lundi 9 février 2009

Chrono Trigger (SNES)

Devant de la boîte de Chrono Trigger (SNES)

Voici les éléments qui, du moins selon moi, font un bon RPG sur console :
  • Une histoire originale, captivante, mystérieuse et solide, qui devient de plus en plus complexe jusqu’à atteindre un plafond vers la fin.
  • Des personnages principaux intéressants, différents les uns des autres, et qui ont une histoire personnelle bien développée.
  • Un scénario qui n’est pas entièrement linéaire.
  • Plusieurs villages et "donjons" à explorer qui sont facilement distinguables et qui ne nous donnent pas l’impression de toujours recommencer la même chose.
  • Un mode de transport efficace à un certain moment permettant de se rendre facilement aux lieux déjà visités (ainsi que les prochains).
  • Plusieurs quêtes optionnelles qui apportent quelque chose de significatif (un nouveau personnage se joint à l’équipe, on voit des scènes expliquant davantage une partie de l’histoire, une nouvelle attaque est maîtrisée, un équipement ultime est obtenu, etc.)
  • Un système de combat stratégique avec ses propres variations si on le compare aux autres RPG sortis auparavant.
  • Une multitude d’ennemis qui utilisent diverses stratégies et techniques.
  • Des boss mémorables qui requièrent parfois des stratégies particulières de notre part pour les vaincre.
  • Des graphiques qui réussissent à représenter l’ambiance voulue.
  • Une trame sonore qui vient complémenter l’ambiance dégagée par les graphiques.
Il va sans dire que plusieurs RPG de console ne peuvent pas se vanter de répondre à tous ces points, cela ne veut pas nécessairement dire qu’ils ne sont pas bons, mais ils ne peuvent pas être aussi près de la perfection que dans le cas contraire. Chrono Trigger est l’exemple parfait de ceux qui visent la perfection, et si vous n’aimez pas ce jeu, c’est probablement que vous n’aimez pas les RPG de console en partant (chacun a le droit à ses goûts et je respecte cela). Voilà pourquoi je le recommanderais probablement aux nouveaux joueurs dans ce domaine pour voir s’ils aiment vraiment le genre, en fait, je recommanderais soi Chrono Trigger (parce qu’il est un excellent représentant de ce que ce genre a à nous offrir) ou Super Mario RPG: Legend of the Seven Stars (parce qu’il est tout de même très bon et plus facile à maîtriser pour les débutants, sans compter qu’il contient des personnages connus par les joueurs en général).


Si vous êtes amateur du genre, la vidéo ci-dessus devrait être suffisante pour vous convaincre, mais pour une analyse en profondeur, procédons à l'évaluation. Il faudrait voir si Chrono Trigger réussit à répondre aux attentes, alors commençons par parler de son histoire. Le monde de Chrono Trigger, dans son temps présent, est associable en partie à l’univers steampunk (à la base, un temps passé alternatif combiné avec des technologies trop avancées pour son époque si l'on se base sur notre histoire), comme certains autres RPG dont Final Fantasy VI qui me vient tout de suite en tête si l’on mentionne le terme. L'histoire commence d’une façon très clichée et continue à l’être pour un petit moment. Au début, le personnage principal, Crono, se fait réveiller par sa mère qui lui rappelle qu’il est supposé aller visiter la foire du millénaire et aussi son ami Lucca qui y présente sa toute dernière invention. À la foire, il se heurte contre Marle, une jolie jeune fille possédant un pendentif spécial. Ils vont ensemble voir l’invention de Lucca, un téléporteur, qui fonctionne à merveille jusqu’à ce qu’il y ait une interférence avec le pendentif de Marle qui la transporte dans un portail vers une autre dimension. Crono, le brave héros, décide d’aller à sa rescousse. Les clichés s’arrêtent environ là pour déboucher sur une aventure des plus épiques. Il s’avère que le portail les a fait voyager 400 ans dans le passé, en temps de guerre dans son monde. Durant le jeu, Crono et son groupe auront l’occasion de voyager aussi loin dans le passé qu’au temps des dinosaures, jusqu’à un futur post-apocalyptique. S’il y a un futur post-apocalyptique, cela implique forcément une apocalypse, que notre groupe aura aussi l’occasion d’entrevoir. La "simple tâche" que nos héros poursuivent tout le long du jeu est donc d’empêcher la fin du monde en voyageant à travers les époques à l’aide d’un vaisseau spécial (qui leur sert aussi de moyen de transport) afin de recueillir des informations sur ce qui cause l’apocalypse, arranger les défauts du passé et obtenir les moyens nécessaires pour assurer un avenir à leur planète, réécrire l'histoire en gros. Le scénario est solide et complet, l’histoire est sérieuse, sombre (on parle quand même de la fin du monde), mystérieuse, dramatique (je pense à un événement en particulier que je ne veux pas vous gâcher, mais le nombre de fois que cela se produit dans un jeu vidéo est probablement comptable sur les doigts d’une seule main) et humoristique à l’occasion. Les personnages ont chacun leur histoire individuelle suffisamment développée pour comprendre leurs motifs. Que tout ceci soit achevé avec succès est d’autant plus un exploit si l’on considère la courte durée du jeu comparée à d’autres RPG (de 15 à 20 heures, plus ou moins, si on complète toutes les quêtes optionnelles), mais cela signifie tout simplement une histoire sans temps mort qui va directement au but. L’important pour moi, dans la durée d’un jeu, c’est que l’expérience ait été satisfaisante et complète une fois le jeu terminé, c’est exactement ce que je peux dire de Chrono Trigger.

Ce qui est intéressant, c’est que puisque le jeu nous permet de voyager d’une époque à l’autre, il devient non linéaire assez rapidement et il contient une poignée de tâches secondaires qui, pour la plupart, ajoutent quelque chose à l’histoire ou au développement de certains personnages ou encore, viennent changer certaines choses dans le présent. Aussi, même si tout se passe sur un seul et même monde qui peut sembler limité au début, le fait de traverser les époques nous permet de voyager dans des endroits qui semblent toujours différents même si ce ne sont que les mêmes places à un temps différent. On y voit le monde à un état primitif et plus naturel, jusqu’aux avancées technologiques que l’on connaît et la ruine totale par la suite. Les habitants de ce monde ont des mentalités différentes attribuables à leur époque respective, passant par l’homme des cavernes, à l’habitant du moyen-âge et même aux mystics (les êtres surnaturels comme les démons et les animaux dotés d’une conscience supérieure).

Les personnages jouables sont très variés. Le personnage principal, Crono, est du type silencieux. Il représente le courage et l’espoir face à toutes les situations. Puisqu’il ne parle pas (comme Mario qui n’a pas un vocabulaire très varié non plus), les personnages qui l’entourent sont plus colorés, fait qui est accentué par leur provenance de diverses époques. Lucca est la stratège du groupe, c’est une brillante inventrice et une amie d’enfance de Crono. Marle est une fille avec peu de manières, ce qui vient en contraste avec sa véritable origine gardée secrète au début. Frog est une grenouille anthropomorphique venant du passé (c’est probablement ici que le LSD a commencé à faire effet sur les créateurs du jeu). Son apparence n’est qu’une couverture extérieure qui cache un vaillant chevalier avec un regrettable passé. Robo est un robot (j’admets que Frog pour une grenouille et Robo pour un robot, ce n’est pas extra) provenant d’un futur post-apocalyptique. Il a une attitude positive et il est sympathique à la cause des humains. Ayla est une femme des cavernes avec un comportement un peu plus animal et centré sur la force brute, plutôt typique. Elle est la chef de sa tribu vivant il y a 65 millions d’années. Elle doit diriger son peuple dans une guerre contre une race évoluée de reptiles. Un autre personnage se joint à l’équipe de façon optionnelle, mais simplement révéler son nom gâcherait une surprise. C’est le personnage le plus mystérieux d’entre tous, il cache de nombreux secrets, ce qui fait de lui un incompris au début. Certains de ces personnages apprendrons à utiliser la magie correspondant à leur élément de naissance alors que d’autres auront des limitations physiques les empêchant de l’utiliser.

Justement, parlant de magie, il est temps que j’explique le système de combat. Ce jeu utilise une version remodelée du système utilisé dans Final Fantasy IV et plus, le nom officiel du système est Active Time Battle 2.0. Contrairement à la série Final Fantasy en temps normal, où les batailles commencent après un certain nombre de pas au hasard, dans Chrono Trigger nous voyons les ennemis sur le terrain et les batailles de déclenchent directement sur le terrain, sans transition. Les ennemis se déplacent chacun à leur façon et peuvent être évités, la plupart du temps. Au contact d’un ennemi, une bataille se déclenche. Tout comme dans les Final Fantasy plus avancés, une barre individuelle pour chaque personnage se remplit peu à peu. Lorsqu’elle est pleine, une décision peut être prise par ce personnage. Vous pouvez tout simplement attaquer avec votre arme équipée, choisir une technique spéciale parmi une liste qui diffère pour chaque personnage, ou encore choisir un objet pour vous guérir ou plusieurs autres effets comme dans plusieurs RPG.

Là où ce jeu diffère le plus, c’est du côté des techniques. Les personnages peuvent bien sûr apprendre des techniques spéciales et plus tard, des magies (ceux qui en sont capables). Lorsqu’on choisit une technique ou magie, il est important de vérifier quels ennemis elle peut toucher, car chacune a une zone d’attaque différente. Certaines attaqueront un groupe d’ennemis dans une espèce de demi-cercle alors que d’autres attaqueront en ligne droite ou encore l’ensemble des ennemis, il existe d'autre variantes. Les ennemis sont en mouvement, ce qui fait qu'une zone peut devenir utile à un moment ou à un autre. Ce n’est pas tout, il existe aussi des techniques combinées, ce qui vient renforcer l’idée d’équipe et le fait qu’on est plus fort ensemble que seul. 3 personnages peuvent participer en même temps à une bataille et il existe des dual techs, attaque combinée entre 2 personnages, ainsi que des triple techs, attaque combinée entre 3 personnages. Une attaque combinée est beaucoup plus forte qu’une attaque régulière, mais elle requiert plus de MP. En jouant, on apprend assez vite à développer des stratégies pour une équipe particulière à cause de ces attaques combinées ainsi que d’utiliser certains personnages plutôt que d’autres à différents endroits parce qu’ils font des types de magie différentes qui sont plus efficaces sur certains ennemis. Les techniques combinées sont une manière efficace de constamment employer des techniques différentes en changeant simplement un personnage dans l’équipe, ce qui a pour effet que même tard dans le jeu, de nouvelles techniques seront découvertes, même si un personnage n’en développe pas tant que ça à lui seul.

Il y a une multitude d’ennemis à combattre à travers le jeu, certains ne peuvent être battus qu’avec de la magie et certains requièrent des stratégies particulières. Les boss sont, pour la plupart, dotés d’une personnalité que l’on découvre avant de devoir se battre contre eux, ce qui est plus intéressant que de se battre contre un ennemi dépourvu de conscience qui agit selon son instinct agressif.

Côté graphique, je n’ai qu’une chose à dire pour commencer, Akira Toriyama, créateur de Dragon Ball, a fait le design des personnages. Son style distinctif est instantanément reconnaissable et apprécié. Les graphiques sont très colorés et détaillés, ils représentent différents environnements à travers diverses époques ce qui les rend très variés aussi. La tâche de rendre différentes ambiances adaptées à des périodes de temps qui s’étendent sur 65 millions d’années a probablement été difficile, mais on voit que l’effort nécessaire a été appliqué. On peut voir des palais du moyen-âge, des habitations primitives de l’époque préhistorique, un monde de magiciens dans les airs, un futur post-apocalyptique détruit, etc. Le design des personnages, des monstres, des environnements, des structures, des vaisseaux, tout est impeccable et contribue à créer un univers alternatif entièrement contenu dans cette petite cartouche de SNES. Les effets spéciaux ne sont pas mal non plus, il y a beaucoup d’effets de lumière différents dont certains donnent un effet de profondeur 3D. Certaines animations dans le jeu jouent sur la vitesse et des scènes combinent des effets de vitesse avec un rendu en mode 7 pour une expérience visuelle unique.

Les effets sonores sont extrêmement variés, surtout pour un système comme la SNES, et sonnent justes pour ce qu’ils représentent. Quand on utilise des magies et des techniques spéciales, il est étrange d’observer une synergie aussi parfaite entre les effets de lumière et les sons, surtout qu'ils ne sont pas basés sur des choses réelles.

La trame sonore est tout simplement fantastique. Yasunori Mitsuda et Nobuo Uematsu sont les principaux compositeurs du jeu, Uematsu est connu pour son remarquable travail sur la série Final Fantasy. Je ne m’attendais pas à ça, mais ce sont les pièces composées par Mitsuda que j’ai tout de même préférées. Les pièces de Uematsu sont assez similaire à ce que l’on est habitué, ce qui n’est pas mauvais, mais c’est justement ce que Mitsuda semble avoir défié. Il a opté pour une musique qui sort de l’ordinaire, certaines compositions donnent l’impression qu’elles ont commencé par un seul effet sonore qu’il a transformé en pièces musicales. Avant tout, il a mis l’emphase sur une trame sonore qui n’est jamais trop saturée par des instruments ou par des rythmes à n’en plus finir. Même si la majorité des compositions sont plutôt simples, ce sont des musiques d’ambiance, elles réussissent donc à chaque coup à faire ressortir une émotion en particulier (croyez-moi, elles sont puissantes), que ce soit la joie, la tristesse, la désolation, la colère, etc. Il ne faut pas non plus oublier certaines pièces un peu plus élaborées, comme la pièce titre qui évoque l’aventure épique qui nous attend, le voyage à travers le temps et le courage requis par Crono et ses amis. Je dis donc bravo à Yasunori Mitsuda pour son travail de chef.

Si l'on me demande quel est le meilleur RPG de l’époque 16-bit, je réponds Chrono Trigger! Si l'on me demande quel est le meilleur RPG de tous les temps, je réponds Chrono Trigger! Si l'on me demande quel est mon jeu vidéo préféré, je réponds Chrono Trigger! Je sais que c’est un jeu extrêmement respecté sur SNES, mais il n’est probablement pas dans le top 10 à vie de tout gamer. Cependant, je pense sans trop me tromper qu’il est dans le top 10 de tout amateur de RPG sur console, ou bien c’est que vous n’y avez pas encore joué.

J’aurais aimé pouvoir vous en dire plus sur l’histoire, mais il semble que dépassé le point où j’étais rendu, en dire plus aurait gâché quelque chose. Peut-être est-ce dû à son histoire relativement courte, mais probablement plus parce que presque tous les éléments sont reliés ensemble et convergent vers un point principal.

En plus, la longueur du jeu, pour ceux qui peuvent y trouver problème, est compensée par un mode New Game+ débloqué à la fin qui nous permet de recommencer le jeu avec la même expérience et les mêmes objets/équipements que l’on avait obtenus durant le jeu, à l’exception des objets importants pour l’histoire. La chose à retenir de ce mode est la possibilité d'accéder à 13 fins qui diffèrent selon le moment où l’on finit le jeu. 2 de ces fins comportent des variations vraiment mineures, selon le "moyen de transport" utilisé pour se rendre à la bataille finale. L’une des 13 fins est la "mauvaise fin" (ou du moins la fin la plus catastrophique), si on perd la bataille finale (une bataille vraiment effrayante en passant, autant au niveau visuel que les effets sonores et la trame sonore). Je vous présente une capture d’écran prise à la toute fin de la "mauvaise fin" (n'ayez pas peur, ceci ne vous gâche rien) qui contient une phrase très froide qui m’a marqué la première fois que je l'ai vue, surtout que j’étais plus jeune et que le restant de la scène n’est pas très joyeux pour en dire le moins possible.

Capture d'écran du jeu Chrono Trigger (SNES)
Scores :

Graphiques : 100%
Un remarquable exemple des capacités de la SNES, avec un univers riche et coloré que je n'oublierai pas de si tôt

Sons : 100%
Une trame sonore ambiante, mémorable et épique qui rend extrêmement bien les émotions voulues. Il paraît même qu'elle a mise les larmes aux yeux de son compositeur lors de la scène finale

Jouabilité : 91%
Le système est semblable à ce que l'on avait déjà vu dans Final Fantasy IV, mais avec des améliorations considérables, d'autant plus que les techniques en équipe sont très intéressantes. Cependant, l'interface du menu dans le jeu aurait dû elle aussi être copiée de façon semblables à celles de la série Final Fantasy, mais ils ont plutôt opté pour un menu à l'horizontal avec des images au lieu de mots. Il faut donc mémoriser ce que les images veulent dire et s'habituer à naviguer dans le menu horizontal. La longueur du jeu ne me dérange vraiment pas, mais il est vrai qu'il est mieux de prendre un autre RPG si l'on souhaite une expérience plus durable (mais peut-être moins mémorable?)

Rejouabilité : 100%
Plusieurs quêtes optionnelles avec un impact considérable sur l'histoire, 13 fins majeures, un mode New Game+ qui nous permet de conserver notre progrès dans une nouvelle partie? Que voulez-vous de plus?

Histoire : 92%
Une histoire sérieuse et plus sombre que ce que l'on s'attendrait d'un jeu vidéo provenant d'une époque où ils étaient encore plus considérés comme des jouets pour enfants. Des personnages beaucoup plus mémorables que dans une grande partie des RPG. L'histoire est clichée au début et en certains points, mais sinon, elle est presque parfaite et je ne me lasserais jamais de la revoir encore et encore (elle est simple à comprendre dans sa complexité, ça c'est une qualité)

Bonus : 92%
C'est mon jeu préféré, mais au-delà de ça, je pense que tout joueur de RPG de console qui se respecte se doit d'y jouer. C'est un jeu que l'on peut finir encore et encore sans s'en lasser, parfait pour intéresser quelqu'un au genre. Dommage pour les joueurs plus habitués que l'expérience ne soit pas aussi durable que dans d'autres RPGs

Total : 95%
Des graphiques exceptionnels, une trame sonore remarquable, un système de combat très intéressant et plaisant, une rejouabilité complète et une histoire solide qui va directement au but (très rare pour un RPG). Je ne sais pas qu'est-ce que vous attendez si vous êtes encore en train de lire ceci, procurez-vous le au plus vite. Si possible, sur SNES, ou encore sur DS et en dernier recours, sur PS1 (les longs temps de chargement posent problème, mais sinon c'est le même jeu avec quelques scènes en animés comme bonus). Si vous êtes limité à la PS1, pourquoi pas porter attention à sa suite indirecte, Chrono Cross?


Chrono (les articles)
Chrono Trigger (SNES) • Chrono Cross

1 commentaire :

nineptune a dit...

100% d'accord avec ton analyse du jeu . Avec Final Fantasy 6 et 3 je crois (pas sur des chiffres pour le 3, le 6 c'est mon favori) mes old rpg préféré. De la génération Snes ces jeux ont bercé ma jeunesse, merci aux émul d'exister ;)

Publier un commentaire

Un compliment est toujours apprécié. Si vous avez des questions, informations supplémentaires, corrections ou des commentaires à énoncer, comme votre opinion personnelle sur un sujet ou une critique à adresser, essayez d'être constructif, mais nous n'effaçons tout de même aucun commentaire, y compris négatif ou anonyme, sauf le spam.