi étonnant que cela puisse paraître, mais la violence est ni trop superflue, ni trop exagéré. C'est intéressant parfois de VOIR pourquoi les "méchants" sont dangereux, plutôt que de seulement nous le sous-entendre (film américain typique)...

Je n'ai vraiment aucun commentaire négatif à faire sur cette série. Je pense qu'elle est parfaite. Au moment où j'écris cet article, j'ai lu les 12 premiers numéros inclus dans les deux premiers volumes. (Le numéro 15 est sorti, mais personnellement, je préfère lire les comics dans des volumes, c'est plus facile de suivre l'histoire en lisant de grosses parties à la fois, plutôt que de petites chaque mois et d'être obligé de patienter... choix personnel.) Je n'ai donc vu que la moitié de la série, mais je doute que le reste des numéros gâchent l'histoire à un point de nuire aux premiers volumes. Je dis moitié parce qu'il a été dit que c'est une série limité qui durera deux ans.

Après avoir lu Girls et The Sword, je peux définitivement conclure que les frères Luna sont d'excellents auteurs desquels je ne manquerai aucune série à laquelle ils ont touchée (Spider-Woman: Origin et Ultra).

Encore une fois, ce roman graphique se classe parmi mes préférés, il détient mon record personnel pour avoir été celui que j'ai lu le plus rapidement après l'achat (ça se compte en heures...) C'est un livre à lire absolument, vous ne le regretterai pas, je vous le garantis! Longue vie aux frères Luna!

0 comments :

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.